Jeudi 6 juin

2 minutes de lecture

Charlotte

J’attrape mon sac à main sur le siège passager et les croissants achetés à la boulangerie du village, quitte ma voiture et remonte l’allée des Chablot. Même de ce côté de la maison tout est parfait. Aucunes mauvaises herbes, un gazon comparable à celui d’un terrain de golf, le tuyau d’arrosage parfaitement rangé, enroulé aussi bien qu’un neuf, les vélos alignés sur le côté du garage, aucune toile d’araignée dans les angles… c’est pas possible, Julie doit passer sa vie à nettoyer.

Je sonne et la porte s’ouvre presque immédiatement.

— Charlotte, je suis contente de te voir. Entre.

Il me semble que ses joues ont rosi en me voyant, mais ça doit être mon imagination. Je fais mine de retirer mes tongs alors qu’elle m’en empêche.

— J’ai installé la terrasse, on sera mieux dehors, je pense. Garde tes chaussures, je n’ai pas encore balayé les dalles.

— Parce que… tu balaies la terrasse ?

— Oui, tu sais avec les feuilles, les fleurs fanées et les miettes laissées par les enfants lors des repas… Mais ce matin, j’ai pas encore eu le temps.

— Y a pas besoin de faire tant de chichis pour moi, tu sais.

Julie éclate de rire en disant :

— Je le fais tous les jours, Charlotte. C’est plus pour Tim que pour toi, me confie-t-elle en me faisant un clin d’œil.

J’en reviens pas. Tous les jours ? Punaise… y en a qui ont du temps à perdre. Une fois par semaine et encore… juste avant la venue des amis ou après le passage de la tondeuse pour éviter d’en mettre partout c’est largement suffisant. Surtout qu’au moindre coup de vent, tout est à refaire.

Je manque de réaction alors que Julie continue sa tirade sur ses habitudes de nettoyage. Faut vite que je change de sujet, parce que parler serpillère… moi ça ne me fait pas rêver.

Julie

Je sens mes joues rougir et mes mains trembler.

J’ai embrassé son mari ! Cette image me hante depuis mardi… non depuis le premier baiser. Mais si j’avais réussi à excuser le premier écart, le second, beaucoup plus assumé me rend totalement fébrile ce matin. Parler du ménage et de Tim avec ses exigences me semblent être une bonne idée, même si je vois que Charlotte n’adhère pas vraiment.

— Tu prends un petit café ou plutôt un allongé ?

Sans réponse de sa part, je me retourne et la découvre les bas ballants au milieu du salon alors que j’étais déjà sur la terrasse. Je souris, reviens vers elle et répète :

— Tu veux un café ? Ou tu préfères autre chose ?

— Café… volontiers.

Une fois près de la table, elle tire une chaise, dépose les croissants sur la table et son sac à ses pieds. Je sors une assiette que je place sur le plateau déjà préparé, ajoute la cafetière italienne chaude et remplie du précieux nectar et rejoins Charlotte sur la terrasse.

— Le soleil n’est pas encore trop chaud à cette heure, mais tu aimerais que j’installe le parasol ?

Elle secoue la tête, expliquant qu’elle adore la chaleur des rayons. Celui du matin est celui qui la fait le moins rougir.

— Je suis repartie avec un beau coup de soleil, dimanche, rigole-t-elle.

Je la remercie pour les croissants, dépose une serviette devant elle et lui demande si elle aimerait plutôt une assiette.

Annotations

Recommandations

thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
235
331
858
183
XiscaLB
On dit "jamais deux sans trois", ça vaut aussi pour nos récits ;)
Bienvenue à vous sur ce nouveau 4 mains !
Lecossais et moi vous souhaitons une bonne lecture !
_______________________________

Rien ne les destinait à se rencontrer.
Militaire de carrière, Julia est caractérielle, indépendante et prête à tout pour se faire respecter.
Responsable Financier d’une ONG, Arthur est rêveur, utopiste et déteste tout ce qui porte une arme ou un treillis.
Le destin les réunit sur le terrain, au milieu des bombes et des réfugiés. La guerre fait rage en Silvanie et ils vont devoir travailler ensemble, mettre de côté leurs différences. Leur objectif commun : sauver le plus de réfugiés possible et leur offrir un espace où vivre et survivre en attendant la fin de la guerre. Et c’est sans doute le seul point sur lequel ils s’entendent.
Malgré une rencontre mouvementée et un contact électrique, il l’énerve autant qu’il l’attire, elle l’agace autant qu’elle l’hypnotise. Elle résiste à tout prix, quand lui ne veut qu’une chose : qu’elle craque.
Tous deux sont bien loin de se douter qu'au-delà de leur attirance mutuelle se joue bien plus. C’est le sort du pays tout entier qui est en jeu, c’est l’avenir de la Silvanie que leurs actions vont influencer. Leur relation survivra-t-elle à tant de pression ?
227
355
27
110
Défi
Lina2402
Réponse à Feuille blanche

Défi lancé par ⠨⠏⠁⠞⠭⠁⠗⠁⠝ [pat.ʃa.ʁan] ꜽꜿꝘꝍꜽꝕ
82
219
19
18

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0