Bouillie de cervelle et grosses bagnoles

5 minutes de lecture

L’image de Greg hante encore mes nuits. Ces salopards de fachos lui avaient défoncé sa pauvre petite tête. La vision était si abominable qu’on aurait crû être dans une scène d’un film d’horreur à la SAW. Il reposait à même le sol, juste à côté de sa voiture, couché dans une mare de sang qui continuait de s’étendre, les yeux révulsés avec des petits bouts de cervelles éparpillés autour du trou béant dans son crâne. La vitre du côté conducteur arborait l’impact de sa tête, le reste de la glace devenue opaque par le sang qui s’y était posé.

Je ne m’arrêtai qu’une seconde, pourtant je me rappelle cette vision comme si j’avais photographié la scène de long en large. Sans réfléchir, je passai à côté de lui, montai dans la voiture et démarrai en trombe. Juste à temps, si la course s’était poursuivie encore une ou deux minutes, ces skins auraient vraisemblablement fait de la petite bouillie de Chris.

Alors que je mettais les gaz, ce qui provoqua un de ces crissements de pneu sur la route, je jetai un œil dans le rétro. Je vis les deux malabars s’arrêter à hauteur de Greg et l’un deux saisit un téléphone. Je ne savais pas où j’allais, la seule idée qui me venait en tête était de distancer le plus vite possible ces connards de fachos. J’évitais au maximum les grands axes, prenant toutes les petites routes qui s’offraient à moi. J’ai dû rouler une heure en silence. Je n’aurais pas pu mettre la radio, il fallait que je me calme, que je réfléchisse à ce que j’allais faire. Mais, plus je pensais aux événements, plus il m’était impossible de baisser mon tensiomètre. Je ne pourrai vous dire combien de fois j’ai dû taper sur ce volant en hurlant toute sorte de mots pas forcément audibles pour une assemblée aux oreilles chastes.

À force de rouler, le paysage urbain commença à s’effacer derrière moi. J’avais quitté l’agglomération bruxelloise depuis un petit temps, me retrouvant souvent entouré de champs. Dès que j’aperçus un bois, j’allai y garer la voiture. Je regardai ma montre, on approchait minuit. Je décidai d’attendre là planqué encore une bonne heure avant de prendre la route. Il me fallait trouver une pompe à essence dans peu de temps, le réservoir indiquait qu’il allait bientôt protester en immobilisant la voiture si je ne le sustentais pas. Je pris mon mal en patience, persuadé qu’au plus les ténèbres seraient avancées, plongeant tout un chacun dans les bras de Morphée, au plus j’avais des chances de passer inaperçu avec ma tronche déstructurée et cette vitre de bagnole défoncée et sa couleur ketchup.

Je décidai enfin d’allumer Twitter, histoire de récupérer les dernières nouvelles. Je ne dus pas chercher longtemps : le premier gazouillis, partagé en masse, indiquait : Traque du fugitif toujours en cours. Aurait de nouveau frappé à Rhode-Saint-Genèse. Se dirigerait vers Charleroi. Plus d’infos à suivre.

Je continuais de farfouiller Twitter, de plus en plus fébrile. Je tombai sur une autre dépêche. Je m’écroulai au sol en la lisant. Elle annonçait que j’avais massacré un gars pour lui piquer sa voiture. Il y avait ensuite la description de ladite bagnole, celle de Greg bien sûr. Ça continuait. On venait de me coller un nouveau meurtre sur le dos. Le reste de la dépêche indiquait que j’étais rentré par effraction dans ma propre maison, mais que les flics m’avaient mis en fuite. Que des bobards, je n’avais rien fait de tout ça !

Je lançai de rage mon téléphone qui alla s’écraser sur un arbre un peu plus loin. Je me rendis compte que ma colère subite était bien stupide en regardant la myriade de débris argentés retomber sur le sol. Je venais de perdre mon unique outil de communication, la seule aide que je pouvais avoir. J’espérai que Greg avait un GPS planqué dans sa bagnole, si je continuais à rouler à l’aveuglette, je risquais de devoir pousser la voiture avec son réservoir presque vide.

La chance d’avoir un pote ultra geek qui ne jure que par la technologie. Il y avait bien un GPS caché sous un siège. Je fis une petite recherche rapide sur l’appareil, et je pus constater qu’il y avait une pompe à essence pas trop loin d’où j’étais, même si c’était sur un axe principal. Je donnerai à manger à la tuture vite fait, ni vu ni connu, puis je reprendrai la route.

Je fis les cent pas à côté de cette voiture, ressassant encore et toujours les événements dans ma tête. Il devait y avoir une faille quelque part, ce n’était pas possible autrement ! Cette attente dura une éternité, les secondes paraissaient se transformer en minute. J’étais en train de devenir fou. Je ne comprenais plus rien, je ne voyais aucune issue, aucun moyen de me disculper. Je paniquais de plus en plus. Il fallait que je déniche un endroit où me poser, me calmer quelques jours et surtout laisser passer. S’ils faisaient moins attention à moi, peut-être pourrais-je circuler tranquillement et trouver une solution. Je jetai mon dévolu sur Paris, rien de mieux que l’anonymat d’une grande ville. Et puis, c’était assez facile de s’y planquer.

La destination décidée, je repris le volant, n’en pouvant plus d’attendre. Avec le GPS allumé, j’arrivai en moins cinq minutes à cette foutue pompe à essence. Pas un chat, parfait. Je pris bien soin de placer la voiture de manière à ce qu’on ne voie pas la vitre bousillée. J’en profiterai pour nettoyer le sang qui commençait à bien sécher sur la glace.

J’insérai ma carte de banque pour activer la pompe. Je tapai mon code et vis l’appareil éjecter instantanément le petit rectangle plastique. TRANSACTION REJETÉE. Impossible. Je n’étais jamais à court de fric. L’idée traversa de suite mon esprit : ils avaient certainement fait bloquer mes comptes. Si ces types avaient pu me retrouver en si peu de temps, ils devaient avoir le bras long pour réaliser un pareil maléfice. Il fallait que je vérifie. Je sortis la Visa, pour confirmer cette hypothèse. Bingo ! La carte fut également rejetée.

Mon poing alla se fracasser sur le terminal. Je ne pus me contrôler plus. J’évacuais ma rage sur ce prétendu Mister Cash qui refusait mon argent, frappant de plus en plus fort. Je hurlai alors que le métal commençait à érafler ma peau, mes cris s’amplifièrent à mesure que la chair de mon poing s’ouvrait de plus en plus. Je cognai encore et encore, alternant avec des coups de pieds. L’appareil lui, ne bougeait pas d’un poil, imperturbable face à la furie qui se déchaînait sur lui.

Des sirènes m’interrompirent dans mon élan. Ils étaient déjà là. Mais comment pouvaient-ils faire ? Le son devenait de plus en plus distinct alors qu’ils se rapprochaient. Je sautai au-dessus du capot pour retourner au volant. Bon, je vous le dis tout de suite, ça ne se passe pas comme dans les films. Après avoir fait un beau blush sur le métal poli, au lieu de glisser je me roulai sur le côté pour finir ma course. Les genoux amortirent le choc de mon frêle corps sur le béton armé. Je laissai à nouveau échapper un râle tonitruant de bête à l’agonie en me relevant et en allumant le moteur. De plus en plus désespéré, je démarrai en trombe et quittai la route principale.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Fred Larsen
Réponse au défi de Ceryse : micro-nouvelles semaine 8
Jour : dimanche

Désolé de commencer "comme ça" 2021... mais c est venu tout seul ;-)
14
24
1
0
SALGRENN

Il est là. Là, devant moi. Devant eux, devant elles, assemblée de pintades qui gloussent. Il parle bien. Lui. Avec assurance. Il suit de grandes études. Prestigieuses. Lui. Hypokâgne, Science-po, Médecine, Pharma, facultés, thèses, diplômes... J'en ai la tête qui tourne... Ras le ciboulot !
Cousin Alfred me surveille du coin de l'oeil. C'est lui qui m'a invité à cette soirée. Sa soirée. Il ne pouvait guère faire autrement, se sentait obligé. Je suis le raté de la famille, mais je crois qu'on m'aime bien malgré tout. Certains ont peut-être même de la peine pour moi. Ou de la compassion, comme ils préfèrent le dire, un peu gênés.
Elle est belle. Beaucoup trop belle pour moi, bien sûr. Mais je n'ai vu qu'elle en arrivant tout à l'heure. Elle, et ses gestes gracieux, son parfum, sa voix, ses yeux, la souplesse de sa démarche, son teint, ses manières de petite fille bien élevée. Tout me plaît chez elle. Tout m'attire. Tout.
Cousin Alfred sait que je suis imprévisible. Que j'ai le vin mauvais. Que je suis capable du pire. On m'invite, mais on craint aussi mes réactions. Je suis un bagarreur. Un sale bagarreur alcoolique. Mais ce soir, je ne bois pas. Je ne boirai pas, ou presque pas. C'est promis. Je serai bien sage, comme une belle image tout en couleurs dans un livre pieux.
Lui, repart de plus belle. Il a à raconter. N'a pourtant encore rien vu, ou presque, de la vie mais possède déjà une opinion bien établie sur chaque chose. Et, volailles naïves, elles boivent ses paroles, goulûment, bouches bées. Il est charmant et a le nez fin, l'intello. Le mien a déjà été cassé à deux reprises. Et porte de très belles chaussures aussi. La lutte serait trop inégale, je pourrais le briser d'une simple chiquenaude si l'envie devait me prendre. Mais j'ai promis à cousin Alfred : "T'inquiète, je me tiendrai à carreau !". Pour le moment, en tout cas...
Elle se déplace. Va sur la terrasse. Il fait si lourd, ce soir. Les grillons s'époumonent dans le parc et l'on entend, plus loin, l'orage qui gronde sourdement. Je la suis. Je la suivrai ainsi jusqu'au bout du monde.
"Bonsoir... alors, comme ça, c'est vous... c'est vous, le cousin Pierre... ?! Vous savez, Alfred nous a beaucoup parlé de vous... ainsi, vous êtiez militaire... ?"
Cousin Alfred parle trop. Il croit toujours bien faire, mais se trompe à chaque fois. J'aurais préféré faire les présentations moi-même. J'aurais menti alors. Une fois de plus. Inventé une histoire, une belle histoire, de celles qui plaisent tant aux filles, de celles qui vous rendent beau, irrésistible, énigmatique, intelligent souvent, de celles qui me donneraient toutes les chances pour la conquérir... car finalement, ce soir, il n'y a que cela qui ait une véritable importance... Elle, Elle, et seulement Elle...
Maintenant, j'ai peur. Peur d'être ridicule. Et cousin Alfred me surveille toujours. De loin, comme on épie avec angoisse un fauve dangereux, dissimulé dans la pénombre, ou caché dans un fourré épais, et qui n'attend plus que le moment propice pour se jeter sur vous. Il connait ma force, mon courage, mon impulsivité, ma profonde détermination aussi parfois à faire le mal autour de moi. Beaucoup de mal, souvent. Il regrette d'ailleurs déjà de m'avoir invité. Comme je le comprends. Je vais lui gâcher sa soirée, c'est en tout cas ce qu'il doit penser à cet instant.
"Oui... Je suis dans les parachutistes... !"
Je l'ai dit comme on avoue un ignoble meurtre. Ses yeux s'écarquillent. Elle allume une cigarette, une blonde, remarque cette cicatrice qui barre ma lèvre supérieure, jauge mes muscles, soupèse ma force, toute la puissance de l'animal sauvage, scrute mon regard d'acier, et s'attarde enfin longuement sur mes mains, poignes redoutables, étaux effrayants, terribles serres...
"Oh... comme cela doit être passionnant... !"
La Guerre, passionnant ?! La Guerre est tout, sauf passionnante... La Guerre ne peut passionner personne, si ce n'est quelques fous. La Guerre est une immonde saloperie qui vous dévore le cœur et vous brise à tous les coups. Oui, à tous les coups, ma petite Demoiselle...
Cousin Alfred se rapproche de nous deux. Et Lui aussi. Avec tous les autres, une coupe de champagne à la main. Monsieur flaire peut-être quelque chose et s'interroge. Tiens donc... on oserait lui voler la vedette ce soir ?
"Alors comme ça, vous avez sauté sur Diên biên Phu... ?"
Au loin, des éclairs zèbrent le ciel. L'orage se rapproche, doucement. Me voici maintenant cerné. Et ils attendent. Je dois tout leur raconter. Lui, et ses amis, me pressent à le faire, avides de sensations fortes, prêts à entendre mes horreurs, à découvrir des atrocités qui les feront tous frêmir, à se faire peur à la guerre, mais par procuration. On me sert un grand verre de vin, pour m'encourager. Cousin Alfred panique...
"Mais laissez-le donc tranquille... Pierre n'aime pas raconter... Il préfère garder tout ça pour lui... Allez, cela suffit, je vous dis !"
Elle me regarde avec ses grands yeux de biche. Mais moi, je ne vois que Marcel. Mon copain Marcel mort dans mes bras. Là-bas. Dans la bouillasse indochinoise. Marcel avait vingt ans. Comme moi. Marcel, fidèle compagnon d'armes, avait vingt ans, et n'a pas dit un seul mot pendant son agonie, malgré la douleur qui l'étreignait si fort. Je siffle mon verre cul-sec et demande une bouteille entière, maintenant, tout de suite, sans délai, sinon je ne parlerai pas, nom de Dieu ! Non, je ne dirai rien sans cela. Alors, pour l'occasion, on débouche un grand cru. Le cercle se resserre, les esprits s'échauffent, voilà, le spectacle peut enfin commencer, la bête de foire va pouvoir faire son numéro tant attendu...
C'est étrange, mais je crois qu'Elle a compris. Ma souffrance, mon mal-être, ma peine, si profonde, sourde, insidieuse, qui me tenaille depuis ces jours noirs, ces jours où j'ai perdu toute raison et espoir. Cette fragilité extrème qui fait partie de moi aujourd'hui, et cela malgré les apparences, toutes contraires. Fragilité qui me pousse inexorablement à faire n'importe quoi de ma vie. Elle semble avoir compris cela en quelques secondes à peine. Je le sais. Je le sens.
"Venez, Pierre... partons... raccompagnez-moi, s'il-vous-plaît... avant qu'il ne pleuve... "
Mais ils ne sont pas d'accord. Lui, le premier de la classe, veut savoir. Il veut m'entendre car il lui sera plus aisé, après cela, de trouver les bons mots pour se moquer de moi, et m'humilier. Alors on me retient. On m'exorte à la fin de raconter ce que je sais, on ne me laissera pas partir, c'est hors de question, tant que je n'aurai pas raconté mes horreurs, toutes mes horreurs, sans exception. Elle insiste pourtant. Elle est de mon côté. Elle sait, d'instinct peut-être, que tout cela finira mal, une fois de plus...
Lui, inconscient qu'il est, me retient par la manche. Le cousin Alfred s'écarte, désespéré. Elle me supplie une dernière fois. Mais il est bien trop tard... Je sers les poings... l'orage est déjà sur nous...
4
8
10
5

Vous aimez lire Greg "LeGreg" Siebrand ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0