Dimanche 2 juin / 4

2 minutes de lecture

Charlotte

Incroyable… il est obligé de rabaisser sa femme ? Et elle qui ne dit rien. Ça doit être habituel entre eux. Peut-être le fait-il si souvent qu’elle ne le remarque plus. Malheureusement.

— Au fait, chéri, tu n’as pas donné notre cadeau à notre hôtesse, rappelé-je à mon mari.

— C’est juste, tu avais les mains mouillées, se justifie-t-il en regardant Julie. Je n’ai pas voulu te mettre dans l’embarras. On s’est dit que c’était différent d’un bouquet de fleurs, ajoute-t-il, alors que Julie saisit le cadeau tendu.

— Un livre, se moque Tim. Oui, c’est bien choisi. Elle en a toujours au moins deux d’entamés, mais elle l’a sûrement déjà lu, vu qu’elle bosse dans une librairie.

Une librairie ? J’observe attentivement Manu et les joues rosées de Julie. Je plisse les yeux et me remémore des quelques mots que mon homme m’avait confiés sur son baiser échangé au milieu des bouquins… Une pulsion, un petit smack sur le bout des lèvres, puis elle avait pris l’initiative de le rendre plus passionné, s’était collée contre son torse, avait joint ses doigts dans sa nuque… non, ce ne peut pas être elle… Il m’avait dit que la femme l’avait allumé par un regard charmeur et un sourire lumineux lors de l’accident. Il avait ajouté une tenue sexy le jour du baiser, avec une jupe courte et un chemisier à moitié ouvert… C’est sans doute ce petit détail qui avait poussé mon homme à s’approcher et voyant qu’elle ne refusait pas, il avait fini par l’embrasser.

J’observe attentivement l’attitude de Julie, ses vêtements… et même si elle est très belle, elle ne montre aucune partie de son corps dans un but de séduction. Elle reste nature, simple, joyeuse et souriante, mais vraiment pas femme fatale ou provocante.

— Oh… Emma de Jane Austin. Je ne l’ai encore jamais lu. Merci, dit-elle en se penchant vers moi pour m’embrasser.

Lorsque Tim s’approche du grill, Julie demande à sa fille de venir l’aider à transporter les différentes salades dehors, mais Manu se propose. Je crois qu’il n’est pas très à l’aise de voir notre hôtesse se démener ainsi pour nous accueillir et que son mari ne fasse que rôtir les saucisses. Faut dire que chez nous, les rôles s’inversent régulièrement. Ce n’est pas lui qui tond la pelouse et moi qui cuisine, mais plutôt un jour l’un, un jour l’autre. Évidemment les grosses bricoles, je les laisse à Manu, il a plus de force, mais il est aussi capable que moi de lire une histoire aux enfants ou cuire des pâtes. Et même pour ce dernier point, si j’excelle en pâtisserie, j’avoue ne pas être une très bonne cuisinière.

— Non, c’est gentil, Manu. Tu es invité, profites de l’ombre, Tiphaine, s’il te plaît.

— J’arrive, ronchonne l’adolescente.

Bredouille, Manu s’approche de Tim et lui fait la conversation pendant qu’il dépose la viande sur le grill. Ils parlent sans doute boulot. Je jette un coup d’œil aux enfants qui s’amusent dans le jardin et je choisis de m’allonger sur le transat près de la piscine.

Tim m’a bien dit de faire comme chez moi, je ne vais donc pas me gêner. En plus, les coussins sont bien épais, très confortables.

Annotations

Recommandations

Angelinnog
« Souvent, il s'était amusé à comparer les membres du groupe aux cinq doigts d'une main.

Ekaterina, fière et majestueuse, avait toujours été l'index. C'était celle qui dirigeait, qui ordonnait, qui surplombait tout le monde par son élégance et son regard fier, celle que l'on admirerait toujours. Elle serait celle que le monde retiendrait, bien après que KOBSE se soit éteint.

Dans toute sa passion pour la provocation, Sun Mei incarnait le majeur. En un doigt d'honneur assumé au monde, elle avait fait ses choix sans le concours de rien ni personne. Qui l'aime la suive ou se taise à jamais, tel était son mantra.

En poursuivant l'analogie, Blake, étoile montante du septième art, pouvait prétendre au trône de l'annulaire. Légèrement en retrait derrière notre leader et sa féroce adversaire, elle brillait elle-même, à sa façon, dans un autre domaine.

Soutien inébranlable du groupe, Honor et son amour presque maternel se maquillaient en pouce pour consolider les liens et les amitiés qui se tissaient entre les filles. Bien qu'elle fut issue d'une des plus prestigieuses familles anglaises, jamais son ascendance noble ou la réussite ne lui étaient montés à la tête.

Enfin, Felicia. Certains se demanderont toujours quel était son rôle dans un groupe de femmes influentes et respectées. Elle, si discrète et effacée, semblait ne pas valoir sa place. Pourtant, elle l'avait et elle la méritait. Car sans elle, l'équilibre serait rompu et la balance s'écroulerait. Alors, elle était un auriculaire, dans toute sa modestie, petite de taille et grande de cœur.

Cinq doigts, cinq lettres, cinq filles, si différentes mais tellement complémentaires, reliées par leur passion : le chant. C'était ainsi qu'il les avait toujours vues et qu'il les verrait toujours. »
16
17
30
93
Jeanne.
Un recueil de quelques poèmes écris avec passion dans des moments d'émotions. Ils ne sont pas parfaits et ce n'est pas le but, ils sont seulement là pour partager une partie de mes pensées avec vous, pour m'exprimer. Bien sûr, vos critiques et conseils sont les bienvenus, je suis aussi là pour progresser !
27
36
15
3
Slamity Jane
Cet ensemble de textes est une approche sociale et poétique de notre rapport à l'Autre.
139
42
27
7

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0