Chapitre 40 Combat

8 minutes de lecture

On se retrouva dans la campagne et je bloquai immédiatement mon esprit sur ce souvenir… pour ne pas qu’il voit autre chose. Mais il usa d’une méthode dont Loriell ne m’avait pas parlé, faisant avancer mon souvenir, avançant dans ma mémoire, je vis toute mon enfance défiler, sans que je ne puisse l’arrêter.

Que faisait-il ? Mon enfance, non, maintenant je comprenais, ces images, je les voyais défiler mais dès qu’elles nous quittaient pour en laisser d’autre : je ne m’en souvenais plus ! Il m’efface la mémoire !

Je me mis alors à penser successivement à plusieurs événements de mon enfance, changeant presque chaque seconde de souvenir. Le garçon tourna la tête vers moi, perturbé… Ouf.

Je ne lui laissai pas le temps de se reprendre et m’approchai de lui, lui prenant le bras pour le tourner face à moi :

  • Pourquoi tu lui obéis ? Tu sais qu’il ne veut que le malheur.

Il semblait étonné, certainement ne s’attendait-il pas à ce que je lui parle. Un chat au pelage bleu nuit vient se frotter à ses pieds, je n’y fis pas attention et me concentrai sur le garçon tout en changeant toujours de souvenir autour de nous :

  • C’est un alpha d’accord, mais tu n’es pas obligé de lui obéir, tu es un alpha aussi, tu peux partir, vivre ta propre vie.
  • Quoi… mais… euh… arrête ça !

Son visage se durcit, il se reprend. Pourquoi obéissait-il à Leight, je devais trouver une faille.

  • Il t’a dit quoi pour que tu fasses ce qu’il te demande ? Il t’a promis quelque chose ? T’as fait croire que tout serait mieux si tu lui obéissais ? Qu’il ferait régner la paix ou je ne sais quoi ? Il menace quelqu’un de ta famille ?
  • C’est lui ma famille ! Stop !

Je me raidis. Leight et ce garçon ? De la même famille ? Je fronçai les sourcils :

  • Comment ça s’est lui ta famille ? Il est incapable de ressentir la moindre émotion !
  • C’est faux !

Le décor changea alors et on se retrouva dans une pièce aux murs gris.

Ça ce n’était pas l’un de mes souvenirs…

Un jeune garçon, peut-être dix ans à peine, jouait avec un chat sur une moquette rouge. Leight apparu par l’une des portes et s’approcha de lui.

  • Kévin ?

L’enfant sursauta en levant les yeux, alors le chat disparu, une illusion.

  • Tu es promit à un grand avenir mon garçon, aller vient.
  • On va où papa ?

Les deux sortir de la pièce en discutant, moi je restai bouche bée…

Leight avait un fils ?! Et qui plus est, le faiseur de rêve ?! Puisque techniquement si ce souvenir ne m’appartenait pas il ne pouvait être qu’à lui…

  • Comment as-tu fait ça… ?

Je regardai le garçon, il semblait terrifié :

  • Comment as-tu fait pour voir ce souvenir…
  • Ça j’en sais rien, qui est ta mère ?

Le décor changea et on se retrouva dans un appartement plutôt modeste. Une femme était allongée sur un canapé et faisait sauter un enfant au-dessus d’elle…

Le garçon se mit alors à gémir et se boucha les oreilles en s’accroupissant :

  • Arrête ! Arrête je t’en prie ! Je dois pas penser à elle !
  • Pourquoi ? C’est Leight qui te l’a interdit ?

L’appartement est moderne, donc le garçon était encore jeune, Leight était donc vampire à sa naissance, or sa mère était une humaine ! Donc Leight ne pouvait en aucun cas être son père !

Je regardai Kévin en détail, des cheveux d’un châtain clair tout comme ses yeux, la femme de la vision était pourtant blonde, impossible que Leight soit son père, puis que lui avait les cheveux noirs !

  • Leight n’est pas ton père Kévin.
  • Quoi ? Non ! Tu peux pas savoir ! Tu sais pas !

Pendant que j’essayai de le résonné, dans la réalité, Leight s’impatientait :

  • Il n’est jamais aussi long d’habitude, qu’est-ce qu’il se passe ?

Ray, toujours cloué au sol, par deux vampires maintenant, se mit à rire :

  • Ba alors Leight ? Tu paniques ?

Le mage lui lança un regard mauvais et se mit à faire les cents pas.

  • Ce n’est pas normal !
  • Comme votre présence ici.

La voix grave avait résonné dans la totalité du couloir, tous tournèrent la tête : Craig, suivit de Camel, Malec et Benjamin.

Bien que les hommes de Leight soient largement plus nombreux, les quatre hommes n’avaient pas peur : ils avancèrent vers eux.

Leight sourit :

  • Je vous déconseille d’approcher messieurs.

En disant ceci, il mit une main sur la main du faiseur de rêve, menaçant de couper le lien. Ray s’agita, mais il était trop bien tenu.

  • Je pense que vous savez ce qu’elle risque si je fais ça ?

Je posais mes mains sur les épaules du garçon face à moi, il semblait vraiment perturbé, peut-être que quelque chose se passait dehors ? Il fallait faire vite.

  • Ecoute-moi, Leight est un vampire, les humaines ne peuvent pas avoir d’enfant avec les vampires, Leight n’est pas ton père, c’est impossible, tu es beaucoup trop jeune.

Il leva des yeux désorientés vers moi, mais je voyais qu’il cédait, il savait que j’avais raison. Je lui souris tristement et il éclata en sanglot.

Un enfant…

  • J’ai toujours vécu avec lui… qu’est-ce que je vais faire… je peux pas partir… je peux pas être tout seul…
  • Reste avec nous, tu seras en sécurité, on t’apprendra à développer tes pouvoirs et nous ne te mentirons pas pour nous servir de toi.

Il leva des yeux larmoyants :

  • Il me tuera.
  • On te protégera, regarde, j’ai réussi à t’empêcher d’utiliser tes pouvoirs sur moi, c’est la preuve que je peux le contrer, et les autres m’aideront.

Vraiment très influençable ce petit…

  • Mais si on sort du rêve, il me tuera s’il voit que j’ai pas fait ce qu’il a demandé…
  • Alors on joue la comédie.

Il hocha la tête et essuya ses larmes.

  • Faut que tu tombes à genoux et te prenne la tête dans les mains, ça fait mal.
  • D’accord.

Lorsque j’ouvris les yeux je fis comme si mes jambes ne tenaient plus. L’homme derrière moi me lâcha, un sourire aux lèvres. Je pris ma tête dans mes mains sans regarder autour de moi et gémis. Leight semblait content :

  • Vous arrivez trop tard messieurs.
  • Kayla… ?

C’était Camel, il semblait inquiet. Benjamin s’en mêla :

  • Que lui avez-vous fait ?!

Le mage se mit à rire :

  • Rien de plus que lui effacer la mémoire voyons, elle ne se souviens même plus de vos noms.

Je me redressai, tenant toujours ma tête.

Il y avait un homme derrière moi… Leight et Kévin devant… les autres étaient à ma droite. Il ne fallait pas que je me loupe.

D’un rapide mouvement, aidée du vent, je me redressai, assénai un coup dans la mâchoire à l’homme derrière moi, pris le poignet de Kévin puis m’élevai dans les aires pour atterrir à côté de Camel.

Light me regarda avec étonnement. Il semblait déconcerté. Je souris :

  • Ravie de vous avoir rencontré. Mais je m’attendais à mieux de votre part.
  • Que… comment ?

Kévin, derrière moi le fixa méchamment :

  • Tu m’as mentis !

Je le fis reculer alors que Leight serrait les poings :

  • Tu vas me le payer.

Je me penchai très légèrement vers Kévin :

  • Si la bagarre s’engage, va-t’en.

Il hocha la tête.

Je sentis d’autre personne arriver, derrière Leight, il était pris au piège. Je lui souris :

  • Bon ce n’est pas tout mais nous avons autre chose à faire, on reste comme ça ou on se bat ?

J’eu à peine fini ma phrase que les acolytes de Leight nous foncèrent dessus. Kévin partit. Je fonçai sur les deux vampires tenant Ray. Alors qu’ils s’attendaient à ce que je les affronte de front, je sautai par-dessus eux, m’appuyant sur les épaules de l’un, le faisant tomber au passage. A peine mes pieds eurent touché le sol que je repartis vers mon deuxième adversaire : son sort fut légèrement semblable à son ami, se retrouvant au sol après plusieurs coups aux points sensibles le faisant tenir debout.

Ray put enfin se redresser, ça nous aiderait. Ils étaient bien trop nombreux, chacun se battant avec deux voir trois ennemis.

Il ne me fallut que me défendre, ou les assommer, attendant que les autres finissent pour venir les achever, moi j’en étais incapable.

Je me battais contre une femme, une mage de l’esprit, puisqu’elle avait pu prévoir mes attaques… au début. Je la faisais tourner en rond en pensant à tout autre chose que ce que j’allais faire. Finalement, après l’avoir envoyée dans un mur, je me retournai en sortant rapidement le poignard de Zach, je l’envoyais directement dans le dos de l’homme penché sur Benjamin.

Je n’eus pas le temps de me reposer ni d’aller le récupérer, d’autres m’attaquèrent, à croire que Leight leur avait ordonné de me cibler.

Leight, il avait disparu.

Je me retrouvai très vite face à trois hommes, trois vampires. Comment immobiliser trois vampires, et les autres semblaient très occupé. Ils n’attendirent pas que je lance les hostilités, me fonçant dessus en un même mouvement. Je m’élevai dans les aires et atterris derrière eux. Autant gagner un peu de temps.

Mais trois contre un… j’eus du mal à les esquiver à chaque fois. Le vent m’aidait.

Alors que mes pieds touchaient à peine le sol, l’un me fonça dessus, me percutant de plein fouet pour m’éjecter au sol.

  • Kayla !

J’évitai le premier coup, mais l’un des vampires écrasa mon poignet de son pied, un autre vient rapidement, me tenant l’autre poignet et le cou. J’étais piégée au sol… Très vite, le vampire tenant mon cou se pencha.

Les autres étaient bien trop éloignés et occupés, je devais me libérer par moi-même… mais mes forces me quittaient rapidement. Je ne pouvais pas mourir ainsi, pas maintenant.

Les aiguilles dans mon cou s’enfoncèrent un peu plus et un râle de contentement échappa au vampire. Je fermai les yeux, déjà épuisée

N’y avait-il pas une plante dans les environs ? N’y avait-il pas quelqu’un pour me sauver ? J’ignorais déjà la notion du temps, depuis quand me mordait-il ainsi ? Bien trop longtemps… je devais l’éloigner… vite. Mais comment ?

Ce fut peut-être un instinct de survie, une magie puissante s’activant en dernier recours, puisant dans mes dernières forces : une brûlure partant de ma poitrine se propagea dans tout mon corps, enflammant ma peau, mais pas uniquement. Les vampires furent éloignés comme par une explosion de flamme, s’encastrant dans les cloisons.

Je sentis des bras me saisir et je fus plaquée contre un mur. Cette fois je ne pourrais pas me défendre… j’étais beaucoup trop faible. Mais ce n’était pas un vampire, il ne me mordit pas… ce n’était pas un ennemi, puisqu’il resta juste contre moi, collés au mur.

Zayn ? Non, il m’aurait plutôt éloignée, Shane ? Non, c’était un homme, mais alors qui ? Et pourquoi se mettre dans cette position ?

Qui qu’il soit, il m’avait certainement sauvée, personne ne nous attaquait. Un mage des sens… certainement.

Mon cou me faisait mal, mon poignet aussi, sans parler de mon dos ou de ma tête… j’avais l’impression de bouillir de l’intérieur. Ma tête tomba en avant et l’homme se serra un peu plus contre moi pour me soutenir. Je me sentais partir, non il ne fallait pas, je devais rester consciente.

Les bruits cessèrent autour de moi, la bataille était finie. J’entendis Benjamin :

  • Où est Kayla ?

Le garçon près de moi se mit en mouvement, passant un bras sous mes jambes pour me porter :

  • Ici.

Des bruits de pas rapides, ils se rapprochèrent. Je fus allongée, probablement au sol. J’ouvris légèrement les yeux, Camel, Benjamin et Malec étaient penchés sur moi, Ray restait en arrière avec le garçon qui m’avait sauvée et Kévin. Je vis Craig se pencher et poser ses mains sur mon cou.

Une douce chaleur m’envahit, cette fois, je ne pus rester consciente.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0