Mardi 4 juin / 9

4 minutes de lecture

Julie

J’éteins la lumière de la cuisine et m’approche de Tim, allongé sur le canapé, les yeux rivés sur son téléphone, la télévision en bruit de fond.

— Tu travailles encore ?

— Non, je regardais quelques vidéos.

— Si Tiphaine te voit, elle ne comprendra pas. Tu lui interdis les petits écrans le soir.

— Je ne vais pas me coucher tout de suite et je suis adulte. Je n’ai pas à suivre les mêmes règles. Mais tu as raison, acquiesce-t-il en éteignant son smartphone et le posant sur la table basse.

Je prends un livre et m’installe dans le fauteuil près de mon mari, allume la lampe proche du siège et commence ma lecture pour la librairie. Mais je n’arrive pas à entrer dans l’histoire. L’auteur me semble un peu brouillon, à moins que cela ne soit le fait que Tim change de programme toutes les trente secondes, apparemment insatisfait des propositions du soir.

— Au fait, demain, je peux prendre ta voiture ?

— Oui, je n’en ai pas besoin.

— J’ai dit au garagiste de t’appeler quand la mienne sera prête.

— Et tu veux que j’aille la chercher ?

— Oui. Ma journée est bookée je n’aurai pas cinq minutes. Tu as le temps toi.

Le garage se trouve dans une zone industrielle avec peu de transports en commun. Comment je vais m’y rendre sans véhicule ? En vélo ? Jamais il ne rentrera dans le coffre de la berline de Tim. Je demanderai plutôt à une voisine. J’espère que je serai rentrée pour préparer le repas.

Je cherche la dernière phrase lue lorsque Tim m’interrompt à nouveau :

— Il est sympa, n’est-ce pas ?

Je tourne la tête en direction de l’écran ne sachant pas de qui il me parle.

— Manu. Mon collègue. Sympa et très imaginatif. J’adore sa manière de concevoir les projets. J’ai même parfois l’impression qu’on se comprend en un regard. On est vraiment sur la même longueur d'onde.

Sans pouvoir le contrôler, mes joues rosissent et mon cœur palpite. Et si Manu en avait aussi parlé à Tim ? Non… il me l’aurait dit.

— Oui… très.

— Par contre Charlotte…

— Quoi ? Qu’est-ce que tu reproches à sa femme ? demandé-je précipitamment.

— Elle est un peu provocante, non ? Sa tenue dimanche…

— Je n’ai pas remarqué, mentis-je.

C’est vrai que son maillot de bain était très échancré, mais j’ai trouvé ça joli et pas du tout mal placé. Je n’oserai pas en porter un identique, mais elle n’a pas ma silhouette et semble parfaitement assumer ses formes. Et son âge.

— Les fesses à l’air ? Tu n’as pas vu ? s’étonne Tim.

— Si… peut-être… un peu. Mais on était entre nous.

— Justement… c’était la première fois qu’elle venait chez nous. Elle aurait pu mettre une jupe ou un short.

— Tim… tu exagères. Ils venaient pour se baigner et elle a mis un maillot… Je ne vois pas ce que tu lui reproches.

— C’était une ficelle, pas un bikini. Quel exemple pour les enfants. Mais ce n’est pas vraiment étonnant, en fait.

— Pourquoi tu dis ça ?

— Manu m’a fait comprendre qu’elle était… très demandeuse.

Je plisse le front, ne saisissant pas le fond de sa pensée.

— Très chaude, si tu préfères.

Je repique un fard, mes joues me brûlent, ma gorge se serre et mon cœur s’accélère. Moi aussi cet après-midi je me suis sentie… très chaude, dans les bras de Manu. Il faut que je chasse cette pensée de mon esprit, que j’oublie cette parenthèse… la deuxième du genre. Il faut que je retrouve ma tranquillité… et surtout que j’arrête mes bêtises.

— J’ai du mal avec ce livre… Tu viens au lit ?

Il regarde sa montre puis claque sa langue contre son palais en disant que je suis vraiment pire qu’une poule.

— On ne se couche presque jamais en même temps, rechigné-je.

— Tu peux rester… mais moi, je n’ai pas sommeil. Si je monte maintenant, je n’arriverai pas à dormir.

Je l'observe fixement… attendant que dans sa tête ça fasse tilt, mais rien n'arrive.

— Et tu vas continuer à zapper ?

— Je vais bien finir par trouver un truc moins con que les autres à regarder.

— Et si… tu venais me faire un massage ? J’ai la nuque nouée et…

— Et après c’est moi qui aurai mal au dos. Notre lit n’est pas fait pour ça.

J’attends quelques secondes, cherchant une phrase, un mot pour montrer à mon mari que je ne pense pas vraiment à un massage et que j’aimerais juste me blottir dans ses bras pour m’endormir… Enfin non, j’aimerais un peu plus que juste me coller contre lui, mais je n’arrive pas à dire ces mots. D’habitude c’est lui qui propose… qui me caresse, me chatouille, m’embrasse, se love contre moi… Mais c’est vrai que depuis… depuis quand en fait ? Je réfléchis…

Je pose le roman sur la table et m’approche de Tim, l'embrasse sur ses lèvres en insistant légèrement et en murmurant :

— Ça fait longtemps que…

— Oui, tu as raison, acquiesce-t-il. Va te préparer, j’arrive.

Je souris, me redresse, lui tourne le dos et reçois une petite claque sur le cul. J’aime pas trop ce geste, sans vraiment savoir pourquoi. Ce n’est ni doux, ni violent, ni une caresse, ni une véritable fessée, juste un truc entre les deux… mais je ne dis rien. Ce n’est pas le moment de lancer le débat. Je vérifie les portes et fenêtres puis monte à l’étage en murmurant :

— À tout de suite.

Annotations

Recommandations

Défi
Quelqu'un
Je me suis lancée dans ce défi afin d'écrire un petit quelque chose chaque jour, pour avoir un objectif, aussi insignifiant soit-il.

P.S. : il est possible que j'écrive un tout petit peu plus d'une phrase, certains jours, ne m'en voulez pas !

Petite info à tous ceux qui s'aventurent ici récemment, je vous conseille de débuter votre lecture au 13/07/2020 car pas mal de phrases écrites avant cette date ne sont pas très construites (et quelques unes après aussi, d'ailleurs), j'ai eu le temps de progresser un peu -peut-être beaucoup- depuis !

Merci à tous de votre lecture !

CV
2119
1443
109
27

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0