Chapitre 45 Trahison

4 minutes de lecture

J’étais encore dans l’eau lorsque des mains passèrent autour de ma taille et que quelqu’un se colla dans mon dos. La voix douce de Zayn murmura alors à mon oreille :

  • A quoi penses-tu ?

Je souris :

  • A tout ce qui m’arrive.

Il me tourna face à lui et on se regarda dans les yeux :

  • Tu te crois encore dans un rêve ?
  • Non… j’espère pas.
  • C’est la réalité Kayla…

Je baissai les yeux, honteuse de penser à cela. Finalement le vampire me releva le menton pour déposer un baiser sur mes lèvres puis murmura :

  • Je suis réel moi…

Je restai figée

Il venait de m’embrasser ? Oui… 31 Juillet…

J’éloignai donc le vampire et sortis de l’eau. Cela lui faisait peut-être le même effet que l’alcool… ou peut-être pire encore…

Mais le vampire vient dans mon dos, alors que ses mains descendaient sur mes jambes je le repoussai :

  • Zayn… arrête.
  • Pourquoi… je t’en supplie…

Il paraissait tellement excité… incontrôlable, et c’était bien le cas : à peine avait-il fini sa phrase qu’il me retourna pour se coller à moi. C’était normal mais… je ne pouvais pas… nous n’étions qu’amis, il le savait…

Je le repoussai une fois de plus et on se regarda dans les yeux. Il baissa la tête et murmura :

  • Pardonne-moi… c’est impossible de se contrôler…

Je l’éloignai, avec un peu de magie, avant de prendre une serviette pour me sécher. Mais il fut plus incontrôlable que ce que j’aurais pensé… une intense douleur survient dans mon cou… Zayn… J’usai de ce que m’avais montré Zach… ce fut utile sur le coup, pour éloigner le vampire. S’il ne se contrôlait pas, je devais rejoindre les autres, et vite. Alors je partis en courant de la salle. Mais dans le couloir…

  • Benjamin ! Arrête !
  • TA GUEULE !

Je me raidis en entendant cette dispute… jamais je n’avais entendu mon cousin crier ainsi… que se passait-il ?

Rejoindre les autres en bas n’était peut-être pas une si bonne idée que ça… Pour ma première nuit de pleine lune avec eux… ce n’était pas très bien réussi.

J’avais réfléchi trop longtemps… Une pression sur mon bras me fit me raidir. Zayn m’obligea à me retourner pour lui faire face… Mais le vampire fut très vite éloigné : Loriell et Xann s’occupèrent de le maintenir loin alors que Camel m’entraînait avec lui… jusque dans sa chambre.

Il était vrai que parmi les loups… je n’avais encore dormi avec aucun d’entre eux. Et il n’était pas prudent que je dorme seule ou avec un vampire.

Même si la morsure de Zayn avait été courte j’étais fatiguée… alors que ce soit Camel ou un autre, je m’endormis très vite.


Lorsque j’ouvris les yeux le décor tournait. Zayn était penché sur moi, il me sourit.

  • Comment tu te sens ?
  • J’ai la tête qui tourne…
  • Normal, tu dois manger, mais pour le moment repose-toi encore un peu.

Je fis la moue mais il continua :

  • Les alphas sont partis chez Craig organiser notre départ, nous on va aller chercher des traces d’Archi.
  • Je vais être seule…
  • Non, Zach et Xann restent.
  • D’accord… vous revenez quand ?
  • Pour manger ce midi.

Zayn finit par partir et je me reposai encore un peu. Mais je fini par me lever pour sortir. Une fois dans le couloir un courant d’air me fit frissonner, des fenêtres devaient être ouvertes, pourtant les garçons n’avaient pas l’habitude d’aérer…

Je descendis jusqu’au salon mais trouvai la porte d’entrée ouverte. J’allai la refermer puis rejoignis Xann et Zach dans les canapés.

  • La porte était ouverte.
  • Ils ont du mal la fermer, tu veux manger quelque chose ?
  • Oui je veux bien…
  • Il reste des cookies.

Je grignotai donc un peu… assise devant la télé.

J’étais vraiment fatiguée, il m’avait pris tant de sang que ça… ?

Xann finit par se pencher vers moi :

  • Tu devrais aller te recoucher.

J’hochai la tête et me levai donc.

Je gravis lentement les escaliers pour arriver au couloir des chambres…

Mais alors que j’allai atteindre ma chambre : une main se posa brutalement sur ma bouche et je fus plaquée contre un mur. L’homme qui se tenait alors face à moi sourit, un sourire dévoilant ses canines surdéveloppées.

Rapidement, sans que je ne puisse réagir… il se pencha. C’est fini… Il n’y avait aucune plante, aucun animal, j’étais faible, je ne pouvais ni crier ni utiliser mes pouvoirs…

Il ne me tua pas… lorsqu’il s’éloigna j’avais tout juste assez de force pour garder les yeux ouverts. Derrière le vampire, trois autres hommes… je suis foutue

  • Alors messieurs on s’amuse ?

Tous tournèrent la tête et des grondements sourds s’élevèrent de leurs gorges : Zach sourit.

  • Voyons, du calme.

L’homme près de moi me prit un bras et me garda contre son torse en se retournant vers le vampire. Mais Zach se mit à rire :

  • Vous êtes là pour la tuer ou l’enlever ?

Les quatre intrus se regardèrent, l’attitude décontractée du vampire semblait les intriguer…

  • L’enlever.

Zach sourit et s’approcha, la réaction fut immédiate : les trois vampires loin de moi se cambrèrent et se mirent à grogner.

  • Oh calme les mecs.

Le vampire sourit de nouveau en levant les mains :

  • J’suis pas là pour vous la r’prendre, gardez-la franchement.

Les quatre froncèrent les sourcils mais lui indiquèrent de poursuivre :

  • J’suis pas là pour vous empêcher de l’emmener, au contraire… ça fait un moment que j’hésite…

L’homme près de moi me redressa contre lui : j’étais tellement faible que je tombais…

  • Tu veux nous rejoindre si je comprends bien ?
  • Tout à fait.

Je levai les yeux vers Zach, il me sourit. Les quatre hommes se consultèrent du regard et l’un fini par fixer Zach avec méfiance :

  • Tu viens, mais au moindre soupçon t’es mort.

L’homme derrière moi me souleva sur son épaule puis se dirigea vers la chambre la plus proche, sois la mienne.

Tous nous suivirent, Zach comprit. On passa par la fenêtre. L’atterrissage en bas m’arracha un gémissement : mon ventre s’enfonçant sur l’épaule musclée du vampire avait failli me faire vomir.

L’homme m’installa sans douceur à l’arrière d’une voiture puis partit conduire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Kati Mogo
Les nouvelles de Kati Mogo trouve leur origine en Afrique Tropicale. Dans cette première nouvelle, la Madone d'Etam-Kouma, c'est l'histoire d'un couple, promis à se dire oui, sur lequel pèse une menace.
4
4
18
5
jean-paul vialard


Fin d’après-midi, début de soirée
Ménésian a décidé de faire un détour par la Place Denfert-Rochereau, puis regagnera la Rue Visconti par le Boulevard Raspail. Il marche à petits pas, histoire de faire durer le plaisir. Il repense au Professeur Dutilleux. Il la voit nettement placée derrière lui lors des séances d’analyse. Il entend sa respiration souple, il observe le gonflement de sa poitrine qui se reflète sur la lampe en cuivre de son bureau : deux magnifiques globes, deux Jupiter dans le ciel lumineux d’été. Il voit le croisement de ses longues jambes gainées de soie, le golfe de ses hanches, la plaine douce de son ventre. Tout ceci il le voit d’une manière distincte, quasi-magique. Il n’y a qu’une chose qu’il ne ‘voit’ pas, les paroles qu’elle a proférées qui évoquaient sa santé, ses probables séquelles. Tout a été gommé soudain, une vitre embuée sur laquelle passe un chiffon tueur de signes. En réalité Ménésian ne peut se souvenir de son amnésie puisqu’il est amnésique. C’est un peu une double peine, un genre de parole jetée en écho qui ne trouverait de paroi pour la réverbérer. Tout ce qui s’approche, se présente, insiste dans son être est irrémédiablement jeté au plus profond de vastes et sombres oubliettes. Ménésian est à nouveau dans la Rue Cabanis, puis dans le Passage Dareau, puis Rue de la Tombe-Issoire. Mais aucune rue ne subsiste dont il pourrait se souvenir du nom. Et, au titre de cette fuite à jamais des noms, il déambule et déambule à nouveau, parcourant derechef ces rues, comme si elles étaient inconnues, qu’elles conduisaient en direction de territoires encore indéchiffrés. C’est tout de même curieux cette perte de soi à même le labyrinthe des rues. C’est Thésée mais sans le fil d’Ariane. C’est Thésée prisonnier pour toujours dans une manière de face à face éternel dont nul ne peut connaître l’épreuve qu’au risque de sa propre folie.
0
0
0
1
Défi
La Vi-e
Défi 36 : Et si le passé travaillait dans le bar d'à côté ?


Ici vous devrez écrire une histoire courte ou une nouvelle ( ou quoi que se soit ) par rapport à un bar.

Laissez place à votre imagination.
Il n'y a pas de genre imposée, du coup à vos stylos.
1
2
25
6

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0