Vendredi 16 août / 3

2 minutes de lecture

Charlotte

Je tremble et retiens mes sanglots. Pour la première fois en vingt ans, j'ai fait semblant. J'ai simulé mon orgasme pour lui permettre de me faire l'amour comme il préfère. Pour la première fois, je comprends le malaise, perçois ce qu'il tente de m'expliquer et je devine l'ampleur de son désarroi. Je suis en train de perdre mon mari et je panique. Il faut absolument qu'il couche avec cette femme, qu'il tue le fantasme, qu'il puisse passer à autre chose et surtout qu'il me revienne. En ce moment, je ne pense plus à Julie notre amie, mais Julie le fantasme vivant de mon mari, celui qui l'empêche d'être bien et de me rendre heureuse. Ce désir dicté par l'imaginaire, par ce qu'il pourrait ressentir avec elle, dans ses bras.

Forcément le risque est grand, si réellement c'est ce qu'il recherche, ce dont il a besoin pour une sexualité épanouie. Mais la vie à mes côtés lui convient. S'ils ne partagent que du sexe, moi, cela me va.

— Et par vengeance ?

La voix pâteuse, comme s'il somnolait, il grogne un « quoi ? » suivi d'un bougonnement et d'un « viens, on rentre ».

La conversation n'est pas finie et j'aurais préféré ne pas l'interrompre, mais je me hisse hors de cette couche de fortune suffisamment agréable pour une sieste ou des ébats torrides, mais pas pour une nuit de repos.

Une fois allongés dans notre chambre, Manu m'embrasse tendrement en me disant « bonne nuit ».

— J'ai besoin de... savoir. Et par vengeance, Manu ?

— Par vengeance de quoi et de qui ?

— Julie. Elle pourrait vouloir rendre la pareille à Tim et accepter de coucher avec toi, juste une fois.

— Peut-être, je n'en sais rien. Mais même dans cette éventualité, je pense que je ne serai pas le mieux placé. Je te rappelle que je bosse avec Tim.

— Tu n'as pas besoin de le lui dire. Et Julie ne le criera sur les toits. Elle peut lui dire qu'elle a couché, sans révéler ton identité. Compteur à zéro.

— S'ils se rabibochent, c'est vraiment pas le moment. Julie voudra mettre toutes les chances de son côté.

— Moi je pense qu'elle devrait lui montrer qu'elle aussi peut aller voir ailleurs. Je comprends qu'elle n'y arrive pas avec un inconnu, mais toi c'est pas pareil. Vous vous plaisez et elle a confiance en toi.

— Le dernier argument n'aura aucun poids sur elle, je pense.

Je souris. C'est la première fois qu'il ne me contre pas. Qu'il ne dit pas que c'est une bêtise. L'idée semble enfin faire son chemin dans son esprit.

— On pourrait peut-être lui parler, tous les deux. Ainsi elle verra que de notre côté, cela ne pose pas de souci.

— Je n'arrive pas à imaginer cette discussion et encore moins avec Julie. Charlotte, il faut dormir. Nous reprenons la route demain.

Il a raison et je le lui dis. Mais si lui s'endort, mon esprit cogite de longues minutes et si Manu ne parvient pas à visualiser cette discussion, moi je le fais facilement. Lorsque personne ne triche et que tout le monde partage ses émotions, il n'y a plus de problèmes, mais que des solutions.

Annotations

Recommandations

Angelinnog
« Souvent, il s'était amusé à comparer les membres du groupe aux cinq doigts d'une main.

Ekaterina, fière et majestueuse, avait toujours été l'index. C'était celle qui dirigeait, qui ordonnait, qui surplombait tout le monde par son élégance et son regard fier, celle que l'on admirerait toujours. Elle serait celle que le monde retiendrait, bien après que KOBSE se soit éteint.

Dans toute sa passion pour la provocation, Sun Mei incarnait le majeur. En un doigt d'honneur assumé au monde, elle avait fait ses choix sans le concours de rien ni personne. Qui l'aime la suive ou se taise à jamais, tel était son mantra.

En poursuivant l'analogie, Blake, étoile montante du septième art, pouvait prétendre au trône de l'annulaire. Légèrement en retrait derrière notre leader et sa féroce adversaire, elle brillait elle-même, à sa façon, dans un autre domaine.

Soutien inébranlable du groupe, Honor et son amour presque maternel se maquillaient en pouce pour consolider les liens et les amitiés qui se tissaient entre les filles. Bien qu'elle fut issue d'une des plus prestigieuses familles anglaises, jamais son ascendance noble ou la réussite ne lui étaient montés à la tête.

Enfin, Felicia. Certains se demanderont toujours quel était son rôle dans un groupe de femmes influentes et respectées. Elle, si discrète et effacée, semblait ne pas valoir sa place. Pourtant, elle l'avait et elle la méritait. Car sans elle, l'équilibre serait rompu et la balance s'écroulerait. Alors, elle était un auriculaire, dans toute sa modestie, petite de taille et grande de cœur.

Cinq doigts, cinq lettres, cinq filles, si différentes mais tellement complémentaires, reliées par leur passion : le chant. C'était ainsi qu'il les avait toujours vues et qu'il les verrait toujours. »
16
17
30
87
Fred Larsen
C'est un polar commencé il y a plus de 20 ans. Il se passe en 1997, d'où l'utilisation des francs et pas des euros dans les échanges entre les personnages.

Je vais m'atteler à le terminer et je suis preneur de toutes les remarques de votre part, bien sûr
12
45
155
52
Slamity Jane
Cet ensemble de textes est une approche sociale et poétique de notre rapport à l'Autre.
139
42
27
7

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0