Chapitre 27 Leur passé

6 minutes de lecture

La conversation se poursuivit dans le calme. On mangea les restes, personne ne s’y opposa, ils devaient sentir que je n’avais pas la tête à faire à manger. Je montai très vite dans ma chambre, faisant simplement un signe à tous pour dire bonne nuit.

Lorsque j’ouvris mon placard je souris à la vue des affaires de Benjamin. C’était plus prudent, un frisson d’horreur me parcouru le dos à l’idée que Zach me rende visite la nuit, il n’oserait pas avec Benjamin.

Je me changeai avant que le vampire ne monte, lui volant une chemise puis m’installant dans le lit. Mais je préférai rester assise, à regarder par la fenêtre. Non seulement j’avais quitté ma famille un peu précipitamment, mais maintenant je me retrouvai en compagnie de trois vampires qui avaient essayé de me tuer, dont un qui voulait me violer également. Tout ça en à peine un mois. Et le BAC qui arrivait.

Je m’endormis avant que Benjamin n’arrive, mais le lendemain je me levai avant lui. La matinée fut calme, certains n’étaient même pas réveillé lorsque je partis préparer à manger.

Très vite, la porte de la cuisine s’ouvrit pour laisser entrer Camel, Benjamin et Scott…

Les trois alphas ? Que me voulaient-ils ?

  • Il faut qu’on parle sérieusement.

Je continuai à préparer le repas tout en les écoutant.

  • Après l’incident avec ce David il va falloir te surveiller encore plus, ils savent qui tu es et ils cherchent à t’avoir avec eux à tout prix.

Je regardai les trois garçons avec inquiétude :

  • Mais pourquoi ? Je ne suis pas la seule mage de la nature quand même… ?

Ils se regardèrent et Benjamin soupira :

  • Non tu n’es pas la seule… mais les autres sont généralement reclus au fin fond du monde et ont déjà bien vécu, même avec un retournement de cerveau Leight ne les mettra pas de son côté, tu es… la plus simple à avoir.
  • Parce que je suis jeune…
  • C’est ça.

Je baissai les yeux et retournai à mes frites. Camel fini par s’approcher en regardant les deux autres :

  • On verra ça plus tard. Vous pouvez nous laisser ?

Benjamin et Scott sortirent donc alors que j’allai mettre les frites à chauffer. Camel s’appuya sur la table en me regardant :

  • J’ai parlé à Zayn, il est autant protecteur avec toi parce qu’il sait de quoi Zach est capable.
  • Je sais, pourquoi tu me dis ça ?
  • Pour ne pas qu’il y ait de malentendus.
  • Il n’y en aura pas, on est amis.
  • C’est parfait alors, et si Zach tente quoi que ce soit, dis-le à Benji, Scott ou moi.
  • Oui ne t’en fais pas.

Il passa un bras autour de mes épaules et m’entraîna hors de la cuisine. Le temps que le repas cuise, on retourna donc avec les autres. Tous étaient dans le salon, des bières à la main. Je m’assis aux côtés de Benjamin et Malec, mon cousin me tendit une canette et me souris.

  • La p’tite boit de l’alcool… tiens donc.

Personne ne s’intéressa à cette remarque de Zach et on entama plutôt une autre conversation. Ce fut Xann qui commença :

  • Donc si j’ai bien compris, on va devoir la protéger encore plus ?
  • Oui, Leight va chercher à l’enlever.
  • Le mieux serait de lui apprendre à se défendre.
  • On a déjà commencé.

Les propositions fusèrent. Neil était même prêt à sécher certain cours pour ne jamais que je sois seule. Ils décidèrent qu’il y aurait toujours au minimum deux personnes dans la maison en plus de moi ou même sans moi, que deux autres viendraient nous chercher, Loriell et moi, à la sortie des cours, que je ne devais pas sortir seule ; même si je ne le faisais pas avant ; et que je dormirais toujours avec quelqu’un : Benjamin en l’occurrence.

Les cours de « défense » commencèrent donc. Chacun m’apprenait ce qu’il savait faire de mieux. Je continuai à apprendre la discrétion avec Jack, l’agilité avec Shane, prévoir les attaques de l’ennemi avec Xann et Will, le contrôle de soi avec Loriell et Zayn, utiliser la force de l’adversaire avec Neil et Malec, immobiliser n’importe qui avec Scott, savoir frapper au bon endroit avec Melvyn et Benjamin… quant à mes pouvoirs, c’est seule que j’apprenais.

Mercredi, j’étais allongée dans l’herbe dans le jardin derrière la maison. Contrairement à l’avant, c’était couvert d’arbre, une petite forêt privée. Nous étions en début d’après-midi, je venais de manger mais j’étais encore fatiguée de ma séance du matin avec Xann et Will…

  • On t’a pas dit de pas sortir seule ?

Je me redressai pour regarder Ray. Le vampire sourit et s’assit face à moi. Je poussai un soupire :

  • Tu sais pas comment c’est énervant d’être toujours surveillée.
  • C’est pour ton bien.
  • Je sais, mais j’étouffe.
  • Si tu préfères risquer ta vie…
  • Ils ne viendraient pas jusqu’ici m’attaquer quand même ?
  • Ils en sont capables.

Je fis la moue et me rallongeai.

  • Quand est-ce que tout cela va finir ?
  • Quand Leight sera mort je l’espère.

Il s’allongea à côté de moi, croisant ses bras derrière sa tête pour regarder le ciel. Finalement, je me tournai sur le côté et l’observai. Ce grand blond aux yeux verts avait toujours une apparence calme, sereine, il devait savoir parfaitement bien se contrôler…

  • Tu as quel âge déjà ?

Il parut d’abord étonné mais fini par sourire :

  • 1450.
  • Plus un vampire est vieux mieux il arrive à se contrôler ? Scott et toi vous avez l’air d’y parvenir à la perfection…
  • Je n’ai que 82 ans d’écart avec Zach… donc non, mais c’est vrai que ça joue, on apprend à faire abstraction des odeurs par exemple, après selon le caractère, certain se contrôlent plus ou moins.
  • Est-ce que certain arrivent à se contrôler dès la transformation ?
  • C’est très rare…

Il leva les yeux vers moi, intrigué :

  • Pourquoi ces questions ?

Je détournai le regard :

  • Ça fait un moment que j’y réfléchi… devenir un vampire ce n’est pas une si mauvaise chose…

Un sourire se dessina sur son visage et il se redressa :

  • Boire du sang minimum trois fois par jour, vivre éternellement, ne plus voir son corps changer, ne presque plus pouvoir faire d’enfant… tu trouves que c’est une bonne chose ?
  • C’est vrai que je ne supporte pas trop la vue du sang… mais je pourrais m’y faire, sinon pour les enfants ce n’est pas non plus impossible d’en avoir… si ?
  • Non, mais c’est rare, ce n’est pas à moi de parler de ça avec toi et ce n’est pas avec moi que tu dois prendre cette décision.
  • Je sais… Benjamin hésite à le faire, mais les autres…

Il se rallongea :

  • Benji, Zayn et Melvyn sont des mecs bien, les autres je ne sais pas, mais eux ils sont intelligents, s’ils tiennent vraiment à toi tu peux les convaincre… par contre pour choisir qui va le faire c’est autre chose.
  • Pourquoi ?
  • Ça fait mal…

Je m’allongeai sur le ventre, perplexe :

  • Vraiment beaucoup ?
  • Il y a plusieurs étapes, la première c’est la mort…
  • La… mort ?

Il se mit à rire, certainement que ma voix et ma tête devaient être très étonnées, en même temps, apprendre qu’on mourrait puis revenait à la vie c’était encore un peu surprenant pour moi…

  • Oui, la mort. On souffre, le temps que le… poison on va dire, se repende dans tout le corps, puis il atteint le cœur, en dernier, là il y a une immense souffrance et le cœur cesse de battre.
  • Mais il repart après ?
  • Bien sûr, en fait, la transformation change un à un tout tes organes, le cœur en premier, pendant la pseudo-mort, tes autres organes principaux changent, ça tu ne le sens pas.
  • Ok… et après ?
  • Après tu te réveilles, ça fait un peu bizarre… mais tu te sens pas vraiment différent, et au passage, toutes tes blessures se sont refermées.
  • Sérieux ? C’est bien ça.
  • Ça ne le fait que pour la transformation, la peau se change aussi donc elle referme les blessures.

J’hochai la tête, donc techniquement, la morsure qui nous a transformés se referme et ne laisse aucune cicatrice. Ray tourna la tête vers moi :

  • Autre chose, les vampires quand ils sont blessés, ne peuvent pas avoir de cicatrice.
  • Comment ça ?
  • On se blesse, ça met un certain temps pour se refermer comme normalement, mais ça ne laisse jamais de traces.
  • Donc toutes les cicatrices que vous avez c’était avant votre transformation ?
  • C’est cela.
  • Zayn se battait donc déjà beaucoup avant…
  • Oh que oui, souvent avec son frère.

On se mit alors à discuter de leur ancienne vie, enfin un qui acceptait d’en parler !

Le dimanche je faisais une pause dans les entraînements pour la journée. Ils m’avaient épuisée toute la semaine…

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
SophieFantasy29
Père et noel
3
2
2
0
Sylvain Chanson
Alice est un reporter qui met le doigt là où ça fait mal. Et ces petites nouvelles retracent ses reportages.
5
2
2
10
Captainbrowni

Onde lascive
Sur un reflet de Lune,
Miroir d'eau.
6
5
0
0

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0