Naissance

5 minutes de lecture

Le vide m'entourait, je flottais dans un vide doux et protecteur. Mon corps, il ne voulait pas bouger. Comment bougeait-on ? Où étais-je ? Ce noir, j'avais l'impression de l'avoir toujours connu, d'y avoir toujours été, d'avoir attendu que l'on m'en sorte.

Quelque chose vint m’effleurer. Je forçai sur mon cou, baissant les yeux : un tissu, blanc, transparent, s’enroulait autour de moi en suivant la moindre courbure de mon corps. Des vêtements finirent par se distinguer, cachant mes formes. Que se passait-il ? Pourquoi étais-je habillée ? Ça n'avait jamais été le cas avant, je crois. Pourquoi ?

La sensation douce était agréable, une caresse sur mon corps qui n'avait jamais été touché ; il me semble. 

Un froid me prit alors qu'une lumière apparue, bien trop forte pour mes pupilles. Que se passait-il ? Mon corps bougea, se contractant pour suivre le chemin qu'on lui faisait emprunter.

Le vide, je le quittais, je le sentais, que se passait-il ? Pourquoi ?

Une atmosphère, un air que je pouvais maintenant respirer. De l’oxygène, il me semblait vital à présent. Pourquoi n’en avais-je jamais eu avant ? Ce vide, ce noir, je n’avais pas respiré là-bas. Je pouvais donc m’y soustraire ? Ou bien avais-je été dans un état de stase ? D’hibernation en attendant d'arriver ailleurs.

J'avais atterri, oui, mais où ? Je soulevai mes paupières pour comprendre, et me redressai. Du sable volait ; peut-être était-ce à cause de moi ? Je l'ignorais.

Levant les yeux je ne pus m'empêcher de sourire au ciel bleu, magnifique ; moi qui n’avais vu que du noir durant toute mon existence ; c'était beau, et ce frisson, cette douce brise venant caresser les endroits découverts de mon corps. C'était agréable.

  • Elle vient d'apparaître, elle est encore perdue, abattez-la !

Une langue étrange, peu mélodieuse mais détaillée, usant de beaucoup de mots pour pas grand-chose, cette voix brutale ne la mettait pas du tout en valeur. Qu'avait-il dit ? Abattez-la. Une protection, s'il parlait de moi je devais me protéger, mais comment ? Immédiatement une multitude d'informations me vint en tête.

Magie.

J'eus un sourire alors que la poussière se soulevait de nouveau. C'était beau, eux aussi utilisaient de la magie, des millions de couleurs s'arrêtant sur le bouclier qui me protégeait. C'était magnifique de l'intérieur. Un arc-en-ciel d'explosions plus brillantes les unes que les autres, s'arrêtant à quelques centimètres de moi et se dispersant dans l'air chargée de particules.

Finalement ils s'arrêtèrent. User tant d'énergie pour me tuer, pourquoi ? Je venais d'apparaître, c'était ce qu'il avait dit. Qui m'avait fait apparaitre ? Je le sentais, elle était toute proche. Alors, lorsque la poussière retomba enfin, je me retournai. Elle était là, c'était elle, elle qui m'avait fait venir jusqu'ici, mais elle n'était pas seule…

Comment osait-il ? Allongé sur elle, lui tenant les mains, prêt à la violer. Comment osait-il ?

Alors que je m'élançais vers lui, une voix forte résonna derrière moi :

  • Pierre dégage vite !

Trop tard.

Son corps était faible, ses côtes craquèrent vite sous mon genou. Plaisant. C'était si fragile. La sensation de ses os se brisant sous l'impact me procura un plaisir fou. Il souffrait, j'appréciais. Du sang s'échappa de ses lèvres, immolant le sol qui n'en avait peut-être jamais vu autant. Son dos venait à peine de se fracasser contre un mur de pierre que je m’avançais de nouveau vers lui. Mais alors que je le soulevais, le tenant au cou pour voir son visage tétanisé, elle s'était redressée :

  • Arrête ! Ne le tue pas s'il te plaît…

Je stoppai donc mon geste. Elle ne voulait pas de mort ? Bien. Je laissai l'homme retomber au sol, il ne poserait plus de problème vu son état de toute façon.

Je me retournai vers elle alors que les autres agresseurs partaient déjà. Une petite bande de lâches, rien de plus.

Elle replaça les mèches de ses cheveux bruns décoiffés. Son visage blanc et ses vêtements étaient couverts de poussière. Elle paraissait tellement faible ainsi. Peut-être encore plus par sa petite taille et sa silhouette fine.

Au moins elle ne semblait pas blessée et se leva très vite face à moi.

  • Tu es… mon invoc ?

Invoc ? Qu'est-ce que ça signifiait ? Une invocation, les informations me furent immédiatement transmises alors je souris :

  • Oui.

Elle s'égaya aussitôt puis regarda autour. Oui, les hommes étaient partis mais la totalité du village nous fixait.

  • Viens.

J'obéis et la suivis donc.

Pourquoi personne n'était intervenu ? Ils avaient peur de ces hommes.

Dans quelle ville étions-nous ? Kanad, ville de l'empire Emguine, proche de la frontière. Elle habitait sûrement ici.

  • Pourquoi t'ont-ils attaquée ?

Elle me regarda avec un certain étonnement avant de répondre en désignant son sac porté en bandoulière :

  • Ils voulaient ça.
  • Pourquoi ?
  • Je reviens d'Agaren, ce sont des marchandises pour mon père. Il est soigneur et ça vaut assez cher.
  • Pourquoi y es-tu allée seule ?
  • Avant Batiste venait avec moi.
  • Qui est Batiste ?

Elle baissa légèrement la tête :

  • Mon ami d'enfance.
  • Où est-il ?
  • Partit pour la capitale.
  • Pourquoi ?
  • Tu poses beaucoup de questions pour une invocation…

Je ne pus m'empêcher de sourire :

  • Les invocations de haut niveau ont leur personnalité propre.
  • Donc tu… tu es de haut niveau ? Genre combien ?
  • Je ne sais pas vraiment.

Un silence suivit, je compris en la regardant, étonnée, elle ne savait plus quoi dire…

En réalité je n'étais même pas certaine d'être bien une invocation. Toutes leurs caractéristiques me correspondaient, mais je n'étais pas censée être aussi réfléchie. Mon énergie magique et vitale me venaient d'elle, donc nous étions reliées. J'étais apparue lorsqu'elle me l'avait demandé, insciemment pour cette fois parce qu'elle avait été en danger. J'usais d'une magie hors norme, de plusieurs mêmes. Mais je réfléchissais, j'avais mes propres pensées et techniquement je n'étais pas obligée d'obéir à ses ordres, également, mon apparence était proche d'une humaine, hormis les ailes de plumes dans mon dos, je n'avais rien de différent.

J'avais donc beaucoup de points communs avec une invocation normale, mais aussi quelques différences.

Voyant enfin qu'elle me fixait toujours, peut-être pour des explications, je me décidai à lui poser une autre question à laquelle elle n'avait pas encore répondu :

  • Alors ? Pourquoi Batiste est parti à la capitale ?
  • Pour entrer dans une école de magie.
  • Et pas toi ?
  • Il faut avoir éveillé sa magie pour y aller.
  • Maintenant elle l'est.

Un immense sourire vient sur son visage et son pas s'accéléra :

  • On doit te présenter à mes parents avant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 16 versions.

Recommandations

Djeb
Le mage conquérant est la quête d'une magie immémoriale. Elle va conduire notre héros dans une véritable épopée à travers l'histoire. Une course contre le temps est lancée . Il ne reste qu'un objet à trouver au nécromancien pour plonger l'humanité dans une ère de ténèbres.
3
4
9
3
Défi
artisanmots

Pour ce défi je ne fais pas oeuvre personnelle, je vais citer un passage de l'histoire de Joseph :
Joseph eut encore un autre songe, et il le raconta à ses frères. Il dit : J'ai eu encore un songe ! Et voici, le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi.
Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le réprimanda, et lui dit : Que signifie ce songe que tu as eu ? Faut-il que nous venions, moi, ta mère et tes frères, nous prosterner en terre devant toi ?
La suite de l'histoire de Joseph confirme cette interprétation du songe, puisqu'il arrive que le père, la mère et les frères de Joseph se retrouvent dépendants de lui.
La question qu'on peut se poser : ce songe n'a t'il pas une autre signification ? Il faut rappeler que l'histoire de Joseph est une ode au pardon. Joseph parvient à pardonner à ses frères, qui ont pourtant envisagé de le tuer, et l'ont vendu comme esclave. Dans les Evangiles, la question du pardon n'est traitée que d'une manière théorique et vague. Dans l'histoire de Joseph, on se trouve au coeur du sujet. Se pourrait il alors que le songe du soleil et de la lune représente la récompense pour s'être montré capable d'un si grand pardon ?
2
3
0
1
JoyceAlias
Les lettres ce terminerons quand elles auront envie de le faire, il peu en avoir beaucoup comme presque pas.

J'ai décidé d'écrire des lettres a celui que j'aime et de les partager, j'ai besoin de me défouler et l'écriture, je pense est une bonne façon de le faire. Je sais qu'il y a plein de fautes dedans, mais me le dite pas, ça vient du coeur et c'est l'essentiel. Ce garçon existe et est pour le moment mon ex, je n'écris pas de la même façon mes lettres pour lui, que mes histoires. Surement, qu'elles sont mieux que mes histoires. Il ne les verra sûrement jamais, sinon cela voudrait dire qu'il est de retour dans ma vie.

Si vous n'aimez pas mon idée ne lisez tout simplement pas, personne vous y oblige. Il y aura une publication chaque jour, normalement.
0
0
0
8

Vous aimez lire Pierre d'âme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0