Dimanche 2 juin / 5

4 minutes de lecture

Julie

Tim et Manu s’occupent du barbecue, alors que Charlotte se laisse dorer au soleil. La table est mise, les salades et le pain sont posés sur la desserte, il ne reste que la viande à cuire. Je profite de cette attente pour m’approcher de notre invitée. Si nous devenons amies, Manu n’osera plus me déstabiliser.

Je m’installe à ses côtés pour faire plus ample connaissance.

— C’est amusant que nos garçons se retrouvent dans la même classe, dis-je pour lancer le sujet.

— Théo et Maxime ? Oui. En plus, elle est adorable, Mademoiselle Juiliard.

— Oui, on sent qu’elle aime vraiment son métier. Et pour Marion ? Le collège ? Pas trop difficile d’avoir quitté ses amis ?
— Si, au début, ce fut compliqué. Mais depuis qu’elle fréquente Tiphaine, je retrouve sa bonne humeur. Comme elles sont dans la même section, elle rêve d’être dans la même classe que ta fille l’an prochain.

— Nous pouvons faire une demande. Parfois le directeur accepte.

Charlotte soulève ses lunettes et me regarde en souriant.

— C’est une bonne idée, tu crois ?

— De quoi ? Qu’elles soient ensemble en classe ? Tu as peur qu’elles papotent plus qu’elles ne travaillent ?

— Non, qu’on ne puisse plus les décoller, rit-elle et les admirant de loin.

C’est vrai que nos filles ne se sont pas éloignées l’une de l’autre. Même quand Tiphaine est venue m’aider, Marion l’a suivie. Charlotte enchaîne sur les profs du collège et les quelques difficultés que Marion a en allemand lorsqu’elle me surprend en me demandant :

— Tu travailles dans une librairie alors ?

— Oui, mais très peu. Un jour par semaine.

— Tu as toujours travaillé ?

— Non, j’ai arrêté à la naissance de Tiphaine et repris l’an dernier. Une amie a ouvert cette boutique et avait besoin d’une aide pour la soulager. Je dois t’avouer que j’aime beaucoup cette journée. J’ai l’impression de me reposer, alors que déplacer des cartons de livres, c’est assez physique, mais je n’ai pas à m’occuper des enfants, ni même du repas de midi.

— Tu les mets à la cantine ?

— Les garçons vont chez mes parents, en général. Tiphaine par contre préfère rester au collège.

— Ahhhhhhhhhhhh, je comprends mieux pourquoi Marion m’a demandé d’y manger au moins une fois par semaine. Le jeudi de préférence… Tu bosses les jeudis ?

J’éclate de rire en acquiesçant. Même si c’est pas toujours régulier, le jeudi est officiellement mon jour à la librairie.

Charlotte

Manu avait embrassé cette femme un mardi, veille d’un anniversaire. Ce n’était donc pas Julie. Même si je n’en suis pas jalouse, cela me ferait vraiment bizarre de tisser une amitié avec une nana que Manu envisage comme une maîtresse potentielle.

Je me détends et éloigne cette pensée de mon esprit au moment où les hommes nous appellent pour passer à table. Je m’installe à côté de Manu alors que Julie propose les diverses salades à chaque enfant. Chez nous, tout se trouve à porter de mains et chacun se sert. Mais je ne me permets aucune remarque. Tim ne dit rien ou plutôt il continue comme si de rien n’était son explication sur les derniers changements opérés dans la boîte. Il semble avoir vraiment galéré pour obtenir le poste qu’il convoitait et maintenant qu’il est enfin devenu partenaire, il ne relâche pas ses efforts. Lui aussi m’étonne. Hormis sa manière de ne pas faire de cadeau à sa femme, il m’est de plus en plus sympathique. Il plaisante aux blagues de Manu, me pose des questions me prouvant qu’il s’intéresse à moi et à ma vie, retient mes remarques et m’encourage à poursuivre mon envie de me lancer dans la pâtisserie. Il n’y a que dans le rôle d’époux que je ne retrouve pas l’homme qui parait charmant. Peut-être est-ce Julie qui refuse de partager les tâches ? Il y a des femmes qui se plaisent dans le rôle un peu primitif dans lequel Julie semble être enfermée. Et si c’est un choix consenti, qui suis-je pour juger ?

Je suis en pleine explication de mon projet lorsque les enfants demandent s’ils peuvent faire un plongeon dans la piscine avant de prendre le dessert. J’ai l’impression que ça contrarie Julie.

— Mais oui, allez-y, accepte Tim. L’eau est chaude, il n’y a pas de risque. Et personnellement, je ferai bien une petite pause avant le sucré, dit-il en se caressant le ventre, dans un signe de satisfaction.

Je m’attends à un compliment envers le repas, et notamment les sauces faites par Julie, mais c’est Manu qui s’en charge.

— C’était vraiment délicieux, Julie.

— Merci, ce n’était pas grand-chose. Vous aimeriez un café ?

Nous acceptons et Tim fixe son attention sur moi et m’interroge sur le nom et le design de ma future entreprise.

— Je n’y ai pas vraiment réfléchi, avoué-je.

— Avec un mari graphiste ? Charlotte… c’est la base du projet. Enfin je veux dire que toute ta promo se fera autour de ton logo. Tu ne peux pas le bâcler.

Je regarde Manu qui me sourit en plaisantant :

— Je te ferai un prix.

— Paiement en nature, c’est encore mieux, rigole Tim.

Annotations

Recommandations

Angelinnog
« Souvent, il s'était amusé à comparer les membres du groupe aux cinq doigts d'une main.

Ekaterina, fière et majestueuse, avait toujours été l'index. C'était celle qui dirigeait, qui ordonnait, qui surplombait tout le monde par son élégance et son regard fier, celle que l'on admirerait toujours. Elle serait celle que le monde retiendrait, bien après que KOBSE se soit éteint.

Dans toute sa passion pour la provocation, Sun Mei incarnait le majeur. En un doigt d'honneur assumé au monde, elle avait fait ses choix sans le concours de rien ni personne. Qui l'aime la suive ou se taise à jamais, tel était son mantra.

En poursuivant l'analogie, Blake, étoile montante du septième art, pouvait prétendre au trône de l'annulaire. Légèrement en retrait derrière notre leader et sa féroce adversaire, elle brillait elle-même, à sa façon, dans un autre domaine.

Soutien inébranlable du groupe, Honor et son amour presque maternel se maquillaient en pouce pour consolider les liens et les amitiés qui se tissaient entre les filles. Bien qu'elle fut issue d'une des plus prestigieuses familles anglaises, jamais son ascendance noble ou la réussite ne lui étaient montés à la tête.

Enfin, Felicia. Certains se demanderont toujours quel était son rôle dans un groupe de femmes influentes et respectées. Elle, si discrète et effacée, semblait ne pas valoir sa place. Pourtant, elle l'avait et elle la méritait. Car sans elle, l'équilibre serait rompu et la balance s'écroulerait. Alors, elle était un auriculaire, dans toute sa modestie, petite de taille et grande de cœur.

Cinq doigts, cinq lettres, cinq filles, si différentes mais tellement complémentaires, reliées par leur passion : le chant. C'était ainsi qu'il les avait toujours vues et qu'il les verrait toujours. »
16
17
30
93
Jeanne.
Un recueil de quelques poèmes écris avec passion dans des moments d'émotions. Ils ne sont pas parfaits et ce n'est pas le but, ils sont seulement là pour partager une partie de mes pensées avec vous, pour m'exprimer. Bien sûr, vos critiques et conseils sont les bienvenus, je suis aussi là pour progresser !
27
36
15
3
Slamity Jane
Cet ensemble de textes est une approche sociale et poétique de notre rapport à l'Autre.
139
42
27
7

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0