Dimanche 2 juin / 2

2 minutes de lecture

Charlotte

Leur maison ressemble à celle que j’aimerais avoir si je pouvais d’un coup de baguette magique la reproduire à l’identique. Le jardin suffisamment grand pour y jouer, mais pas trop pour que l’entretien ne demande pas trop d’efforts, des plates-bandes de fleurs dispersées aléatoirement, mais dans une harmonie sans doute calculée, sans oublier la piscine et la terrasse à demi couverte. Tout est impeccable. On dirait que cette maison sort tout droit d’un article de magazine de déco, tant le moindre brin d’herbe semble coupé à l’identique de son voisin, qu’aucune fleur ne pousse hors de son emplacement, même la terrasse ou les alentours de la piscine sont propres.

Si je repense à notre maison, les jouets traînent partout, les chaises éparpillées là où on les a laissées, il doit sans doute rester encore un verre du petit déjeuner qu’on a oublié de débarrasser. Un buisson vient de perdre ses pétales et j’attends de passer la tondeuse pour que le coin retrouve sa netteté. C’est simple, chez nous il y a de la vie, alors qu’ici on a l’impression que si on fait un pas de travers, on va déranger. Je crains que les enfants cassent un objet ou qu’ils écrasent une rose. Je vais avoir du mal à me détendre dans cette ambiance.

J’observe le jardin, mais aussi la maison. Façade refaite à neuf il y a deux ans, nous apprend Tim, très fier de nous énumérer les nombreux travaux effectués depuis leur emménagement. Cette villa appartenait aux parents de Julie, mais devenue trop grande pour eux, ils avaient trouvé un compromis de vente. Une avance sur héritage, a précisé Tim en nous faisant un clin d’œil. Je surprends le regard de mon mari en direction de la maison et aperçois la silhouette de Julie derrière une fenêtre.

Tim nous entraîne vers le garage et nous présente son dernier achat : un vélo sophistiqué. J’avoue que je n’écoute pas les détails. Le nombre de vitesses tout comme la rapidité du changement de plateau ne me passionnent pas.

Dès notre retour dans le jardin, nous découvrons une table magnifiquement dressée sur la terrasse avec une vaisselle colorée et des serviettes dans les mêmes tons. Les enfants attendent la permission pour se baigner. Tiphaine demande à sa mère au moment où je croise le regard de notre hôtesse qui veut mon avis. Pour toute réponse, je lui souris et elle comprend que je n’y vois aucun inconvénient. Ni une ni deux, ils plongent tous dans le bassin sans se faire prier.

Tim nous entraîne sous un arbre, dont l’ombre est bien agréable et nous demande de nous installer.

— Je vais voir si je peux aider Julie, propose mon mari.

Annotations

Recommandations

thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
235
331
858
183
XiscaLB
On dit "jamais deux sans trois", ça vaut aussi pour nos récits ;)
Bienvenue à vous sur ce nouveau 4 mains !
Lecossais et moi vous souhaitons une bonne lecture !
_______________________________

Rien ne les destinait à se rencontrer.
Militaire de carrière, Julia est caractérielle, indépendante et prête à tout pour se faire respecter.
Responsable Financier d’une ONG, Arthur est rêveur, utopiste et déteste tout ce qui porte une arme ou un treillis.
Le destin les réunit sur le terrain, au milieu des bombes et des réfugiés. La guerre fait rage en Silvanie et ils vont devoir travailler ensemble, mettre de côté leurs différences. Leur objectif commun : sauver le plus de réfugiés possible et leur offrir un espace où vivre et survivre en attendant la fin de la guerre. Et c’est sans doute le seul point sur lequel ils s’entendent.
Malgré une rencontre mouvementée et un contact électrique, il l’énerve autant qu’il l’attire, elle l’agace autant qu’elle l’hypnotise. Elle résiste à tout prix, quand lui ne veut qu’une chose : qu’elle craque.
Tous deux sont bien loin de se douter qu'au-delà de leur attirance mutuelle se joue bien plus. C’est le sort du pays tout entier qui est en jeu, c’est l’avenir de la Silvanie que leurs actions vont influencer. Leur relation survivra-t-elle à tant de pression ?
227
355
27
110
Défi
Lina2402
Réponse à Feuille blanche

Défi lancé par ⠨⠏⠁⠞⠭⠁⠗⠁⠝ [pat.ʃa.ʁan] ꜽꜿꝘꝍꜽꝕ
82
219
19
18

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0