Chaque main innocente.

4 minutes de lecture

Hiver 2056.

La saison de la chasse se clôture petit à petit; les familles se réjouissent autour d’un bon repas et les femmes retrouvent enfin leurs maris respectifs.

Kisaev(6ans), Vaekis(6 ans), Yolt(14 ans), Yara(17ans) ainsi que leur mère, Irina, attendent patiemment, tous alignés et droits comme des i, derrière la porte de la propriété ducale.

Arik Ducale s’en revient de la commémoration de la Chasse de la Couronne qui se tenait depuis un bon mois et demi dans la Forêt ducale non loin des Ardennes belges.

Lorsqu’il ouvrit avec ferveur, la grosse porte en bois ornée de zamak; une grande brise de vent froid pénétra l’entrée, obligeant les cinq petits corps emmitouflés dans leurs habits hivernaux à faire un pas en arrière.

Tous lui sautèrent au cou afin de le combler d’une étreinte chaleureuse.

  • “Bienvenue à la maison Arik”.
  • “Alors ??? Tu nous a apporté quoi cette année?” s’écrient en chœur les deux plus âgés, le regard luisant.
  • “Haha doucement doucement, laissez-moi donc saluer votre mère comme il se doit les enfants” dit-il en lui retournant son baiser.
  • “hi hi hi, beeuuurk !” pouffent les jumeaux en courant vers la pièce maîtresse.

Irina était ravie que son mari ait tenu sa promesse de rentrer pour le repas de la Chandeleur. Elle avait mis les petits plats dans les grands et sa table était déjà dressée. Le temps que son chasseur préféré prenne une douche pour se réchauffer de son voyage, elle se prépare à faire cuire, elle-même, le gibier frais qui venait d’être rapporté par leur majordome.

  • “Les garçons, allez aider Gus à porter l’exploit de papa en cuisine voulez-vous. Et dites à Marianna de ne pas y toucher ! Je peux tout de même m’occuper moi-même du repas de fête pour le retour de mon époux n’est-ce pas?!

La bête est lourde et Yara leur prête main forte avec nonchalance mais vigueur.

  • “Non d’un chien Yara; mais d'où te vient une telle force?! Attention de ne pas te salir avant le repas...ta mère m’en voudrait jusqu’à l’hiver prochain” souffla Gus d’un ton moqueur.

Venu le moment de s’attabler, Yara manque à l’appel.

Il pense la retrouver avachi devant la cheminée du couloir du 3ème étage, mais rien.

L’adolescente aimait se réfugier dans la bibliothèque à l’étage des invités parce qu’il y règne un calme majestueux ainsi qu’une atmosphère lui rappelant l’importance et la noblesse de sa lignée. Ses parents sont les derniers héritiers du domaine malgré qu’ils n’aient hérité d’aucun titre de noblesse à proprement parler. La famille Ducale est d'ailleurs la dernière vivant dans de pures traditions; le royaume de Belgique ayant perdu son régime après la pandémie du covid-19 en 2025.

La demeure est immense. Du haut de ses 5 étages et de son vaste terrain, elle compte un nombre incalculable de pièces et d’escaliers en colimaçon menant d’un bout à l’autre de la propriété.

Gustav & Marianna sont employés de maison de la lignée Ducale depuis 4 générations. Ils connaissent donc le Duché mieux que personne. Coins et recoins, pièces oubliées ou interdites et couloirs condamnés. S'ils disent que Yara est introuvable, c’est bien qu’il faut s’inquiéter car visiblement la jeune fille s’est tout bonnement volatilisée.

En un rien de temps, le domaine se remplit de policiers, de voitures, de chasseurs, de journalistes, et même de curieux se faisant passer pour des amis de la famille.

Malheureusement, les jours passent et toujours aucune trace de la jeune fille. La maison est devenue aussi sombre que ce mois de février hivernal.

Arik supervisait jours et nuits les investigations dans la ville entière; Irina ne s’en remettait pas et pleurait à chaudes larmes tous les matins en préparant le petit déjeuner préféré de sa fille aînée en espérant qu’elle apparaîtrait comme elle avait disparu. Et ses frères et sœur habituellement dissipés n’étaient plus que ombres d’eux-même.

Les ragots commençaient à faire rage dans tout le quartier et certains pensaient même à une malédiction couvrant tout le pays sur des générations entières.

Pour cause, il paraît que cette disparition soudaine n’est pas la seule dont on eût entendu parler.

Plusieurs femmes auraient l’habitude de disparaitre dans les mêmes conditions inexpliquées. Dans toute la Belgique, et ce, chaque année depuis 100 ans, pour réapparaître soudainement l’année suivante. Mais bien plus glaçant... toutes à la même date: le 2 février, jour de la Chandeleur.

Le dicton n’a de cesse: “ À la Chandeleur, l'hiver se meurt ou prend vigueur “

"À la Chandeleur, le froid fait douleur."

Les Chasseurs ratissent le moindre bosquet enneigé à l’aide de leurs Spitz des neiges (race de chien supportant un froid de gueux).

Non loin de là…

Pendant, qu’une ombre blanche déambule dans la grande Forêt ducale;

Personne ne se rend compte qu’une petite main innocente surgit à moins de deux mètres du cortège.

Dans ce monde où les femmes tiennent une place particulière; où leur chaleur n’a d’égale et dont un foyer ne peut se passer...vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il se passerait si elles étaient amenées à toutes disparaître ?

Annotations

Vous aimez lire Ultra Violette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0