Chapitre 10 Provocations

4 minutes de lecture

Nous étions tous dans le salon, sur les canapés. La discussion s’était portée sur les quatre vampires ennemis. Apparemment ils étaient de vieilles connaissances de Benjamin, Melvyn et Zayn.

  • Lorsqu’ils ont commencé à tuer des humains pour le plaisir on s’est séparé, c’est ensuite qu’on a rencontré Camel, Malec et Neil puis les autres petit à petit.

Personne ne remarqua alors que je commençais à sombrer, mes yeux se fermaient d’eux-mêmes… Personne sauf Zayn : il coupa toutes discussions d’une voix inquiète :

  • Benjamin.

Tous les yeux suivirent ses pupilles. Benjamin, comme si je n’étais qu’une plume, me souleva du canapé pour m’assoir sur ses genoux, me forçant à m’appuyer contre lui. J’avais alors les yeux fermés mais je ne dormais pas, j’écoutais tout en me reposant :

  • Sinon, Shane, pourquoi me cherchais-tu ?

La jeune femme regarda Xann :

  • Il y a peu je me suis intéressée à des événements particuliers dans le monde…

Tous devinrent attentifs au sujet, même Zayn qui me quitta enfin du regard.

  • … il y a surtout des humains aux comportements étranges. Des disparitions inexpliquées. La nature qui déraille…

Camel intervient :

  • J’en ai entendu parler en effet, tout cela est assez étrange. Pensez-vous qu’il s’agisse de magie ?
  • C’est mon avis, d’après mes observations il y a des êtres magiques derrière tout ça, mais je n’arrive pas à les localiser. Aussi les événements sont de plus en plus inquiétants.

Xann fronça les sourcils :

  • Quel rapport avec moi ?
  • Je voulais monter une sorte d’équipe pour agir.

Tous sourirent. Apparemment l’idée les intéressait.

Ce ne fût qu’après plusieurs dizaines de minutes que je me redressai lentement.

  • Tu te sens mieux ?
  • Oui.

Mon cousin me sourit. Je levai les yeux sur l’horloge se trouvant au-dessus de la cheminée. 19 heures. Je me levai donc sans rien dire et me rendis en cuisine. Les crêpes.

  • Tu veux de l’aide Kayla ?
  • Qui sait cuisiner ?

Le silence qui suivit me fit sourire.

C’est bien ce que je pensais.

Mais finalement, Jack me rejoignit. Ce garçon qui je n’avais encore jamais entendu parler. Il semblait assez réservé, renfermé. Avec son visage fin et bronzé et ses yeux marron brillant de timidités. Ce blond pur m’avait toujours paru calme jusqu’à maintenant.

  • Même si je suis pas forcément doué je peux t’aider un peu.
  • D’accord.

On commença donc tous les deux à préparer la pâte, c’était plutôt simple, mais même le geste pour mélanger les ingrédients, Jack avait du mal.

Au final je me retrouvai à couper du jambon pendant qu’il mélangeait.

  • Pourquoi tu parles rarement ?

Il sourit à ma question :

  • Je suis le plus jeune, en tant que loups j’entends. Alors j’ai beaucoup de mal à me contrôler du coup je reste un peu à l’écart par sécurité.
  • Tu te contrôle bien là pourtant.
  • Je viens de manger.

J’hochai la tête.

La porte de la cuisine s’ouvrit alors sur Benjamin. Mon cousin vient très vite derrière moi, me prenant par la taille et posant sa tête sur mon épaule pour regarder ce que je faisais.

  • Pour demain, on a réussi à faire entrer Neil dans l’école aussi, comme ça il pourra te protéger.

Je me retournai rapidement face à lui :

  • J’ai vraiment besoin d’être protégée ? Je croyais qu’il n’y avait pas de risque à l’école…
  • Ceux qui ont essayé de te tuer… ils pourraient revenir juste parce qu’ils ont échoué une fois.

Je soupirai.

Je ne pourrais donc jamais être tranquille ? Même au lycée.

Benjamin passa ses bras dans mon dos pour m’approcher de lui :

  • Il sera en BTS alors il ne va pas être tout le temps sur ton dos non plus, c’est juste une précaution.
  • D’accord.

Dans le salon, seuls Zayn, Malec, Xann et Neil étaient restés. Excepté Malec, tous étaient dans les canapés, face à une grande télé. Le loup à l’écart était près de la fenêtre, regardant dehors. Benjamin partit « chercher quelque chose » à l’étage, me laissant avec les autres. Voyant Neil zapper les chaînes pour trouver quelque chose d’intéressant, Jack proposa une idée :

  • Si on mettait un film avant de manger ?

Tous acquiescèrent. On alla donc vers les canapés. Mais alors que j’allai m’asseoir, Zayn s’étala, écartant les jambes pour prendre toute la place restante.

Il le fait exprès…

  • Zayn ? Je peux m’assoir ?
  • Non.

Du coin de l’œil je vis les autres sourirent. Les poings sur les hanches je me mise à dévisager le vampire.

C’est par le regard de Zayn que je me rappelai de ma tenue, juste un pull. Il me dévorait des yeux, voilà pourquoi il ne voulait pas que je m’asseye, peut-être pour m’embêter un peu aussi.

Bon puisqu’il provoque, autant le provoquer un peu aussi.

Sans gêne apparente, même si intérieurement je bouillais d’embarras, je m’assis, sur les jambes de Zayn.

Tous les garçons me regardèrent avec étonnement, Zayn y comprit, mais le sourire qui se dessina sur ses lèvres montra à quel point il aimait la situation.

Après tout il y avait les autres à côté alors je ne craignais rien.

Mais après avoir lancé le film, Zayn se permit de passer un bras autour de ma taille, alors il me colla à lui. La chaleur monta d’un cran, il était brûlant.

  • T’as pas trop peur que je n’me contrôle pas là ?

J’étais la seule à avoir entendu ce murmure du vampire, si près de mon oreille, Malec avait fermées les fenêtres, plongeant la pièce dans une certaine pénombre, s’il tentait quoi que ce soit, personne ne verrait rien.

Mais en réalité, je devinai que s’il faisait quelque chose se serait pour m’embêter, me gêner ou autre, il était ainsi.

Pendant le film, je fini par aller préparer les crêpes, alors on mangea tout en regardant la télé, tous ensemble cette fois. Zayn avait alors arrêté ses provocations avec moi, peut-être à cause de la présence de Benjamin et Camel.

J’avais tenu près d’une heure sur les genoux de Zayn ! Avant l’arrivée des autres. Avec ses provocations cela me paraissait étonnant. Il n’avait pas non plus abusé, juste quelques phrases bien placées à mon oreille, une fois une caresse mais je l’avais arrêté directement. Enfin, ça ne s’était pas si mal passé. Il semblait simplement du genre à aimer embêter les autres, que ce soit par des taquineries ou d’autre chose.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Taïk de Nushaba
... peut mieux faire !
... ou peu mieux faire ?
6
18
1
1
Océane D. River
« Jusqu’à présent, ma vie était simple au possible : je n’avais qu’à me préoccuper de mes études et tenter d’être sociable, ou du moins feindre de l’être. Mais du jour au lendemain, je me retrouve avec un enfant sur les bras. Un enfant, bordel ! »

Quand Thomas, mon ami d'enfance, revient frapper à ma porte après une si longue absence, tenant par la main un enfant, je ne soupçonne pas tous les secrets qui vont bientôt peser sur mes épaules. Moi, Linda, étudiante bien rangée, vais devoir sortir de ma bulle pour pouvoir m’occuper de Léo, ce jeune garçon renfermé dont j’ignore tout.

Entre souvenirs, contraintes et malentendus, le chemin jusqu’à la vérité semble semé d’embûches.

Jusqu’où cette histoire va-t-elle me mener ? Et au fond, qu'est-ce que je ressens vraiment pour Thomas ?
0
0
0
19

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0