Dimanche 2 juin / 4

2 minutes de lecture

Charlotte

Incroyable… il est obligé de rabaisser sa femme ? Et elle qui ne dit rien. Ça doit être habituel entre eux. Peut-être le fait-il si souvent qu’elle ne le remarque plus. Malheureusement.

— Au fait, chéri, tu n’as pas donné notre cadeau à notre hôtesse, rappelé-je à mon mari.

— C’est juste, tu avais les mains mouillées, se justifie-t-il en regardant Julie. Je n’ai pas voulu te mettre dans l’embarras. On s’est dit que c’était différent d’un bouquet de fleurs, ajoute-t-il, alors que Julie saisit le cadeau tendu.

— Un livre, se moque Tim. Oui, c’est bien choisi. Elle en a toujours au moins deux d’entamés, mais elle l’a sûrement déjà lu, vu qu’elle bosse dans une librairie.

Une librairie ? J’observe attentivement Manu et les joues rosées de Julie. Je plisse les yeux et me remémore des quelques mots que mon homme m’avait confiés sur son baiser échangé au milieu des bouquins… Une pulsion, un petit smack sur le bout des lèvres, puis elle avait pris l’initiative de le rendre plus passionné, s’était collée contre son torse, avait joint ses doigts dans sa nuque… non, ce ne peut pas être elle… Il m’avait dit que la femme l’avait allumé par un regard charmeur et un sourire lumineux lors de l’accident. Il avait ajouté une tenue sexy le jour du baiser, avec une jupe courte et un chemisier à moitié ouvert… C’est sans doute ce petit détail qui avait poussé mon homme à s’approcher et voyant qu’elle ne refusait pas, il avait fini par l’embrasser.

J’observe attentivement l’attitude de Julie, ses vêtements… et même si elle est très belle, elle ne montre aucune partie de son corps dans un but de séduction. Elle reste nature, simple, joyeuse et souriante, mais vraiment pas femme fatale ou provocante.

— Oh… Emma de Jane Austin. Je ne l’ai encore jamais lu. Merci, dit-elle en se penchant vers moi pour m’embrasser.

Lorsque Tim s’approche du grill, Julie demande à sa fille de venir l’aider à transporter les différentes salades dehors, mais Manu se propose. Je crois qu’il n’est pas très à l’aise de voir notre hôtesse se démener ainsi pour nous accueillir et que son mari ne fasse que rôtir les saucisses. Faut dire que chez nous, les rôles s’inversent régulièrement. Ce n’est pas lui qui tond la pelouse et moi qui cuisine, mais plutôt un jour l’un, un jour l’autre. Évidemment les grosses bricoles, je les laisse à Manu, il a plus de force, mais il est aussi capable que moi de lire une histoire aux enfants ou cuire des pâtes. Et même pour ce dernier point, si j’excelle en pâtisserie, j’avoue ne pas être une très bonne cuisinière.

— Non, c’est gentil, Manu. Tu es invité, profites de l’ombre, Tiphaine, s’il te plaît.

— J’arrive, ronchonne l’adolescente.

Bredouille, Manu s’approche de Tim et lui fait la conversation pendant qu’il dépose la viande sur le grill. Ils parlent sans doute boulot. Je jette un coup d’œil aux enfants qui s’amusent dans le jardin et je choisis de m’allonger sur le transat près de la piscine.

Tim m’a bien dit de faire comme chez moi, je ne vais donc pas me gêner. En plus, les coussins sont bien épais, très confortables.

Annotations

Recommandations

thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
236
341
858
183
XiscaLB
On dit "jamais deux sans trois", ça vaut aussi pour nos récits ;)
Bienvenue à vous sur ce nouveau 4 mains !
Lecossais et moi vous souhaitons une bonne lecture !
_______________________________

Rien ne les destinait à se rencontrer.
Militaire de carrière, Julia est caractérielle, indépendante et prête à tout pour se faire respecter.
Responsable Financier d’une ONG, Arthur est rêveur, utopiste et déteste tout ce qui porte une arme ou un treillis.
Le destin les réunit sur le terrain, au milieu des bombes et des réfugiés. La guerre fait rage en Silvanie et ils vont devoir travailler ensemble, mettre de côté leurs différences. Leur objectif commun : sauver le plus de réfugiés possible et leur offrir un espace où vivre et survivre en attendant la fin de la guerre. Et c’est sans doute le seul point sur lequel ils s’entendent.
Malgré une rencontre mouvementée et un contact électrique, il l’énerve autant qu’il l’attire, elle l’agace autant qu’elle l’hypnotise. Elle résiste à tout prix, quand lui ne veut qu’une chose : qu’elle craque.
Tous deux sont bien loin de se douter qu'au-delà de leur attirance mutuelle se joue bien plus. C’est le sort du pays tout entier qui est en jeu, c’est l’avenir de la Silvanie que leurs actions vont influencer. Leur relation survivra-t-elle à tant de pression ?
241
379
27
119
Défi
Lina2402
Réponse à Feuille blanche

Défi lancé par ⠨⠏⠁⠞⠭⠁⠗⠁⠝ [pat.ʃa.ʁan] ꜽꜿꝘꝍꜽꝕ
82
219
19
18

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0