Chapitre 16 Nouvelle lune

4 minutes de lecture

Jeudi, un jour férié, je ne me levai qu’à 11 heures, même si c’était encore tôt, je descendis au salon. Seul Melvyn, Camel, Benjamin et Malec étaient debout, ils discutaient dans les canapés.

Je viens m’asseoir sur les genoux de Benjamin et pris un cookie qui restait de la veille.

  • Bien dormi Kay’ ?
  • Oui et vous ?
  • Ça va…

Camel se pencha vers nous, sérieux :

  • On doit parler d’un truc…

Tous se turent pour l’écouter :

  • Lundi, tu ne dois pas être dans la maison.

Je souris :

  • Neil m’a dit oui, une nouvelle lune.
  • C’est ça, je pense que Benji va t’emmener ailleurs dimanche et que vous reviendrez mardi.
  • Et les cours ?
  • Tu y vas quand même, il t’emmène et te ramène, de toute façon Neil n’y va pas.
  • Logique…

Après le repas du midi, chacun partit s'occuper. Benjamin, Will et Melvyn partirent à Paris se renseigner sur des disparitions. Shane se reposait, elle semblait ne pas avoir dormi, Xann non plus, peut-être avaient-ils discuté toute la nuit ? Camel aussi s'était isolé, mais dans un bureau à l'étage, j'ignore pourquoi. Moi je n'avais rien à faire.

Où étaient les autres ?

Depuis le salon je pouvais entendre des rires. Alors j'allai dans l'entrée puis poussai une porte : un autre salon emplit surtout de canapés mais avec également un billard et un baby-foot, une salle de jeux ? Ils ne se refusaient rien décidément...

  • Tu viens jouer avec nous Kay' ?

C'était Neil, assis avec Malec et Jack dans les canapés. Ils tenaient tous une manette et fixaient l'écran. Je m'approchai après avoir fermée la porte.

  • Où est Zayn ?

Neil sourit et mit la partie en pause pour se tourner vers moi :

  • Quoi t'as un truc à lui dire ?
  • Non... c'est juste que je sais pas où il est.
  • Et tu t'inquiètes pour lui ?

Malec le poussa brusquement avant de me regarder :

  • Il discute avec Xann dehors.

J'hochai la tête et vient m'asseoir avec eux. On commença une nouvelle partie.

L'après-midi se passa ainsi.

Dimanche, j'étais dans la voiture, j'attendais Benjamin qui discutait dehors avec Xann. Dès qu'il fut à l’intérieur je le regardai :

  • Il avait quoi de si important à te dire ?
  • Je t'expliquerai tout à l'heure.
  • En tout cas on dirait qu'il joue le rôle de juge dans la bande.
  • C'est un peu le cas, on ne peut pas être objectifs s'il y a un problème nous.
  • Pourquoi ?

Il laissa un petit silence, comme s'il réfléchissait.

  • Dans les films ou les livres, vampires et loups sont toujours ennemis non ?
  • Oui.
  • C'est vrai dans la réalité, enfin ce n'est pas une question de clan.
  • Alors c'est quoi ?
  • Chez les loups il est très rare que l'un se retrouve sans meute. Une meute c'est un alpha et des bêtas. Si deux meutes se croisent ça peut être tendu même s'ils évitent de se battre, deux alphas ont du mal à se supporter.
  • C'est pareil avec les vampires ?
  • Non on n'a pas vraiment de meute, un bêta peut se débrouiller tout seul. Mais un vampire bêta a un esprit plus fort qu’un loup bêta ou alpha.
  • Donc c’est comme s’il était un alpha pour eux ?
  • Oui mais sans pouvoir diriger qui que ce soit.

Je souris :

  • Donc Camel et toi vous vous en sortez bien.
  • Quand t’es arrivée on s’est battu… mais sinon oui, en général Xann est avec nous quand on a des problèmes à régler.

Arrivé à une maison, Benjamin coupa le moteur avant de se tourner vers moi :

  • Camel a choisi cette maison parce qu’il n’y a pas de loups dans les alentours.
  • Normal.
  • Bon, on s’installe et ensuite on discute.

On sortit donc de la voiture et il prit les deux petits sacs du coffre, moi je me saisis de mon sac de cours sur le siège arrière. La maison n’était pas très grande mais cela suffisait pour juste un week-end. Après avoir posés les affaires, Benjamin m’entraîna vers le salon dans les canapés :

  • Bon… Xann lit les pensées tu le sais ?
  • Oui.
  • Donc il est au courant de tout sur tout le monde.

Je croisai mes bras, attendant de voir où il voulait en venir. Il finit par soupirer :

  • Camel a une règle importante dans le groupe même si elle n’est en partie plus d’actualité.
  • Dis-moi tout clairement au lieu de tourner autour.
  • On ne devait pas ramener de fille déjà, pour ne pas créer de jalousie. Moi je n’avais pas le choix.
  • C’est un problème avec Camel donc ?
  • Non, il a accepté que tu restes mais a chargé Xann de surveiller les pensées des autres…
  • Et donc ?
  • Tu sais, certains garçons aiment… collectionner les belles filles…

Je soupirai et le coupai :

  • Bon tu vas me dire de qui il s’agit ?
  • Zayn…

Je me raidis. Oui j’avais remarqué un peu son comportement. Alors il serait du genre à collectionner les conquêtes ? Benjamin soupira :

  • Xann lui a parlé. Ça pourrait entraîner des tensions dans le groupe alors on lui a dit d’éviter.
  • Vous lui avez dit de ne pas m’approcher quoi ?
  • Non, juste de ne pas jouer, il n’est pas du genre à faire du mal mais aime bien changer fréquemment de… plan cul. On ne veut juste pas que tu en soi un pour lui.
  • Je vois, s’il a compris il n’y aura pas de problème ?
  • Normalement, mais Xann voulait que je t’en parle.
  • Eh bien c’est réglé maintenant.
  • Oui, bon tu veux manger quoi ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Kati Mogo
Les nouvelles de Kati Mogo trouve leur origine en Afrique Tropicale. Dans cette première nouvelle, la Madone d'Etam-Kouma, c'est l'histoire d'un couple, promis à se dire oui, sur lequel pèse une menace.
4
4
18
5
jean-paul vialard


Fin d’après-midi, début de soirée
Ménésian a décidé de faire un détour par la Place Denfert-Rochereau, puis regagnera la Rue Visconti par le Boulevard Raspail. Il marche à petits pas, histoire de faire durer le plaisir. Il repense au Professeur Dutilleux. Il la voit nettement placée derrière lui lors des séances d’analyse. Il entend sa respiration souple, il observe le gonflement de sa poitrine qui se reflète sur la lampe en cuivre de son bureau : deux magnifiques globes, deux Jupiter dans le ciel lumineux d’été. Il voit le croisement de ses longues jambes gainées de soie, le golfe de ses hanches, la plaine douce de son ventre. Tout ceci il le voit d’une manière distincte, quasi-magique. Il n’y a qu’une chose qu’il ne ‘voit’ pas, les paroles qu’elle a proférées qui évoquaient sa santé, ses probables séquelles. Tout a été gommé soudain, une vitre embuée sur laquelle passe un chiffon tueur de signes. En réalité Ménésian ne peut se souvenir de son amnésie puisqu’il est amnésique. C’est un peu une double peine, un genre de parole jetée en écho qui ne trouverait de paroi pour la réverbérer. Tout ce qui s’approche, se présente, insiste dans son être est irrémédiablement jeté au plus profond de vastes et sombres oubliettes. Ménésian est à nouveau dans la Rue Cabanis, puis dans le Passage Dareau, puis Rue de la Tombe-Issoire. Mais aucune rue ne subsiste dont il pourrait se souvenir du nom. Et, au titre de cette fuite à jamais des noms, il déambule et déambule à nouveau, parcourant derechef ces rues, comme si elles étaient inconnues, qu’elles conduisaient en direction de territoires encore indéchiffrés. C’est tout de même curieux cette perte de soi à même le labyrinthe des rues. C’est Thésée mais sans le fil d’Ariane. C’est Thésée prisonnier pour toujours dans une manière de face à face éternel dont nul ne peut connaître l’épreuve qu’au risque de sa propre folie.
0
0
0
1
Défi
La Vi-e
Défi 36 : Et si le passé travaillait dans le bar d'à côté ?


Ici vous devrez écrire une histoire courte ou une nouvelle ( ou quoi que se soit ) par rapport à un bar.

Laissez place à votre imagination.
Il n'y a pas de genre imposée, du coup à vos stylos.
1
2
25
6

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0