Dix minutes savoureuses.

3 minutes de lecture

Sa mère a tout fait pour qu'Alban soit plus sûr de lui. Elle l'a emmené consulter divers médecins, des amis, des spécialistes, des hypnotiseurs. Lorsqu'enfant, il s'accrochait aux jupes de sa mère, certains trouvaient cela charmant, d'autres inquiétant. Elle décidait pour lui, préparait ses habits, surveillait ses relations, lui préparait des goûters, l'emmenait au restaurant.

Elle était omniprésente, s'occupait de tout. Il a peu joué avec d'autres enfants, n'est jamais allé au parc. Ses bulletins scolaires décrivaient un enfant sérieux mais solitaire. Il s'est jeté à corps perdu dans les études ( celles que sa mère lui a choisies) mais il se rend compte à présent qu'il n'est pas heureux. Est-il possible de changer à trente ans ?

Aujourd'hui il se surprend lui-même : il a pris l'initiative de recruter une personne pour prendre soin de son intérieur et éventuellement préparer ses repas. Car sa véritable passion, cachée aux yeux de tous, est la cuisine. Il dévore les magazines culinaires, regarde les émissions à la télévision qui expliquent comment faire des recettes savoureuses. Il aime manger. C'est un gourmet. Il a la chance d'avoir une silhouette élancée alors qu'il ne pratique aucun sport. L'apparition récente d'un petit bedon ne l'inquiète pas.

En cachette, il a participé à des stages à thèmes : "Élaboration des sauces, " Macarons salés ou sucrés " ou encore "Soufflés au foie gras".

Son rêve est d'élaborer un repas et d'inviter des amis.

Depuis quelques minutes, il discute avec Gabrielle. L'employée de maison parfaite est peut-être devant lui. Sa mère est partie faire sa cure. Il restait une place dans un centre tout confort à Gréoux les Bains avec prestations hôtelières.

Pour la première fois, il se sent léger. Il a une responsabilité. Il doit faire un choix. Le questionnaire dans ses mains tremblantes, comme un rempart entre son corps et elle, la bouche sèche, le regard fuyant, il a posé les questions d'un air sérieux. Il n'est pas sûr d'avoir écouté les réponses.

Il commence à transpirer, il ne tient pas à regarder ses aisselles, des auréoles doivent être visibles sur sa chemise, la honte le cloue sur le canapé. Il n'a plus rien à dire. Il la regarde.

Elle le regarde. Elle vient de lui raconter sa vie. Divorcée, un enfant, des études de commerce qui n'ont abouti à aucun diplôme. Elle est au service des autres. Elle aime les gens.

Toutes les questions de la liste ont reçu une réponse positive. Son fils de seize ans sera seul le soir mais cela ne lui pose pas de problème. Elle aime cuisiner, connaît des recettes prêtes en dix minutes. Alban se chargera de remplir le frigo (il se fait livrer une fois par semaine tout ce dont il a besoin). Elle créera des menus en fonction de ce qu'il contiendra. Chaque première heure sera consacrée au nettoyage d'une pièce de l'appartement. Elle s'activera dans la cuisine le reste du temps.

L'entretien prend fin. Alban lui propose de visiter son trois-pièces. Il lui montre la cuisine ouverte avec son îlot central équipé de tout le nécessaire, robot multi-fonctions, four à électrolyse, plaques vitrocéramiques, percolateur haut de gamme de marque allemande. Les tiroirs regorgent d'ustensiles. Certains, encore emballés, ont été achetés sur un coup de tête lors d'une émission télévisée vantant leurs mérites.

Gabrielle hoche la tête, ne fait aucun commentaire. Elle trottine à ses côtés. Une longue tresse de cheveux bruns se balance dans son dos. Dans la salle de bains, une grande douche à l'italienne, une baignoire et une double vasque en marbre offrent un grand confort.

La chambre est une suite parentale aux couleurs chatoyantes dans les tons orangés. Son grand lit aux dimensions généreuses trône au milieu. De la fenêtre on voit la Seine et l'agitation parisienne à toute heure du jour et de la nuit. Le jacuzzi est dans une alcôve. Il lui fait noter qu'il sera utilisé une fois par semaine, le weekend. Il faut prévoir de le nettoyer le lundi. Gabrielle ne pose aucune question. Tout lui convient.

Alban est satisfait. Cette femme lui plaît. Il esquisse un sourire, la raccompagne vers le salon. Il sort un contrat déjà pré-rempli qu'il lui fait signer. Il a oublié la période d'essai qu'il souhaitait lui proposer.

Son instinct lui dit que cela ne sera pas nécessaire. Elle a tous les atouts qu'il recherchait : une femme efficace, droite et fiable. Elle est habillée avec goût. Elle parle peu mais chaque fois ses phrases sont bien tournées, ses mots bien choisis. Il aime sa voix grave.

Il a hâte de goûter son premier plat cuisiné rien que pour lui. Il en a l'eau à la bouche. Elle commence demain.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Vous aimez lire cornelie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0