Dimanche 2 juin

5 minutes de lecture

Julie

— Reste au lit, dis que tu as vomi toute la nuit… Ils ne viendront pas, tout le monde a horreur des gastros ! propose mon amie au téléphone.

— Ça ne ferait que repousser le problème. Tim l’apprécie beaucoup, il finira par le réinviter. Non… Autant régler ça le plus vite possible. Déjà ma fuite l’autre jour n’était pas très… adulte ! Je te laisse, je file sous la douche avant de m’attaquer à la cuisine ! A mardi, Christine, dis-je en raccrochant.

La journée s’annonce très chaude, la tenue légère est obligatoire. Tim s’occupe déjà de la piscine et des transats. Je sens qu’il ne va pas tarder à réclamer mon aide pour sortir les coussins et installer l’apéritif près de l’eau. Il adore son petit coin tranquille à l’ombre du chêne. Je me dépêche de me laver, tout en me disant que ce soir, je devrai recommencer, pour retirer la crème solaire et le chlore.

J’enfile mon bikini noir, c’est mon préféré, celui que je garde pour les vacances et pour les dimanches avec nos amis. Je sais qu’en toutes circonstances, il ne bouge pas de sa place initiale. Il a une coupe parfaite et son confort me rassure. Par-dessus, j’enfile une petite robe à fleurs. Je dépose déjà de la lotion sur mes bras, mon visage, mon cou et mes jambes. Pour le reste, je le ferai le moment venu, si je suis suffisamment à l’aise pour me déshabiller.

À peine ai-je commencé à éplucher les légumes que Tim débarque dans la cuisine me disant que la table est toute sale et que les chaises méritent un sacré coup de patte.

— Prend le seau et demande à Tristan de les gicler avec le jet. Il faut que je finisse l’apéritif. Je viendrai t’aider après, dis-je en regardant l’heure.

Soudain, je panique… Dans une heure… un peu moins d’une heure, même… Emmanuel sera là. Chez moi, dans ma maison. Tant que je n’y pense pas, j’arrive à oublier les détails de notre fameuse rencontre, mais dès que mon esprit replonge… mes mains se mettent à trembler et cette fois, Tim s’en aperçoit !

— Toi, tu n’as encore rien mangé ce matin ! Avale un croissant… pour une fois que je suis allé en chercher.

Ça n’a rien à avoir avec ça… mais je ne peux pas le lui dire ! Je croque à pleines dents tout en continuant d’éplucher mes carottes. Tim m’agace à chercher dans tous les placards de la cuisine de quoi rendre propre notre mobilier de jardin, alors que je lui dis depuis cinq minutes d’aller regarder dans le garage. Il soupire fortement. Eh oui, les affaires pour le jardin se trouvent dans le garage, comme la tondeuse ou les râteaux. Je ne vais pas utiliser les mêmes torchons pour la vaisselle que pour nettoyer les chaises d’extérieures !

— Ça ne sert à rien d’avoir un apéro à déguster, si on a aucune chaise de propre, s’exclame-t-il. Tu aurais pu t’en occuper cette semaine !

Je lâche tout dans l’évier dans un geste brusque et le précède sur la terrasse après être passée au garage prendre le matériel nécessaire. Je m’occupe de mettre la bonne dose de produit dans le seau pour éviter que cela mousse trop. Tim se charge d’apporter le tout, alors que je le suis avec les éponges. Une fois près de la petite table, il me regarde d’un air de dire : « puisque tu es là, ma chérie… tu veux bien t’en occuper ? » Et finalement pourquoi pas ? Si l’apéro n’est pas prêt… J’aurai au moins une excuse pour rester loin de… d’eux.

Je commence par la table, puis frotte les chaises une à une, alors que Tristan se fait un malin plaisir de gicler les dossiers sans m’épargner. Je m’exclame que c’est froid, mais devant son sourire malicieux, je comprends qu’il l’a fait exprès.

— Tu n’aimes pas ma robe ? C’est pour ça que tu la mouilles ? Pour que je sois obligée d’en changer ? dis-je en riant.

— J’aime mieux la rouge, c’est vrai, rit-il.

Alors que mon fils m’asperge entièrement, et que je m’élance à sa poursuite, j’entends Tim me crier :

— Chérie… Les Roucal sont arrivés !

Je cesse de courir, rassemble le tuyau laissé à l’abandon par Tristan qui se cache derrière un massif de fleurs, ferme le robinet et m’approche de nos invités. Mince… Je suis toute mouillée. Il faut même que je me change. Je souris, tente de paraître aussi détendue que je l’étais il y a à peine cinq minutes.

— Décidément, je vous salue toujours les mains humides, dis-je en riant nerveusement.

Manu me sourit malicieusement en m’embrassant les joues avant d’ajouter :

— Cette fois, il n’y a pas que les mains.

De suite son contact me réchauffe et je me crispe. Charlotte me fait aussi la bise, pendant que je salue de loin leurs deux enfants qui sont déjà près de la piscine, en compagnie de Tiphaine, Tristan et de Théo. Alors que Tim me demande d’aller me changer, je m’excuse maladroitement.

— J’ai mis une bouteille de vin au frais. Tim, tu t’en occupes ? Les verres sont sur le buffet.

— Oui… oui, je fais visiter d’abord.

Je retire ma robe d’un geste rapide dès les premiers pas sur le carrelage de peur qu’elle ne goutte et que le sol devienne glissant et monte à l’étage. Depuis la fenêtre de notre chambre, je les observe. Charlotte s’extasie dans chaque recoin de la propriété, alors que Manu parait moins enthousiaste. Il sourit, sans réellement participer. Il se retourne une fois, puis deux en regardant la maison, lorsque soudain, il relève son visage et me fixe intensément. Je rougis d’avoir été surprise à l’observer à la dérobée. Je recule immédiatement. Mais trop tard… il m’a vue !

J’enfile rapidement la robe proposée par Tristan, même si je la trouve un peu trop sophistiquée pour un après-midi au bord de la piscine. En même temps, c’est la première fois que nous recevons les Roucal, je peux bien faire un petit effort. J’attrape une pince, enroule mes longs cheveux humides en un chignon négligé avant de redescendre dans la cuisine.

Ils ont contourné la maison et j’entends des voix provenir du garage. Je m’active pour terminer d’éplucher les légumes et enfourne rapidement mes mini-quiches aux légumes que j’avais heureusement préparé la veille. Encore quelques tranches de baguettes que je toaste avant de les tartiner de tapenade à la tomate et aux olives. Je dépose mes grandes assiettes parfaitement dressées sur la table de la cuisine, sors un plateau et y place cinq verres à limonades, deux bouteilles de soda, ainsi que quatre verres à vin, un grand bol de popcorn salé pour les enfants et la sauce pour les dips de légumes.

Annotations

Recommandations

Angelinnog
« Souvent, il s'était amusé à comparer les membres du groupe aux cinq doigts d'une main.

Ekaterina, fière et majestueuse, avait toujours été l'index. C'était celle qui dirigeait, qui ordonnait, qui surplombait tout le monde par son élégance et son regard fier, celle que l'on admirerait toujours. Elle serait celle que le monde retiendrait, bien après que KOBSE se soit éteint.

Dans toute sa passion pour la provocation, Sun Mei incarnait le majeur. En un doigt d'honneur assumé au monde, elle avait fait ses choix sans le concours de rien ni personne. Qui l'aime la suive ou se taise à jamais, tel était son mantra.

En poursuivant l'analogie, Blake, étoile montante du septième art, pouvait prétendre au trône de l'annulaire. Légèrement en retrait derrière notre leader et sa féroce adversaire, elle brillait elle-même, à sa façon, dans un autre domaine.

Soutien inébranlable du groupe, Honor et son amour presque maternel se maquillaient en pouce pour consolider les liens et les amitiés qui se tissaient entre les filles. Bien qu'elle fut issue d'une des plus prestigieuses familles anglaises, jamais son ascendance noble ou la réussite ne lui étaient montés à la tête.

Enfin, Felicia. Certains se demanderont toujours quel était son rôle dans un groupe de femmes influentes et respectées. Elle, si discrète et effacée, semblait ne pas valoir sa place. Pourtant, elle l'avait et elle la méritait. Car sans elle, l'équilibre serait rompu et la balance s'écroulerait. Alors, elle était un auriculaire, dans toute sa modestie, petite de taille et grande de cœur.

Cinq doigts, cinq lettres, cinq filles, si différentes mais tellement complémentaires, reliées par leur passion : le chant. C'était ainsi qu'il les avait toujours vues et qu'il les verrait toujours. »
16
17
30
93
Jeanne.
Un recueil de quelques poèmes écris avec passion dans des moments d'émotions. Ils ne sont pas parfaits et ce n'est pas le but, ils sont seulement là pour partager une partie de mes pensées avec vous, pour m'exprimer. Bien sûr, vos critiques et conseils sont les bienvenus, je suis aussi là pour progresser !
27
36
15
3
Slamity Jane
Cet ensemble de textes est une approche sociale et poétique de notre rapport à l'Autre.
139
42
27
7

Vous aimez lire Méline Darsck ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0