La voie est close. Elle fut faite par les douaniers. Et les douaniers la gardent

4 minutes de lecture

Durant trois heures, je dormis d’un œil. Ni vraiment réveillé, ni vraiment endormi, le moindre bruit réactivait toutes les terminaisons nerveuses du Chris constamment sur ses gardes, prêt à prendre la poudre d’escampette à tout moment. Mais rien ne se produisit. Le train circula sans encombre, et j’arrivai à Mulhouse vers 19H.

Je ne connaissais pas du tout cette ville. Je n’y avais jamais mis les pieds, hormis par un passage en train, je n’avais vu que la gare. Comme à Paris, inceptionnage de quelques passants dès mon arrivée. Je me mis à chercher une carte de la région. Passer en Suisse, par un grand axe ou le train, signifiait d’office tomber sur une patrouille. Je préférais éviter de me retrouver dans cette situation, tout comme je savais que les postes frontières étaient bardés de caméras. Je n’avais pas la moindre intention de faire un petit coucou à ses malabars pour leur montrer la route que j’empruntais.

Contre toute attente, je n’eus aucune difficulté à trouver cette carte. Un petit commerce, mélangeant les articles de libraire et autres souvenirs à touristes était encore ouvert dans la grande gare de Mulhouse. Je parcourus la carte pendant un bon bout de temps, cherchant le chemin le plus discret possible. Au bout d’un temps, je me rendis compte qu’une toute petite route traversait la frontière entre Hégenheim et Allschwil. Un peu plus de trente kilomètres à parcourir selon mes calculs. Si je me mettais en route directement, et sans me planter, je traverserais la frontière vers 1h du matin. On marchera à son aise, histoire de la passer un peu plus tard dans la nuit.

Je pris un repas copieux, mangeant, pour une fois à mon aise. Je me sentais déjà plus rassuré, loin de Paris, et de la cohue des derniers jours. J’embarquais ensuite quelques bouteilles d’eau et quelques snacks, histoire de reprendre des forces durant la marche. J’aurais pu me faire conduire, comme je l’avais fait en partie pour arriver jusque Paris, mais je préférais éviter. Ces types avaient la capacité de me repérer en un claquement de doigt, autant éviter toute possibilité qui pourrait jouer en leur faveur. Et puis, on m’a toujours dit dans ma jeunesse : la marche, il n’y a rien de mieux pour la santé !

Je marchai sans rencontrer le moindre chat, la moindre patrouille de flics ou de douaniers. Bien qu’on soit près de la frontière, ils semblaient tous occupés ailleurs. Je repris confiance, marchant d’un pas plus assuré alors que je traversai les petits bourgs alsaciens : Zimmersheim, Eschentzwiller, Sierentz,… Avec mes quelques pauses, j’atteignis Hégenheim aux environs de deux heures du matin. Le village était calme, la nuit bien avancée, chaque chaumière avait toutes ses lumières éteintes. Pas une voiture ne se déplaçait. Comme si un silence de mort s’était abattu sur le village. Je continuai ma route, une petite départementale qui passait la frontière à l’extrémité sud-est du village, pour tomber sur une vision qui me glaça le sang. Le petit poste frontière, côté français était allumé. De loin, je voyais trois formes humaines s’affairer au point de contrôle.

La voie est close. Elle fut faite par les douaniers. Et Les douaniers la gardent.

Je ne sais pas pourquoi cette voie d’outre-tombe résonnait dans ma tête. Elle me faisait penser au Seigneur des Anneaux, lorsqu’Aragorn passa sous la Montagne pour attirer l’armée des morts pour la bataille de Minas Tirith. Je ne pus m’empêcher de rire intérieurement. Cela devait être nerveux. Je fis demi-tour, et m’éloignai du poste frontière, cherchant si un passage était possible sans être vu par les douaniers.

En tournant une petite demi-heure, et en observant mieux la carte, je me rendis compte que des sentiers traversaient les champs, côté français, pour terminer directement dans les quartiers isolés d’Allschwil. Je constatai, avec joie, que les chemins étaient bien cachés du poste frontière par une longue rangée d’arbres. Pas besoin de se planquer, de ramper ou quoi que ce soit ! Je n’osais y croire, traverser une frontière était donc si facile ?

La délivrance au bout du chemin. Alors que je m’avançais sur le sentier, mon cœur se mit à battre de plus en plus vite. Dans quelques minutes, la traque serait finie. Je serai hors d’atteinte pour un bon bout de temps. Après plusieurs centaines de mètres, le sentier champêtre devint goudronné, et fut entouré de petites maisons avec une architecture bâloise typique. J’étais arrivé.

Je traversais Allschwil, petite agglomération juste en dehors de Bâle pour me diriger vers la ville, gare la plus proche. C’était risqué, des douaniers et policiers français se promenaient dans la station, même si la frontière se tenait à l’écart des voies principales. Je resterais loin de là, prenant le premier train pour me barrer bien loin. Être bien loin, sur les quais suisses, me donnait plus de chances de passer inaperçu.

Il me fallut une petite heure à pied pour atteindre le centre-ville. On était toujours bien tard dans la nuit. Aucun café, aucun bâtiment ou édifice ouvert pour s’abriter quelques heures. Finalement, je poireautais derrière un petit bâtiment en préfabriqué installé sur une sortie de terrain à l’abandon, du côté de l’Oppenheimstrasse. J’attendis là grelottant dans le froid, me réchauffant comme je pouvais en tassant quelques fringues autour de moi, jusque 7h. Le trafic avait déjà repris doucement, les gens commençaient à s’entasser dans les gares pour se rendre au turbin.

Une douche, je rêvais d’une bonne douche bien chaude. Cela allait faire presque quarante-huit heures que je ne m’étais plus sous cette eau si salvatrice. Je puais la transpiration des courses poursuites, de cette longue marche. Mon corps, transi de fatigue réclamait simplement un bon jet massant. Je fus stupéfait. La gare en proposait justement dans ses services, un système de douche toilettes. En l’espace de quelques minutes, j’étais un autre homme : propre sur lui, débarassé de toutes ces émanations olfactives qui feraient même fuir un cochon. Je n’oserai pas encore dire frais comme un gardon, la fatigue commençait à prendre le dessus après cette douche salvatrice. Sur les immenses quais, j’inceptionnai quelques personnes isolées, et en un rien de temps j’avais près de deux cents francs suisses. Je préférais éviter la Western Union, pour échanger mes euros, elle se trouvait juste à côté de la douane.

Arrivé au guichet, une jolie voix me dit en allemand, puis en français : « jusqu’où désirez-vous aller ? »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Offberg

Je lui ai parlé. Deux heures de voiture, pour retourner sur les traces de mon enfance, près de la Manche. Dans une petite maison blanche, entourée d'herbe verte, j'ai remonté l'allée de dalle ronde qui mène à la terrasse. En frappant à la porte, je savais que je la trouverais fatiguée. Ma tante a ouvert la porte. J'ai souris derrière mon masque. Je ne la connais pas. Elle s'est reculée pour me laisser entrer et son visage s'est tourné vers la première chambre à ma gauche. Je me suis avancé et j'ai moi aussi tourné la tête. J'ai souris derrière mon masque. Les joues creuses, le dos voûté, elle peine à me regarder. Elle est aux prises avec un médicament, ou un autre. Je ne pèse pas le poids de l'instant. Elle respire fort et vite, comme si elle avait couru. Quelques mots échangés sonnent creux. Dans l'instant, tout ce qui me vient est de lui demander comment elle va. C'est idiot. Elle va mal.

Je me détourne pour m'installer dans le canapé. Lorsqu'elle a terminé, elle me rejoint en s'aidant d'une canne pour s'asseoir sur une chaise. Ma tante reste debout et part bientôt à la pharmacie. Nous restons tous les deux, en tête à tête. Je lui ai parlé. De tout, de rien, du temps, de la maison, des chinois. Quelques jours plus tard, avant de savoir, je rigolerais de cela. Avant de savoir. Elle sourit parfois, je souris aussi derrière mon masque. Elle tousse sèchement. Elle n'est pas enrhumée, elle n'arrive simplement plus à respirer. Est-ce qu'elle sait ?

Je lui ai parlé, sans peser le poids de cette discussion. Je ne me souviens déjà plus avec précision de ce que nous nous sommes dit. Ce n'était pas un échange intense et profond. Non, c'était surtout de la discussion de surface, entrecoupée d'évidence comme « tu dois te reposer », « tu ne dois pas faire trop d'effort ». Elle n'a jamais été une personne à rester dans son siège. Elle a acheté cette maison en Normandie pour s'occuper d'un jardin. La pelouse venait d'être tondue. Elle m'a parlé de plantes qui n'ont pas besoin d'être dépotées et replantées. Elle m'a dit qu'elle allait les planter cette semaine. J'imagine qu'elles ne fleuriront plus. Je garde mon masque. Parce qu'avec cette putain de pandémie, elle ne peut pas me voir lui sourire.

Elle a besoin de repos. C'est tout. Elle n'est plus jeune. Elle est épuisée. Son corps se bat contre le temps. Ses mains sont bleues. Des plaques de sang sous cutanées. Ma tante revient en même temps que mes parents arrivent avec mon frère. Nous avions convenu de passer un peu de temps avec elle, puis de la laisser se reposer et d'aller déjeuner. Au restaurant, nous sourions et discutons normalement. Nous ne savons pas encore. Je ne l'ai pas vu depuis plusieurs années. Je ne la verrais plus jamais. Nous rentrons à la maison blanche. Ma cousine est arrivée entre temps. Puis mon oncle, ma deuxième tante et mon deuxième oncle. Il y a beaucoup de monde. Est-ce que cela a joué ? Je préfère me dire qu'elle aura été contente de nous voir, autant que nous étions. De Paris, de Bretagne, nous sommes venu nombreux, lui montrer que nous tenions à elle, à notre façon. Nous ne sommes pas tous présents dans son quotidien, mais cela n’empêche pas de l'aimer. A notre manière.

En milieu d'après-midi, mes parents, mon frère et moi sommes partis. Elle était assise dans son canapé, à sa place habituelle. Elle toussait. Elle nous regardait. J'ai cru voir dans ses yeux qu'elle était un peu perdue. Fatiguée, essoufflée, épuisée. Je lui ai souris une dernière fois, derrière mon masque. Je blâme la pandémie pour avoir gardé mon masque tout du long alors que la vérité est pathétique. Quelques jours avant, j'ai rasé ma barbe et laissé une moustache qui ne ressemble à rien. Donc davantage que par soucis de sécurité, j'ai gardé mon masque pour ne pas me montrer ainsi.

Hier, elle ne s'est pas sentie bien. Elle est retournée à l’hôpital. Son état s'est aggravé. Aujourd'hui elle est partie. Elle ne sourira plus. Elle ne s'occupera plus de son jardin. J'essaye de me dire qu'elle est allé ailleurs. Mais je n'y crois pas. Elle n'est simplement plus là. Je ne la connaissais pas bien. Je ne l'avais pas vu depuis plusieurs années. Je l'aimais à ma manière. Elle me manque déjà. Il fallait que je l'écrive, avant d'oublier ce souvenir. Ce dernier souvenir d'elle.

Au revoir, Mamie.
3
2
0
3
Nicolas Raviere
Cette anthologie réunit toutes mes participations à des défis (Scribay et ateliers d'écriture IRL) sous forme de prose.
41
49
6
25
Défi
Luna Castalla

Je vais vous raconter l'histoire d'une fille appelée petite lune.
Son surnom est petite lune car Luna veut dire lune.
Cette petite fille se fait appeller Luna car elle n' 'aime pas son vrai prémon, elle trouve que ça ne lui va pas.
Luna est brune aux yeux marons.
Elle est timide, maladroite mais tellement adorable.
Luna rève de devenire auteur, elle voudrait tellement que cela devienne possible , du coup elle met toutes ses chances de son côté .
Luna écrit des textes, des romans et plein de genres depuis la sixième , et a toujours eu ce rêve
Elle n'a jamais osé écrire sur une plateforme et là elle le fait.
Luna a des problèmes, n'allez pas croire que ça vie est parfaite et toute rosse!!!!!
C'ette petite, est Dyspraxique et Dysortographique.
Ce n'est pas parfait dans le métier d'auteur, mais Luna est une guerrière elle ne se laissera plus jamais faire.
Elle s'est trop laissée manipuler dans le passé et maitenant elle en souffre émornement.
Luna est sensible, c'est qui fait le charme de Luna.
Et la petite fille dont je parle, c'est moi.
5
3
43
1

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0