Chapitre 22 Amitié

4 minutes de lecture

J’étais immobile, attendant le départ. Malec était face à moi sous sa forme de loup, à ma droite, Will, et à ma gauche Zayn. Pour le moment l’exercice était de les éviter tous les trois… Ce ne fut pas si simple que je l’aurais cru, ils me foncèrent dessus en même temps ! Voilà comment je me retrouvai au sol, plaquée par les puissantes pattes de Malec. J’avais tout de même tenu quelque minute…

Il faut bien avouer qu’en fin de journée je n’en pouvais plus ! Après avoir mangé une bonne dose du repas que j’avais préparé, je partis directement dans ma chambre et m’allongeai sur mon lit, sur le ventre.

Je ne sentis la présence de Zayn qu’au moment où il s’assit sur moi.

  • On y a peut-être été un peu trop fort…
  • Vous m’avez tuée…

Je l’entendis rire. Par des gestes contrôlés, Zayn remonta mon t-shirt pour ensuite placer ses mains dans le bas de mon dos. Je souris alors qu’il commençait à me masser. Je fini par engager la conversation ; surtout pour ne pas qu’il arrête ses massages je dois bien l’avouer :

  • Je peux te poser une question ?
  • Tout ce que tu veux.
  • Pourquoi tu ne fais que collectionner les filles… pourquoi tu ne t’attache pas ?

Il y eut un léger silence, comme s’il hésitait à répondre :

  • En fait… je me suis attaché une fois, lorsque j’étais encore humain, j’ai été très déçu.
  • Que s’est-il passé ?
  • Elle a voulu me tromper. Enfin bon après cette relation j’ai été transformé, mon frère aussi… et quand on est immortel et qu’on voit mourir des amis… on n’a plus trop envie de s’attacher.
  • C’est pour ça que vous bannissez tout contact avec les humains… enfin que vous essayez.
  • Oui, certain ont du mal mais on s’habitue à force.

Il y eut un autre silence avant qu’il n’arrête ses massages :

  • Ne le dis à personne mais je soupçonne même Benji d’hésiter à te transformer.

Je me raidis et me retournai pour le regarder. Il semblait sérieux… Mais il finit par sourire :

  • Moi je pense que ce serait une bonne idée. Comme pour Xann et Loriell d’ailleurs.

Je fis la moue. Il n’avait pas tort… Je finirais un jour par mourir… et peut-être que je pourrais mieux me défendre ainsi après tout…

  • Pourquoi il hésite ?
  • La transformation est pas très agréable, et puis une vie d’immortelle est assez difficile. Mais tu en parleras avec lui.

Il se pencha un peu sur moi :

  • Je peux rester dormir ?

Je souris :

  • Première fois que tu me demande.
  • J’ai reçu une baffe pour t’avoir embrassée alors… je préfère être prudent maintenant.

Je n’en étais pas fière de cette baffe… mais je fini par rigoler. Zayn se redressa alors, se retrouvant assit sur moi. Dans un sourire charmeur il remonta son haut.

Je rigolai encore plus alors qu’il murmurait très légèrement un air de strip-tease. Mais je perdis mon sourire lorsque Zayn, torse nu, se repencha sur moi et d’une main, remonta un peu plus mon haut.

  • Là non… arrête.

Il rigola mais ne s’arrêta pas pour autant. Voyant que c’était juste pour m’embêter je souris et roulai sur le côté pour l’empêcher de me déshabiller. Le vampire rigola une fois de plus et, passant ses deux bras autour de moi, essaya de me retourner.

  • Aller… enlève-moi ça !
  • Non !

Je fus prise d’un fou rire alors que Zayn commençait à me chatouiller les côtes.

  • Non ! Arrête ! T’as pas le droit !

Mais le vampire rigola de plus belle.

On finit par tomber tous les deux du lit à force de chahuter, alors je me retrouvai allongée sur le torse du vampire.

Après un court instant de surprise dut à la chute, on rigola tous les deux. Finalement le vampire nous fit rouler sur le côté.

Me voilà bien embêtée… allongée par terre, bloquée sous le corps de Zayn… et lui qui me regarde comme s’il allait me… m’embrasser…

Zayn sourit à la vue de mes joues rouges mais resta immobile sur moi, ne tentant rien.

Je fini par détourner le regard :

  • Pourquoi t’es comme ça avec moi ?

Il s’éloigna légèrement :

  • Je t’aime bien, c’est tout, et puis Xann et Camel m’ont juste prévenu de ne pas m’amuser avec toi, ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas être ami.
  • On dirait quand même que tu me drague.
  • Ça je ne peux pas m’en empêcher, je suis comme ça avec toutes les belles filles.

Il se redressa alors puis se leva en m’aidant à l’imiter. On retourna sur le lit et Zayn m’obligea à m’assoir contre lui, ma tête sur son épaule.

  • Et puis autant qu’on s’entende bien puisqu’on va passer un moment ensemble.
  • C’est sûr…

Plusieurs minutes de silence passèrent… jusqu’à ce que le vampire me prenne par la taille et m’oblige à m’installer correctement dans le lit, sur son torse.

  • T’as d’autres questions ?
  • Non pas pour le moment.

Il me sourit et me prit le menton pour qu’on se regarde.

  • Tout ce que je voulais dire c’est que tu peux avoir confiance en moi… sauf quand j’suis bourré je l’admets.

Je souris et l’embrassai sur la joue avant de m’allonger sur son torse.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Kati Mogo
Les nouvelles de Kati Mogo trouve leur origine en Afrique Tropicale. Dans cette première nouvelle, la Madone d'Etam-Kouma, c'est l'histoire d'un couple, promis à se dire oui, sur lequel pèse une menace.
4
4
18
5
jean-paul vialard


Fin d’après-midi, début de soirée
Ménésian a décidé de faire un détour par la Place Denfert-Rochereau, puis regagnera la Rue Visconti par le Boulevard Raspail. Il marche à petits pas, histoire de faire durer le plaisir. Il repense au Professeur Dutilleux. Il la voit nettement placée derrière lui lors des séances d’analyse. Il entend sa respiration souple, il observe le gonflement de sa poitrine qui se reflète sur la lampe en cuivre de son bureau : deux magnifiques globes, deux Jupiter dans le ciel lumineux d’été. Il voit le croisement de ses longues jambes gainées de soie, le golfe de ses hanches, la plaine douce de son ventre. Tout ceci il le voit d’une manière distincte, quasi-magique. Il n’y a qu’une chose qu’il ne ‘voit’ pas, les paroles qu’elle a proférées qui évoquaient sa santé, ses probables séquelles. Tout a été gommé soudain, une vitre embuée sur laquelle passe un chiffon tueur de signes. En réalité Ménésian ne peut se souvenir de son amnésie puisqu’il est amnésique. C’est un peu une double peine, un genre de parole jetée en écho qui ne trouverait de paroi pour la réverbérer. Tout ce qui s’approche, se présente, insiste dans son être est irrémédiablement jeté au plus profond de vastes et sombres oubliettes. Ménésian est à nouveau dans la Rue Cabanis, puis dans le Passage Dareau, puis Rue de la Tombe-Issoire. Mais aucune rue ne subsiste dont il pourrait se souvenir du nom. Et, au titre de cette fuite à jamais des noms, il déambule et déambule à nouveau, parcourant derechef ces rues, comme si elles étaient inconnues, qu’elles conduisaient en direction de territoires encore indéchiffrés. C’est tout de même curieux cette perte de soi à même le labyrinthe des rues. C’est Thésée mais sans le fil d’Ariane. C’est Thésée prisonnier pour toujours dans une manière de face à face éternel dont nul ne peut connaître l’épreuve qu’au risque de sa propre folie.
0
0
0
1
Défi
La Vi-e
Défi 36 : Et si le passé travaillait dans le bar d'à côté ?


Ici vous devrez écrire une histoire courte ou une nouvelle ( ou quoi que se soit ) par rapport à un bar.

Laissez place à votre imagination.
Il n'y a pas de genre imposée, du coup à vos stylos.
1
2
25
6

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0