Dis-moi dix petits mots d'amour.

3 minutes de lecture

De retour de son séjour réussi à Gréoux les Bains, la mère d' Alban l'appelle pour lui raconter les séances de bains bouillonnants, les enveloppements de boue noire de la mer morte, la gymnastique douce dans la piscine. Elle revient plus en forme que jamais.

Alban se félicite d'avoir eu cette riche idée. Le weekend arrive. Ils conviennent de se voir pour partager un bon repas.

Pour surprendre sa mère, il prépare lui-même des plats qu'il a appris à confectionner aux côtés de Gabrielle.

En entrée, des verrines de saumon à l'aneth, suivi d'un flan de courgettes et en dessert une crème caramel. Il lui a fallu une matinée pour concocter ce menu très personnel. Il espère que ses plats raviront sa mère qui est bien-sûr très exigeante.

Il revoit avec émotion Gabrielle dans sa cuisine, la semaine dernière, s'activant pour faire revenir les courgettes avec les oignons, remplissant avec délicatesse les verrines de saumon émietté, assaisonné de citron auquel elle a rajouté du fromage frais agrémenté de ciboulette.

Il l'interrompait parfois pour lui susurrer des mots doux au creux de l'oreille, et à chaque fois son sourire timide et enjôleur le faisait fondre.

Il avait adoré regarder ses mains manier la petite cuillère et réaliser deux couches colorées agréables aux yeux et aux saveurs délicates.

Elle lui a montré ensuite comment battre les oeufs en omelette pour que le flan soit réussi. Pour cela elle s'est placée derrière lui et ils se sont activés ensemble pour obtenir le mélange mousseux tout en riant.

Au moment de préparer le dessert, ils ont chacun fait goûter à l'autre la préparation sur le bout des doigts. La sensualité de ce geste l'a transporté. Il y songe encore.

L'étape la plus difficile lorsque les plats sont enfin terminés est de ranger la cuisine. Tous les ustensiles utilisés recouvrent le plan de travail. Les gouttes de citron parfois répandues au sol, les épluchures de courgettes à mettre au compost...

Il oublie bien vite ces corvées, il a hâte de voir la surprise dans les yeux de sa mère. Il ne serait pas contre quelques compliments, il vient là de réaliser un exploit, un challenge dont il est fier.

II prend des photos de ses préparations joliment présentées dans des plats argentés et les envoie à Gabrielle accompagnées d'un petit mot :

Grâce à toi aujourd'hui je me sens léger et fort. Tu es celle que j'attendais. Le weekend sans toi va durer une éternité.

Fière de son fils qui a appris depuis trois semaines à se débrouiller seul à la maison pendant qu'elle travaille, Gabrielle a organisé une petite soirée pour tous les deux. Attablés à une pizzeria de leur quartier, elle sirote son verre de vin rosé lorsqu'elle entend le son familier de sa messagerie. Ses yeux parcourent le texto rapidement. Ils pétillent d'une joie intense. Discrètement, elle se ressaisit et reprend le cours de son repas.

Son fils lui avoue que ça fait du bien parfois de ne pas l'avoir sur son dos. Gabrielle sent qu'il devient autonome et va peu à peu s'éloigner, voler de ses propres ailes. Il l'autorise en quelque sorte à reprendre goût à la vie grâce à une relation amoureuse. Elle lui raconte alors succinctement ce qui s'est passé chez Alban.

  • Mais maman, lui dit-il, c'est normal que tu aies envie de trouver un homme, ce n'est pas une vie de rester seule. En plus, tu es belle. Vas-y, fonce.

Les larmes aux yeux, elle attrape son téléphone pour répondre à Alban :

Te rencontrer est la plus belle chose qui me soit arrivée. Je me languis d'être à lundi pour retrouver ton odeur et tes bras si rassurants.

Elle n'a jamais dit cela à un homme. Se pourrait-il que le bonheur tape à sa porte ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Défi
Véracité

« Bonjour et bienvenue sur Éléna, le réseau social le plus populaire au monde. »

C'était le message qui était écrit sur le téléphone holographique de Clara. Elle venait de compléter le formulaire d'inscription et accepter les termes et les conditions d'utilisation, et elle avait maintenant un compte assigné à son nom sur la plateforme la plus prisée de l'heure.

– Tu vas voir, lui cria son ami Josh à côté d'elle alors que jouait à tue-tête de la musique pop en arrière-fond, cette application est complètement dingue, tu vas adorer !

– T'es certain ?

– Ouais, je te jure. La plus belle fille du lycée ne peut quand même pas se permettre de passer à côté de cette nouvelle vogue.

– Arrêtes, t'exagères quand même !

– Exagérer ? Moi ? Voyons, tu le sais bien que tous les gars te matent en salle de classe et que toutes les filles sont jalouses de toi.

– Okay, peut-être...

– Quoi ? hurla-t-il.

La musique était si bruyante que l'on s'entendait à peine penser.

– Ouais, t'as raison ! criai-je plus fort cette fois-ci.

Il prit une autre gorgée de sa bière avant de me demander :

– Alors, tu m'as ajouté ?

– Pas encore, je suis en train de te chercher. Ah, je t'ai trouvé. Voilà, maintenant, c'est fait.

Josh reçut alors au même moment sur son portable holographique une notification d'une demande d'ami avec Clara. Il l'accepta d'un geste machinal, puis éteignit son téléphone et le remit dans sa poche.

Josh regarda son amie faire défiler le nom des personnes de son lycée tout en les ajoutant tous un après l'autre.

– Je t'avais dit que t'allais kiffé ça, hein ?

– Eh bien, tu avais encore une fois raison, Josh, répondit-elle sans même détacher ses yeux de son écran.

Cela faisait à peine vingt secondes qu'elle était sur ce réseau social et elle possédait déjà à son compte une cinquantaine d'amis.

– J'espère que tu vas pas rester toute la soirée à adder des personnes du lycée, hein ?

– Je fais bien ce que je veux, rétorqua-t-elle en continuant son mouvement répétif d'ajouter des amis à son compte.

– Mais tu devrais profiter un peu de l'ambiance et de la musique, tu penses pas ?

– Non. De toute façon, je trouve cette teuf un peu chiante. Regarde ces zigotos là-bas défoncés, dit-elle en pointant du menton des garçons qui se trémoussaient dans un salon sans dessus dessous qui servait de plancher de danse. Ça craint vraiment.

– Bon, et bien, tu fais ce que tu veux, après tout...

Elle avait déjà à son compte 114 amis. Un message apparut lui demandant si elle désirait accepter toutes les nouvelles requêtes d'amis qu'on lui envoierait. Elle cocha sur le bouton « J'accepte », sachant que tout le monde qui voudrait être son ami sur Éléna le deviendrait automatiquement.

– Est-ce que ça te dirait de prendre un selfie ensemble ? demanda Clara à son ami.

Josh, qui buvait alors sa bière, déglutit et reposa la bouteille sur le comptoir à côté de lui.

– Ouais, d'accord, pourquoi pas !

Josh se rapprocha de Clara qui tenait son téléphone à pleine extension de bras, puis cliqua sur le bouton pour prendre une photo tridimensionnelle. Clara montra la photo à son ami qui parut satisfait, puis la publia sur Éléna avec comme message qui accompagnait l'image : « Grosse teuf chez Ethan. XOXO. »

Clara ferma son téléphone pour de bon.

– T'en veux une, dit-il en pointant sa bière.

– Non, merci.

– Bien, c'est comme tu voudras, dit-il avant de partir vers le frigidaire de son ami.

Une musique douce s'entama et les couples, dont la plupart étaient ivres, se mirent ensemble et dansèrent maladroitement sur le slow. Clara fit, bien malgré elle, une moue de dégoût.

Josh revint avec une bière à la main et Clara lui demanda une question qui lui brûlait les lèvres depuis qu'elle était arrivée ici.

– Josh, dis-moi, pourquoi tu viens jamais aux fêtes d'habitude ? Je veux dire... tu n'es jamais là, à celles que je vais habituellement.

– Ouais, je sais, mais j'aime seulement aller à celles où tu es là. Sinon, je me sens seul un peu...

Clara eut un petit rire narquois.

– Te sentir seul ? Voyons, ce genre d'évènements est fait pour socialiser, faire de nouvelles connaissances et parler avec du monde ! Je ne comprends pas comment tu peux te sentir seul dans des tels cas ?

– C'est compliqué... je sais que tu ne comprends pas ça, toi, la fille populaire, mais, parfois, quand on a trop de gens autour de soi, c'est comme s'il y avait personne.

– Tu divagues, Josh, se moqua-t-elle. Je pense que t'as trop pris de bière pour ce soir.

Puis on entendit sonner à l'entrée. Quelqu'un vint ouvrir la porte et un adolescent de l'âge à tous les autres cria à son entrée :

– Où est Clara Spark ? Je veux voir Clara Spark et prendre une photo avec elle !

– Mais qu'est-ce qui se passe ? murmura Josh, sidéré par le nombre de personnes qui entrait dans le vestibule.

Il devait y avoir une dizaine de personne dans l'entrée, et beaucoup d'autre était à venir. Il y avait une centaine de personnes qui attendait à l'extérieur pour prendre une photo avec Clara, qui n'était pourtant pas si populaire d'habitude, mais on aurait dit que ce réseau social, Éléna, avait comme soudainement exacerbé sa popularité.

Clara, n'ayant aucune envie d'affronter cette foule immense et de se photographier plusieurs fois avec des amis, mais parfois des inconnus, devait trouver un moyen de s'extirper de cette situation.
Sans vraiment réfléchir, Clara s'enfuit en prenant l'escalier, avec, à ses trousses, Josh qui était complètement confus.

– Où vas-tu donc, Clara !? cria-t-il. Reviens, reviens !

Elle n'eut aucune considération pour le pauvre Josh. La foule, l'ayant aperçue monter au deuxième étage, se précipita dans un mouvement violent et effréné pour aller la rejoindre.

Clara devait agir rapidement. Elle prit la première chambre à coucher qu'elle vit à son arrivée, et s'y réfugia. Avant de refermer la porte, elle vit son ami Josh monter les escaliers, essoufflé, et derrière elle vit des dizaines et des dizaines de personnes, comme un troupeau de taureaux, qui montèrent et se précipitèrent vers elle.

Josh tomba sur la dernière marche et avant de refermer la porte et la barrer pour de bon, elle vit son ami se faire piétiner à plusieurs reprises. Ces admirateurs avaient atteint à sa porte close, et frappait intensément sur celle-ci, suppliant Clara de prendre une photo avec elle, sûrement pour faire exploser leur nombre de « j'aime » sur leur profil.

Clara était assise, adossée à la porte fermée, qui ne cessait d'être percutée par ses fans devenus complètement fous et déjantés. Elle pleurait silencieusement en pensant à Josh qui venait d'être piétiné mort sous les pas de ses plus fidèles abonnés. Elle frissonna toute la nuit. De peur ou de froid, elle ne le savait pas. Tout ce que Clara savait, c'est qu'elle attendrait patiemment que la nuit se termine et que le jour se lève.

Elle ne s'était jamais sentie aussi seule...

4
3
16
5
Défi
Charlie Jdan
La cigarette se consumait au rythme du whisky...
4
4
0
1
Esteban D'Aguilera

Texte que j'avais écrit et finalement commenté en vidéo, je vous laisse le lien à la fin si ça vous parle <3 « Certains sont tristes parce qu'ils n'ont pas de conjoint. D'autres parce qu'ils ont un « mauvais » conjoint.

Certains sont tristes parce qu'ils n'ont pas de travail. D'autres par ce qu'ils ont un « mauvais » travail.

Certains sont tristes parce qu'ils ont peu d'amis. D'autres parce qu'ils ont de « mauvais » amis.

Certains sont tristes parce que leur santé va mal. D'autres parce que « tout va bien », et pourtant pas.

Certains sont tristes parce qu'ils n'ont pas d'objectif dans la vie. D'autres parce qu'ils ont de « mauvais » objectifs, mais ne veulent pas s'en séparer de peur de s'ennuyer.

Certains sont tristes, et ils ne savent (et ne cherchent) même pas pourquoi. D'autres sont tristes, et ils Cherchent à savoir pourquoi.

Ainsi naît souvent le désir de Spiritualité.

C'est à dire le désir de comprendre les Lois de la Vie.

C'est à dire, « Le Puissant Désir De Vraiment Vivre Heureux :) »

Et de Partager cette Joie.

Voilà ce qu'est pour moi la Spiritualité <3

Et du coup, rien n'est « mauvais », puisque cela les entraîna jusqu'ici, dans cette vie-ci ou dans un autre infini.

Quelle Autre Quête Est Pertinente ?

Merci d'avoir lu jusqu'ici,

Cher ami O:) »

Vidéo : https://www.facebook.com/aguileradesteban/videos/vb.1624462547/10214605103234327/?type=2&video_source=user_video_tab
5
5
0
1

Vous aimez lire cornelie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0