Chapitre 39 Leight

5 minutes de lecture

Je partis rapidement de la piste de danse, tant pis pour ce que les autres allaient penser… tant que je restais loin de lui.

  • Vous m’avez l’aire soucieuse.

Je tournai la tête et me forçai à sourire à Craig.

  • Ce n’est rien… je n’aime pas être autant entourée c’est tout.

Il me sourit à son tour et me prit la main pour m’entraîner vers une porte. Une fois seuls dans le couloir on marcha plus lentement.

  • Pourquoi êtes-vous ici vous et les autres ?
  • Vous devriez plutôt voir cela avec les alphas.
  • Mais vous êtes un alpha !
  • Je ne suis pas… l’un des chefs du groupe on va dire.
  • Je vois… Sinon je vous ai vue discuter avec Quentin à table.
  • Quentin ?
  • Le nécromancien.
  • Oh oui, nous avons parlé magie.
  • Et quelle magie est la vôtre ?
  • Élémentaire.
  • Très intéressent…
  • Et vous ?
  • Mage élémentaire également, pour vous servir très chère.

Je souris. Un peu démodé mais très dragueur… il me sourit :

  • Comment avez-vous rencontré les autres ?
  • Nous en parlerons une autre fois, cela pourrait tomber dans des oreilles indiscrètes.
  • Oh ne vous en faites pas, si jamais un intrus se trouvait parmi nous il ne ferait pas long feu, même si je ne peux pas assurer à cent pourcent qu’il n’y ait aucun risque bien sûr.
  • Vous connaissez tout le monde ici ?
  • Plus ou moins bien mais oui.

On monta un escalier puis on traversa plusieurs longs couloirs très peu éclairés avant d’arriver dans une salle. Une salle bien particulière, les murs étaient ornés de tableaux… j’en reconnu un, je m’avançais immédiatement. Craig sourit.

  • Vous le connaissez ?
  • Benjamin me l’a déjà montré.
  • Montré entièrement ?
  • Oui.

On resta devant à l’observer puis il me présenta les autres. Des scènes banales pour la plupart, des scènes de guerre, ou bien encore des tableaux d’une femme… plusieurs tableaux la représentaient.

Une très belle femme cela dit. Ses cheveux blonds étaient travaillés sur toutes les peintures, montrant leur beauté naturelle, donnant aux œuvres des éclats particuliers. En s’approchant un peu plus on pouvait distinguer des yeux d’un marron assez clair, cerné très légèrement de vert. Et, détail à noter : sur chaque peinture se distinguait un animal différent.

  • Qui est-ce ?
  • Ma fiancée.
  • Où est-elle ?
  • Partie en Angleterre pour le moment.
  • Cela n’est pas trop dur d’être privée d’elle ?
  • Vous n’imaginez même pas…

Il me sourit et on se fit face :

  • Si jamais on vous privait de… Benjamin même si vous n’êtes pas amoureuse je suppose, pendant plusieurs mois, sans aucune nouvelle ?
  • Je vois… je ne sais pas comment je serais.

Il me sourit et s’apprêtait à dire quelque chose mais on fut interrompu :

  • Craig ?
  • Oui ?

Un homme entra dans la pièce :

  • Il y a un petit problème avec certain inviter, tu devrais y aller.

Craig soupira, me sourit, puis s’empressa de partir. Le garçon se tourna face à moi :

  • Il y a toujours un souci lors de ce genre de fête.
  • Trop de monde.

Il fit un signe vers la porte, m’indiquant de le suivre pour retourner avec les autres certainement. Mais alors qu’il m’indiqua de tourner à l’angle d’un couloir je le questionnai :

  • Vous êtes certain que c’est par là… ?
  • Je viens ici souvent vous savez, je connais la maison par cœur.

Je le suivis donc, mais restai méfiante… j’avais tout de même une bonne mémoire et j’étais presque certaine qu’il s’était trompé.

Ou alors peut-être qu’il ne s’était pas trompé… mais empruntait un chemin différent délibérément.

Alors qu’on arrivait dans un couloir je me figeai : un homme était appuyé contre un mur, les bras croisés, il semblait nous attendre :

  • Je commençais à m’impatienter.
  • Pardonnez-moi monsieur.

Le garçon à côté de moi baissa les yeux alors que l’autre s’approchait. Grand, assez musclé, dans l’ombre j’eus du mal à distinguer ses traits.

  • Ravis de te rencontrer Kayla.
  • Qui êtes-vous ?

Il me sourit et tendit la main, mais je ne tombais pas dans le piège et ne bougeai pas, le faisant sourire un peu plus.

  • Je m’appelle Leight Nevis.

Je me raidis, alors le voilà, le fameux Leight… et j’étais seule.

  • Moi je ne suis pas seul par contre.

Un homme apparu derrière moi et me prit les bras, me bloquant contre lui. D’autres arrivèrent face à moi et entourèrent Leight.

  • Comme tu le vois j’ai beaucoup de relations…
  • Ce n’est pas cela qui me fera avoir peur de vous.
  • Quelle petite fille impertinente… j’aime qu’on me tienne tête.
  • Je vous pensais au moins plus beau physiquement, vous ne méritez pas votre réputation de maître et chef… vous n’avez aucun charisme.

Autant lui lancer quelques pics dès le début, lui montrer que je n’allais pas me laisser faire.

Le mage sourit :

  • Tu es très intéressante pour une gamine, je dois dire que je ne connais personne d’aussi puissant et intelligent que toi, même parmi mes très très nombreuses relations, c’est pourquoi je voulais te rencontrer, et te proposer quelque chose.
  • C’est là que vous devez dire que si je vous rejoins il n’arrivera rien aux personnes que j’aime et que tout ira bien pour moi.

Il baissa les yeux avec un léger rire.

  • Pas du tout, j’allais plutôt partir sur la négative, puisque tu es intelligente, rien ne sert de te mentir, si tu ne nous rejoins pas tes amis mourrons, un par un.

Trois hommes derrière Leight lancèrent quelqu’un au sol : Ray.

  • A commencer par ce très chère Ray.

Je me raidis et tentai, en vain, de me libérer. Leight sourit à ce geste et s’approcha du vampire, s’accroupissant près de lui.

  • Alors comme ça vous avez fait alliance avec eux, c’est un coup de poker assez impressionnant, je ne m’y attendais pas.
  • On vous en réserve d’autre.

Le mage fit un signe et Ray fut clouer au sol par un homme. Leight revient face à moi :

  • Toujours pas de réponse positive ?
  • Jamais.

Il sourit :

  • Ne jamais dire jamais chéri.

Un mouvement d’épaule habile me permis de libérer mon poing que j’enfonçai immédiatement dans son visage. Il tituba puis lança un regard courroucé à l’homme derrière.

  • Ne la laissait plus jamais me toucher !

Ray sourit :

  • Te faire taper par une fille t’as pas honte ?

Leight lui lança un regard noir puis se tourna vers moi. Il fit un signe et un jeune garçon s’avança de derrière lui.

  • Vois-tu Kayla, tu es peut-être forte, mais rien ne peux résister à un faiseur de rêve entraîné.

Je serrai les poings, moi je pourrais résister, mais peut-être pas longtemps… il me fallait gagner du temps, si Ray était ici, peut-être que d’autre viendrait ?

Le garçon face à moi s’avança, alors je commençai :

  • C’est ridicule, son esprit est tellement faible qu’il n’arrivera même pas à m’endormir !

L’adolescent se crispa. Et un point pour moi… continuons :

  • Si par miracle il arrive à entrer dans ma tête je ne donne pas chère du résultat, on va faire quoi ? Rester trois heures sur un banc ? Pfft je n’ai absolument rien à craindre ! Moi qui pensais devoir me battre !

Le garçon baissa les yeux, mais Leight ne se fit pas avoir, d’un geste il ordonna à l’homme derrière moi de me faire taire. Alors une main se posa sur ma bouche tandis que son autre bras était autour de moi.

Bon, au moins le faiseur de rêve était déstabilisé… ça me fera gagner du temps, au moins un peu.

Leight l’encouragea :

  • Tu peux y arriver, oublie ce qu’elle a dit, prouve-lui qu’elle a tort.

Le garçon posa une main sur mon épaule et il n’eut besoin que de quelques secondes pour m’endormir.

Mauvais signe…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Kati Mogo
Les nouvelles de Kati Mogo trouve leur origine en Afrique Tropicale. Dans cette première nouvelle, la Madone d'Etam-Kouma, c'est l'histoire d'un couple, promis à se dire oui, sur lequel pèse une menace.
4
4
18
5
jean-paul vialard


Fin d’après-midi, début de soirée
Ménésian a décidé de faire un détour par la Place Denfert-Rochereau, puis regagnera la Rue Visconti par le Boulevard Raspail. Il marche à petits pas, histoire de faire durer le plaisir. Il repense au Professeur Dutilleux. Il la voit nettement placée derrière lui lors des séances d’analyse. Il entend sa respiration souple, il observe le gonflement de sa poitrine qui se reflète sur la lampe en cuivre de son bureau : deux magnifiques globes, deux Jupiter dans le ciel lumineux d’été. Il voit le croisement de ses longues jambes gainées de soie, le golfe de ses hanches, la plaine douce de son ventre. Tout ceci il le voit d’une manière distincte, quasi-magique. Il n’y a qu’une chose qu’il ne ‘voit’ pas, les paroles qu’elle a proférées qui évoquaient sa santé, ses probables séquelles. Tout a été gommé soudain, une vitre embuée sur laquelle passe un chiffon tueur de signes. En réalité Ménésian ne peut se souvenir de son amnésie puisqu’il est amnésique. C’est un peu une double peine, un genre de parole jetée en écho qui ne trouverait de paroi pour la réverbérer. Tout ce qui s’approche, se présente, insiste dans son être est irrémédiablement jeté au plus profond de vastes et sombres oubliettes. Ménésian est à nouveau dans la Rue Cabanis, puis dans le Passage Dareau, puis Rue de la Tombe-Issoire. Mais aucune rue ne subsiste dont il pourrait se souvenir du nom. Et, au titre de cette fuite à jamais des noms, il déambule et déambule à nouveau, parcourant derechef ces rues, comme si elles étaient inconnues, qu’elles conduisaient en direction de territoires encore indéchiffrés. C’est tout de même curieux cette perte de soi à même le labyrinthe des rues. C’est Thésée mais sans le fil d’Ariane. C’est Thésée prisonnier pour toujours dans une manière de face à face éternel dont nul ne peut connaître l’épreuve qu’au risque de sa propre folie.
0
0
0
1
Défi
La Vi-e
Défi 36 : Et si le passé travaillait dans le bar d'à côté ?


Ici vous devrez écrire une histoire courte ou une nouvelle ( ou quoi que se soit ) par rapport à un bar.

Laissez place à votre imagination.
Il n'y a pas de genre imposée, du coup à vos stylos.
1
2
25
6

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0