Un petit tour au paradis

2 minutes de lecture

Alban n'en revient pas. Sa mère a des désirs sexuels, des fantasmes, et le surprend de jour en jour. Il ne l'avait jamais imaginée faire l'amour, n'avait jamais abordé les questions sexuelles avec elle, et ne l'avait jamais aperçue en train d'esquisser des gestes tendres avec son père.

Son parcours amoureux s'avère classique pour son époque : mariée à un fils de bonne famille, sans son consentement, sans aucune discussion ou suggestion concernant les émois sexuels et les actes qui s'ensuivraient.

Devrait-il être fier de la voir ainsi épanouie, et davantage que lui-même semblait-il ?

Le premier étonnement passé, il se dit que chacun gère sa sexualité comme il l'entend. Mais tout de même, venant de sa mère, cela était choquant, étant donné l'éducation qu'il a reçue. Il faut vivre avec son temps, n'est-ce pas ?

Son regard sur elle sera à jamais différent. Désormais, il s'occupera de son couple, car il souhaite plus que tout créer une histoire solide avec Gabrielle.

Il avait envie de vivre en harmonie avec elle, partager des moments intenses. Le dernier message qu'il avait reçu l'avait bouleversé. Elle, si réservée d'ordinaire, avait été capable d'exprimer ses désirs.

Il chercha ce qui pourrait lui faire plaisir, quel cadeau il pourrait lui faire pour fêter le mois écoulé de leur rencontre.

Il se rendit le lendemain dans une boutique de lingerie et choisit, sur les conseils de la vendeuse, un ensemble bustier et string rouge orné de noeuds noirs et entrelacé de rubans qu'il fallait serrer pour mettre en valeur la poitrine. Il imaginait Gabrielle avec cette matière brillante et seyante, cela l'excitait déjà. Il compléta cet achat par des bas résille noirs. Le mannequin de la boutique les portait à merveille, il avait hâte de caresser les jambes de Gabrielle ainsi habillées.

Cette femme qui occupait tout son esprit au point de négliger son travail, l'attirait inexorablement. Attirance physique d'abord, certainement, mais il sentait entre eux une connivence spirituelle comme jamais auparavant.

Lorsqu'il avait une compagne, pour quelques jours ou quelques mois, il ne se demandait pas ce qu'elle faisait quand il ne la voyait pas. Depuis leur rencontre, il y a de cela un mois, il se demandait sans cesse ce qu'elle regardait en ce moment, avec qui elle parlait, à qui elle téléphonait.

Le lundi arriva, et au lieu de l'angoisser, comme toujours, car reprendre le rythme de la semaine lui demandait beaucoup de maîtrise de soi et d'énergie, son esprit vagabonda. Il l'imagina seule, chez lui, en train de ranger son appartement. Elle avait noué un petit tablier autour de sa taille, les dentelles frolaient le haut de ses cuisses, ses bas lui faisaient de jolies jambes, ses talons claquaient avec élégance sur le sol.

Un léger maquillage mettait en valeur sa bouche pulpeuse, ses yeux de braise.

Son désir pour elle ne faisait que croître, son sexe durcissait dans son pantalon.

Dans son rêve, il lui faisait une visite surprise : il soulevait sa jupette, empoignait ses fesses. Elle arrêtait son geste, son plumeau de ménage immobile dans sa main, la bouche ouverte, elle écartait ses jambes, prêtes à se faire pénétrer, là, sur la table basse, pour assouvir les désirs enfouis au fond d'elle.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Lou C
En réponse au défi : " De la neige et... De la chaleur. "
Lancé par Blue Cat
_____________________________________
7
7
0
0
Antoine Delouhans
Une série de nouvelles qui retracent les évènements mystiques de notre Histoire Secrète
6
10
48
3

Vous aimez lire cornelie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0