Des types bizarres

5 minutes de lecture

Le lendemain, je l’accompagnai donc à son rendez-vous. On prit vite quelques photos dans un photomaton et j’allai me planquer à une table, loin derrière. Frida se mit de telle manière à ce qu’elle me voyait de face. En tout logique, son pote s’assoirait en face d’elle, histoire qu’il ne me voie pas de toute l’entrevue.

Nous ne durent pas attendre bien longtemps. Quelques minutes plus tard, un bellâtre d’une vingtaine d’années se présenta à elle. Le genre de type bien bâti qui passe une heure par jour en salle de sport, sur les engins de body-building. Blond aux yeux bleus, le parfait petit aryen rêvé par le moustachu des années trente. J’aurais dû me méfier. Le gars semblait plus qu’heureux d’être là, de pouvoir enfin avoir son tête à tête avec la créature de rêve qu’il convoitait depuis des mois.

Oui, c’était bien de cela qu’il était question. Ce type lorgnait sur Frida, rêvait de se la faire. Je le vis dans son esprit lubrique. Elle se refusait à lui depuis près d’un an, malgré des avances presque quotidiennes. Lui rendre un tel service la rendrait redevable, il pourrait ensuite la faire chanter et la sauter à loisir. Vite qu’il arrive avec ces papiers. Je lui ôterai cette idée de la tête dès qu’on les aura en main.

Cependant, je fus pris de malaise en regardant un peu plus l’esprit de ce gars. Il était envahi par la haine. Une profonde colère couvait en lui, tassée bien au fond de son cœur. Je tentai de le sonder un peu plus, je vis qu’il était un membre très engagé de l’UDS : un parti que se disait démocratique, comme tous les autres du même acabit, mais qui en réalité était de droite dure, nationaliste, jouait sur la peur de l’autre et surtout de l’étranger. Elle balançait discours et déballage d’opinion en tout point identiques à ceux des F-Haine, Nivéa, etc. Bref, un gars comme Lammour les aime.

Sans m’en rendre compte, pris par ces sentiments haineux, je commençai à pousser. Chaque fois qu’il discuterait avec un membre de son parti, qu’il lira des coupures de presse, il se demandera ce qu’il fout dans son parti. Ce fut machinal, et lorsque je m’en rendis compte, il était trop tard. J’avais inceptionné le type. J’étais prêt à me fondre dans la table, à devenir une petite souris et me cacher dans le premier trou à proximité. Putain, c’était vraiment pas le genre de type à modifier les pensées. Le pote aux partouzeurs de droite (puissance 2) de ce pays. S’ils s’en rendaient compte, j’étais cuit. Le type, en tout cas, ne s’était rendu compte de rien. Pas comme ces foutus malabars. Avec un peu de chance, le plan de Frida pouvait marcher et ma petite erreur passer inaperçue. Et dans le pire des cas, on lui efface toute la mémoire s’il se met à poser la moindre question.

Le type écouta longuement Frida, toujours en souriant. Il avala toutes ses paroles, lui expliqua qu’un de ses amis avait de gros ennuis avec des types bizarres et qu’il n’avait d’autre solution que de changer de papiers pour éviter d’être poursuivi encore et toujours. Il lui promit de l’aider, d’en parler à ses connaissances en état civil. Il leur serait facile de créer une identité factice. Sa seule condition était qu’elle devrait lui rendre un service ultérieur, sans poser de question ni refuser.

Elle accepta sans hésiter. Je sentis le type jouir intérieurement, limite s’il ne mouillait pas déjà son calebard d’excitation. Elle lui tendit les photos enserrées dans un petit bout de papier, puis il se leva et s’éclipsa après les traditionnels trois bises que se font les Suisses pour se saluer (oui, ne cherchez pas, ils aiment bien les petits bisous les Suisses, à croire qu’ils n’en reçoivent pas assez durant leur enfance). Elle attendit quelques minutes, puis vint me rejoindre.

« Tu vois, tout s’est bien passé ! »

« Mouais, je ne suis pas convaincu. Tu dois vraiment se méfier de ce type. Il ne t’aide que pour une seule raison. Il sait que ce que tu demandes est répréhensible et compte te faire chanter, pour te sauter quand ça lui chante.

« Je le sais bien. Et ce n’est pas le seul qui en rêve. Mais ce genre de types ne m’intéresse pas. Le genre de mecs à juste rechercher son plaisir, te traitant comme un vulgaire objet, non merci. »

« Elle se tût deux secondes, puis reprit en me prenant doucement la main.

« Mais tu es à mes côtés, non ? Avec toi près de moi, il ne pourra pas me toucher. »

« J’y compte bien. De toute manière, dès que les papiers seront là, je l’inceptionnerai. Au moins je laisse des traces, au mieux je me porte ».

Elle me sourit, se leva puis me gratifia d’un langoureux baiser.

« Je vais bosser. Reste bien sage en attendant, ne te fais pas remarquer. Dans quelques jours, tout sera terminé. Tu seras citoyen suisse. Tu pourras recommencer une nouvelle vie. »

Une fois partie, j’allumais le téléphone. Je continuai mes recherches, toujours en noyant mes requêtes à travers d’autres. J’avais réussi à identifier le fameux EF. Edgard Friendley. Cela devait être un nom d’emprunt, ce n’était pas possible. Je me mis à chercher sur Twitter, et je trouvais bien un compte correspondant au nom, avec le petit « V ». Un compte vérifié, génial. Il était de plus bien mentionné dans la bio : « Journaliste détaché d’un grand quotidien français à Rome ». Par contre, pas de photo. Je m’osais lui envoyer un message privé, sous un faux compte que j’avais créé.

« Bonjour. Je sais que nous ne nous connaissons pas, mais j’aimerais fortement m’entretenir avec vous. Je subis depuis quelques semaines de fortes pressions de la part d’une personne sur laquelle vous avez investigué par le passé. Je ne sais pas vers qui me tourner. Je pense aussi que vous serez intéressé pour certaines informations que je détiens. Vous êtes mon seul espoir. »

Je ne savais pas quoi écrire d’autre. Je ne voulais pas trop en dire. J’espère qu’il ne me prendra pas pour un taré quelconque. Éviter de divulguer un max d’info par internet, le réseau qui retient tout, qui annihile la vie privée de tout le monde si on ne fait pas gaffe.

Je restais là quelques minutes, à regarder le téléphone, comme si la réponse allait de suite me parvenir. Comme rien ne vint, je me levai et allai me promener. Durant toute la journée, au fil de mes pérégrinations, je rallumai l’appareil plusieurs fois. À chaque fois, aucune réponse de Friendley.

Après un énième café, je me rendis compte qu’il était bien tard. Frida serait certainement déjà rentrée. Je me dépêchai de payer, et rentrai d’un pas pressé. Au fur et à mesure que je me rapprochais, une drôle de sensation me prit aux tripes. L’anxiété me gagna. Quelque chose ne tournait pas rond.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Fred Larsen
Réponse au défi de Ceryse : micro-nouvelles semaine 8
Jour : dimanche

Désolé de commencer "comme ça" 2021... mais c est venu tout seul ;-)
14
24
1
0
SALGRENN

Il est là. Là, devant moi. Devant eux, devant elles, assemblée de pintades qui gloussent. Il parle bien. Lui. Avec assurance. Il suit de grandes études. Prestigieuses. Lui. Hypokâgne, Science-po, Médecine, Pharma, facultés, thèses, diplômes... J'en ai la tête qui tourne... Ras le ciboulot !
Cousin Alfred me surveille du coin de l'oeil. C'est lui qui m'a invité à cette soirée. Sa soirée. Il ne pouvait guère faire autrement, se sentait obligé. Je suis le raté de la famille, mais je crois qu'on m'aime bien malgré tout. Certains ont peut-être même de la peine pour moi. Ou de la compassion, comme ils préfèrent le dire, un peu gênés.
Elle est belle. Beaucoup trop belle pour moi, bien sûr. Mais je n'ai vu qu'elle en arrivant tout à l'heure. Elle, et ses gestes gracieux, son parfum, sa voix, ses yeux, la souplesse de sa démarche, son teint, ses manières de petite fille bien élevée. Tout me plaît chez elle. Tout m'attire. Tout.
Cousin Alfred sait que je suis imprévisible. Que j'ai le vin mauvais. Que je suis capable du pire. On m'invite, mais on craint aussi mes réactions. Je suis un bagarreur. Un sale bagarreur alcoolique. Mais ce soir, je ne bois pas. Je ne boirai pas, ou presque pas. C'est promis. Je serai bien sage, comme une belle image tout en couleurs dans un livre pieux.
Lui, repart de plus belle. Il a à raconter. N'a pourtant encore rien vu, ou presque, de la vie mais possède déjà une opinion bien établie sur chaque chose. Et, volailles naïves, elles boivent ses paroles, goulûment, bouches bées. Il est charmant et a le nez fin, l'intello. Le mien a déjà été cassé à deux reprises. Et porte de très belles chaussures aussi. La lutte serait trop inégale, je pourrais le briser d'une simple chiquenaude si l'envie devait me prendre. Mais j'ai promis à cousin Alfred : "T'inquiète, je me tiendrai à carreau !". Pour le moment, en tout cas...
Elle se déplace. Va sur la terrasse. Il fait si lourd, ce soir. Les grillons s'époumonent dans le parc et l'on entend, plus loin, l'orage qui gronde sourdement. Je la suis. Je la suivrai ainsi jusqu'au bout du monde.
"Bonsoir... alors, comme ça, c'est vous... c'est vous, le cousin Pierre... ?! Vous savez, Alfred nous a beaucoup parlé de vous... ainsi, vous êtiez militaire... ?"
Cousin Alfred parle trop. Il croit toujours bien faire, mais se trompe à chaque fois. J'aurais préféré faire les présentations moi-même. J'aurais menti alors. Une fois de plus. Inventé une histoire, une belle histoire, de celles qui plaisent tant aux filles, de celles qui vous rendent beau, irrésistible, énigmatique, intelligent souvent, de celles qui me donneraient toutes les chances pour la conquérir... car finalement, ce soir, il n'y a que cela qui ait une véritable importance... Elle, Elle, et seulement Elle...
Maintenant, j'ai peur. Peur d'être ridicule. Et cousin Alfred me surveille toujours. De loin, comme on épie avec angoisse un fauve dangereux, dissimulé dans la pénombre, ou caché dans un fourré épais, et qui n'attend plus que le moment propice pour se jeter sur vous. Il connait ma force, mon courage, mon impulsivité, ma profonde détermination aussi parfois à faire le mal autour de moi. Beaucoup de mal, souvent. Il regrette d'ailleurs déjà de m'avoir invité. Comme je le comprends. Je vais lui gâcher sa soirée, c'est en tout cas ce qu'il doit penser à cet instant.
"Oui... Je suis dans les parachutistes... !"
Je l'ai dit comme on avoue un ignoble meurtre. Ses yeux s'écarquillent. Elle allume une cigarette, une blonde, remarque cette cicatrice qui barre ma lèvre supérieure, jauge mes muscles, soupèse ma force, toute la puissance de l'animal sauvage, scrute mon regard d'acier, et s'attarde enfin longuement sur mes mains, poignes redoutables, étaux effrayants, terribles serres...
"Oh... comme cela doit être passionnant... !"
La Guerre, passionnant ?! La Guerre est tout, sauf passionnante... La Guerre ne peut passionner personne, si ce n'est quelques fous. La Guerre est une immonde saloperie qui vous dévore le cœur et vous brise à tous les coups. Oui, à tous les coups, ma petite Demoiselle...
Cousin Alfred se rapproche de nous deux. Et Lui aussi. Avec tous les autres, une coupe de champagne à la main. Monsieur flaire peut-être quelque chose et s'interroge. Tiens donc... on oserait lui voler la vedette ce soir ?
"Alors comme ça, vous avez sauté sur Diên biên Phu... ?"
Au loin, des éclairs zèbrent le ciel. L'orage se rapproche, doucement. Me voici maintenant cerné. Et ils attendent. Je dois tout leur raconter. Lui, et ses amis, me pressent à le faire, avides de sensations fortes, prêts à entendre mes horreurs, à découvrir des atrocités qui les feront tous frêmir, à se faire peur à la guerre, mais par procuration. On me sert un grand verre de vin, pour m'encourager. Cousin Alfred panique...
"Mais laissez-le donc tranquille... Pierre n'aime pas raconter... Il préfère garder tout ça pour lui... Allez, cela suffit, je vous dis !"
Elle me regarde avec ses grands yeux de biche. Mais moi, je ne vois que Marcel. Mon copain Marcel mort dans mes bras. Là-bas. Dans la bouillasse indochinoise. Marcel avait vingt ans. Comme moi. Marcel, fidèle compagnon d'armes, avait vingt ans, et n'a pas dit un seul mot pendant son agonie, malgré la douleur qui l'étreignait si fort. Je siffle mon verre cul-sec et demande une bouteille entière, maintenant, tout de suite, sans délai, sinon je ne parlerai pas, nom de Dieu ! Non, je ne dirai rien sans cela. Alors, pour l'occasion, on débouche un grand cru. Le cercle se resserre, les esprits s'échauffent, voilà, le spectacle peut enfin commencer, la bête de foire va pouvoir faire son numéro tant attendu...
C'est étrange, mais je crois qu'Elle a compris. Ma souffrance, mon mal-être, ma peine, si profonde, sourde, insidieuse, qui me tenaille depuis ces jours noirs, ces jours où j'ai perdu toute raison et espoir. Cette fragilité extrème qui fait partie de moi aujourd'hui, et cela malgré les apparences, toutes contraires. Fragilité qui me pousse inexorablement à faire n'importe quoi de ma vie. Elle semble avoir compris cela en quelques secondes à peine. Je le sais. Je le sens.
"Venez, Pierre... partons... raccompagnez-moi, s'il-vous-plaît... avant qu'il ne pleuve... "
Mais ils ne sont pas d'accord. Lui, le premier de la classe, veut savoir. Il veut m'entendre car il lui sera plus aisé, après cela, de trouver les bons mots pour se moquer de moi, et m'humilier. Alors on me retient. On m'exorte à la fin de raconter ce que je sais, on ne me laissera pas partir, c'est hors de question, tant que je n'aurai pas raconté mes horreurs, toutes mes horreurs, sans exception. Elle insiste pourtant. Elle est de mon côté. Elle sait, d'instinct peut-être, que tout cela finira mal, une fois de plus...
Lui, inconscient qu'il est, me retient par la manche. Le cousin Alfred s'écarte, désespéré. Elle me supplie une dernière fois. Mais il est bien trop tard... Je sers les poings... l'orage est déjà sur nous...
4
8
10
5

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0