Première patrouille

5 minutes de lecture

Il s'inquiète juste pour toi, c'est mignon alors accepte-le.

Je ne pu m'empêcher de rire aux éclats aux joues rouges de Léa. Batiste me regarda avec intrigue :

  • Tu lui as dit quoi ?

Je ne pouvais pas répondre, je riais trop ! Elle était mignonne ainsi, d'ailleurs lui se mit à la fixer, peut être le pensait-il aussi ? Certainement.

Je ne voulais pas me mêler de leur histoire, mais c'était tellement horrible de les voir rester ami alors qu'il y avait bien plus, j'aurais aimé avoir ça moi aussi, un jour.

La milice était proche de l'école, ou du moins l'un de leurs bâtiments. D'après ce que j'avais pu comprendre il y en avait un à côté de chaque école, répartie aux quatre coins de la capitale, enfin aux trois coins plutôt.

Le bâtiment était grand à première vue. Mais très vite, deux hommes vinrent nous rejoindre à l'entrée où Marcus nous avait laissé.

  • Bonjour mesdemoiselles, je m'appel Derek.
  • Et moi Johnas enchanté.

Léa leur sourit timidement :

  • Léa et Feya, enchantées.

Ils nous indiquèrent ensuite de les suivre.

Bien sûr je comprenais l'attitude de Léa, ils étaient tous les deux très impressionnants. C'était normal qu'elle soit intimidée. Deux montagnes de muscles semblant très dangereux physiquement. Non pas qu'ils soient agressifs, bien au contraire, ils paraissaient très accueillants, mais leurs prestances forçaient le respect.

Après avoir visiter le bâtiment au complet ou presque, on s'arrêta finalement dans un bureau très agréable. Une grande fenêtre donnant sur le meuble de travail puis en face deux canapés autour d'une table basse. On s'installa et Johnas prit très vite la parole :

  • Bien, on prévoit d'aller en patrouille pour commencer doucement mais on doit établir certaines règles avant.

Derek reprit :

  • Vous êtes encore jeunes, étudiantes et même si on a accepté de faire votre apprentissage plus tôt que la normale, on se doit d'assurer votre sécurité. Marcus nous a expliqué qu'elle pouvait mourir, donc ça va surtout te concerner toi Léa.

La jeune fille baissa légèrement la tête.

Oui bien sûr, elle repensait encore au fait qu'elle allait être inutile. Je pris donc sa main discrètement, pas assez discrètement puisque les deux agents sourirent. Derek continua d'une voix légèrement plus douce, peut être avait-il comprit :

  • Il nous a aussi dit que vous étiez capable de parler par la pensée, ça nous servira beaucoup, peut-être pas en patrouille mais pour plus tard.

Il regarda ensuite Johnas qui reprit donc :

  • Première règle même si je pense qu'elle est inutile à préciser, Feya, ta priorité est de la protéger.

Je souris :

  • Évidement.

Il sourit aussi avant de poursuivre :

  • Deuxième règle j'aimerais que vous suiviez nos ordres un maximum, j'entend par là, que vous devez nous obéir sur le terrain.

Mais Derek ajouta :

  • Sauf si tu ressens du danger pour Léa et qu'on ne l'a pas vu.

Mais je fronçais les sourcils :

  • Pour le moment ce sont plus des règles pour moi que pour elle.

Ils sourirent alors que Johnas reprit :

  • J'y viens justement, Léa tu dois rester loin si jamais ça tourne mal, vous pouvez parler par la pensée donc met toi a l'abri rapidement.

Elle hocha la tête.

  • Ensuite, pour les premières patrouilles j'aimerais que vous restiez toutes les deux en retrait, c'est un peu contradictoire avec ce que j'ai dit avant mais Feya si on n'a pas besoin d'aide je voudrais que tu reste près de Léa.

Toutes ces règles se répétaient un peu…

  • Maintenant nous avons un téléphone pour communiquer directement avec des renforts si besoin, Léa ce sera ta tâche mais uniquement si on te le demande.

Derek fini par sourire en se redressant sur le canapé :

  • Je pense qu'on peut s'arrêter là, le reste viendra sur le terrain, autant ne pas vous faire peur d'avantage, de toute façon rassurez-vous les patrouilles sont calme la plupart du temps.

Johnas se leva donc :

  • Avant d'y aller vous devriez vous changer, je vais chercher ce qu'il faut.

Dès qu'il eu fermé la porte, Derek se pencha vers nous :

  • Qu'est-ce qui te tracasse Léa ?

Elle baissa la tête, n'osant pas répondre…

Il pourrait la conseiller et la rassurer mieux que moi certainement, alors, resserrant un peu plus sa main, je levais les yeux vers Derek :

  • Elle a peur d'être inutile.

L'agent sourit en se redressant :

  • C'est une peur récurrente chez les jeunes invocateurs, pour toi c'est encore plus logique que tu ais peur de ça. En patrouille on n'a pas vraiment de grosses confrontations, mais imaginons que ça arrive. Imaginons que Johnas et moi on se retrouve séparé pour une quelconque raison, je me retrouve avec Feya et toi avec Johnas, grâce à vous il sera très facile de nous retrouver ou de savoir si les autres vont bien.

Léa sourit légèrement en hochant la tête, mais il poursuivit :

  • Il y a énormément de situation où votre lien nous serait très utile et je suis sûr qu'avec le temps tu arriveras à faire des choses seule.

Elle était rassurée, je le sentais, peut-être que le fait de l'entendre de la part d'un agent était mieux.

Johnas revient très vite avec deux uniformes semblables aux leurs, ils nous laissèrent ensuite seules pour qu'on puisse se changer. Ce n'était pas vraiment des tenues très agréable, et elles étaient un peu grandes. Alors dans un sourire j'ajustai la mienne magiquement avant de faire de même avec Léa.

En sortant les deux agents nous fixèrent un instant, finalement Derek sourit :

  • Je pensais pas qu'ils vous iraient aussi bien.

Je lui répondis :

  • Je les ais ajustés.
  • Je vois, utile.

On partit ensuite.

Les rues de la capitale étaient vraiment magnifiques. Tout était éclairé de miles couleurs plus chatoyantes les unes que les autres. Splendide. Les murs blancs offraient de parfaits reflets du soleil et de toute cette magie illuminant la ville. Un dégradé enivrant même en pleine journée.

On s'arrêta vers midi à une belle terrasse emplie de fleures et de monde. Une très belle journée, déjeuner dehors était donc une activité très prisée aujourd'hui.

Hum, il me restait à choisir un repas. Techniquement je n'avais pas besoin de manger mais j'aimais ça et les deux agents nous le payaient donc…

On partage ?

Je souris à Léa, alors elle poursuivit.

J'hésite entre deux plats, si on en prend chacun un on pourra goûter aux deux.

J'hochai la tête à cette idée, pratique. Une omelette avec viande fumée et une immense salade de crabe. Délicieux.

Tout en mangeant, Léa fini par poser une question :

  • Vous ne nous avez pas dit quelles étaient vos magies ?

Derek sourit en terminant sa bouchée avant de parler :

  • Moi augmentation physique, spécialisé en force. Lui c'est télékinésie.

Intéressant comme duo.

Léa se mit à leur poser une tonne de question. Au moins elle semblait moins timide qu'au début avec eux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Djeb
Le mage conquérant est la quête d'une magie immémoriale. Elle va conduire notre héros dans une véritable épopée à travers l'histoire. Une course contre le temps est lancée . Il ne reste qu'un objet à trouver au nécromancien pour plonger l'humanité dans une ère de ténèbres.
3
4
9
3
Défi
artisanmots

Pour ce défi je ne fais pas oeuvre personnelle, je vais citer un passage de l'histoire de Joseph :
Joseph eut encore un autre songe, et il le raconta à ses frères. Il dit : J'ai eu encore un songe ! Et voici, le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi.
Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le réprimanda, et lui dit : Que signifie ce songe que tu as eu ? Faut-il que nous venions, moi, ta mère et tes frères, nous prosterner en terre devant toi ?
La suite de l'histoire de Joseph confirme cette interprétation du songe, puisqu'il arrive que le père, la mère et les frères de Joseph se retrouvent dépendants de lui.
La question qu'on peut se poser : ce songe n'a t'il pas une autre signification ? Il faut rappeler que l'histoire de Joseph est une ode au pardon. Joseph parvient à pardonner à ses frères, qui ont pourtant envisagé de le tuer, et l'ont vendu comme esclave. Dans les Evangiles, la question du pardon n'est traitée que d'une manière théorique et vague. Dans l'histoire de Joseph, on se trouve au coeur du sujet. Se pourrait il alors que le songe du soleil et de la lune représente la récompense pour s'être montré capable d'un si grand pardon ?
2
3
0
1
JoyceAlias
Les lettres ce terminerons quand elles auront envie de le faire, il peu en avoir beaucoup comme presque pas.

J'ai décidé d'écrire des lettres a celui que j'aime et de les partager, j'ai besoin de me défouler et l'écriture, je pense est une bonne façon de le faire. Je sais qu'il y a plein de fautes dedans, mais me le dite pas, ça vient du coeur et c'est l'essentiel. Ce garçon existe et est pour le moment mon ex, je n'écris pas de la même façon mes lettres pour lui, que mes histoires. Surement, qu'elles sont mieux que mes histoires. Il ne les verra sûrement jamais, sinon cela voudrait dire qu'il est de retour dans ma vie.

Si vous n'aimez pas mon idée ne lisez tout simplement pas, personne vous y oblige. Il y aura une publication chaque jour, normalement.
0
0
0
8

Vous aimez lire Pierre d'âme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0