Chapitre 34 Organisation

5 minutes de lecture

Le reste de la journée passa donc ainsi. Tous participèrent. Loriell s’employa ; même si c’était difficile puisque j’avais un esprit plus fort que le sien ; à créer des illusions ressemblantes aux différentes personnes, et je devais retrouver les vrais des faux… Lorsqu’ils marchaient sur l’herbe ça allait… avec le bruit des habits ou des pas… mais lorsqu’ils étaient immobiles ! Presque impossible…

Au soir, juste avant l’heure de manger, je montai dans ma chambre avec un verre de sang, un gros verre. J’entrai en silence dans la chambre et trouvai Zayn allongé. Une fois près du lit, je posai le verre sur la table de chevet et m’assis au bord, posant ensuite une main sur le torse du vampire. Il ouvrit les yeux et un sourire se dessina sur ses lèvres. Je me penchai pour l’embrasser sur le front… il était encore brûlant… :

  • Tu te sens mieux ?
  • Oui t’en fais pas, Xann est un excellent médecin, surtout aidé de Shane.

Je l’aidai à s’assoir et lui tendis le verre. Une fois qu’il l’eut bu en entier il se rallongea, mais alors que je me penchai un peu vers lui le vampire glissa une main derrière ma tête et m’approcha de lui pour chuchoter :

  • Niveau physique ça va… mais j’ai besoin d’un remontant moral.

Je souris et rapidement, lui fis signe de s’allonger sur le ventre. Le vampire obtempéra et je pris place sur lui. Lentement je remontai son haut puis me penchai sur le côté du lit : dans l’une des tables de chevet j’avais remarqué une huile… Zayn rigola :

  • J’avais prévu ça pour toi normalement…
  • Mais là c’est toi qui en as besoin.

Il se laissa donc aller dans le lit alors que je prenais l’huile dans mes mains.

Un bon massage… quoi de mieux pour se détendre physiquement et moralement ?

Malgré les soins de Xann et Shane, je sentais qu’il était encore tendu au niveau des muscles du haut de son dos… près de là où le poignard s’était planté ; je me concentrai donc sur cette zone. L’huile faisait son effet : chauffant, je le sentais sur mes paumes, et cela semblait plaire à Zayn… ça se voyait par son léger sourire.

Après un moment je me penchai à son oreille :

  • T’as besoin d’autre chose ?

Il ouvrit les yeux et sourit un peu plus :

  • Tout est parfait pour l’instant.

Je souris et me redressai pour continuer à le masser. Le vampire poursuivit pourtant sa réponse :

  • Je suis dans un lit, au chaud, avec la plus belle de toutes les femmes assises sur moi, qui me masse… que pourrais-je bien vouloir d’autre ?

Je savais bien qu’il y avait autre chose qu’il voulait encore… d’après ce que m’avait dit Xann… mais je ne pouvais lui donner et il le savait.

On resta un long moment ainsi jusqu’à ce que derrière la porte Neil nous appelle pour descendre manger. Le repas devait être cuit depuis le temps que je l’avais mis à chauffer…

J’aidai donc Zayn à se lever mais le vampire semblait parfaitement rétabli et on descendit tranquillement dans le salon.

Une fois tous installés, Neil se pencha en avant, vers Zayn, et sourit :

  • Un bon massage ça fait toujours du bien n’est-ce pas ?

Tous rigolèrent et Zayn tourna la tête vers moi :

  • Un excellent massage oui.

On discuta durant toute la durée du repas, tout semblait être redevenu normal.

La seule discussion sérieuse qu’on aborda fut sur la fête prévue dans une semaine ; Camel fit taire tout le monde d’un geste :

  • Bon, comment on s’organise, on se lève à quelle heure… qui conduit tout ça ?

Will soupira en s’étirant bruyamment :

  • Pourquoi on en parle maintenant on a le temps !

Tous se regardèrent mais finalement il fut ignoré. Ce fut Zayn qui répondit en premier :

  • Moi je conduis si vous voulez.

Benjamin poursuivit :

  • Will tu conduis et t’emmène Shane et peut-être deux autres ?
  • Ouep.

Un silence suivit… qui d’autre allait conduire ? Finalement Scott se décida :

  • Bon ok, je conduis, donc trois places.

Zach et Ray levèrent la main… Quelle bande d’enfant. Xann me sourit mais alors Scott annonça :

  • Xann ça te fait rire ? Tu viens avec nous aller.

Le mage se raidit et tous rigolèrent. La manière dont Scott avait parlé laissait présager un mauvais sort pour le mage… mais c’était ironique bien évidement.

Neil leva une main pour parler :

  • Moi je prends ma…
  • Certainement pas !

Camel avait haussé le ton pour le couper, comme s’il allait dire une énorme bêtise. Le pauvre garçon rentra sa tête dans ses épaules et fit semblant de pleurer. Loriell se leva pour venir à côté du loup et le prend dans ses bras.

Que c’est mignon !

Tous sourirent et Camel se justifia :

  • On ne va pas en moto à ce genre de soirée Neil.

Je croisai mes bras sur ma poitrine :

  • Mais vous avez combien de voiture en fait ?

Benjamin me sourit :

  • Neuf voitures, neuf motos.
  • Ah oui quand même… vous conduisez tous.
  • Oui.

Je les laissai débattre encore un moment avant de soupirer :

  • Bon ça suffit là !

Tous se turent et me regardèrent.

  • Plus simplement, qui veut aller avec qui ?

Ils se regardèrent, ne répondant pas. Je levai les yeux au ciel :

  • Bon, Will avec Shane, Loriell avec Neil, eh bien c’est réglé ! Les quatre vous allez ensemble, Will conduit et pour les autres bah Benjamin tu conduis et Melvyn tu viens avec Zayn et moi.

Tous hochèrent la tête avec des sourires. Au moins avec moi ça va vite…

Je m’assis sur mon lit, attendant Benjamin. Lorsque le vampire fut entré je levai les yeux vers lui :

  • Ça te dérange si je dors pas avec toi ?

Il sourit comme s’il avait prévu…

  • Bien sûr que non, Zayn serait très content que tu dormes avec lui après ce qu’il s’est passé.
  • Merci.

Je me levai pour venir l’embrasser sur la joue puis partis me changer avant d’aller dans la chambre de Zayn. Le vampire semblait déjà dormir lorsque je m’approchai du lit. Il finit par ouvrir les yeux et sourit, mais je m’assis au bord du lit inquiète par son visage :

  • T’as mal quelque part ?
  • Non… je suis juste fatigué et… j’ai faim.

Je souris et me levai donc :

  • Je reviens.
  • Attend Kayla, c’est pas grave encore je mangerai demain…
  • Non, sinon tu vas me bouffer pendant la nuit.

J’atteignais la porte lorsque je l’entendis répondre :

  • J’aurais bien voulu…

Je sortis donc avec le sourire.

Pervers même lorsqu’il était mal… décidément…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Kati Mogo
Les nouvelles de Kati Mogo trouve leur origine en Afrique Tropicale. Dans cette première nouvelle, la Madone d'Etam-Kouma, c'est l'histoire d'un couple, promis à se dire oui, sur lequel pèse une menace.
4
4
18
5
jean-paul vialard


Fin d’après-midi, début de soirée
Ménésian a décidé de faire un détour par la Place Denfert-Rochereau, puis regagnera la Rue Visconti par le Boulevard Raspail. Il marche à petits pas, histoire de faire durer le plaisir. Il repense au Professeur Dutilleux. Il la voit nettement placée derrière lui lors des séances d’analyse. Il entend sa respiration souple, il observe le gonflement de sa poitrine qui se reflète sur la lampe en cuivre de son bureau : deux magnifiques globes, deux Jupiter dans le ciel lumineux d’été. Il voit le croisement de ses longues jambes gainées de soie, le golfe de ses hanches, la plaine douce de son ventre. Tout ceci il le voit d’une manière distincte, quasi-magique. Il n’y a qu’une chose qu’il ne ‘voit’ pas, les paroles qu’elle a proférées qui évoquaient sa santé, ses probables séquelles. Tout a été gommé soudain, une vitre embuée sur laquelle passe un chiffon tueur de signes. En réalité Ménésian ne peut se souvenir de son amnésie puisqu’il est amnésique. C’est un peu une double peine, un genre de parole jetée en écho qui ne trouverait de paroi pour la réverbérer. Tout ce qui s’approche, se présente, insiste dans son être est irrémédiablement jeté au plus profond de vastes et sombres oubliettes. Ménésian est à nouveau dans la Rue Cabanis, puis dans le Passage Dareau, puis Rue de la Tombe-Issoire. Mais aucune rue ne subsiste dont il pourrait se souvenir du nom. Et, au titre de cette fuite à jamais des noms, il déambule et déambule à nouveau, parcourant derechef ces rues, comme si elles étaient inconnues, qu’elles conduisaient en direction de territoires encore indéchiffrés. C’est tout de même curieux cette perte de soi à même le labyrinthe des rues. C’est Thésée mais sans le fil d’Ariane. C’est Thésée prisonnier pour toujours dans une manière de face à face éternel dont nul ne peut connaître l’épreuve qu’au risque de sa propre folie.
0
0
0
1
Défi
La Vi-e
Défi 36 : Et si le passé travaillait dans le bar d'à côté ?


Ici vous devrez écrire une histoire courte ou une nouvelle ( ou quoi que se soit ) par rapport à un bar.

Laissez place à votre imagination.
Il n'y a pas de genre imposée, du coup à vos stylos.
1
2
25
6

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0