Il est cinq heures, Paris...

4 minutes de lecture

Je posai les pieds à Paris, le 7 janvier à 18h, soulagé que la ville soit déjà plongée dans les ténèbres nocturnes. La fatigue commençait à m’envahir. J’avais l’impression d’avoir cavalé pendant des semaines, alors que mon aventure n’avait même pas commencé depuis vingt-quatre heures.

L’espoir reprenait peu à peu le dessus, avec cette grande ville qui s’offrait à moi. J’étais persuadé que la métropole était le coin idéal pour rester caché quelques jours et réfléchir à la suite des événements, bien que je ne savais pas comment j’allais faire pour y survivre. Heureusement, j’avais toujours mon don. Il me permettrait de m’en sortir, si j’étais assez discret. Je regardai mon portefeuille avec effroi, il me restait à peine trente euros. Certainement pas assez pour passer la nuit dans un hôtel miteux. Je n’irai pas bien loin sans une thune.

Avant de m’avancer plus en avant dans Paris, dans cette banlieue, j’inceptionnais plusieurs personnes en discutant calmement avec eux. Dissonance cognitive. Je récupérai une centaine d’euros, ce qui me laissait une petite marge pour passer une nuit quelque part et pouvoir me nourrir. Une fois que j’estimais ma somme suffisante, je m’engouffrais dans le métro parisien.

J’aime beaucoup Paris, cette ville si romantique, remplie d’histoire et de bâtiments magnifiques. Marie et moi l’avions parcouru en long et large, venant généralement un week-end par an en amoureux. C’était en quelque sorte notre pèlerinage annuel, notre escapade en amoureux devint en quelque sorte notre petit rituel.

J’avais le cœur gros en m’asseyant dans cette rame qui m’amenait dans le centre-ville. Je n’étais plus venu seul depuis bien des années. Cette fois, il n’y avait pas de Marie pour me tenir tendrement la main dans le métro, comme elle adorait le faire. En y repensant, je dus refréner les larmes qui me montaient au visage. Je me laissai porter par le métro jusqu’à la place de la République. Je me souvenais d’un petit hôtel très discret dans une rue aux alentours. Il ne payait pas de mine, les chambres étaient minuscules, mais au moins il était assez peu fréquenté et le personnel ne posait pas de question.

Quarante euros la nuit, sans petit déjeuner. C’était abordable. Comme je m’y attendais, alors que je payais cash pour trois nuits, le réceptionniste (si ce n’est pas le patron de l’établissement), ne me posa aucune question et ne me demanda même pas mes papiers d’identité.

La chambre était un vrai trou à rat. J’avais à peine la place pour me déplacer autour du lit. La salle de bain, si on pouvait lui donner ce nom, avait été directement construite dans la chambre, à côté du lit. Une simple petite cloison en je ne sais quelle matière avait été construite pour faire office de séparation. Ma chambre d'étudiant, à l'époque, disposait de bien plus de place. Mais bon, le confort était mon dernier souci. La faim, la douleur et l'épuisement m'offraient un cocktail détonnant. Je me demande encore maintenant comment je pouvais réfléchir et agir.

Après avoir déposé mon sac, cherché un repas un peu plus conséquent que les quelques crasses grappillées plus tôt (vive les Quick et Macdo à chaque coin de rue, heureusement que les Français apprécient la bonne chair), je m’affalai sur le lit. Je n’arrivais plus à bouger. La tension se relâchait, et mon corps fut pris d’une fatigue soudaine. Mes côtes me faisaient un mal de chien. Avec l’adrénaline de cette course poursuite, j’en avais presque oublié la douleur.

Emporté par la fatigue, il ne me fallut pas longtemps pour sombrer dans les bras de Morphée qui prit un malin plaisir à me tourmenter. Je fus envahi par des rêves, revivant encore et toujours les événements de la veille dans mes cauchemars. Je voyais constamment ce vieux fou, mon vieil Emmet Brown à moitié à poils, afficher un sourire sadique en me regardant subir les coups et les courses poursuites, tel un homme d’orchestre machiavélique qui regardait son plan se dérouler à la perfection. Je revis Marie et Marc allongés, leurs corps meurtris et leurs visages défigurés par les coups et la torture. Je me voyais à genoux à côté d’eux, pleurant sur leurs corps sans vie, avec ce savant fou qui ricanait au loin.

Je me réveillai plusieurs fois en sueur, haletant et les yeux pleins de larmes. À la longue, je luttais pour ne plus refermer les yeux. Je ne voulais plus revoir ces images, revoir ces corps. Revivre cette horreur, encore et encore, m’était insupportable. À six heures du matin, je ne tins plus et allai me promener en ville. Paris, le matin avant la cohue est une ville presque morte. Je rencontrai très peu de personnes dans mes déambulations. Quelques SDF, quelques fêtards qui rentraient chez eux, mais à part cela, je ne croisais pas grand monde. J’en profitai pour inceptionner les fêtards encore sous les effets de l’alcool, ce qui rendait les suggestions mentales encore plus faciles.

Les quelques jours qui suivirent se ressemblèrent tous : j'inceptionnais les passants durant la journée pour récupérer de quoi survivre. Mes blessures commencèrent à me faire moins mal, le visage reprit ses couleurs tandis que les tuméfactions dégonflaient. Je redevenais présentable, mais aussi de fait, plus reconnaissable.

Je passais une partie de mon temps à regarder les nouvelles. On parlait de moi, de Lammour qui me traitait dans la presse de désaxé gauchiste et de l’abandon de plusieurs fausses pistes. Officiellement, la police avait perdu ma trace, mais me considérait toujours comme l’homme en cavale le plus dangereux de Belgique. Des avis avaient été lancés par Europol et Interpol dans le cas où j’avais quitté le territoire. La Belgique avait redoublé ses effectifs aux frontières (petite traduction pour les non-belges : passé de dix personnes à vingt).

Je n’osais cependant pas aller sur le net. Trop peur d’être retracé en me connectant à divers services. Pourtant, je mourrais d’envie de savoir ce que pensait mon entourage, par exemple sur Facebook. Je me demandais si certains amis me défendaient. Les rêves, quant à eux, se répétaient la nuit, invariables, toujours aussi cauchemardesques. Je vivais au jour le jour, sans but, sans réfléchir, ne me focalisant que sur l’instinct de survie. Jusqu’à ce fameux jour, où l’Europe bascula encore un peu plus dans la dictature.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Fred Larsen
Réponse au défi de Ceryse : micro-nouvelles semaine 8
Jour : dimanche

Désolé de commencer "comme ça" 2021... mais c est venu tout seul ;-)
14
24
1
0
SALGRENN

Il est là. Là, devant moi. Devant eux, devant elles, assemblée de pintades qui gloussent. Il parle bien. Lui. Avec assurance. Il suit de grandes études. Prestigieuses. Lui. Hypokâgne, Science-po, Médecine, Pharma, facultés, thèses, diplômes... J'en ai la tête qui tourne... Ras le ciboulot !
Cousin Alfred me surveille du coin de l'oeil. C'est lui qui m'a invité à cette soirée. Sa soirée. Il ne pouvait guère faire autrement, se sentait obligé. Je suis le raté de la famille, mais je crois qu'on m'aime bien malgré tout. Certains ont peut-être même de la peine pour moi. Ou de la compassion, comme ils préfèrent le dire, un peu gênés.
Elle est belle. Beaucoup trop belle pour moi, bien sûr. Mais je n'ai vu qu'elle en arrivant tout à l'heure. Elle, et ses gestes gracieux, son parfum, sa voix, ses yeux, la souplesse de sa démarche, son teint, ses manières de petite fille bien élevée. Tout me plaît chez elle. Tout m'attire. Tout.
Cousin Alfred sait que je suis imprévisible. Que j'ai le vin mauvais. Que je suis capable du pire. On m'invite, mais on craint aussi mes réactions. Je suis un bagarreur. Un sale bagarreur alcoolique. Mais ce soir, je ne bois pas. Je ne boirai pas, ou presque pas. C'est promis. Je serai bien sage, comme une belle image tout en couleurs dans un livre pieux.
Lui, repart de plus belle. Il a à raconter. N'a pourtant encore rien vu, ou presque, de la vie mais possède déjà une opinion bien établie sur chaque chose. Et, volailles naïves, elles boivent ses paroles, goulûment, bouches bées. Il est charmant et a le nez fin, l'intello. Le mien a déjà été cassé à deux reprises. Et porte de très belles chaussures aussi. La lutte serait trop inégale, je pourrais le briser d'une simple chiquenaude si l'envie devait me prendre. Mais j'ai promis à cousin Alfred : "T'inquiète, je me tiendrai à carreau !". Pour le moment, en tout cas...
Elle se déplace. Va sur la terrasse. Il fait si lourd, ce soir. Les grillons s'époumonent dans le parc et l'on entend, plus loin, l'orage qui gronde sourdement. Je la suis. Je la suivrai ainsi jusqu'au bout du monde.
"Bonsoir... alors, comme ça, c'est vous... c'est vous, le cousin Pierre... ?! Vous savez, Alfred nous a beaucoup parlé de vous... ainsi, vous êtiez militaire... ?"
Cousin Alfred parle trop. Il croit toujours bien faire, mais se trompe à chaque fois. J'aurais préféré faire les présentations moi-même. J'aurais menti alors. Une fois de plus. Inventé une histoire, une belle histoire, de celles qui plaisent tant aux filles, de celles qui vous rendent beau, irrésistible, énigmatique, intelligent souvent, de celles qui me donneraient toutes les chances pour la conquérir... car finalement, ce soir, il n'y a que cela qui ait une véritable importance... Elle, Elle, et seulement Elle...
Maintenant, j'ai peur. Peur d'être ridicule. Et cousin Alfred me surveille toujours. De loin, comme on épie avec angoisse un fauve dangereux, dissimulé dans la pénombre, ou caché dans un fourré épais, et qui n'attend plus que le moment propice pour se jeter sur vous. Il connait ma force, mon courage, mon impulsivité, ma profonde détermination aussi parfois à faire le mal autour de moi. Beaucoup de mal, souvent. Il regrette d'ailleurs déjà de m'avoir invité. Comme je le comprends. Je vais lui gâcher sa soirée, c'est en tout cas ce qu'il doit penser à cet instant.
"Oui... Je suis dans les parachutistes... !"
Je l'ai dit comme on avoue un ignoble meurtre. Ses yeux s'écarquillent. Elle allume une cigarette, une blonde, remarque cette cicatrice qui barre ma lèvre supérieure, jauge mes muscles, soupèse ma force, toute la puissance de l'animal sauvage, scrute mon regard d'acier, et s'attarde enfin longuement sur mes mains, poignes redoutables, étaux effrayants, terribles serres...
"Oh... comme cela doit être passionnant... !"
La Guerre, passionnant ?! La Guerre est tout, sauf passionnante... La Guerre ne peut passionner personne, si ce n'est quelques fous. La Guerre est une immonde saloperie qui vous dévore le cœur et vous brise à tous les coups. Oui, à tous les coups, ma petite Demoiselle...
Cousin Alfred se rapproche de nous deux. Et Lui aussi. Avec tous les autres, une coupe de champagne à la main. Monsieur flaire peut-être quelque chose et s'interroge. Tiens donc... on oserait lui voler la vedette ce soir ?
"Alors comme ça, vous avez sauté sur Diên biên Phu... ?"
Au loin, des éclairs zèbrent le ciel. L'orage se rapproche, doucement. Me voici maintenant cerné. Et ils attendent. Je dois tout leur raconter. Lui, et ses amis, me pressent à le faire, avides de sensations fortes, prêts à entendre mes horreurs, à découvrir des atrocités qui les feront tous frêmir, à se faire peur à la guerre, mais par procuration. On me sert un grand verre de vin, pour m'encourager. Cousin Alfred panique...
"Mais laissez-le donc tranquille... Pierre n'aime pas raconter... Il préfère garder tout ça pour lui... Allez, cela suffit, je vous dis !"
Elle me regarde avec ses grands yeux de biche. Mais moi, je ne vois que Marcel. Mon copain Marcel mort dans mes bras. Là-bas. Dans la bouillasse indochinoise. Marcel avait vingt ans. Comme moi. Marcel, fidèle compagnon d'armes, avait vingt ans, et n'a pas dit un seul mot pendant son agonie, malgré la douleur qui l'étreignait si fort. Je siffle mon verre cul-sec et demande une bouteille entière, maintenant, tout de suite, sans délai, sinon je ne parlerai pas, nom de Dieu ! Non, je ne dirai rien sans cela. Alors, pour l'occasion, on débouche un grand cru. Le cercle se resserre, les esprits s'échauffent, voilà, le spectacle peut enfin commencer, la bête de foire va pouvoir faire son numéro tant attendu...
C'est étrange, mais je crois qu'Elle a compris. Ma souffrance, mon mal-être, ma peine, si profonde, sourde, insidieuse, qui me tenaille depuis ces jours noirs, ces jours où j'ai perdu toute raison et espoir. Cette fragilité extrème qui fait partie de moi aujourd'hui, et cela malgré les apparences, toutes contraires. Fragilité qui me pousse inexorablement à faire n'importe quoi de ma vie. Elle semble avoir compris cela en quelques secondes à peine. Je le sais. Je le sens.
"Venez, Pierre... partons... raccompagnez-moi, s'il-vous-plaît... avant qu'il ne pleuve... "
Mais ils ne sont pas d'accord. Lui, le premier de la classe, veut savoir. Il veut m'entendre car il lui sera plus aisé, après cela, de trouver les bons mots pour se moquer de moi, et m'humilier. Alors on me retient. On m'exorte à la fin de raconter ce que je sais, on ne me laissera pas partir, c'est hors de question, tant que je n'aurai pas raconté mes horreurs, toutes mes horreurs, sans exception. Elle insiste pourtant. Elle est de mon côté. Elle sait, d'instinct peut-être, que tout cela finira mal, une fois de plus...
Lui, inconscient qu'il est, me retient par la manche. Le cousin Alfred s'écarte, désespéré. Elle me supplie une dernière fois. Mais il est bien trop tard... Je sers les poings... l'orage est déjà sur nous...
4
8
10
5

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0