Jeudi 19 septembre / 5

3 minutes de lecture

Emmanuel

Charlotte ne rentre finalement pas trop tard. Les enfants sont couchés et je me suis affalé devant la télévision en l'attendant. Dès que j'entends la porte d'entrée s'ouvrir, je me précipite dans le hall. Julie sur ses talons, elles semblent toutes les deux de bonne humeur. Même un peu pompette.

— Julie accepte de boire encore un verre si tu la ramènes, m'annonce Charlotte.

— Non ! J'ai dit que j'acceptais encore un verre... mais sans alcool, sourit Julie en m'embrassant tendrement la joue.

Je fronce les sourcils, les regardant l'une et l'autre me demandant si Charlotte lui a parlé ou si elle s'est dégonflée. Je referme la porte derrière elles et les prie de ne pas faire trop de bruit. Marion a eu du mal à s'endormir. On s'installe au salon, chacune sur un fauteuil me laissant le canapé pour moi tout seul. Je m'en étonne.

— Tu devais être bien étalé avant notre arrivée, on ne va pas te priver de ta position favorite, se moque Charlotte.

Je meurs d'envie de leur demander si elles se sont parlé... comment s'est passée la discussion, mais je n'ose pas. Je me mords la lèvre, plissant les yeux, cherchant des indices dans leurs attitudes, sans que je ne devine quoi que ce soit. Julie finit par éclater de rire.

— Arrête de nous étudier pareillement, Manu. On ne s'est pas crêpé le chignon. Tu avais raison, elle n'est pas fâchée.

— Et toi ?

— Pourquoi je serais en colère ?

— Peut-être pas en colère... mais comment te sens-tu ?

— Surprise, c'est le moins qu'on puisse dire. Et honnêtement ce n'est pas le lieu pour en discuter, dit-elle en levant les yeux au plafond pour parler des enfants.

— Sans doute pas, non. Mais si tu es là c'est que...

— Que j'accepte d'y réfléchir, dit-elle pour conclure l'interrogatoire.

Mon cœur a fait un saut et ma respiration s'est arrêtée. Je souris, me détends, penche la tête et regarde Charlotte avec tendresse.

— Tu as su te faire persuasive ! la félicité-je.

— T'emballe pas. Elle n'a pas encore accepté.

— Non, mais elle n'a pas fui à l'autre bout du pays. Qu'est-ce que vous préférez ? Un café ? Une bière sans alcool ou un jus de fruit ?

— Un décaféiné, volontiers, si tu as.

Charlotte fait le même choix et pendant que je m'occupe des boissons, Julie poursuit :

— Je n'ai pas fui, mais j'aurais bien aimé m'enfiler sous la table.

— Arrête, gronde gentiment Charlotte. Tu es restée cool et très calme. Tu m'as écoutée jusqu'au bout et je crois même que tu as compris.

Je place sur un plateau, les tasses, le sucre, la crème et des petits biscuits, puis questionne en les rejoignant :

— Tu as besoin de réfléchir à quel propos ?

— Des sentiments, l'importance que cela peut prendre dans ma vie et dans la vôtre.

— Sans compter sur le nombre d'occasions qui te feront envisager une vraie relation.

— C'est ce dont tu as peur ? De ne pas te sentir libre de rencontrer un autre mec ?

— Non, pour l'instant j'ai envie et besoin de tout sauf de remettre un homme dans mon quotidien. Je ne suis ni prête à lui faire de la place, et encore moins à le présenter à mes enfants. Mais le jour où...

— Tu te demandes comment tu l'expliqueras ?

— Je ne me vois pas expliquer ça, dit-elle horrifiée.

J'éclate de rire, imité par ma femme. Julie nous intime de faire moins de bruit alors qu'elle-même pouffe.

— Et au final ça donne quoi ? Enfin, je veux dire... je saurai quand si tu as pris ta décision ?

— Regarde-moi cet impatient, sourit Charlotte en posant une main sur mon bras dans un geste de tendresse infinie.

— Tu le sauras, Manu, me promet Julie, un sourire dans les yeux.

Annotations

Recommandations

Angelinnog
« Souvent, il s'était amusé à comparer les membres du groupe aux cinq doigts d'une main.

Ekaterina, fière et majestueuse, avait toujours été l'index. C'était celle qui dirigeait, qui ordonnait, qui surplombait tout le monde par son élégance et son regard fier, celle que l'on admirerait toujours. Elle serait celle que le monde retiendrait, bien après que KOBSE se soit éteint.

Dans toute sa passion pour la provocation, Sun Mei incarnait le majeur. En un doigt d'honneur assumé au monde, elle avait fait ses choix sans le concours de rien ni personne. Qui l'aime la suive ou se taise à jamais, tel était son mantra.

En poursuivant l'analogie, Blake, étoile montante du septième art, pouvait prétendre au trône de l'annulaire. Légèrement en retrait derrière notre leader et sa féroce adversaire, elle brillait elle-même, à sa façon, dans un autre domaine.

Soutien inébranlable du groupe, Honor et son amour presque maternel se maquillaient en pouce pour consolider les liens et les amitiés qui se tissaient entre les filles. Bien qu'elle fut issue d'une des plus prestigieuses familles anglaises, jamais son ascendance noble ou la réussite ne lui étaient montés à la tête.

Enfin, Felicia. Certains se demanderont toujours quel était son rôle dans un groupe de femmes influentes et respectées. Elle, si discrète et effacée, semblait ne pas valoir sa place. Pourtant, elle l'avait et elle la méritait. Car sans elle, l'équilibre serait rompu et la balance s'écroulerait. Alors, elle était un auriculaire, dans toute sa modestie, petite de taille et grande de cœur.

Cinq doigts, cinq lettres, cinq filles, si différentes mais tellement complémentaires, reliées par leur passion : le chant. C'était ainsi qu'il les avait toujours vues et qu'il les verrait toujours. »
16
17
30
87
Fred Larsen
C'est un polar commencé il y a plus de 20 ans. Il se passe en 1997, d'où l'utilisation des francs et pas des euros dans les échanges entre les personnages.

Je vais m'atteler à le terminer et je suis preneur de toutes les remarques de votre part, bien sûr
12
45
155
52
Slamity Jane
Cet ensemble de textes est une approche sociale et poétique de notre rapport à l'Autre.
139
42
27
7

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0