Chapitre 8 Magie

4 minutes de lecture

Alors que la mage s’apprêtait à aider Melvyn, quelque chose nous percuta. Je ne compris pas immédiatement ce qu’il s’était passé. J’étais allongée, ma tête tournait. Je levai les yeux et mon regard croisa celui affolé de Will.

A ce moment, un intense tiraillement survient sur mon crâne : le vampire qui m’avait mordue me prenait par les cheveux. Alors il me tira vers les escaliers, m’entraînant à l’étage du dessous.

  • Will !

Mais le loup fut retenu par un autre vampire. Personne ne pouvait m’aider.

Le vampire me jeta contre le mur fait de vitres d’un restaurant. Mon dos heurta le verre qui se fracassa sous le choc. Je restai au sol, sonnée. Les douleurs qui me prenaient étaient si intense que mon corps refusait de bouger. Je sentais mon dos, mes muscles, cisaillé de toutes parts…

  • A nous deux maintenant, t’arriveras pas à t’enfuir une seconde fois ma belle.

Je levai lentement des yeux en larmes sur lui, le faisant sourire. Il s’accroupit et m’observa d’un air affamé.

  • Quel dommage pour une si belle fille.

Il me prit au niveau du cou et me souleva du sol. Ma vision devient rouge, se troublant à travers le sang coulant de mon front.

Un marteau était entré dans mon crâne et ne voulait plus en sortir. Je pouvais à peine le regarder. Et sa main brûlante sur mon cou… se resserrant lentement pour m’étrangler.

Mais cette douleur me parut insignifiante lorsqu’il me lâcha soudainement, me faisant tomber au sol, sur ma jambe droite. Je lâchai un cri de souffrance mais levai les yeux : le vampire n’était plus là.

Où est-il passé ?

Je n’attendis pas une autre occasion et me levai… ou du moins essayai. J’avais dû me casser quelque chose, mon poids sur ma jambe m’était insupportable. Je m’appuyai sur un mur, tenant mon genou, mais je me figeai en levant de nouveau les yeux.

Face à moi, mobile comme un être à part entière : l’une des plantes du magasin.

C’était elle qui m’avait sauvée ?

Un objet se dessina dans le tronc d’un arbre se trouvant au centre du couloir : une sorte de canne.

La plante l’agrippa et… me le tendit. C’était du lier ou quelque chose comme cela, enroulant d’infinies tiges autour du bois pour s’en saisir.

Je pris la canne et adressai un signe de tête en remerciement.

J’aurais tout vu... voilà que les plantes s’y mettent.

Je restai figée alors que la plante reprenait sa place à l’emplacement prévu.

Des cris à l’étage me firent revenir à la réalité. Mais j’avais tellement mal… je ne pouvais pas bouger. Alors je m’assis au sol. Tout dépendait maintenant des autres… s’ils arrivaient à maîtriser les trois vampires ou non, s’ils arrivaient à les contenir, les faire fuir… Ce fut la fille qui arriva la première face à moi, elle me dévisagea rapidement avant de comprendre. Les autres arrivèrent, Melvyn me fixa alors et s’éloigna le plus possible de moi. Bizarrement, Malec et Will avaient changés d’habits…

  • Ça va ?
  • A ton avis ?

Non, ça ne va pas… Mon dos me faisait souffrir, la face gauche de mon visage était couverte de sang, je ne sentais plus ma jambe et du sang coulait sûrement sous mes vêtements. La fille me sourit tristement. Will mit fin aux « retrouvailles » :

  • Bon, on devrait y aller.
  • Je vous accompagne.

Les trois garçons dévisagèrent l’inconnue d’un œil suspicieux mais elle avait ses arguments :

  • Je suis la seule à savoir parfaitement me contrôler en présence de sang, la preuve.

Ils n’eurent d’autres choix que d’accepter.

La jeune femme s’agenouilla face à moi et posa une main près de mon genou, provoquant une intense douleur dans toute ma jambe, je serrai les dents. Mais la douleur finie par s’envoler… la douleur et toutes les sensations présentes dans ma jambe :

  • Je te l’ai anesthésiée on va dire, par contre il ne faut quand même pas que tu marches dessus.
  • Je la porte.

Sans attendre de réponse des autres, Will me prit dans ses bras… j’avais alors l’impression d’être une plume pour lui.

Je ne pus reposer mon dos contre le siège de la voiture et réalisai alors que j’avais dû être coupée par des morceaux de verres. Durant le trajet, les garçons me questionnèrent :

  • Comment tu t’es débarrassée de Zach ?
  • Zach ? Parce que vous les connaissiez en plus ?

Ils se regardèrent et ce fut Melvyn qui osa me répondre :

  • Oui, on les connaît, mais on verra ça plus tard, répond.

Je détournai les yeux pour m’intéresser au paysage.

C’était uniquement grâce aux… plantes que j’avais survécu. Elles m’étaient venues en aide spontanément, sans que je ne demande quoi que ce soit. Pourtant, si ça avait un rapport avec ma magie, j’aurais dû le demander… pour qu’elles agissent. Mais non.

La fille me prit la main, me tirant de mes rêveries :

  • Comment t’en es-tu sortie ?
  • Je… euh… c’est les… plantes.

Tous me regardèrent avec étonnement, tous sauf la fille. Elle me sourit :

  • Tu découvres ta magie ma belle.

La discussion se finie là.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
SophieFantasy29
Père et noel
3
2
2
0
Sylvain Chanson
Alice est un reporter qui met le doigt là où ça fait mal. Et ces petites nouvelles retracent ses reportages.
5
2
2
10
Captainbrowni

Onde lascive
Sur un reflet de Lune,
Miroir d'eau.
6
5
0
0

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0