Perdu! Pressez A pour rejouer!

4 minutes de lecture

Les portes de l’appartement sont entrouvertes. Frida et moi restons figés sur le pas de la porte. Quelqu’un était entré. Tous les jolis tas de papiers avaient été renversés et piétinés. Au milieu d’eux, Edgard Friendley est allongé, face contre terre, noyé dans une mare de sang. Une partie du haut de son crâne a disparu, laissant se répandre la cervelle par ce trou béant. En regardant un peu plus loin, on voit les morceaux du crâne qui sont étalés sur la moquette. En imaginant l’impact, on aurait pu croire que le type avait été broyé par un étau. John Kramer ne doit pas apprécier un travail aussi bâclé.

Je me jette sur le bureau, plongeant dans le tiroir que j’avais vu la veille. Vide. Putain, si près du but. Je me mets à chercher frénétiquement dans la paperasse éparpillée sur le sol. Mais rien. Sur la politique italienne, vaticane, on aurait pu trouver son bonheur, mais aucune trace des documents qui s’attardaient sur mon pauvre cas. Tous les documents s’étaient envolés. De rage, je lance des coups de pieds dans les tas de papiers qui se mettent à voler dans toute la pièce.

Frida, qui s’est agenouillée près du cadavre d’Egdard, m’appelle.

« Chris, viens voir. »

Il y a, sous la main gauche du corps, un petit papier. Une série de chiffres est inscrite dessus, gribouillée avec du sang : 4 8 15 16 23 42. Pas d’autres mots, aucune indication sur ce qu’ils signifient.

On se met à fouiller tout l’appartement. Il devait y avoir quelque chose pour nous aider, ce n’était pas possible autrement ! Chaque pièce, chaque meuble, chaque recoin sont passés au crible. Rien n’est laissé au hasard. Nous déchirons les coussins des fauteuils si on constate qu’une couture avait été refaite, les meubles sont renversés et retournés dans tous les sens. L’appartement, déjà en chantier la veille, se transforme en une copie conforme du grand capharnaüm.

Dans sa chambre, on retrouve une petite enveloppe encastrée dans son matelas. Une partie avait été décousue en son milieu pour insérer quelques petits documents. Dedans, il y a une clé USB, ainsi qu’une carte de Rome, certains lieux, majoritairement des ruines de l’ancien Empire romain, étaient entourés.

« Bon, je crois qu’on ne trouvera rien d’autre. On se casse. », dis-je en soupirant.

Nous nous sommes à peine éloignés d’une centaine de mètres que les sirènes de police commencent à éructer leurs symphonies cacophoniques dans toute la ville et qui se rapprochent de la scène de crime. On hâte le pas et on prend le premier train pour Rome.

Nous prenons à nouveau un hôtel tout pourri dans Rome, en espérant ne pas y rester plus d’une nuit. Il nous faut faire le tour de ces lieux, trouver ce qu’ils signifient et nous barrer au plus vite d’Italie. J’essaie, avant de nous lancer dans cette folle chasse au trésor, de regarder le contenu de la clé. Impossible d’y accéder. Une seule fenêtre s’affiche, une invitation à rentrer un mot de passe. À situation désespérée, mesure désespérée : je commence à taper tous les mots de passe qui me viennent en tête : Lammour, Lammour je vais te crever, le nom de Friendley, Kommando machin chouette, rien n’y fait.

J’essaie la série de chiffres notée par Friendley avant de se retrouver à l’état de canette décapsulée. Systématiquement, je retombe sur cette invitation à rentrer la phrase magique d’Ali Baba. Chaque mot tapé grandit cette frustration que j’arrive de moins en moins à contrôler. Je suis prêt à lancer la clé à travers la pièce, mais Frida pose sa main sur mon bras en plein élan pour le stopper.

« Tu ne crois pas qu’on trouvera ce fameux mot de passe en cherchant les lieux indiqués sur la carte ? »

Je ravise mon geste. Elle a raison. Elle m’embrasse puis me tire par le bras.

« C’est bon ? On y va ? »

Nous nous dirigeons vers le lieu le plus proche de l’hôtel : Le Colisée. Et, contre toute attente, nous remarquons qu’il est quadrillé par toute une série de numéro et de chiffres. De 1 à 42.

« Et si les chiffres correspondaient à une zone du Colisée ? De mémoire, chaque ruine est quadrillée de cette manière, peut-être qu’un des chiffres correspond ? »

« Oui, mais lequel ? répondis-je.

« On a qu’à procéder par élimination. On commence par le sous-sol, qui couvre les zones 1 à 4, puis on remonte. »

« Ça me va. »

J’ai du mal à me concentrer sur les fouilles. Je suis absorbé par la magie du lieu. Mon esprit se met à vagabonder, s’imaginant tous ces couloirs, ces gradins, à l’époque des grands jeux de cirque. Au bout d’une grosse heure, il faut se rendre à l’évidence. Il n’y a rien dans cette zone. Certaines parties, cadenassées, sont inaccessibles. On remonte d’un cran, la 8. Toujours rien. Alors qu’on se rend vers la zone suivante, je vis un petit panneau qui indique juste ces mots : Zone 42, danger ! Inaccessible au public pour raison de sécurité. Les geeks ne doivent pas être très heureux que leur chiffre fétiche soit utilisé de cette manière.

Mon sang ne fait qu’un tour. Je suis sûr que c’est là. Je n’attends même pas Frida, et vais directement jusqu’au sommet. Alors que certaines parties sont totalement verrouillées et nécessitent presque une équipe de démolition pour rentrer, une simple chaîne barre l’accès à la zone 42, qui consiste au pourtour du sommet des gradins.

Je passe la chaîne, suivi par une Frida à bout de souffle. Nous marchons sur le pourtour presque accroupis, pour éviter de nous faire voir par les quelques gardes du monument. Au bout d’un quart d’heure, coincé entre deux énormes dalles de pierre, un petit bout d’enveloppe brune pointe légèrement le bout de son nez. On la retire.

Il y a juste un mot de la même écriture aperçue chez EF. Tibet. Rien d’autre.

« Certainement une énigme. Je suis sûr que c’est la clé pour le mot de passe. »

J’adore la perspicacité de cette femme. Je l’embrasse, puis la tire presque par le bas pour l’emmener au lieu suivant, qui sur la carte, indiquait l’entrée des catacombes.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Offberg

Je lui ai parlé. Deux heures de voiture, pour retourner sur les traces de mon enfance, près de la Manche. Dans une petite maison blanche, entourée d'herbe verte, j'ai remonté l'allée de dalle ronde qui mène à la terrasse. En frappant à la porte, je savais que je la trouverais fatiguée. Ma tante a ouvert la porte. J'ai souris derrière mon masque. Je ne la connais pas. Elle s'est reculée pour me laisser entrer et son visage s'est tourné vers la première chambre à ma gauche. Je me suis avancé et j'ai moi aussi tourné la tête. J'ai souris derrière mon masque. Les joues creuses, le dos voûté, elle peine à me regarder. Elle est aux prises avec un médicament, ou un autre. Je ne pèse pas le poids de l'instant. Elle respire fort et vite, comme si elle avait couru. Quelques mots échangés sonnent creux. Dans l'instant, tout ce qui me vient est de lui demander comment elle va. C'est idiot. Elle va mal.

Je me détourne pour m'installer dans le canapé. Lorsqu'elle a terminé, elle me rejoint en s'aidant d'une canne pour s'asseoir sur une chaise. Ma tante reste debout et part bientôt à la pharmacie. Nous restons tous les deux, en tête à tête. Je lui ai parlé. De tout, de rien, du temps, de la maison, des chinois. Quelques jours plus tard, avant de savoir, je rigolerais de cela. Avant de savoir. Elle sourit parfois, je souris aussi derrière mon masque. Elle tousse sèchement. Elle n'est pas enrhumée, elle n'arrive simplement plus à respirer. Est-ce qu'elle sait ?

Je lui ai parlé, sans peser le poids de cette discussion. Je ne me souviens déjà plus avec précision de ce que nous nous sommes dit. Ce n'était pas un échange intense et profond. Non, c'était surtout de la discussion de surface, entrecoupée d'évidence comme « tu dois te reposer », « tu ne dois pas faire trop d'effort ». Elle n'a jamais été une personne à rester dans son siège. Elle a acheté cette maison en Normandie pour s'occuper d'un jardin. La pelouse venait d'être tondue. Elle m'a parlé de plantes qui n'ont pas besoin d'être dépotées et replantées. Elle m'a dit qu'elle allait les planter cette semaine. J'imagine qu'elles ne fleuriront plus. Je garde mon masque. Parce qu'avec cette putain de pandémie, elle ne peut pas me voir lui sourire.

Elle a besoin de repos. C'est tout. Elle n'est plus jeune. Elle est épuisée. Son corps se bat contre le temps. Ses mains sont bleues. Des plaques de sang sous cutanées. Ma tante revient en même temps que mes parents arrivent avec mon frère. Nous avions convenu de passer un peu de temps avec elle, puis de la laisser se reposer et d'aller déjeuner. Au restaurant, nous sourions et discutons normalement. Nous ne savons pas encore. Je ne l'ai pas vu depuis plusieurs années. Je ne la verrais plus jamais. Nous rentrons à la maison blanche. Ma cousine est arrivée entre temps. Puis mon oncle, ma deuxième tante et mon deuxième oncle. Il y a beaucoup de monde. Est-ce que cela a joué ? Je préfère me dire qu'elle aura été contente de nous voir, autant que nous étions. De Paris, de Bretagne, nous sommes venu nombreux, lui montrer que nous tenions à elle, à notre façon. Nous ne sommes pas tous présents dans son quotidien, mais cela n’empêche pas de l'aimer. A notre manière.

En milieu d'après-midi, mes parents, mon frère et moi sommes partis. Elle était assise dans son canapé, à sa place habituelle. Elle toussait. Elle nous regardait. J'ai cru voir dans ses yeux qu'elle était un peu perdue. Fatiguée, essoufflée, épuisée. Je lui ai souris une dernière fois, derrière mon masque. Je blâme la pandémie pour avoir gardé mon masque tout du long alors que la vérité est pathétique. Quelques jours avant, j'ai rasé ma barbe et laissé une moustache qui ne ressemble à rien. Donc davantage que par soucis de sécurité, j'ai gardé mon masque pour ne pas me montrer ainsi.

Hier, elle ne s'est pas sentie bien. Elle est retournée à l’hôpital. Son état s'est aggravé. Aujourd'hui elle est partie. Elle ne sourira plus. Elle ne s'occupera plus de son jardin. J'essaye de me dire qu'elle est allé ailleurs. Mais je n'y crois pas. Elle n'est simplement plus là. Je ne la connaissais pas bien. Je ne l'avais pas vu depuis plusieurs années. Je l'aimais à ma manière. Elle me manque déjà. Il fallait que je l'écrive, avant d'oublier ce souvenir. Ce dernier souvenir d'elle.

Au revoir, Mamie.
3
2
0
3
Nicolas Raviere
Cette anthologie réunit toutes mes participations à des défis (Scribay et ateliers d'écriture IRL) sous forme de prose.
41
49
6
25
Défi
Luna Castalla

Je vais vous raconter l'histoire d'une fille appelée petite lune.
Son surnom est petite lune car Luna veut dire lune.
Cette petite fille se fait appeller Luna car elle n' 'aime pas son vrai prémon, elle trouve que ça ne lui va pas.
Luna est brune aux yeux marons.
Elle est timide, maladroite mais tellement adorable.
Luna rève de devenire auteur, elle voudrait tellement que cela devienne possible , du coup elle met toutes ses chances de son côté .
Luna écrit des textes, des romans et plein de genres depuis la sixième , et a toujours eu ce rêve
Elle n'a jamais osé écrire sur une plateforme et là elle le fait.
Luna a des problèmes, n'allez pas croire que ça vie est parfaite et toute rosse!!!!!
C'ette petite, est Dyspraxique et Dysortographique.
Ce n'est pas parfait dans le métier d'auteur, mais Luna est une guerrière elle ne se laissera plus jamais faire.
Elle s'est trop laissée manipuler dans le passé et maitenant elle en souffre émornement.
Luna est sensible, c'est qui fait le charme de Luna.
Et la petite fille dont je parle, c'est moi.
5
3
43
1

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0