Dis-moi dix petits mots d'amour.

3 minutes de lecture

De retour de son séjour réussi à Gréoux les Bains, la mère d' Alban l'appelle pour lui raconter les séances de bains bouillonnants, les enveloppements de boue noire de la mer morte, la gymnastique douce dans la piscine. Elle revient plus en forme que jamais.

Alban se félicite d'avoir eu cette riche idée. Le weekend arrive. Ils conviennent de se voir pour partager un bon repas.

Pour surprendre sa mère, il prépare lui-même des plats qu'il a appris à confectionner aux côtés de Gabrielle.

En entrée, des verrines de saumon à l'aneth, suivi d'un flan de courgettes et en dessert une crème caramel. Il lui a fallu une matinée pour concocter ce menu très personnel. Il espère que ses plats raviront sa mère qui est bien-sûr très exigeante.

Il revoit avec émotion Gabrielle dans sa cuisine, la semaine dernière, s'activant pour faire revenir les courgettes avec les oignons, remplissant avec délicatesse les verrines de saumon émietté, assaisonné de citron auquel elle a rajouté du fromage frais agrémenté de ciboulette.

Il l'interrompait parfois pour lui susurrer des mots doux au creux de l'oreille, et à chaque fois son sourire timide et enjôleur le faisait fondre.

Il avait adoré regarder ses mains manier la petite cuillère et réaliser deux couches colorées agréables aux yeux et aux saveurs délicates.

Elle lui a montré ensuite comment battre les oeufs en omelette pour que le flan soit réussi. Pour cela elle s'est placée derrière lui et ils se sont activés ensemble pour obtenir le mélange mousseux tout en riant.

Au moment de préparer le dessert, ils ont chacun fait goûter à l'autre la préparation sur le bout des doigts. La sensualité de ce geste l'a transporté. Il y songe encore.

L'étape la plus difficile lorsque les plats sont enfin terminés est de ranger la cuisine. Tous les ustensiles utilisés recouvrent le plan de travail. Les gouttes de citron parfois répandues au sol, les épluchures de courgettes à mettre au compost...

Il oublie bien vite ces corvées, il a hâte de voir la surprise dans les yeux de sa mère. Il ne serait pas contre quelques compliments, il vient là de réaliser un exploit, un challenge dont il est fier.

II prend des photos de ses préparations joliment présentées dans des plats argentés et les envoie à Gabrielle accompagnées d'un petit mot :

Grâce à toi aujourd'hui je me sens léger et fort. Tu es celle que j'attendais. Le weekend sans toi va durer une éternité.

Fière de son fils qui a appris depuis trois semaines à se débrouiller seul à la maison pendant qu'elle travaille, Gabrielle a organisé une petite soirée pour tous les deux. Attablés à une pizzeria de leur quartier, elle sirote son verre de vin rosé lorsqu'elle entend le son familier de sa messagerie. Ses yeux parcourent le texto rapidement. Ils pétillent d'une joie intense. Discrètement, elle se ressaisit et reprend le cours de son repas.

Son fils lui avoue que ça fait du bien parfois de ne pas l'avoir sur son dos. Gabrielle sent qu'il devient autonome et va peu à peu s'éloigner, voler de ses propres ailes. Il l'autorise en quelque sorte à reprendre goût à la vie grâce à une relation amoureuse. Elle lui raconte alors succinctement ce qui s'est passé chez Alban.

  • Mais maman, lui dit-il, c'est normal que tu aies envie de trouver un homme, ce n'est pas une vie de rester seule. En plus, tu es belle. Vas-y, fonce.

Les larmes aux yeux, elle attrape son téléphone pour répondre à Alban :

Te rencontrer est la plus belle chose qui me soit arrivée. Je me languis d'être à lundi pour retrouver ton odeur et tes bras si rassurants.

Elle n'a jamais dit cela à un homme. Se pourrait-il que le bonheur tape à sa porte ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Défi
Lucie Meral

Il m'est souvent arrivé de regarder cette photo de toi et moi, ce jour d'été durant cette fête. Ton bras était passé autour de ma taille, ta tête légèrement sur mon épaule. Nous étions souriant sur cette photo et mon dieu que cette image d'amour était fausse.
Je ne peux éprouver que de la nostalgie en la regardant, car je t'aimais encore à ce moment là, alors que toi, tu avais déjà pris la décision de me quitter.
Comme elle était belle l'illusion du bonheur, comme j'étais aveugle de croire que nous avions encore une chance.
Je me rappelle encore la douceur de tes cheveux, l'odeur de ton parfum. Ton nez aquilin, tes yeux noirs, et ta peau blanche, ta bouche aux lèvres fines, et ton allure. Il fallait te voir marcher la nuit avec ton long manteau, on aurait dit une panthère, avec ton pas à la fois léger et rapide.
Tu servais des petits fours à tout le monde, prenant soin de ne jamais m'embrasser devant tout le monde. Cette nuit là, nous avons allumé des lanternes que nous regardés s'élevés dans le ciel noir de la nuit. J'en avais choisi un rouge, couleur de l'amour. Je t'ai pris la main et j'ai réussi à t'arracher un baiser furtif.
J'étais bête, j'étais amoureuse, mais c'est fini.

1
3
1
1
Défi
Patrice Lucquiaud
 

Émile Aklé-Soulaporth, né le 29 février 1952 à Saint-Bredin sur Giclette en Haute Marne, décédé ce 26 Septembre 2016 à Youpla-Tulahu en Coche-un-signe, fut certainement un des plus grands Oulipiens.
Étant toujours à la remorque, il est Sorti bâche-liée du Lycée Jules Ferry après avoir triplé six fois la classe de seconde d'où il est ressorti indemne et mage-hors de promotion à l'âge de 36 ans.
Il entame aussitôt des études de modulation adverbiale à la faculté de l'être (ou pas) de Monté-Vidé-Haut.
Son esprit néo cartésien quaternaire lui a permis de présenter une thèse remarquable sur les solutions rétro-grammaticales adaptables à l'épistémologie découlant de la pensée en langue javanaise. Un ouvrage de treize-mille-six-cents-quatre-vingt-dix-huit pages en verlan pour appréhender toutes les subtilités tenant au bégaiement des sourds-non-muets élevés par les frères mariniers de Gonflant-Tesseins-Honorine.
Préférant vivre à l'écart du tumulte des grandes villes, Émile A-S s'installe sur l’île Michapla en Polynésie. C'est là qu'il va laisser s'exprimer tous les fondements graveleux de ses délires et créer un genre littéraire nouveau le Soumhonkussassonne où les œuvres les plus lyriques ne sont écrites qu'avec des voyelles. L'exemple parfait du genre, il nous le donne avec « U.u.u » un roman de chevalerie ou le drame tient à la résistance d'un destrier qui ne veut jamais se mettre en marche...
En 1991, revenu sur le continent mais aussi incontinent, il écrit cet ouvrage apprécié par tous les helvètes « Uri-Noir » où il développe cette thèse très controversée « Ne Prenez jamais les Suisses pour des lents ternes... Et là fait mieux que Pi, il le double ! (lui qui, avant, triplait), faisant sans cesse pipi.
Éternel satisfait par ses recherches autant que par ses craies à Sion (Après le succès de « Uri-Noir ») il vient vivre en Suisse où il inscrit au tableau de ses romans un nouveau titre : « Là où tu es je n'essuie pas » Une épopée sournoise écrite en excluant tous les termes tenant au passé (simple ou composé), à l'imparfait (ce qu'il sait parfaitement faire) et au futur (lui n'en a jamais puisqu'il ne prévoit rien) et en excluant également les mots : vaisselle - plâtres - fesses - lunette (logique après les fesses, vue sur...). Ceci en rapport avec le titre, car il ne saurait être question d'essuyer ce qui est représenté par ces mots là, vous l'aurez compris...
Au mois d’août 2003, il profite de la canicule pour émigrer au frais de la princesse Oussidada Shavesha au fin fond du Rif, s'inspirant des poèmes d'Emile Hehunnenui pour écrire son œuvre majeur, hélas demeurée à l'indexe de l'annulaire des postes : « Les allumés du revers berbère » une aventure tennistique où les meilleurs joueurs de l'A.T.P. ont à subir les renvois de balle du champion Omar Sharif qui, au cri de « J'y va  Go ! » frappe au ras du filet, avec un effet liftant, trompeur sur les cacahuètes de ses adversaires. C'est ainsi qu'est née la légende du Docteur à la raquette flottante qui a la « Paster-gnaque ».
En 2006, n'ayant connu le succès pourtant largement mérité avec ses « Allumés », Émile A-S se remet au travail. Cette fois plus question d'écrire un nouveau roman en permutant les lettres P et B , A et I, C et V, puis U et O. Il s'attelle à une remise au goût du jour des contes et scénettes de Marguerite Houvaloye de Jard sur Mère où ses transpositions sont magnifiées par l'absence de toutes con-jonctions de coordination, s'appuyant sur l'idée phare que dans le roman moderne, toute velléité de circonstancier et lier ses propositions, est une perte de temps, appliquant à la lettre le précepte de base de la pensée du philosophe Israélien, très tendance, Ebba Monkouyon : «  Tout est en tout, contient tout et son contraire »


C'est en voulant mettre fin au « I » grec qui l'avait indisposé avec la Mère l'Oye, au profit du « I »  malaya, alors en pleine ascension oulipienne, qu'il fit une chute mortelle. Sa femme Ève reste la gardienne d'une œuvre gigantesque qui a révolutionné, avec brio, l'art d'écrire.
12
19
2
3
Eleamao
Quand elle n'était encore qu'à l'aube de son existence, un drame a profondément bouleversé la petite Alice. Depuis, elle cherche qui elle est, comment vivre dans un monde qui lui semble toujours plus obscur. De grandes joies en désillusions, sautant de doute en doute, louvoyant à travers la complexité des relations humaines, Alice va-t-elle finir par découvrir la clé de son identité ?
3
8
7
14

Vous aimez lire cornelie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0