Chapitre 4 Présentations

9 minutes de lecture

Lorsque je parviens, enfin, à ouvrir les yeux, j’étais allongée sur les genoux de quelqu’un. Levant les yeux je reconnu bien le premier garçon qui m’avait approchée. Tournant la tête je vis les autres. Gael était sur un canapé. Will était avachi sur un fauteuil. Le dernier, le gentil brun, était assis à mes pieds sur le canapé. Il n’y avait aucune trace de bagarre dans la pièce bizarrement, peut-être avaient-ils déjà réparé…

Je me redressai, mais alors, le garçon sur qui j’étais appuyée se raidit. Rapidement, un bras autour de ma taille, il m’approcha de lui, collant mon dos à son torse. Je me raidis, sentant son corps bouillant contre moi. Il est brûlant ! C’est pas normal…

  • Neil ?

Je cessai de respirer en sentant un souffle chaud dans mon cou.

Alors s’était aussi un vampire…

Tous les autres garçons étaient immobiles, nous fixant. Il était beaucoup trop près de moi pour que qui que ce soit puisse intervenir. Le souffle dégagea les quelques cheveux tombant dans mon cou, libérant ma peau…

  • Neil contrôle toi…

Je sentis un soupire et l’étreinte autour de ma taille s’affaiblit. Neil posa pourtant ses lèvres brûlantes dans mon cou, j’eus un frisson d’horreur, il allait me mordre ? Je fermai les yeux et mon corps se mit à trembler.

  • Neil…

Le garçon fini par me lâcher et se leva vers la porte, mais avant de sortir :

  • Elle est blessée.

Il partit. Le brun à mes pieds s’approcha de moi et me regarda dans les yeux :

  • As-tu mal quelque part ?

Oui, j’avais mal. Depuis que ce Camel m’avait emmenée de force dans la maison, pour un loup ses griffes étaient pointues.

Ce fut un geste doux qui me décida à parler : le garçon me prit la main et me regarda droit dans les yeux, légèrement inquiet.

  • Au bras droit.

Je devais être bien blessée, à cause des griffes du loup lorsqu’il m’avait saisi. Le brun tourna alors les yeux vers le reste du groupe, particulièrement vers Gael…

  • Quoi ?

Le ton du garçon observé était provocateur, mais personne ne tomba dans le piège d’une nouvelle bagarre.

  • Tiens-le surtout.

Will hocha simplement la tête.

Le brun face à moi me fit un signe que je compris immédiatement : enlever mon pull… voilà ce qu’il voulait.

Heureusement j’avais un débardeur en dessous…

A la vue de mon bras tous se raidirent sauf le garçon près de moi.

  • Retenez-vous le temps que je la soigne les gars.

Il s’approcha de mon bras droit et je baissai les yeux.

Ma douleur s’intensifia lorsque j’aperçus les marques de griffes sur ma peau. Je manquai de m’évanouir à la vue de tant de sang. Je supportai très peu la vue du sang, déjà toute petite j’avais fait des malaises à cause de cela.

Le garçon passa une main au-dessus des plaies et récita une étrange formule : aucun mot ne m’était familier. La douleur de mon bras s’atténua et je vis ma peau se refermer. Je n’eus pas le temps de me poser la moindre question :

  • Que s’est-il passé ?

Je tournai rapidement la tête en reconnaissant la voix de mon cousin. Me levant sans prévenir, je me réfugiai dans ses bras en fermant déjà les yeux. Benjamin m’enlaça la taille et soupira, comme s’il était rassuré.

  • Camel l’a blessée mais elle va bien.
  • Merci Xann.

Gael émit alors un grognement en frappant ses voisins, il partit ensuite rapidement par la porte sans un mot. Benjamin sembla se raidir. Mais je restai contre lui, le visage caché dans son cou.

J’espérais qu’en m’éloignant les autres ne soient plus là, que tout ceci disparaîtrait, que ce ne soit qu’un mauvais rêve. Que j’étais alors dans ma chambre, attendant mon cousin pour aller à Paris, que je n’étais pas avec une bande de loups et de vampires…

Benjamin posa une main rassurante à l’arrière de ma tête pour me serrer contre lui lorsqu’il me sentit trembler.

  • Que lui avez-vous fait pour qu’elle soit si craintive ?

Xann fut le seul à oser prendre la parole face aux yeux meurtrier de Benjamin :

  • Pas grand-chose, juste un petit accident mais rien de grave.
  • Quel accident ?
  • Gael a…

La porte s’ouvrit :

  • Gael a rien fait.

Tous se tournèrent vers Gael qui venait de parler. Je levai les yeux vers lui tellement le calme de sa voix avait été surprenant. Il tenait un verre remplit d’un liquide rouge… du sang ?

  • Que s’est-il passé Gael ?
  • Rien du tout.
  • Très bien, Xann ?

Benjamin regarda le beau brun droit dans les yeux et ce dernier n’hésita pas un seul instant à raconter la vérité malgré le regard insistant du vampire :

  • Il a eu du mal à se contrôler, comme elle était blessée certainement, mais j’ai réussi à l’éloigner et je l’ai endormie elle, pour éviter qu’elle ne nous voie nous battre.
  • Très bon réflexe.

Benjamin baissa les yeux sur moi et on s’observa. Avec un sourire désolé, me caressant la joue d’une main douce, il murmura :

  • Excuse-moi d’être arrivé en retard, ça n’aurait pas dut se passer ainsi.
  • Elle est pas morte alors n’en fais pas un drame.

C’était Camel, sous forme… normale, qui venait de parler en entrant dans la pièce suivit de Neil. Ce dernier se plaça près de Gael resté à la porte. Je remarquai alors l’énorme différence entre les deux, l’un semblait avoir trente ans, l’autre à peine la vingtaine. Brun également, les cheveux de Gael étaient un peu plus courts et ordonnés, parsemés de quelques mèches plus claires, presque blondes. Leurs yeux étaient de couleurs différentes : bleus pour Neil, verts pour Gael. Ce dernier avait un visage lisse et parfaitement soigné, carré. Cependant il était alors le seul à avoir des cicatrices directement sur le visage : le sourcil droit était coupé, ainsi que sa lèvre inférieure, mais ça ne l’amochissait pas, au contraire. Il avait un certain charme ainsi mais aussi, ça rappelait qu’il était du genre à se battre. Neil ne pouvait pas être un vampire, vraiment pas. Gael, ça se voyait, son animosité se voyait très clairement.

Un silence s’installa dans la pièce. Jusqu’à ce Will prenne la parole :

  • On fait quoi maintenant ? On la garde ou pas ?

Comment ça on la garde ? Il voulait dire quoi par-là ?

Benjamin et Camel se regardèrent et mon cousin fini par m’emmener vers l’un des canapés. Tous s’assirent alors et Benjamin me prit sur ses genoux.

Personne n’osa parler durant plusieurs minutes… ce fut Will, l’un des loups donc, qui brisa ENFIN le silence :

  • Déjà, qui est-elle ?

Benjamin leva un bras.

  • Les présentations plutôt.

Un à un ils se nommèrent donc :

  • Camel.
  • Neil.
  • Will.
  • Gael.
  • Xann.

Gael voulut tout de même en rajouter un peu :

  • Camel, Will et Neil sont les poilus, Xann le sorcier, Benji et moi les vampires.

Benjamin, un vampire…

Mais je fronçais les sourcils, bien décidée à comprendre :

  • Mais Neil allait me mordre tout à l’heure.

Xann me sourit :

  • Les loups sont aussi attirés par le sang.

Mon cousin observa ma réaction sur ces informations, j’essayai alors de paraître sereine, mais au fond j’étais terrorisée.

Me prenant la main, Benjamin eut l’amabilité de m’expliquer certaines choses :

  • Chez les loups il y a un alpha et des bêtas.
  • Camel est l’alpha ?

Le nommé sourit et avant que Benjamin ne puisse continuer :

  • Ouep.

J’avais bien deviné. En même temps, avec son regard, cet ordre qu’il avait donné qu’on ne me fasse rien lorsqu’il m’avait entraînée dans la maison, c’était tout à fait logique.

Mon cousin sourit légèrement :

  • Chez les vampires c’est un peu pareil, mais la distinction est un peu moins prononcée…

Je l’observai, attendant qu’il me dise qui était l’alpha, même si je présumais qu’il s’agissait de Gael… Quel ne fut pas mon étonnement :

  • C’est moi.

Benjamin ? L’alpha ? Impressionnant.

  • Et chez les mages ?
  • Les mages sont simplement des humains contrôlant certaine magie.

Je regardai Xann, le seul mage, d’un air curieux, il me sourit et répondit à ma question silencieuse, comme s’il savait à quoi je pensais :

  • Oui, il existe différente magie et personne ne les contrôle toutes à la fois, moi je suis spécialisé dans les soins et la magie de l’esprit.
  • De l’esprit ?
  • Lire les pensées, ou endormir quelqu’un par exemple.

Benjamin fini par soupirer et me tourna vers lui entièrement, prenant mes deux mains.

  • Il faut que tu comprennes que tout cela est dangereux…
  • Oui, normal.

Il baissa les yeux.

  • Notre but est de protéger les humains normaux alors, on a presque aucun contact avec eux pour éviter qu’ils ne découvrent notre secret et donc soient en danger.

Je baissai les yeux. Ma mère, mon père, ma sœur, mon frère… je ne devais donc plus leur parler ?

Xann hocha la tête en signe d’approbation :

  • Tu as compris.

Je fronçais les sourcils, il lisait donc vraiment les pensées… Alors, curieuse :

  • La magie de l’esprit vous permet de lire les pensées, mais quoi d’autre ?

Il sourit et regarda Benjamin, ce fut donc lui qui me répondit :

  • Vous verrez tout cela plus tard tous les deux.

Une question me vient alors. S’ils ne devaient pas garder de contact avec des humains normaux… moi ? Je n’en étais pas un ?

Je vis Xann sourire :

  • En tout cas tu es intelligente.

Je sentis le sang me monter au visage et tous les garçons rigolèrent.

Camel finit par intervenir :

  • Bon, en résumé, tu vas rester avec nous, il faut que tu coupes les ponts avec ta famille et que tu t’habitue à rester en présence de six mecs pas toujours très calmes.

La dernière remarque me fit sourire malgré la tristesse qui me prenait en même temps… Ma famille.

Benjamin entoura mes épaules d’un bras rassurant et me serra contre lui. Mais je fini par m’éloigner, voulant paraître forte un peu :

  • Si vous ne devez pas garder de contact avec vos familles, Benjamin pourquoi toi tu en as gardé ?

Il sourit mais n’osa pas croiser mon regard :

  • Pour toi.

Tous attendirent, impatients de connaître enfin toute l’histoire, eux ne le savaient pas non plus d’après leurs yeux intrigués, sauf Xann bien sûr.

  • Dès tes 5 ans environ j’ai su que tu n’étais pas… normale. A l’époque j’avais gardé un œil sur ma famille sans pour autant leur parler. Quand j’ai su qui tu allais devenir, j’ai repris contact pour pouvoir te protéger.

Je n’étais pas… normale ?

Xann me sourit alors et s’approcha légèrement :

  • Non tu n’es pas normale, tu es une mage.

Benjamin confirma d’un mouvement de tête et poursuivit :

  • Tu n’es pas non plus une simple mage, tu es une mage élémentaire, c’est extrêmement rare et nos… ennemis, cherchent à tous les tuer car vous êtes dangereux.

Ba bien sûr ! J’étais LA personne la plus particulière ! Une mage élémentaire, extrêmement rare ! C’était obligatoirement l’une de mes histoires, l’un de mes rêves, pour que je sois ainsi au centre !

Xann fit la moue, tous le regardèrent avec intrigue. Le garçon semblait quelque peu… offensé :

  • Tu te crois encore dans un rêve après tout ça ?

Je baissai les yeux avec un léger sourire, il avait lu mes pensées… Mais Gael, ne manquant jamais une occasion, s’exclama d’un air fier :

  • Tu penses sincèrement que tu aurais pu nous inventer ?! M’inventer moi ? La perfection même ?!

Tous le fixèrent avec amusement mais semblaient… habitués. Je souris légèrement en levant les yeux vers lui :

  • La perfection n’existe que dans les rêves.

Tous rigolèrent alors, sauf Gael. Le beau vampire brun me fixa avec un air légèrement amusé qu’il tentait de cacher sous une fausse colère. Il finit par rigoler comme les autres.

Mais un raclement de gorge vint troubler les rires : Will. D’une voix calme il fit cette remarque qui fit sourire tout le monde :

  • Dans un rêve ou non, Gael ne sera jamais parfait. Sauf peut-être… dans les rêves de Neil… sait-on jamais.

Gael et Neil, sur un regard entendu, se jetèrent sur Will qui partit en courant dans la maison avec un immense sourire. Camel leur lança alors un avertissement d’une voix puissante :

  • Si vous casser quoi que ce soit vous dormez dehors tous les trois !

Xann se pencha alors vers moi, apportant une petite précision :

  • Neil est gay.

Je souris légèrement. Même s’ils m’avaient fait peur au début, cette petite troupe était amusante finalement, plein de bonne humeur. Xann me sourit, certainement en lisant mes pensées.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Kati Mogo
Les nouvelles de Kati Mogo trouve leur origine en Afrique Tropicale. Dans cette première nouvelle, la Madone d'Etam-Kouma, c'est l'histoire d'un couple, promis à se dire oui, sur lequel pèse une menace.
4
4
18
5
jean-paul vialard


Fin d’après-midi, début de soirée
Ménésian a décidé de faire un détour par la Place Denfert-Rochereau, puis regagnera la Rue Visconti par le Boulevard Raspail. Il marche à petits pas, histoire de faire durer le plaisir. Il repense au Professeur Dutilleux. Il la voit nettement placée derrière lui lors des séances d’analyse. Il entend sa respiration souple, il observe le gonflement de sa poitrine qui se reflète sur la lampe en cuivre de son bureau : deux magnifiques globes, deux Jupiter dans le ciel lumineux d’été. Il voit le croisement de ses longues jambes gainées de soie, le golfe de ses hanches, la plaine douce de son ventre. Tout ceci il le voit d’une manière distincte, quasi-magique. Il n’y a qu’une chose qu’il ne ‘voit’ pas, les paroles qu’elle a proférées qui évoquaient sa santé, ses probables séquelles. Tout a été gommé soudain, une vitre embuée sur laquelle passe un chiffon tueur de signes. En réalité Ménésian ne peut se souvenir de son amnésie puisqu’il est amnésique. C’est un peu une double peine, un genre de parole jetée en écho qui ne trouverait de paroi pour la réverbérer. Tout ce qui s’approche, se présente, insiste dans son être est irrémédiablement jeté au plus profond de vastes et sombres oubliettes. Ménésian est à nouveau dans la Rue Cabanis, puis dans le Passage Dareau, puis Rue de la Tombe-Issoire. Mais aucune rue ne subsiste dont il pourrait se souvenir du nom. Et, au titre de cette fuite à jamais des noms, il déambule et déambule à nouveau, parcourant derechef ces rues, comme si elles étaient inconnues, qu’elles conduisaient en direction de territoires encore indéchiffrés. C’est tout de même curieux cette perte de soi à même le labyrinthe des rues. C’est Thésée mais sans le fil d’Ariane. C’est Thésée prisonnier pour toujours dans une manière de face à face éternel dont nul ne peut connaître l’épreuve qu’au risque de sa propre folie.
0
0
0
1
Défi
La Vi-e
Défi 36 : Et si le passé travaillait dans le bar d'à côté ?


Ici vous devrez écrire une histoire courte ou une nouvelle ( ou quoi que se soit ) par rapport à un bar.

Laissez place à votre imagination.
Il n'y a pas de genre imposée, du coup à vos stylos.
1
2
25
6

Vous aimez lire Sucres ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0