Je suis Chris. Je suis un gentil, et je suis poursuivi par des méchants

5 minutes de lecture

Ils étaient là. Je le sentais au plus profond de moi. Plusieurs types, emplis de colère et de rage, devaient être dans les parages. Ils m’avaient retrouvé. Le plan de Frida avait foiré. Ou alors mes recherches sur internet n’étaient pas si discrètes que cela. Je n’y connais rien en trucs de hacker, j’ai dû merder quelque part.

Je sentais Frida pleurer. Elle essuyait des coups en ce moment. Je m’arrêtai, tremblant de peur. Je l’avoue, j’ai honte, j’ai hésité. J’ai failli prendre mes jambes à mon cou. Me barrer loin, très loin. Mais utiliser Frida comme bouclier pour ma fuite, la laisser là subir je ne sais quoi par ces fous furieux, m’était tout simplement insupportable. Je ne pouvais pas lui faire subir le sort de Marie.

Je ne savais pas comment j’allais agir. Je fonçais, tête baissée, dans l’appartement sans aucun plan. La fureur s’empara de moi. Frida, gisait au sol, les fringues déchirées. Le gros connard, il n’avait même pas attendu une journée. Il était à moitié couché sur elle, son froc sur les chevilles, emporté dans un mouvement de va et vient entre ses cuisses. Des larmes silencieuses coulèrent de son visage paniqué. Les types l’avaient bâillonnée avec son foulard qui s’enfonçait bien loin dans sa gorge. Elle était à la limite d’étouffer. Un filet de sang s’écoulait d’une commissure des lèvres. Quant à son petit minois d’ange, il était méconnaissable. Les coups étaient passés partout. Elle avait tellement ramassé que son visage ressemblait à celui du bonhomme Michelin, en rouge.

À mon arrivée, ce connard s’arrêta et me foudroya du regard.

« Put… Choppez-le ! »

Les trois autres types se retournèrent vers moi. Des skins. Des vrais de vrais, pas comme ces malabars en costards. Je tentai une poussée désespérée, et ils arrêtèrent net leurs mouvements. Putain, ça marchait ! Ils se tournèrent vers l’enculé et l' encastrèrent dans le mur. Putain. Mon don s’était encore affiné, sans que je m’en rende compte. En fait, je remarquai également que j’étais face à des esprits plus faibles, facilement malléables. Des types en somme, qui avaient gobé des discours emplis de semi-vérité et s’étaient faits embrigader comme dans une secte.

Je les avais à ma merci. Ils m’obéirent au doigt et à l’œil et se mirent à tabasser le connard. J’étais hors de moi. Pendant que les 3 gusses lui faisaient déguster toute ma rage, je lui vidai entièrement son esprit. Alors qu’il hurlait sous les coups, tous eurent l’impression de son visage était en train de fondre. Comme si je le siphonnais réellement. J’entendis les hurlements de Frida à travers son bâillon. Son cri me stoppa dans mon élan. Au bout de quelques secondes, je repris mes esprits. Mais c’était trop tard. Face à nous, se trouvait un humain sans aucune mémoire. Une vraie coquille vide. Ses trois copains, eux, prirent peur et se cassèrent en courant.

Je me jetai sur elle et lui enlevai le bâillon. Elle pleura dans mes bras, mais était en colère.

« Putain, mais qu’est-ce que tu lui as fait ? »

« Je ne sais pas Frida. En te voyant par terre, et lui abusant de toi, j’ai vu rouge. Je ne sais pas ce qui m’a pris. »

Des sirènes retentirent dans la ville et se rapprochèrent.

Elle me regarda d’un ton sévère.

« Planque-toi dans ta chambre. Je vais régler ça. Ce n’est pas comme si je n’avais pas l’habitude. Laisse-moi parler avec les flics. Ne fais surtout rien d’inconsidéré et ressort dans quelques heures, quand tu seras sûr qu’ils sont partis. »

Elle se pencha près de l’endroit où elle avait été allongée et ramassa deux petites cartes plastiques qu’elle me tendit.

« Il les a quand même créées. Va-t’en, maintenant. »

Je la laissai là, seule dans le salon où elle s’assit et se remis à pleurer de plus belle. J’aurais tant voulu rester là, pour la soulager. Mais elle me fit signe de la main de décamper. J’étais à peine installé dans la chambre que les flics déambulèrent dans l’appart.

Planqué derrière la porte, je tendis l’oreille. Je ne pouvais résister à entendre ce qui se passait. J’avais trop peur, que suite à mon acte, elle me balance. Je fus étonné, je ne savais pas qu’elle était une sacrée comédienne.

Elle raconta aux flics que ce type la rackettait et la harcelait pour qu’elle travaille dans son équipe. Que constamment, elle devait subir du harcèlement de sa part, des menaces. Parfois, il s’amusait à la toucher en rue. Mais jamais jusqu’à ce point. Avec trois de ses potes, ils étaient rentrés de force chez elle et ils se mirent à la violenter puis à la violer. Lorsque les gars entendirent les sirènes, les trois non occupés s’enfuirent. Le connard quant à lui, s’était relevé et elle sauta sur lui. Après quelques échanges de coups il se cogna la tête au mur et ne réagissait plus.

Pendant que d’autres interrogeaient – enfin, essayaient d’interroger – le violeur, le flic aida Frida à se relever, et lui demandant si elle voulait porter plainte. Elle refusa catégoriquement avec une mine apeurée. Il tenta d’insister, de lui répéter que le type continuerait à harceler d’autres filles, rien n’y fit. Elle avait peur qu’il retrouve la mémoire et se venge d’autant plus.

Le flic fut déçu. Visiblement, il connaissait ce gaillard et l’avait dans son collimateur. Le genre de poisson impossible à pêcher, qui passe encore et toujours dans les mailles du filet malgré toutes les tentatives désespérées de la police. Ils embarquèrent le gars et s’éclipsèrent.

Après avoir fermé la porte, Frida s’y adossa et se laissa glisser en éclatant en sanglots. Elle pleura encore et encore. J’attendis là, contre la mienne, l’écoutant pleurer, me sentant totalement impuissant. Je mourrais d’envie d’aller la voir, la prendre dans mes bras et la réconforter. Mais je sentais bien qu’elle avait besoin de se sentir seule un moment.

J’attendis un bon quart d’heure avant de me décider à sortir. Le temps que les pleurs se calment un peu.

« Putain Chris. Ça avait beau être un connard, il n’avait pas à mériter ça. Ce qu’il m’a fait, je serai rapidement passée dessus. » Elle trembla d’effroi en repensant à la scène, devant même éviter quelques larmes.

« Je préfère dormir seule ce soir. J’ai besoin de réfléchir à tout ça »

Je hochai la tête, sans rien dire. Elle se releva et se dirigea vers sa chambre. Arrivée à l’encadrement, elle s’arrêta et me regarda.

« En fait, je crois que j’aimerais que tu partes. Tu m’as payé jusque demain, tu me rendras la clé après avoir déjeuné. Je veux être sûre de te voir partir de mes propres yeux. »

Elle s’enferma à double tour dans sa chambre. Elle ne l’avait fait que les premières nuits, avant que l’on commence à bien se connaître.

De ma chambre, je l’entendis pleurer une bonne partie de la nuit.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Offberg

Je lui ai parlé. Deux heures de voiture, pour retourner sur les traces de mon enfance, près de la Manche. Dans une petite maison blanche, entourée d'herbe verte, j'ai remonté l'allée de dalle ronde qui mène à la terrasse. En frappant à la porte, je savais que je la trouverais fatiguée. Ma tante a ouvert la porte. J'ai souris derrière mon masque. Je ne la connais pas. Elle s'est reculée pour me laisser entrer et son visage s'est tourné vers la première chambre à ma gauche. Je me suis avancé et j'ai moi aussi tourné la tête. J'ai souris derrière mon masque. Les joues creuses, le dos voûté, elle peine à me regarder. Elle est aux prises avec un médicament, ou un autre. Je ne pèse pas le poids de l'instant. Elle respire fort et vite, comme si elle avait couru. Quelques mots échangés sonnent creux. Dans l'instant, tout ce qui me vient est de lui demander comment elle va. C'est idiot. Elle va mal.

Je me détourne pour m'installer dans le canapé. Lorsqu'elle a terminé, elle me rejoint en s'aidant d'une canne pour s'asseoir sur une chaise. Ma tante reste debout et part bientôt à la pharmacie. Nous restons tous les deux, en tête à tête. Je lui ai parlé. De tout, de rien, du temps, de la maison, des chinois. Quelques jours plus tard, avant de savoir, je rigolerais de cela. Avant de savoir. Elle sourit parfois, je souris aussi derrière mon masque. Elle tousse sèchement. Elle n'est pas enrhumée, elle n'arrive simplement plus à respirer. Est-ce qu'elle sait ?

Je lui ai parlé, sans peser le poids de cette discussion. Je ne me souviens déjà plus avec précision de ce que nous nous sommes dit. Ce n'était pas un échange intense et profond. Non, c'était surtout de la discussion de surface, entrecoupée d'évidence comme « tu dois te reposer », « tu ne dois pas faire trop d'effort ». Elle n'a jamais été une personne à rester dans son siège. Elle a acheté cette maison en Normandie pour s'occuper d'un jardin. La pelouse venait d'être tondue. Elle m'a parlé de plantes qui n'ont pas besoin d'être dépotées et replantées. Elle m'a dit qu'elle allait les planter cette semaine. J'imagine qu'elles ne fleuriront plus. Je garde mon masque. Parce qu'avec cette putain de pandémie, elle ne peut pas me voir lui sourire.

Elle a besoin de repos. C'est tout. Elle n'est plus jeune. Elle est épuisée. Son corps se bat contre le temps. Ses mains sont bleues. Des plaques de sang sous cutanées. Ma tante revient en même temps que mes parents arrivent avec mon frère. Nous avions convenu de passer un peu de temps avec elle, puis de la laisser se reposer et d'aller déjeuner. Au restaurant, nous sourions et discutons normalement. Nous ne savons pas encore. Je ne l'ai pas vu depuis plusieurs années. Je ne la verrais plus jamais. Nous rentrons à la maison blanche. Ma cousine est arrivée entre temps. Puis mon oncle, ma deuxième tante et mon deuxième oncle. Il y a beaucoup de monde. Est-ce que cela a joué ? Je préfère me dire qu'elle aura été contente de nous voir, autant que nous étions. De Paris, de Bretagne, nous sommes venu nombreux, lui montrer que nous tenions à elle, à notre façon. Nous ne sommes pas tous présents dans son quotidien, mais cela n’empêche pas de l'aimer. A notre manière.

En milieu d'après-midi, mes parents, mon frère et moi sommes partis. Elle était assise dans son canapé, à sa place habituelle. Elle toussait. Elle nous regardait. J'ai cru voir dans ses yeux qu'elle était un peu perdue. Fatiguée, essoufflée, épuisée. Je lui ai souris une dernière fois, derrière mon masque. Je blâme la pandémie pour avoir gardé mon masque tout du long alors que la vérité est pathétique. Quelques jours avant, j'ai rasé ma barbe et laissé une moustache qui ne ressemble à rien. Donc davantage que par soucis de sécurité, j'ai gardé mon masque pour ne pas me montrer ainsi.

Hier, elle ne s'est pas sentie bien. Elle est retournée à l’hôpital. Son état s'est aggravé. Aujourd'hui elle est partie. Elle ne sourira plus. Elle ne s'occupera plus de son jardin. J'essaye de me dire qu'elle est allé ailleurs. Mais je n'y crois pas. Elle n'est simplement plus là. Je ne la connaissais pas bien. Je ne l'avais pas vu depuis plusieurs années. Je l'aimais à ma manière. Elle me manque déjà. Il fallait que je l'écrive, avant d'oublier ce souvenir. Ce dernier souvenir d'elle.

Au revoir, Mamie.
3
2
0
3
Nicolas Raviere
Cette anthologie réunit toutes mes participations à des défis (Scribay et ateliers d'écriture IRL) sous forme de prose.
41
49
6
25
Défi
Luna Castalla

Je vais vous raconter l'histoire d'une fille appelée petite lune.
Son surnom est petite lune car Luna veut dire lune.
Cette petite fille se fait appeller Luna car elle n' 'aime pas son vrai prémon, elle trouve que ça ne lui va pas.
Luna est brune aux yeux marons.
Elle est timide, maladroite mais tellement adorable.
Luna rève de devenire auteur, elle voudrait tellement que cela devienne possible , du coup elle met toutes ses chances de son côté .
Luna écrit des textes, des romans et plein de genres depuis la sixième , et a toujours eu ce rêve
Elle n'a jamais osé écrire sur une plateforme et là elle le fait.
Luna a des problèmes, n'allez pas croire que ça vie est parfaite et toute rosse!!!!!
C'ette petite, est Dyspraxique et Dysortographique.
Ce n'est pas parfait dans le métier d'auteur, mais Luna est une guerrière elle ne se laissera plus jamais faire.
Elle s'est trop laissée manipuler dans le passé et maitenant elle en souffre émornement.
Luna est sensible, c'est qui fait le charme de Luna.
Et la petite fille dont je parle, c'est moi.
5
3
43
1

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0