Chapitre 32 Premier piège

5 minutes de lecture

Lorsque je m’éveillai il était toujours là, endormit. Je m’éclipsai sans le réveiller. En bas dans le salon plusieurs étaient déjà au déjeuner, Xann, Malec, Neil, Zach, Loriell et Ray étaient assis dans les canapés. Dès que je fus assise, Zach se pencha un peu vers moi :

  • T’as passé une bonne nuit ? J’savais pas que tu te tapais les deux frères.

Tous le regardèrent avec étonnement, moi je soupirai :

  • Tu veux pas la fermer un peu ?

Mais Camel fut curieux :

  • Pourquoi il dit ça ?
  • J’ai juste dormi avec Melvyn… parce que Zayn ne préférait pas que je sois seule.

Melvyn arriva à ce moment-là :

  • Et il avait raison de s’inquiéter puisqu’on a reçu de la visite.

Tous les yeux se tournèrent vers Zach, ce dernier sourit :

  • Quoi je voulais juste lui parler j’ai rien fait de mal…
  • Tu voulais juste lui parler pile au moment où elle était censée être seule ?
  • Ba oui, les coïncidences ça arrive.

Le reste de la matinée se passa ainsi… à se disputer, jusqu’à l’arrivée des deux autres alphas du moins. L’entraînement reprit ensuite… plus fatiguant encore puisque je n’avais pas dormi toute la nuit…

Je me reposai dans la chambre lorsque Zayn rentra enfin… Il vient s’assoir au bord du lit, posant une main douce sur mes cheveux :

  • Ça s’est bien passé ?

Je tournai la tête vers lui avec un sourire :

  • A peu près…
  • T’as l’air crevé…
  • J’ai pas beaucoup dormit et puis l’entraînement m’a achevée.
  • Pourquoi t’as pas dormit ?
  • Je ne sais pas… je me suis habituée à toi ou Benjamin et pas à Melvyn.

Il sourit puis m’embrassa sur le front.

Le reste de la soirée fût calme… le soir venu, je m’endormis à peine posée sous les draps… je ne sentis même pas Benjamin me rejoindre…

J’ouvris les yeux lentement. Le vampire dormait toujours, paisiblement à en croire son très léger sourire.

Je sortis du lit sans l’éveiller et partis directement sous la douche ; quoi de mieux pour s’éveiller après une longue nuit… Au moins cette fois j’avais bien dormit.

Je m’habillai rapidement : jean et t-shirt simple… on n’avait rien de prévu aujourd’hui. Il était encore tôt, le soleil dépassait tout juste les arbres du jardin. En regardant par la fenêtre de la chambre je vis Jack, devant la porte d’entrée, une cigarette entre les lèvres…

Il fume maintenant ?

Je descendis en enfilant un pull et sortis. Jack tourna la tête vers moi et me sourit mais n’émit aucune parole.

  • J’veux juste prendre l’air un peu, tu m’accompagne ?

Il hocha la tête tout en continuant à fumer. On commença donc à marcher tous les deux entre les arbres.

J’aimais bien me balader un peu dehors le matin… mais maintenant j’étais obligée d’être accompagnée, par sécurité. Une chance que Jack soit là…

La rosée de l’aube était encore présente sur l’herbe du jardin, sur les arbres et les fleurs, une nature en éveille. Derrière moi la maison se distinguait à peine lorsque je me rendis compte que… j’étais seule.

Où est passé Jack ?

Je tournai sur moi-même mais ne le vis nulle part.

  • Jack ?

Je fus alors brutalement collée dos contre un arbre, le choc me coupa la respiration et mon cœur se mit à accélérer. Mais lorsque je levai les yeux je m’apaisai légèrement : Zach.

  • On t’as pas dis de pas sortir seule petite ?
  • Y’avait Jack avec moi.

Il fronça les sourcils mais fini par sourire et s’approcher, collant son corps brûlant contre le mien.

Putain… il peut pas s’en empêcher… la « discussion » avec Benjamin l’autre jour n’avait donc rien changé ?

Alors que j’allais protester, Zach eut un geste étrange : il se colla à moi le plus possible et approcha sa bouche de mon oreille :

  • On n’est pas seul Kayla… reste tranquille.

Pas seul ? Comment ça pas seul ? Jack ? Non… il ne l’aurait pas dit comme ça… comme si ça avait été… des ennemis.

Tout devient clair : Jack… il n’avait pas émis le moindre son ! Une illusion… ça avait été une illusion… pour m’éloigner de la maison et pour que je me retrouve seule… heureusement que Zach m’avait suivie dans un sens…

Tout se passa rapidement : Zach se retourna pour agripper le poing qui descendait pour l’assommer, il donna ensuite un coup de genou dans le ventre du vampire qui s’était approché.

  • Kayla rentre !

Je partis très vite, mais alors que je me dirigeai en courant vers la maison : deux hommes arrivèrent face à moi. Je m’immobilisai… si l’un d’eux était un vampire je n’avais aucune chance d’arriver à la maison : trop rapide pour moi. Il y avait au moins un faiseur de rêve… ils ne doivent pas me toucher

Je voulus courir sur le côté, tenter ma chance, mais l’un des deux hommes arriva rapidement et voulu m’attraper, je m’esquivai en me penchant mais il revient à la charge.

Je n’arriverais jamais à rentrer avec eux…

Alors que l’un des hommes était parvenu à me frapper dans les côtes, je m’esquivai mais glissai… je parviens à me rattraper d’une main sur le sol, évitant de tomber.

Il faut que je trouve le moyen de partir… ou de prévenir les autres… les animaux ! Comment demander à ce qu’ils préviennent les autres… ou viennent m’aider ?

La bataille reprit. Mais très vite tous s’immobilisèrent : un cri de loup… mais il ne provenait pas de la maison, ce n’était donc pas l’un des garçons… Les deux hommes face à moi se raidirent en apercevant mon sourire… de vrais loups. Je me redressai et les deux hommes se regardèrent… comme craintifs. Ils m’attaquèrent pourtant, avec plus d’entrain qu’avant, peut-être pour profiter que les loups ne soient pas encore là…

Deux loups s’approchèrent, l’un sauta sur le dos de l’un des deux hommes alors que l’autre partait vers la maison.

L’homme restant m’agrippa par le cou et enfonça son poing dans mon dos, m’obligeant à me cambrer et plier les genoux pour ne pas avoir le dos cassé. Le loup était toujours contre l’un des hommes, Zach se battait plus loin contre deux autres hommes. Ils étaient donc quatre.

Je serrai les dents mais vrillai mon dos pour pouvoir me retourner, obligeant l’homme à me lâcher.

Le loup fut projeté contre un arbre, alors l’homme contre lequel il se battait s’avança pour l’achever mais un autre loup, beaucoup plus gros, bleu, se jeta sur lui… Will…

La totalité du groupe arriva. Zayn vient rapidement vers moi. Je ne compris pas immédiatement ce qu’il se produisit… Zayn me prit dans ses bras mais sembla s’effondrer au même instant. Qu’avait-il ? Je levai les yeux pour le regarder mais ne pus croiser son regard, ses paupières étaient closes.

Les quatre hommes partirent rapidement, ne faisant plus le poids.

Zayn tomba à genou, je tombai avec lui, m’accroupis avec panique. Le vampire semblait mal… vraiment mal.

  • Zayn ?

Ma voix tremblait. Le vampire poussa un long soupire de douleur et j’aperçus alors le poignard… planté dans son dos. Zach vient très vite pour m’aider à le soutenir, à le maintenir assis. Les autres vinrent autour de nous, Xann fit un signe et Malec et Camel vinrent porter le vampire.

J’allai les suivre mais j’entendis un couinement qui me fit tourner la tête : le loup. Je m’approchai de l’animal rapidement et passai ma main au-dessus de lui pour le soigner. Il se redressa mais partit très vite alors que moi je suivais les autres.

Zayn…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Kati Mogo
Les nouvelles de Kati Mogo trouve leur origine en Afrique Tropicale. Dans cette première nouvelle, la Madone d'Etam-Kouma, c'est l'histoire d'un couple, promis à se dire oui, sur lequel pèse une menace.
4
4
18
5
jean-paul vialard


Fin d’après-midi, début de soirée
Ménésian a décidé de faire un détour par la Place Denfert-Rochereau, puis regagnera la Rue Visconti par le Boulevard Raspail. Il marche à petits pas, histoire de faire durer le plaisir. Il repense au Professeur Dutilleux. Il la voit nettement placée derrière lui lors des séances d’analyse. Il entend sa respiration souple, il observe le gonflement de sa poitrine qui se reflète sur la lampe en cuivre de son bureau : deux magnifiques globes, deux Jupiter dans le ciel lumineux d’été. Il voit le croisement de ses longues jambes gainées de soie, le golfe de ses hanches, la plaine douce de son ventre. Tout ceci il le voit d’une manière distincte, quasi-magique. Il n’y a qu’une chose qu’il ne ‘voit’ pas, les paroles qu’elle a proférées qui évoquaient sa santé, ses probables séquelles. Tout a été gommé soudain, une vitre embuée sur laquelle passe un chiffon tueur de signes. En réalité Ménésian ne peut se souvenir de son amnésie puisqu’il est amnésique. C’est un peu une double peine, un genre de parole jetée en écho qui ne trouverait de paroi pour la réverbérer. Tout ce qui s’approche, se présente, insiste dans son être est irrémédiablement jeté au plus profond de vastes et sombres oubliettes. Ménésian est à nouveau dans la Rue Cabanis, puis dans le Passage Dareau, puis Rue de la Tombe-Issoire. Mais aucune rue ne subsiste dont il pourrait se souvenir du nom. Et, au titre de cette fuite à jamais des noms, il déambule et déambule à nouveau, parcourant derechef ces rues, comme si elles étaient inconnues, qu’elles conduisaient en direction de territoires encore indéchiffrés. C’est tout de même curieux cette perte de soi à même le labyrinthe des rues. C’est Thésée mais sans le fil d’Ariane. C’est Thésée prisonnier pour toujours dans une manière de face à face éternel dont nul ne peut connaître l’épreuve qu’au risque de sa propre folie.
0
0
0
1
Défi
La Vi-e
Défi 36 : Et si le passé travaillait dans le bar d'à côté ?


Ici vous devrez écrire une histoire courte ou une nouvelle ( ou quoi que se soit ) par rapport à un bar.

Laissez place à votre imagination.
Il n'y a pas de genre imposée, du coup à vos stylos.
1
2
25
6

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0