Chapitre 11 Zayn

4 minutes de lecture

Il se faisait tard, demain j’ai cours, merde.

  • Moi je vous laisse les gars.

Zayn se pencha rapidement pour me prendre le poignet et me retenir :

  • Déjà ?
  • J’ai cours demain.
  • Oh aller… reste un peu avec moi.
  • Non.

Je me dégageai de sa main et partis de la pièce.

Vraiment trop confiant décidément.

Je restai éveillée dans mon lit pendant près de, trois heures.

Demain, nouveau lycée, nouvelle classe, nouveaux élèves, avec lesquels je n’aurais pas le droit de me lier d’amitié.

Et ma famille, tous m’avaient oubliée maintenant. Je n’avais plus que ce groupe de garçons, et Shane. Et ces vampires qui essayaient de me tuer, pourquoi déjà ? Parce que j’étais une mage rare ? Je ne sais même pas utiliser mes pouvoirs et voilà qu’on veut déjà ma mort.

Je soupirai et repoussai les draps de mon lit pour me lever. Je n’arriverai jamais à dormir.

Il n’y avait plus personne en bas et je n’eus donc heureusement pas à me justifier pour me rendre dans la cuisine. Tous avaient dû partir dormir.

Alors que, sur la pointe des pieds, je peinais à remettre un paquet de céréales à sa place, une main passa autour de ma taille et une autre vient prendre mon poignet pour m’immobiliser. Je me figeai. Un souffle chaud vient balayer la peau de mon cou.

  • Que fais-tu ?

Ce n’était que Zayn, toujours lui.

  • Rien.

D’un rapide mouvement il me retourna et me plaqua contre l’évier. Je retiens ma respiration, par crainte.

Nous étions seuls. Tous les autres dormaient certainement. Pourtant quelque chose m’empêchait d’avoir véritablement peur. Dans la lumière de lune traversant les fenêtres de la cuisine, les yeux émeraude de Zayn me paraissaient moins effrayants, son regard était doux, calme, magnifique.

Heureusement que Xann n’est pas là, avec ces pensées. Enfin, j’avais le droit de le trouver beau ! Ce n’était pas interdit, et ça ne voulait rien dire.

  • Pourquoi es-tu descendue ?

Il avait murmuré, comme par peur d’être entendu. Avec l’autorité de Camel en même temps, c’était compréhensible.

  • Ça ne te regarde pas, pousse-toi.

Je tentai tant bien que mal de l’éloigner de moi, sans résultat.

C’est qu’il avait de la force.

Avec un sourire amusé, Zayn me prise par la taille et me monta sur son épaule. J’aurais voulu crier mais ne préférai pas réveiller les autres, surtout que Camel s’énerverait. Alors je n’eus plus que mes poings et mes pieds, mais ça ne lui fit absolument aucun effet.

Insensible !

Sans que je ne puisse l’empêcher, je me retrouvai assise sur le lit de Zayn. Il alla fermer la porte de sa chambre puis revient vers moi. Le lit était sous la fenêtre, à ma gauche une porte menant à la salle de bain ; parce que oui chaque chambre avait sa salle de bain privée ; face à moi à gauche l’armoire et à droite le petit couloir menant à la sortie. Sortie que j’aurais voulu prendre si j’avais pu.

Zayn ouvrit son armoire et se tourna vers moi avec un sourire :

  • Alors ? Que faisais-tu en bas ?

Je croisai mes bras mais restai silencieuse. Il m’avait forcée à venir dans sa chambre et voulait encore que je réponde à ses questions ?

Il rêve ! Et puis même si ce n’était rien je ne voulais pas lui dire, oui, pour l’embêter.

Le vampire enleva son t-shirt, me laissant voir son torse musclé. A vrai dire, il est très bien foutu ! Ses épaules, presque aussi larges que son bassin, étaient carrées. Tous ses muscles étaient développés à souhait. Il s’entretenait au moins, musclé, une peau parfaite. Un corps pour le moins, parfait.

  • Arrête de me mater et réponds à ma question.

Je me sentis rougir et baissai les yeux sans pour autant répondre. Zayn enleva son pantalon et se retrouva en boxer devant moi. J’osai encore moins lever les yeux, il ne se gênait pas lui, je sentais même qu’il s’était approché.

  • Si tu n’réponds pas tu n’sors pas, c’est simple.
  • J’étais juste descendu manger, je peux sortir maintenant ?
  • Non.

Je levai sur lui des yeux énervés.

Il me cherche. Pourquoi voulait-il que je reste ?

Avec un immense sourire, il prit un jogging dans son armoire et le mit avant de revient vers le lit.

  • C’est quand on est stressé qu’on mange la nuit, pourquoi t’es stressée ?
  • Arrête ça un peu, j’ai pas envie de répondre, ça te regarde pas.

Je me levai pour me diriger vers la porte mais Zayn m’agrippa avant. Il me fit rapidement tomber sur le lit et bloqua mes deux mains en s’allongeant sur moi.

  • T’étais pas si confiante au début, hier.

Cette soudaine proximité serra ma gorge et je ne pus répliquer que par un regard terrorisé. Le vampire fini par rigoler. D’une main, il me souleva sur son épaule et écarta les draps du lit. Il s’assit ensuite puis s’allongea, me gardant immobilisée dans ses bras.

Il est sérieux ? Il voulait que je dorme avec lui ?!

Je tentai de m’éloigner, en vain. Zayn avait toujours ce sourire inscrit sur ses lèvres, il le fait exprès ! Il finit par me prendre les bras et me soulever légèrement pour me forcer à le regarder dans les yeux :

  • Maintenant t’arrêtes de bouger et tu dors, je sais que t’arrives pas à dormir toute seule.

Je restai muette.

Décidemment, il était, spécial. Presque agressif et voulant me bouffer devant les autres, gentil et doux lorsque l’on était que tous les deux.

J’hochai lentement la tête et il relâcha la pression sur mes bras.

A vrai dire, je l’aurais bien remercié pour ce geste, il était vrai que je n’arrivais pas à dormir, mais dans ses bras il y avait quelque chose de rassurant, d’apaisant. Je ne pouvais tout simplement pas être tendue ou mal à l’aise avec lui, dans ses bras. Alors ma nuit se passa ainsi, au chaud, dans le lit de Zayn, avec lui.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Taïk de Nushaba
... peut mieux faire !
... ou peu mieux faire ?
6
18
1
1
Océane D. River
« Jusqu’à présent, ma vie était simple au possible : je n’avais qu’à me préoccuper de mes études et tenter d’être sociable, ou du moins feindre de l’être. Mais du jour au lendemain, je me retrouve avec un enfant sur les bras. Un enfant, bordel ! »

Quand Thomas, mon ami d'enfance, revient frapper à ma porte après une si longue absence, tenant par la main un enfant, je ne soupçonne pas tous les secrets qui vont bientôt peser sur mes épaules. Moi, Linda, étudiante bien rangée, vais devoir sortir de ma bulle pour pouvoir m’occuper de Léo, ce jeune garçon renfermé dont j’ignore tout.

Entre souvenirs, contraintes et malentendus, le chemin jusqu’à la vérité semble semé d’embûches.

Jusqu’où cette histoire va-t-elle me mener ? Et au fond, qu'est-ce que je ressens vraiment pour Thomas ?
0
0
0
19

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0