Tu as perdu ta langue, Blanche-Neige?

5 minutes de lecture

Frédéric Lammour, pour un journaliste politique, entretenait donc des relations bien étranges. Il fricotait de près ou de loin avec toute l’extrême droite européenne, sous couvert de diverses organisations. Jamais ouvertement : il ne participait à aucun meeting politique. Plusieurs fois, la justice s’était intéressée à ses relations, et à chaque fois les enquêtes furent classées sans suite, faute d’éléments concrets. La seule enquête un peu plus poussée fut stoppée par la perte des pièces à convictions dans des conditions plus qu’obscures. L’article poussait également le vice à insinuer que la presse ne parlait que très peu des déboires judiciaires de Lammour. Je pus lire que les réseaux avec lesquels il fricotait étaient tentaculaires et touchaient la plupart des grands groupes de presse. Cependant, ces réseaux feraient l’objet de plusieurs articles tant il y avait à en dire.

L’enquête que j’étais en train de lire n’en était donc qu’au début. Cependant, impossible de trouver la suite. Visiblement, le journaliste, un certain EF, avait stoppé la publication dès le premier numéro. J’eus beau chercher, aucune trace d’un quelconque communiqué sur l’abandon de son enquête. Au contraire, en continuant mes fouilles à la Sherlock, je remarquai qu’il avait été muté comme correspondant en Italie juste après la publication de ce billet.

L’Italie. L’étape suivante. Il fallait absolument que je rencontre cet E.F. Même s’il avait abandonné l’enquête, il pourrait m’aiguiller, m’indiquer une piste.

Je fus réveillé en pleine nuit. Des chuchotements se faisaient entendre de l’autre côté de la porte, suivi d’un bruit. On chipotait à la serrure. J’avais retenu la leçon : mon sac m’attendait, fin prêt, à côté de l’oreiller. Ma planque était déjà tombée. Comment était-ce possible ? Personne ne m’avait suivi, je ne m’étais connecté à rien avec mes vieux pseudos, alors quoi ?

Je n’eus pas le temps de gamberger plus longtemps. Les bruits derrière la porte se firent plus insistants. Je sautai illico du lit, en embarquant mon sac au passage. La chambre était au premier, je me laissai pendre par le rebord de la fenêtre puis je me lâchai. J’atterris sur le trottoir et me mis à marcher dans la rue, comme si de rien n’était.

Le temps du saut, ils avaient réussi à pénétrer dans la chambre. Un des malabars passa la tête, scanna la rue et hurla, en me pointant du doigt.

„Da ist es ! fangen Sie es !“

Deux autres malabars, postés un peu plus loin, se mirent à me courser. Je courrai du plus vite que je pouvais, à nouveau en prenant moult détours dans les rues parisiennes.

Je fonçai vers le métro. Mais une fois la première volée d’escalier de la station, je vis avec horreur deux grandes barrières m’obstruer l’entrée. Fuck. Ils commençaient à gagner du terrain. Je remontai quatre à quatre, m’engageant sur un grand boulevard. Sur l’allée centrale, en piétonnier, des groupes de jeunes étaient parqués à chaque banc, enveloppés par une fumée dont l’odeur me faisait me rappeler mes escapades à Amsterdam. Les premiers groupes furent facilement évitables, les suivants, de plus en plus massifs et massés, nécessitaient une esquive digne d’un film de Bruce Lee (ou jet li, ou Jackie machin, bref, vous m’avez compris). L’inévitable arriva, je trébuchai sur un gars et m’étalai de tout mon long sur deux de ses potes.

Des gros bras. L’exemple parfait du gang de rue, armé jusqu’aux dents de battes de baseball, de coups de poings américains et autres armes fabriquées avec tout et rien. Quand il s’agit de faire mal aux autres, l’être humain peut particulièrement se révéler imaginatif. Le mec sur qui je m’étais ramassé me releva d’une main, en m’attrapant par le col. Mes pieds ne touchaient même plus le sol. J’étais maintenu en l’air par une armoire à glace, le genre sorteur de boîte de nuit que tu trembles dans ton froc lorsque tu passes à côté, espérant ne jamais le contrarier.

" Qu’est-ce que tu fous là, Blanche Neige ? »

Rapide coup d’œil. De fait, dans cette rue, j’étais le seul blanc dans cette rue. Que de blacks et que des beurs, comme ils disent. Pour moi, ce ne sont que des humains. Mais le préjugé racial est aussi monté à l’extrême chez ces jeunes. Ce serait peut-être ma chance. Je tournai le regard vers mes poursuivants. Ils s’étaient arrêtés et regardaient la rue de loin, hésitant à s’y enfoncer.

« Alors, tu as perdu ta langue, Blanche Neige ? »

Je pointais mes poursuivants du doigt.

« T’as des emmerdes avec ces bouses-là ? Et les mecs, regardez ce qui se pointe par là-bas !

Tous les groupes aux alentours tournèrent le regard. Des noms d’oiseaux forcément pas très ragoutants commencèrent à fuser. Quelques secondes plus tard, des bouteilles volèrent en leur direction. Les deux malabars reculèrent juste d’un pas. Un mec mis le feu aux poudres en hurlant :" putain, il faut les crever les skins ! »

La course commença, la majorité des autochtones se lancèrent sur mes deux tortionnaires.

Les deux grosses brutes furent rattrapées en instant et débordées de tous les côtés. Une rage humaine s’empara de la foule qui se mit à les démolir. Les coups pleurèrent, les types se bousculaient pour « avoir leur morceau de skin » qui se prenaient coups de pieds et coups de battes à n’en plus finir.

Quant à moi, le type ne m’avait toujours pas relâché. Poussée. Son esprit était accessible. Je le tenais.

« Je leur ai dit que j’étais un ami de Mélanchouille et qu’il pissait à la gueule des nazillons dans leur genre. Et qu’une greffe de cerveau leur ferait le plus grand bien. Cela ne leur a pas plu, ils ont voulu me faire la peau, faire de moi un exemple. Et montrer aux autres bobo-gaucho-communistes ce qui leur arriverait prochainement. J’ai réussi à échapper à leur embuscade. Mais cela fait bien longtemps qu’ils me courent après.

Mon kidnappeur se mit à rire

« Tu me plais, toi. J’ai pas pigé un mot de ce que t’as bavé, mais je trouve que c’est bien tourné. Et comme on a des ennemis en commun, je vais pas t’amocher. »

Il me posa sur le sol. Ses potes, eux, étaient toujours occupés à tabasser les deux skins.

« Je te conseille de dégager au plus vite. Mes potes sont chauds là, ils aiment pas beaucoup les types dans ton genre. Passes par la cette rue-là, tu éviteras tous les autres groupes.

Il me fit une tape amicale sur le dos qui me fit l’effet d’une grosse claque lacérante. Encore un peu et je m’étalais face contre terre une nouvelle fois. Ce type avait vraiment de la force. Je lui dis un merci et détalai sans demander mon reste.

Le reste de la nuit, je zonai dans des petites ruelles. J’attendais que le métro rouvre. M’y engouffrer, rester planqué pendant un petit temps. Cela ne pouvait plus durer, je devais quitter Paris le plus vite possible.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Offberg

Je lui ai parlé. Deux heures de voiture, pour retourner sur les traces de mon enfance, près de la Manche. Dans une petite maison blanche, entourée d'herbe verte, j'ai remonté l'allée de dalle ronde qui mène à la terrasse. En frappant à la porte, je savais que je la trouverais fatiguée. Ma tante a ouvert la porte. J'ai souris derrière mon masque. Je ne la connais pas. Elle s'est reculée pour me laisser entrer et son visage s'est tourné vers la première chambre à ma gauche. Je me suis avancé et j'ai moi aussi tourné la tête. J'ai souris derrière mon masque. Les joues creuses, le dos voûté, elle peine à me regarder. Elle est aux prises avec un médicament, ou un autre. Je ne pèse pas le poids de l'instant. Elle respire fort et vite, comme si elle avait couru. Quelques mots échangés sonnent creux. Dans l'instant, tout ce qui me vient est de lui demander comment elle va. C'est idiot. Elle va mal.

Je me détourne pour m'installer dans le canapé. Lorsqu'elle a terminé, elle me rejoint en s'aidant d'une canne pour s'asseoir sur une chaise. Ma tante reste debout et part bientôt à la pharmacie. Nous restons tous les deux, en tête à tête. Je lui ai parlé. De tout, de rien, du temps, de la maison, des chinois. Quelques jours plus tard, avant de savoir, je rigolerais de cela. Avant de savoir. Elle sourit parfois, je souris aussi derrière mon masque. Elle tousse sèchement. Elle n'est pas enrhumée, elle n'arrive simplement plus à respirer. Est-ce qu'elle sait ?

Je lui ai parlé, sans peser le poids de cette discussion. Je ne me souviens déjà plus avec précision de ce que nous nous sommes dit. Ce n'était pas un échange intense et profond. Non, c'était surtout de la discussion de surface, entrecoupée d'évidence comme « tu dois te reposer », « tu ne dois pas faire trop d'effort ». Elle n'a jamais été une personne à rester dans son siège. Elle a acheté cette maison en Normandie pour s'occuper d'un jardin. La pelouse venait d'être tondue. Elle m'a parlé de plantes qui n'ont pas besoin d'être dépotées et replantées. Elle m'a dit qu'elle allait les planter cette semaine. J'imagine qu'elles ne fleuriront plus. Je garde mon masque. Parce qu'avec cette putain de pandémie, elle ne peut pas me voir lui sourire.

Elle a besoin de repos. C'est tout. Elle n'est plus jeune. Elle est épuisée. Son corps se bat contre le temps. Ses mains sont bleues. Des plaques de sang sous cutanées. Ma tante revient en même temps que mes parents arrivent avec mon frère. Nous avions convenu de passer un peu de temps avec elle, puis de la laisser se reposer et d'aller déjeuner. Au restaurant, nous sourions et discutons normalement. Nous ne savons pas encore. Je ne l'ai pas vu depuis plusieurs années. Je ne la verrais plus jamais. Nous rentrons à la maison blanche. Ma cousine est arrivée entre temps. Puis mon oncle, ma deuxième tante et mon deuxième oncle. Il y a beaucoup de monde. Est-ce que cela a joué ? Je préfère me dire qu'elle aura été contente de nous voir, autant que nous étions. De Paris, de Bretagne, nous sommes venu nombreux, lui montrer que nous tenions à elle, à notre façon. Nous ne sommes pas tous présents dans son quotidien, mais cela n’empêche pas de l'aimer. A notre manière.

En milieu d'après-midi, mes parents, mon frère et moi sommes partis. Elle était assise dans son canapé, à sa place habituelle. Elle toussait. Elle nous regardait. J'ai cru voir dans ses yeux qu'elle était un peu perdue. Fatiguée, essoufflée, épuisée. Je lui ai souris une dernière fois, derrière mon masque. Je blâme la pandémie pour avoir gardé mon masque tout du long alors que la vérité est pathétique. Quelques jours avant, j'ai rasé ma barbe et laissé une moustache qui ne ressemble à rien. Donc davantage que par soucis de sécurité, j'ai gardé mon masque pour ne pas me montrer ainsi.

Hier, elle ne s'est pas sentie bien. Elle est retournée à l’hôpital. Son état s'est aggravé. Aujourd'hui elle est partie. Elle ne sourira plus. Elle ne s'occupera plus de son jardin. J'essaye de me dire qu'elle est allé ailleurs. Mais je n'y crois pas. Elle n'est simplement plus là. Je ne la connaissais pas bien. Je ne l'avais pas vu depuis plusieurs années. Je l'aimais à ma manière. Elle me manque déjà. Il fallait que je l'écrive, avant d'oublier ce souvenir. Ce dernier souvenir d'elle.

Au revoir, Mamie.
3
2
0
3
Nicolas Raviere
Cette anthologie réunit toutes mes participations à des défis (Scribay et ateliers d'écriture IRL) sous forme de prose.
41
49
6
25
Défi
Luna Castalla

Je vais vous raconter l'histoire d'une fille appelée petite lune.
Son surnom est petite lune car Luna veut dire lune.
Cette petite fille se fait appeller Luna car elle n' 'aime pas son vrai prémon, elle trouve que ça ne lui va pas.
Luna est brune aux yeux marons.
Elle est timide, maladroite mais tellement adorable.
Luna rève de devenire auteur, elle voudrait tellement que cela devienne possible , du coup elle met toutes ses chances de son côté .
Luna écrit des textes, des romans et plein de genres depuis la sixième , et a toujours eu ce rêve
Elle n'a jamais osé écrire sur une plateforme et là elle le fait.
Luna a des problèmes, n'allez pas croire que ça vie est parfaite et toute rosse!!!!!
C'ette petite, est Dyspraxique et Dysortographique.
Ce n'est pas parfait dans le métier d'auteur, mais Luna est une guerrière elle ne se laissera plus jamais faire.
Elle s'est trop laissée manipuler dans le passé et maitenant elle en souffre émornement.
Luna est sensible, c'est qui fait le charme de Luna.
Et la petite fille dont je parle, c'est moi.
5
3
43
1

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0