Dix petites choses qu'il sait d'elle.

2 minutes de lecture

Cet entretien d'embauche qu'il va devoir mener commence à l'inquiéter. Comment va-t-il s'y prendre ?

Hier, au restaurant avec sa mère, entre le tournedos Rossini et les linguines à la ricotta, il a fallu trouver les arguments pour la convaincre que c'était un bon choix. Elle avait l'impression d'être limogée pour faute ou ce genre de chose. Quelques verres d'un vin rouge millesimé plus tard, elle avait acquiescé à une condition : qu'elle soit présente aux rendez-vous.

Ils établirent une liste de dix questions à poser à la future aide ménagère pour être sûrs d'employer la personne idéale. Entre autres : Êtes-vous disponible entre 18 heures et vingt heures ? Comment nettoyez-vous la salle de bain ? Quels produits utilisez-vous ?

Ils reçurent cinq candidates ( l'homme de ménage avait finalement trouvé une place ).

La première avait dans ses bras un petit chien pékinois dont elle a fait l'éloge pendant une heure. Au bout du compte, il a fait pipi dans la cuisine. Cela était rédhibitoire. Il a fallu aspirer le canapé après leur départ. Il était couvert de poils.

La deuxième fumait. Cela n'était pas envisageable. La troisième fut incapable de donner la liste des ingrédients nécessaires pour faire une béchamel. La quatrième n'était pas souriante et trop stressée. La cinquième est arrivée une heure en retard. Elle n'avait donc pas répondu positivement à la neuvième question : Êtes-vous ponctuelle ?

Alban et sa mère étaient déçus. Personne ne leur convenait. Il lui proposa d'alléger son emploi du temps en attendant de trouver la perle rare. Elle ne viendrait que le samedi.

Soudain, il eut une idée. Il proposa à sa mère de faire une cure thermale de trois semaines payée par ses soins. Ce séjour aura un double avantage : soigner sa mère qui souffrait d'arthrose mais n'avait jamais voulu s'éloigner de son fils et lui permettre de mener à bien seul quelques entretiens sans lui en parler.

D'autant que la fameuse Gabrielle ne faisait pas partie de celles qu'ils avaient reçues. Elle n'avait pas rappelé mais il souhaitait vraiment la contacter.

C'est peut-être elle qui deviendrait son employée idéale. Il était persuadé en son for intérieur qu'il n'était pas nécessaire de répondre favorablement aux dix questions élaborées par lui et sa mère . Le critère " disponibilité " lui semblait le plus important.

Il se regarda dans la glace. Ses cheveux blonds ondulés entouraient un visage hâlé juste comme il faut. Son sourire séducteur était son arme la plus sûre. Son costume taillé sur mesure lui seyait à merveille. Il lui manquait juste l'assurance dont il faisait preuve au travail lorsqu'il fallait convaincre des banquiers retors. Devant les femmes sa belle prestance et son charisme s'effondraient. Il avait les mains moites. Il pouvait bégayer, renverser un verre...bref se montrer exécrable et cela le faisait douter de lui.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 9 versions.

Recommandations

Défi
Juulie M.
Lettre en réponse au défi "JE VOUS HAIS"
3
2
9
2
comte Vergil
Dialogue intérieur


- C'est un grand bordel que tu me fais vivre.
- Allons du calme V*****, avec force tu constateras qu'il n'y a pas que du mal.
- Vergil, tu es aussi fourbe que l'alcool que je viens d'engloutir.
- Sot. Tu l'es tout autant. Tu m'as donné vie, et tu dois m'en remercier. Te séparer de moi, c'est mourir.
- Le sourire aux lèvres, cependant.
- Peut-être, peut-être, mais vois ce que je t'ai donné en échange !
- Le noir ?
- La passion.
- Ah. La belle affaire !
- Cela suffit, embrasse donc ma main que tu admires tant.
- Tu m'as prostitué, cauchemar, et tu sais t'y prendre.
- Pauvre de toi. Je t'entretiens si bien...
- Que dis-tu ? Je n'ai rien écrit de satisfaisant la dernière année.
- Est-ce ma faute ? Je t'ai donné l'encre, à toi de trouver la plume.
- Tu m'as laissé tout seul !
- Ah, voyez-vous ça, on me rejette et on implore ensuite ma compagnie...
- T'aurais-je épuisé, sale tableau ?
- Même les chefs d'œuvres ont besoin de vacances...
- Arrête cette prétention, cela me nuit.
- Malpropre, n'est ce pas toi qui me dit un jour que tu m'accepterais avec mes défauts ?
- Tu en as trop.
- Comme Claire ? Comme Sarah ? Comme les dernières flammes et étincelles ?
- Tu peux rire, tu peux rire, tu n'as pas eu à souffrir.
- Je te les ai livrées, tu les as perdues. Ne violente pas celui qui s'est donné tant de mal à t'offrir ton bien.
- À quoi bon me les livrer si tu sais que je n'y arriverai pas ?
- J'avais envie de me distraire !
- On ne rit pas de ces choses là.
- Pourtant, tu y as pris goût.
- Ce n'est pas moi qu'elles apprécient.
- Oh...L'as-tu sentie à l'instant ?
- Que veux-tu dire par là ?
- Le parfum de la solitude qui planait dans ta phrase.
- Cesse donc tes divagations, Vergil, je ne ris plus. Il va falloir remédier au problème à présent.
- De quoi s'agit-il ?
- De nous, quitte ce corps.
- Vas-tu me faire une scène de ménage, à moi aussi ?
- Seulement si tu ne m'aides pas.
- Que veux-tu ?
- De l'encre neuve. [...]

24 janvier 2010, 18:47
0
0
0
2

Vous aimez lire cornelie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0