Imperie

5 minutes de lecture

Je fermai mes paupières et sentis très vite une étreinte me faire quitter ce vide. La même sensation, une chute. Mais cette fois j'ouvris immédiatement les yeux et me ralentis de mes ailes.

Une immense cour avec beaucoup de monde. Mais je ne pus regarder plus longtemps que Léa sauta à mon cou.

  • Tu m'as tellement fait peur !

Je souris en l’éloignant :

  • Qu'est-ce que j'ai manqué ?

Elle sourit puis se tourna vers un garçon :

  • Tu vois que je t'ai pas mentit.

La plupart, en file derrière nous, me regardèrent avec étonnement. Léa se tourna ensuite de nouveau vers moi :

  • J'ai reçu plein de chose des gens du train quand ils ont su, ensuite j'ai continué et là on est à l'école Imperie, c'est bientôt notre tour.
  • Notre tour pour quoi ?
  • De faire nos preuves pour entrer dans l'école.

Je me tournai donc : un homme sur une estrade et derrière un comptoir notait des choses en observant un jeune garçon user de magie devant lui.

Léa se rapprocha pour murmurer :

  • Tu sais ce que tu vas lui montrer ?

Lui montrer… comment classaient-ils les invocateurs ? Pas, ils ne les classaient pas tellement ils n'étaient pas assez nombreux.

Je souris :

  • Il n'y a qu'une classe d'invocateur.
  • Sérieusement ? Hum, donc ça ne sert à rien de se donner à fond…
  • À part se faire remarquer.

Celui devant nous finit à ce moment-là.

  • Suivant !

On s'avança toutes les deux sur la petite estrade protégée d'un bouclier. L'homme leva un sourcil :

  • Laquelle de vous deux est la candidate ?
  • Moi, je m'appelle Léa Makis.
  • Bien, un candidat à la fois alors elle doit sortir de la zone.
  • C'est mon invocation, elle s'appelle Feya.

Un silence suivit, finalement, il remonta d'une main les lunettes qu'il avait sur le nez :

  • Approchez.

On obéit. Il nous tendit alors deux objets, on en prit chacune une et ils s’illuminèrent très vite.

  • Bien, très bien, allez attendre avec les autres.
  • On ne passe même pas d'épreuve ?
  • Non, allez-y.

On n'attendit pas bien longtemps avant qu’un homme ne s'approche de nous. Un homme, ou plutôt une montagne de muscles, une peau très bronzée, une mâchoire carrée très prononcée, des cheveux sombres bien sûr, longs et attachés sur sa nuque, une brute d'apparence. Retirant la cigarette de ses lèvres il baissa ensuite les yeux vers nous :

  • Léa Makis ?
  • Oui.
  • Bien, je suis Marcus, professeur de la classe d'invocateurs, suivez-moi.

On obéit pour ensuite entrer derrière lui dans l'un des nombreux bâtiments entourant la cour.

Les couloirs étaient très sobres, une peinture simple, des formes simples, comme si tout avait été refait récemment.

On arriva finalement dans une immense salle à moitié emplie de gradins. Une salle d'entraînement ? Oui. On se rendit au centre et très vite le professeur fronça les sourcils en apercevant une dizaine de garçons dans les gradins :

  • Que faites-vous là ?
  • On voulait voir s'il allait enfin y avoir un nouveau !

Tous se mirent à rire… pourquoi riaient-ils ? Parce que nous étions des filles, et qu'il n'y en avait pas d'autre chez les invocateurs…

Marcus soupira de nouveau mais se redressa face à nous :

  • Bien, donc expliquez-moi, Léa tu es l'invocatrice c'est ça ?

La jeune fille sourit :

  • Oui, elle s'appelle Feya mais elle a sa propre conscience.
  • Hum, qu'est-ce que tu entends par conscience ?

Léa me regarda, je répondis donc :

  • Je pense par moi-même.

Il leva un sourcil et leva une main à sa mâchoire comme pour mieux réfléchir. Finalement il sourit :

  • De quoi es-tu capable ?

Je fis la moue, devais-je tout lui dire ? Léa fini par me prendre la main et répondre pour moi :

  • Bouclier d'énergie, absorption d'énergie, création enfin magie de mémoire, et elle peut répondre à pratiquement n'importe quelle question.
  • Qu’entends-tu par magie de mémoire ?
  • Mon père est un soigneur, magie d'augmentation corporelle, il s'occupait de victime d'un agresseur et elle a reproduit la lame dont il se servait à partir d'une plaie.
  • Je vois, pratique, et pour les questions ?

Pendant qu'elle lui répondait je me mise à réfléchir à autre chose, comment savait-elle pour la magie de mémoire ? Aussi précisément ? Puisqu'on n'en avait jamais parlé et qu'elle n'avait pas été là lorsque je l'avais utilisée, c'était étrange…

  • Feya ?

Je tournai la tête vers Léa en revenant de mes pensées, elle me sourit :

  • A quoi pensais-tu ?
  • Je ne t'ai jamais parlé ni expliqué la magie de mémoire.

Elle perdit son sourire et sembla elle aussi se mettre à réfléchir.

Finalement le professeur se racla la gorge pour attirer notre attention :

  • Les invocateurs sont reliés à leurs invocations, on ressent certaine chose comme leur baisse d'énergie ou si leur noyau est endommagé, puisqu’elle a une conscience il est peut-être possible que vous puissiez communiquer toutes les deux.

J'échangeai un regard avec Léa, avant que finalement elle ne le regarde de nouveau :

  • Comment ?
  • Ça va être à vous de trouver.

Léa fit la moue. Moi je réfléchissais maintenant à autre chose : devais-je lui dire pour mon... amélioration ? A ma mort ?

  • Feya ? Qu'est-ce qu'il y a ?

Le professeur sourit :

  • Tu vois, tu sais déjà quand elle se pose des questions, c'est un bon début.

Je me penchai vers Léa pour murmurer :

  • Est-ce qu'on peut tout lui dire tu penses ?

Elle hocha la tête, alors je me tournai vers le professeur :

  • Nous avons pris le train pour venir ici et il y a eu un attentat, j'ai dû absorber l'énergie d'un élémentaire pour le tuer puis réparer les moteurs et leur rendre de l'énergie, mais je n'avais pas assez d'énergie pour le faire et survivre.
  • Hum, comme une invocation normale tu ne peux pas mourir vraiment si ton invocateur ne meurt pas.
  • Mais pendant ma mort j'ai… changé mon corps, pour avoir plus d'énergie.

Cette fois il fronça les sourcils et réfléchit à voix haute :

  • Très intéressant, une invocation qui peut évoluer selon la façon dont elle est morte… Hum… est-ce que tu as des sensations ou des sentiments ?
  • Des sentiments oui, j'avais peur de mourir, mais je n'ai pas eu de douleur.
  • Tu es morte en utilisant toute ton énergie donc ce n'est pas forcément douloureux, voyons voir…

Il s'approcha, me prenant un poignet avant de couvrir son bras d'une lame de pierre… Rien, aucune douleur lorsqu'il m'entailla le bras.

  • Non, pas de douleur.

Il eut un large sourire et se mit à rire :

  • Parfait ! Léa va dans les gradins.

La jeune fille fronça les sourcils :

  • Pourquoi ?
  • Pour la tuer.

Me tuer ? Sérieusement ? Mais Léa semblait s'y opposer :

  • Pourquoi voulez-vous la tuer comme ça sans raison ?

Le professeur sourit :

  • Je veux la tester, déjà voire actuellement comment elle se bat puis savoir ce qu'elle va changer.
  • Elle a mis 3 jours à revenir quand elle est morte…
  • La première fois est toujours longue, ne t'en fais pas.

Elle soupira finalement en se tournant vers moi :

  • Défends-toi quand même.

J'hochai la tête.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Djeb
Le mage conquérant est la quête d'une magie immémoriale. Elle va conduire notre héros dans une véritable épopée à travers l'histoire. Une course contre le temps est lancée . Il ne reste qu'un objet à trouver au nécromancien pour plonger l'humanité dans une ère de ténèbres.
3
4
9
3
Princesse40

Un jour, deux jours, trois jours
Une heure, cinq heures, dix heures
Mes doigts s'impatientent de tapoter 
Papoter avec les siens
Une addiction naissante 
Une amitié ou autre chose 
Qu'importe, une rencontre me suffit
Pourtant une pensée fugace je dissimule 
Mon esprit virevolte dans cette danse
Équilibriste entre deux eaux 
Je n'espère jamais plus qu'il ne me donne
3
1
0
0
Défi
Anais Doucet

Je me reveille ...
Bon sang c'est quoi cette endroit .
ça semble etre une piece banale mal éclairée une armure et poster au centre, ce qui me surprend et à la fois je suis rassure d'avoir de la compagnie .

- Bonjou (dis-je timidement)

L'armure bouge je cligne des yeux esperant que cela et un rêve

- La question et la réponse

un blanc s'installe

- Comment ça vous ête qui ?

Il répond la même chose
je m'agace, cet un perroquet ce type ou quoi .

- Bon pose ta question ?
- Je suis un lieu inconnu de tous .
- Pluton
- Je suis ..

Je ne le laissa pas termine sa phrase je lui lance le premier truc qu' il me vien a l'esprit un caillou il tremble légerement et il dis d'un ton lent .
- Je suis ...un ... Lieu ....inconnu ... de ... tous

purée il le fais expret je vais l'etripe mais il y a que lui et je dois me contenir car il est sens doute ma cle pour sortir de ce rêve ou de ctte endroit bizarre .

- Donne moi un indice aussi .

il dit d'une voix robotique
- Je n'aipas d'indice a vous fournir
- Grrr .Le soleil

il fais non de la tête

Je croise les bras puis je reflechis peut etre que si je faissait un coup de séduction sa marcherer je vais essayer .
Je releve mes cheveux et lui lance un regard sécductrice .

- Allez s'il te plait laisse moi partir d'ici je ne dirais rien a ton superieur promis
Je lui fais un clien d'oeil
il semble indiferent et reagis de façon froide

- Ta beaute m'evoque une truie
Je suis vexer par ce qui ma dis mais j'essaye de lui montre que ceci ne ma pas affecter

- Bon bref passons
- J'attend
- Oui deux minutes

il reste là a attendre je réflechis puis je me met a ricane
- mais ou je suis ?

il disparait et une porte apparait je fut ebaie qui aurais devenier que la reponse et Mais ou je suis ?

1
2
95
1

Vous aimez lire Pierre d'âme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0