On a le même attaché-case!

4 minutes de lecture

Un silence de mort (c’est le cas de le dire) règne sur les catacombes, lieu mythique qui a protégé des milliers de pauvres ères persécutés par l’intelligentsia de l’époque. Proche de l’heure de fermeture, les touristes avaient déserté l’endroit. Seuls quelques gardiens se promènent ci et là, et l’empressement de rentrer chez eux se lit sur les visages. Il nous semble qu’ils maintiennent les visites ouvertes pour la forme. Mais, dès que nous posons le pied dans ces sombres tunnels, un problème majeur se pose à nous. Les zones ne sont pas numérotées. À la place, le quadrillage avait été remplacé par des lettres, celles-ci étant découpées en plusieurs zones, ce qui donnait un imbroglio avec des A1, A2, B1, etc.

Frida s’apprête à faire demi-tour. Il y a bien plus de zones que les fameux chiffres scribouillés par Edgard. Elle l’annonce qu’elle préfère essayer d’en trouver encore un aujourd’hui plutôt que de perdre son temps ici. Je ne suis pas convaincu. À bien le regarder, le 4 ressemblait à un A inachevé. Je veux juste essayer de regarder la zone A, qui ne touche qu’aux Cubicula des Sacrements. Sous mon insistance, et constatant que la zone n’est pas énorme, elle accepte.

On inspecte chaque recoin des cryptes, lorgnant dans chaque cavité, y passant nos mains lorsqu’un gardien a les yeux tournés. Après un bon bout de temps, ma main touche un coin d’objet. Il doit être en cuir. Impossible que pareils matériaux aient résisté aux passages du temps, et subsistent encore en l’état, avec toutes les fouilles, les pillages, et les hordes de touristes peu scrupuleux. Je tâtonne encore plus et je tombe sur une poignée, en cuir elle aussi. Je tire dessus sans rencontrer la moindre résistance. Au bout de quelques secondes, j’ai en main un beau porte-document. En frottant la poussière, je me dis que ces formes et contours me sont familiers. En frottant plus, j’ai la confirmation, c’est une copie parfaite de mon vieux porte-document, enfoui dans le coffre de ma voiture, peut-être encore sur place à Uccle. Je m’exclame en souriant :

« Tyler, on a le même attaché-case ! »

Frida, répondit d’un air sarcastique :

« Oui, c’est bien Columbo. Mais tu sais, c’est un porte-document banal, qu’on trouve dans n’importe quel commerce. »

Elle casse mon enthousiasme. Je trouve la coïncidence énorme, que ce ne peut pas être le fruit du hasard. Qu’EF et moi, étions appelés à nous rencontrer. Je l’ouvre sans plus tarder et j’y trouve une enveloppe brune, comme celle que l’on avait récupérée au Colisée, accompagnée d’une chemise en plastique qui renferme une pile de documents. Je referme en hâte et Frida et moi nous éclipsons de ces sombres tunnels.

Il est cependant trop tard pour continuer la visite des autres lieux. La visite du Colisée nous avait pris beaucoup de trop de temps. Nous continuerons demain matin, dès les ouvertures des ruines. Avec un peu de chance, on aura fini avant la fin du jour.

Une fois rentré à l’hôtel, je m’attarde sur cette fameuse enveloppe brune. Elle renferme une lettre.

« Bonjour,

Si vous lisez ce document, c’est qu’il y a de fortes chances que je ne suis plus de ce monde. Certaines personnes m’ont toujours bloqué dans mes recherches, ont voulu me faire taire, m’ont menacé de mort. Pendant plusieurs années, je me suis caché, ici, en Italie, sous couverture. Mais en continuant du mieux que je pouvais mes investigations.

Les nazis n’ont pas perdu la guerre. Selon eux, ils ont perdu une bataille. Ils sont rentrés dès mai 1945 dans la clandestinité. Rappelez-vous, des questions sont depuis restées sans réponse. Hitler est-il réellement mort ? Où est son corps, puisque personne ne l’a vu ? Certains disent avoir vu des dignitaires nazis en Amérique du Sud. Où sont passés les résultats de recherche de certaines opérations nazies ? Nous connaissons leurs noms, mais jamais aucun document prouvant leur existence n’a été trouvé.

Cela fait plusieurs années que je me pose des questions. Depuis le meurtre de cette famille marseillaise. Des connexions bizarres, tues par la presse et ignorées par la police, étaient visibles comme une église au milieu d’un village. Personne ne se posait de questions. Et moi, à force de gratter, j’ai découvert de véritables horreurs tapies sous la surface de milliers de petits faits divers. Oui, les nazis étaient toujours là. Ils ont gangrené la société, se sont infiltrés partout. Ils attendent patiemment leur heure, un signal venant de je ne sais où et je ne sais qui.

Je n’ai pas encore toutes les réponses, mais j’approche du but. J’ai ramassé des centaines et centaines de documents. Le tas que vous voyez, ici, n’est qu’une infime partie. Certains sont uniquement numérisés, planqués dans un appartement avec une carte de Rome. Ce plan contient tous les lieux où les documents ont été cachés ainsi que la clé pour décrypter les fichiers numériques. Si vous trouvez cette mallette, faites-la parvenir à Marcelle deLatour, reporter au journal français Figora. Elle saura quoi en faire, respectera votre anonymat et vous récompensera. Mais surtout, ne la donnez pas à la police, ou à d’autres services de presse. Ils sont partout. Notre monde, notre liberté est menacé par ses fous furieux.

Merci.

EF.

La lettre, en trois exemplaires, répétait identiquement la même chose. Seule la langue diffère : italien, français et anglais.

Je regarde les documents fournis dans la mallette. Ils composent l’ensemble de l’enquête préliminaire d’Edgard. Lammour, ses liens avec certains groupuscules de droite, mais surtout tout ce qui concernait l’affaire de Marseille. La petite fille dotée du don de prescience, les comptes-rendus des auditions, mais surtout le compte-rendu retranscrit des auditions de Derek Vigneron.

On passe une grande partie de la nuit dans les documents, avec une pizza que j’avais été vite chercher. Je tombe sur un papier qui me rend perplexe. Le certificat de naissance de Lammour. Le nom de la mère avait été comme gommé, effacé du certificat. Quant à la case du père, elle était totalement vierge. Ensuite, daté de quelques jours par après, un certificat d’adoption fut émis. Le petit Frédéric fut adopté par Roger Lammour, un ancien homme d’affaires juif réfugié dans le sud de la France en 1939 suite aux barbaries nazies. Ce secret n’était connu de personne, n’était absolument pas public. Tout le monde ignorait qu’il avait été adopté. Sous le certificat d’adoption et de naissance, une marque récente avait été faite au stylo-bille : LA1. Mais après avoir épluché toute la pile, nous n’arrivons pas à une référence équivalente à ce code.

Frida et moi fermons les yeux, gagnés par le sommeil, la tête encore plus remplie de question qu’à notre réveil.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Fred Larsen
Réponse au défi de Ceryse : micro-nouvelles semaine 8
Jour : dimanche

Désolé de commencer "comme ça" 2021... mais c est venu tout seul ;-)
14
24
1
0
SALGRENN

Il est là. Là, devant moi. Devant eux, devant elles, assemblée de pintades qui gloussent. Il parle bien. Lui. Avec assurance. Il suit de grandes études. Prestigieuses. Lui. Hypokâgne, Science-po, Médecine, Pharma, facultés, thèses, diplômes... J'en ai la tête qui tourne... Ras le ciboulot !
Cousin Alfred me surveille du coin de l'oeil. C'est lui qui m'a invité à cette soirée. Sa soirée. Il ne pouvait guère faire autrement, se sentait obligé. Je suis le raté de la famille, mais je crois qu'on m'aime bien malgré tout. Certains ont peut-être même de la peine pour moi. Ou de la compassion, comme ils préfèrent le dire, un peu gênés.
Elle est belle. Beaucoup trop belle pour moi, bien sûr. Mais je n'ai vu qu'elle en arrivant tout à l'heure. Elle, et ses gestes gracieux, son parfum, sa voix, ses yeux, la souplesse de sa démarche, son teint, ses manières de petite fille bien élevée. Tout me plaît chez elle. Tout m'attire. Tout.
Cousin Alfred sait que je suis imprévisible. Que j'ai le vin mauvais. Que je suis capable du pire. On m'invite, mais on craint aussi mes réactions. Je suis un bagarreur. Un sale bagarreur alcoolique. Mais ce soir, je ne bois pas. Je ne boirai pas, ou presque pas. C'est promis. Je serai bien sage, comme une belle image tout en couleurs dans un livre pieux.
Lui, repart de plus belle. Il a à raconter. N'a pourtant encore rien vu, ou presque, de la vie mais possède déjà une opinion bien établie sur chaque chose. Et, volailles naïves, elles boivent ses paroles, goulûment, bouches bées. Il est charmant et a le nez fin, l'intello. Le mien a déjà été cassé à deux reprises. Et porte de très belles chaussures aussi. La lutte serait trop inégale, je pourrais le briser d'une simple chiquenaude si l'envie devait me prendre. Mais j'ai promis à cousin Alfred : "T'inquiète, je me tiendrai à carreau !". Pour le moment, en tout cas...
Elle se déplace. Va sur la terrasse. Il fait si lourd, ce soir. Les grillons s'époumonent dans le parc et l'on entend, plus loin, l'orage qui gronde sourdement. Je la suis. Je la suivrai ainsi jusqu'au bout du monde.
"Bonsoir... alors, comme ça, c'est vous... c'est vous, le cousin Pierre... ?! Vous savez, Alfred nous a beaucoup parlé de vous... ainsi, vous êtiez militaire... ?"
Cousin Alfred parle trop. Il croit toujours bien faire, mais se trompe à chaque fois. J'aurais préféré faire les présentations moi-même. J'aurais menti alors. Une fois de plus. Inventé une histoire, une belle histoire, de celles qui plaisent tant aux filles, de celles qui vous rendent beau, irrésistible, énigmatique, intelligent souvent, de celles qui me donneraient toutes les chances pour la conquérir... car finalement, ce soir, il n'y a que cela qui ait une véritable importance... Elle, Elle, et seulement Elle...
Maintenant, j'ai peur. Peur d'être ridicule. Et cousin Alfred me surveille toujours. De loin, comme on épie avec angoisse un fauve dangereux, dissimulé dans la pénombre, ou caché dans un fourré épais, et qui n'attend plus que le moment propice pour se jeter sur vous. Il connait ma force, mon courage, mon impulsivité, ma profonde détermination aussi parfois à faire le mal autour de moi. Beaucoup de mal, souvent. Il regrette d'ailleurs déjà de m'avoir invité. Comme je le comprends. Je vais lui gâcher sa soirée, c'est en tout cas ce qu'il doit penser à cet instant.
"Oui... Je suis dans les parachutistes... !"
Je l'ai dit comme on avoue un ignoble meurtre. Ses yeux s'écarquillent. Elle allume une cigarette, une blonde, remarque cette cicatrice qui barre ma lèvre supérieure, jauge mes muscles, soupèse ma force, toute la puissance de l'animal sauvage, scrute mon regard d'acier, et s'attarde enfin longuement sur mes mains, poignes redoutables, étaux effrayants, terribles serres...
"Oh... comme cela doit être passionnant... !"
La Guerre, passionnant ?! La Guerre est tout, sauf passionnante... La Guerre ne peut passionner personne, si ce n'est quelques fous. La Guerre est une immonde saloperie qui vous dévore le cœur et vous brise à tous les coups. Oui, à tous les coups, ma petite Demoiselle...
Cousin Alfred se rapproche de nous deux. Et Lui aussi. Avec tous les autres, une coupe de champagne à la main. Monsieur flaire peut-être quelque chose et s'interroge. Tiens donc... on oserait lui voler la vedette ce soir ?
"Alors comme ça, vous avez sauté sur Diên biên Phu... ?"
Au loin, des éclairs zèbrent le ciel. L'orage se rapproche, doucement. Me voici maintenant cerné. Et ils attendent. Je dois tout leur raconter. Lui, et ses amis, me pressent à le faire, avides de sensations fortes, prêts à entendre mes horreurs, à découvrir des atrocités qui les feront tous frêmir, à se faire peur à la guerre, mais par procuration. On me sert un grand verre de vin, pour m'encourager. Cousin Alfred panique...
"Mais laissez-le donc tranquille... Pierre n'aime pas raconter... Il préfère garder tout ça pour lui... Allez, cela suffit, je vous dis !"
Elle me regarde avec ses grands yeux de biche. Mais moi, je ne vois que Marcel. Mon copain Marcel mort dans mes bras. Là-bas. Dans la bouillasse indochinoise. Marcel avait vingt ans. Comme moi. Marcel, fidèle compagnon d'armes, avait vingt ans, et n'a pas dit un seul mot pendant son agonie, malgré la douleur qui l'étreignait si fort. Je siffle mon verre cul-sec et demande une bouteille entière, maintenant, tout de suite, sans délai, sinon je ne parlerai pas, nom de Dieu ! Non, je ne dirai rien sans cela. Alors, pour l'occasion, on débouche un grand cru. Le cercle se resserre, les esprits s'échauffent, voilà, le spectacle peut enfin commencer, la bête de foire va pouvoir faire son numéro tant attendu...
C'est étrange, mais je crois qu'Elle a compris. Ma souffrance, mon mal-être, ma peine, si profonde, sourde, insidieuse, qui me tenaille depuis ces jours noirs, ces jours où j'ai perdu toute raison et espoir. Cette fragilité extrème qui fait partie de moi aujourd'hui, et cela malgré les apparences, toutes contraires. Fragilité qui me pousse inexorablement à faire n'importe quoi de ma vie. Elle semble avoir compris cela en quelques secondes à peine. Je le sais. Je le sens.
"Venez, Pierre... partons... raccompagnez-moi, s'il-vous-plaît... avant qu'il ne pleuve... "
Mais ils ne sont pas d'accord. Lui, le premier de la classe, veut savoir. Il veut m'entendre car il lui sera plus aisé, après cela, de trouver les bons mots pour se moquer de moi, et m'humilier. Alors on me retient. On m'exorte à la fin de raconter ce que je sais, on ne me laissera pas partir, c'est hors de question, tant que je n'aurai pas raconté mes horreurs, toutes mes horreurs, sans exception. Elle insiste pourtant. Elle est de mon côté. Elle sait, d'instinct peut-être, que tout cela finira mal, une fois de plus...
Lui, inconscient qu'il est, me retient par la manche. Le cousin Alfred s'écarte, désespéré. Elle me supplie une dernière fois. Mais il est bien trop tard... Je sers les poings... l'orage est déjà sur nous...
4
8
10
5

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0