Chapitre 23 Discrétion

3 minutes de lecture

10 heures, je suivis Loriell jusque dans une salle de musculation. Mais on fut séparé en plusieurs groupes de travail. Au final je m’en sortais plutôt correctement. Mais en fin de séance, alors que je peinais à soulever des poids ; faut dire que c’était lourd et que je n’avais plus aucune force ! ... Un garçon vint m’aider à reposer la barre et les poids correctement. Ça paraissait tellement facile pour lui. Plutôt beau garçon, musclé à souhait et de grande taille… enfin par rapport à moi : 1 mètre 80 peut-être. Ses cheveux étaient châtains et ses yeux couleur noisette…

  • Je m’appelle David. T’es nouvelle ?
  • Oui, Kayla.

Il m’aida alors un peu à ranger les poids… Tout lui semblait léger. Ok il était musclé mais à ce point…

Loriell n’avait pas encore fini lorsqu’on sortit de la salle, j’attendis donc et David resta avec moi :

  • T’étais où avant ?

Toujours cette question putain…

  • Dans un lycée de Paris.
  • Et pourquoi t’es venu ici ?
  • C’est compliqué et… j’ai pas envie d’en parler.
  • Je vois, désolé… Mais dis-moi t’as quel âge ?
  • 17 ans pourquoi ?
  • Tu fais beaucoup plus mature ! Sans vouloir te vexer.
  • Ah ouai ? Tu me donnais combien ?
  • 19.
  • A quand même.
  • Franchement les filles matures dans ce lycée y’en a pas beaucoup.
  • J’avais pas eu cette impression moi…
  • Les filles comme toi je veux dire.
  • Comme moi ? C’est-à-dire ?

C’est alors que Loriell sortit, David ne continua pas la conversation et partit en me saluant.

  • C’était qui ?
  • Un mec sympa.

Je souris à Loriell et on partit tous les deux rejoindre Neil pour manger.

La journée passa. Une fois rentrée je filai dans la salle de bain collective, en maillot bien sûr, pour me détendre.

Après le sport… un bon bain pour détendre chaque muscle… Mais je fus surprise de voir Jack me rejoindre dans l’eau.

  • Les autres ont commencé ton apprentissage il parait ?
  • Ouep.
  • J’ai des choses à t’apprendre aussi.
  • Comme quoi ?

Il sourit puis sortit de l’eau pour fouiller dans ses affaires. Le loup revient avec un bandeau noir dans les mains.

  • T’as confiance ?

J’hochai lentement la tête et il s’approcha donc pour me bander les yeux.

Une fois ma vue complètement endormie je l’entendis s’éloigner, puis plus un bruit…

  • Jack ?
  • Je suis là.

Je sursautai en entendant sa voix derrière moi.

Comment avait-il fait pour se déplacer sans que je ne le remarque ?

  • Dans l’eau il est très difficile de se déplacer sans faire de bruit.
  • Tu viens de le faire…
  • C’est ma spécialité, la discrétion.

J’hochai la tête.

  • Essaye de savoir où je suis…
  • Comment tu veux que je fasse si tu fais pas de bruit ?
  • Commence par te taire.

Je souris : autoritaire le petit garçon timide… décidemment il cachait bien son jeu.

  • Je suis si discret que je ne fais aucun bruit tu as raison, il faut donc trouver autre chose.

Je réfléchis, à par l’ouï… le toucher peut-être ? Mais oui ! Les vagues lorsqu’il se déplaçait. Je souris donc et me tournai exactement face à lui.

  • Bien, t’es très douée on dirait, il faudra t’entraîner à ça hors de l’eau mais on verra plus tard.

Il revient vers moi pour m’enlever le bandeau.

  • Maintenant c’est ton tour.
  • De ?
  • D’être discrète.

Je souris et lui attachai le bandeau sur les yeux.

Cette petite leçon dura une bonne heure durant laquelle il m’apprit à ne pas faire de bruit. Plutôt utile.

On sortit pour se sécher et j’enfilai une mini-combinaison, soit short en bas et débardeur en haut, puis on descendit dans le salon.

Alors que tous étaient fatigués, qu’on montait vers les chambres, Xann me retient par le bras pour m’entraîner jusque dans sa chambre.

  • Comment ça se passe avec Zayn ?

Je souris :

  • Ça va il a compris qu’il ne devait pas jouer, mais pourquoi tu me demande tu pourrais le savoir ?
  • Non parce qu’il n’arrête pas de penser qu’il a très envie de toi…

Je me raidis et détournai le regard. Xann croisa ses bras sur sa poitrine, me regardant sérieusement :

  • J’irais lui parler si tu veux, je voulais juste m’assurer qu’il n’avait rien tenté…
  • Non pas pour l’instant…
  • Tu sais que ça ne sert à rien de me mentir.

Je soupirai :

  • Mais tu sais ce qu’il s’est passé donc ça sert à quoi que je te raconte ?
  • Je sais juste qu’il s’est passé quelque chose…
  • L’autre jours dans la piscine… quand vous êtes tous sortis il m’a embrassée.
  • Et ?
  • Et il a reçu une baffe puis s’est calmé, c’est tout.
  • Je vois… bon vient me reparler s’il y a autre chose.

Lorsqu’il me laissa sortir je me rendis dans la chambre de Benjamin, sans un mot on s’allongea ensemble jusqu’à s’endormir. Je pouvais dormir seule maintenant… mais j’aimais bien être avec quelqu’un, que ce soit lui ou Zayn, je dormais toujours mieux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0