Chapitre 14 Rêve

4 minutes de lecture

Les deux filles étaient plutôt sympas, l’une un peu folle mais ça allait, dans le bon sens du terme. L’autre fille était plus calme, plus réservée peut-être. Le garçon, totalement fou, mais tellement drôle ! A chaque occasion il lançait une blague.

Je fini par m’inquiéter de ne pas voir arriver de professeur, la sonnerie avait pourtant retentit depuis un moment.

  • T’en fais pas, il fume sa clope.
  • Il est toujours en retard ?
  • Oui.

Je rigolai intérieurement en voyant l’adulte que j’avais vu en arrivant au lycée : c’était donc lui le professeur, qui fumait ses cigarettes en une seconde.

Bon, cours de physique, rien à dire. Ce cours n’était pas exceptionnel. A vrai dire, ce prof ne l’était pas. Premier cours et je ne l’aimais déjà pas. Il semblait s’amuser à rabaisser les élèves.

A la sortie de physique je regardai mon emploi du temps : repas. Bon, la cantine. Une main se posa sur mon épaule : Loriell. Il me sourit.

  • Tu manges à la cantine ?
  • Oui, tu peux me montrer ?
  • Oui, viens.

Je le suivis donc. On descendit tout le bâtiment et on sortit par une porte assez lourde. On parvenait alors dans une cour de béton. Le lycée était donc constitué de cinq bâtiments, celui où j’avais été ce matin devait être celui des sciences.

Loriell me conduisit à un autre bâtiment, mais à l’entrée il ne me suivit pas :

  • Moi je mange chez moi, à toute à l’heure.
  • A toute.

J’entrai donc seule.

Le hall était déjà un peu bondé, tous les élèves se bousculaient aux pieds d’un escalier. Mais je sentis rapidement un bras autour de mes épaules et souris en levant les yeux sur Neil.

  • Alors ? Belle matinée ?
  • Ça allait.
  • Tu vas me raconter ça.

Enfin assit !

Le repas n’était pas non plus délicieux, bon, ça passe pour une cantine de lycée.

  • Alors, ta matinée.
  • Tranquille.

Il fronça les sourcils mais je soupirai.

  • En fait… j’ai déjà un peu des amis… en quelque sorte.

Il fit la moue et se pencha sur la table :

  • On t’a prévenue pourtant…
  • Oui, je sais, mais il faut bien que je garde contact, ça peut être utile.
  • Pas trop proche…
  • Oui. Je sais.
  • Et donc, Benjamin m’a dit apparemment que tu étais une bonne élève, les cours tu vas arriver à les rattraper ?
  • Oui t’en fais pas.

On discuta tout le long du repas.

Une fois finie on sortit et on se rendit dans le hall du lycée. Plusieurs personnes étaient déjà là, attendant la sonnerie. Finalement, Loriell nous rejoignit, mais le garçon semblait alors crispé, Neil avait perdu son sourire à son arrivé.

Que se passait-il ? Est-ce qu’ils se connaissaient ?

Le loup finit par me regarder sérieusement :

  • Évite ce garçon.
  • Pourquoi ?
  • Parce que.

Je fronçai les sourcils mais il ne m’en dit pas plus. Après un baiser sur ma joue, il partit rapidement. Loriell s’approcha de moi avec un léger sourire :

  • Un ami ?
  • Oui.

On alla ensemble en cours de philosophie, mais j’évitai alors ses questions. Même si je ne savais pas pourquoi Neil avait réagi ainsi, je devais sûrement me méfier.

La philosophie ennuyant ! Le garçon s’était mis juste derrière moi, il me collait décidément.

Je sentis à peine le contact sur mon cou que j’eus une irrésistible envie de dormir.

J’étais assise par terre, dans le hall du lycée. Regardant autour de moi, il n’y avait personne, j’étais seule. Je me levai.

  • Tu as l’air très fatiguée.

Je me retournai pour faire face à Loriell, il me souriait. Levant un bras, un papillon bleu vint se poser sur sa main.

  • T’aime les papillons ? Moi j’aime les papillons, surtout ceux-là, ils sont magiques…

L’évocation de la magie me fit penser à ce qu’il s’était passé avec Zayn. Alors le décor autour de nous changea, on se retrouva dans la chambre du vampire.

Là je m’étonnai à regarder la scène, exactement comme ça s’était passé, Zayn qui me bloque contre le mur, me caresse, et moi qui le repousse avec ma magie.

Mais Loriell était là ! Que se passait-il ?

  • Très intéressant… il est plutôt beau gosse celui-là, qui est-il ?

Le décor changea de nouveau alors que par cette question mes souvenirs remontèrent jusqu’à ma rencontre avec tout le groupe. Loriell observa la scène, attentif à la moindre parole.

Mais que se passait-il ?

Le garçon se tourna face à moi avec un immense sourire :

  • Depuis combien de temps les connais-tu ?

Je fronçais les sourcils :

  • Qui es-tu ?
  • Ah ça ma belle, tu le sauras très vite surtout maintenant que je sais qui tu es.

Mes yeux devinrent ronds : il savait qui j’étais ? De quoi ? Comment ?

Je me redressai sur ma chaise. Putain c’était un rêve ! J’étais toujours en cours de philo, ouf ! Je me retournai sur ma chaise, dans le fond de la classe près de la moitié des élèves dormaient, tous sauf Loriell. Ce dernier m’adressa un sourire et un petit signe de la main.

Qu’est-ce que ça voulait dire ? J’avais rêvé, ça ne s’était pas passé, non, il ne savait pas qui j’étais.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Taïk de Nushaba
... peut mieux faire !
... ou peu mieux faire ?
6
18
1
1
Océane D. River
« Jusqu’à présent, ma vie était simple au possible : je n’avais qu’à me préoccuper de mes études et tenter d’être sociable, ou du moins feindre de l’être. Mais du jour au lendemain, je me retrouve avec un enfant sur les bras. Un enfant, bordel ! »

Quand Thomas, mon ami d'enfance, revient frapper à ma porte après une si longue absence, tenant par la main un enfant, je ne soupçonne pas tous les secrets qui vont bientôt peser sur mes épaules. Moi, Linda, étudiante bien rangée, vais devoir sortir de ma bulle pour pouvoir m’occuper de Léo, ce jeune garçon renfermé dont j’ignore tout.

Entre souvenirs, contraintes et malentendus, le chemin jusqu’à la vérité semble semé d’embûches.

Jusqu’où cette histoire va-t-elle me mener ? Et au fond, qu'est-ce que je ressens vraiment pour Thomas ?
0
0
0
19

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0