Chapitre 37 : Gouffre - Partie 2

7 minutes de lecture

  Ma jambe s'agitait nerveusement. Adossée contre le mur à côté de la salle de chimie, j'inspectai à nouveau le couloir, puis vérifiai mes messages sur mon portable. La sonnerie venait de retentir et Sissi n'avait toujours pas pointé le bout de son petit nez.

  Qu'est-ce qu'elle fabrique ?

  Ce n'était pas du tout son genre d'être en retard, ni d'ignorer ses SMS ! Pourtant, elle n'avait pas non plus répondu aux miens.

  –Mademoiselle Baskerville, m'interpella Madame Dixon en passant la tête par l'embrasure de la porte. Je sais que votre fidèle acolyte n'est pas encore là, mais il est temps de rentrer dans la salle à présent. Je viens de distribuer le contrôle.

  Je me moquais de ce test comme de la dernière pluie, mais je finis par la suivre après un dernier coup d'œil pour le couloir. Un polycopié rempli de formules et de questions m'attendait sur mon bureau. Je m'y affalai, me penchai dessus, et dus me rendre à l'évidence que j'allais me taper une taule. Si mes chances d'avoir une bonne note n'étaient déjà pas bien élevées la vieille, elles s'étaient effondrées depuis : mon esprit n'arrivait pas à se concentrer sur le sujet, ne cessant de se tourner vers Sinéad. Sans aucune conviction, je me saisis d'un stylo.

  Deux coups retentirent sur la porte au même moment.

  –Entrez, autorisa Madame Dixon tandis que je relevais la tête.

  Le battant s'ouvrit sur Sinéad.

  –Je suis désolée pour mon retard, s'excusa-t-elle en entrant.

  –C'est vous qui serez pénalisée car vous avez perdu dix minutes pour votre test, rétorqua notre professeur. Enfin... Tenez.

  Sissi alla récupérer le polycopié qu'elle lui tendait, puis s'assit à un bureau du premier rang. À aucun moment elle ne m'avait regardé.

  Les deux heures de contrôle me parurent encore plus longues que d'habitude. Toutes les deux minutes, mon attention se portait vers Sinéad qui gardait le nez rivé sur ses feuilles. Une certaine tension finit par me gagner et elle ne me quitta qu'au retentissement de la sonnerie. Nous allions enfin pouvoir parler.

  Du moins, le pensais-je.

  En une seconde, Sinéad donna son contrôle à notre professeur, rangea ses affaires, puis fila à l'anglaise.

  –Hé, Sissi !

  Elle ne se retourna pas et s'engouffra dans le couloir.

  Bon sang !

  Je m'empressai de l'imiter mais je ne fus pas assez rapide : lorsque je sortis de la salle, elle avait déjà disparu. Mon malaise revint au galop. Plus de doute possible, elle cherchait à m'éviter. Ou plutôt, à éviter notre conversation.

  C'était pourtant mal me connaître si elle pensait pouvoir y échapper. La situation était trop importante pour que je ferme les yeux.

  D'un pas vif et déterminé, je pris la direction de son prochain cours. Malgré le flot d'élèves de plus en plus dense sur mon chemin et ceux qui essayaient d'avoir mon attention, l'écart entre nous se réduisait de plus en plus. Jusqu'à ce qu'elle se glisse dans sa salle. Je tentai de la suivre quand même, mais son professeur, planté comme un I devant la porte tel un cerbère, ne me laissa pas passer.

  –Vous n'avez rien à faire ici, Mademoiselle Baskerville, répétait-il.

  Avant que je n'abdique et me rende à mon propre cours, mon regard s'attarda encore un instant sur Sissi, le nez à nouveau plongé dans son cahier.

  Je n'avais toutefois pas dit mon dernier mot.

  Une heure et demie plus tard, mon pauvre professeur de mathématique me regarda quitter sa salle, impuissant. Je retournai à celle de Sinéad et m'installai par terre.

  Voilà...

  Elle pouvait sortir aussi vite qu'elle le voulait, elle ne pourrait pas m'esquiver.

  Alors que la patience était loin d'être l'une de mes qualités, j'attendis trente minutes par terre sans ressentir la moindre irritation, puis me relevai en un saut à la sonnerie. Je me plaçai devant la porte et me transformai en filtre : tout le monde pouvait passer, sauf Sissi.

  Ma meilleure amie ne fut pas la première à mettre les pieds dans le couloir, contrairement à ce que je pensais. Les élèves défilèrent devant mes yeux un à un, sans que sa chevelure de feu n'en fasse partie, puis le professeur sortit à son tour et...

  Et personne ne le suivit.

  Intriguée, j'entrai dans la pièce pour la découvrir complètement vide. Mes paupières cillèrent plusieurs fois. Mais où était passé Sinéad ? Je ne pouvais pas l'avoir loupée. À moins qu'elle ne se soit rendue dans l'une des salles voisines pour sortir !

  Je me précipitai vers la porte qui menait dans la pièce à droite et la trouvai verrouillée. Pivotant sur mes talons pour aller tester celle de gauche, mon corps se pétrifia soudain.

  Là, au milieu de la salle, Sinéad se dirigeait à pas de loups vers la porte principale. Mes yeux s'agrandirent de stupeur. Putain mais d'où sortait-elle ?

  –Sissi ?

  Elle se pétrifia aussitôt, puis, lentement, tourna sa tête vers moi, l'air ahuri.

  –Comment peux-tu...

  –Comment je peux quoi ? repris-je en la rejoignant.

  Elle cilla plusieurs fois, puis secoua la tête.

  –Rien... C'est rien, murmura-t-elle, toujours perturbée, laisse tomber. Je dois y aller.

  D'un bond, je me plaçai devant elle et claquai la porte dans mon dos. Sinéad se crispa.

  –Ana...

  –Je veux juste te parler de tu sais qui.

  Son visage devint encore plus pâle que d'habitude. Elle déglutit avec difficulté.

  –Et moi, je n'ai vraiment pas envie d'en parler, rétorqua-t-elle d'une voix blanche.

  Elle tenta de me contourner ; je m'interposai à nouveau.

  –S'il te plaît, insistai-je.

    –Je sais que tu n'approuves pas cette relation, donc pourquoi s'attarder sur ce su...

  –Je m'inquiète pour toi ! l'interrompis-je.

  Ses traits se tendirent davantage. Mal à l'aise, elle détourna le regard, rajusta la sangle de son sac, son manteau, son écharpe, en profita pour passer une main sur sa cicatrice.

  –En plus, que comptes-tu faire ? ajoutai-je. Me fuir continuellement ? Ne plus jamais m’adresser la parole ?

  Ses paupières se fermèrent. Plusieurs secondes passèrent, puis elle prit une profonde inspiration et reposa enfin les yeux sur moi. Une lueur d'appréhension et d’incertitude brillait à l’intérieur.

  –Tu n'as pas à t'inquiéter pour moi. Je sais ce que je fais.

  –Vraiment ? Alors pourquoi restes-tu avec lui s'il te trompe ? Tu es une fille censée, Sinéad, tu ne devrais pas te laisser marcher sur les pieds ainsi.

  –Il n'a pas... C'était plus fort que lui.

  La tension dans mes épaules s'accentua. Encore ces mots.

  –Sissi, c'est juste une excuse. Même si refréner ses envies peut être difficile, ce n'est jamais impossible. S’il t’a trompé plusieurs fois, ça ne peut même pas être catégorisé d'accident.

  –Non, ce n'est pas seulement une excuse, assura-t-elle en secouant la tête. Il... Laisse tomber. Je ne veux vraiment pas en parler. Tu ne peux pas comprendre ce qu'il y a entre nous.

  –Évidemment ! Comment pourrais-je même essayer puisque vous refuser de vous expliquer ?

  La culpabilité envahit son regard et je m'en voulus aussitôt d'avoir haussé le ton. J'étais en colère contre Trevor, pas contre elle.

  Un lourd silence suivit mon emportement. Alors que Sinéad avait de nouveau détourné les yeux, mon attention était toujours concentrée sur elle. La voir ainsi, aussi mal à l'aise, repliée sur elle-même, me peinait.

  –Je suis désolée, Sissi. Je n'aurais pas dû élever la voix. Je veux juste ce qu'il y a de mieux pour moi.

  –Je sais, murmura-t-elle, et je te remercie de t'inquiéter pour moi, ça me touche. Mais tu n'as pas à t'en faire. Même si les apparences et ses actions ne jouent pas en sa faveur, il... il est sûrement ce qu'il y a de mieux pour moi. Alors s'il te plaît, arrête de chercher la petite bête. Lui et moi sommes... ensemble et ça ne changera pas. Il va falloir te faire à cette idée.

  Ses hésitations et sa voix moins assurée qu'elle voulait le faire croire ne me convainquirent pas. J'allais poursuivre, mais Sissi reprit la parole avant que je prononce un mot.

  –Maintenant, si tu veux bien, j'aimerais qu'on passe à autre chose.

  Je refermai la bouche et, à contrecœur, opinai. Si je continuai à insister, Sinéad se braquerait et se fermerait seulement plus. Cependant, je ne comptais pas non plus laisser les choses en l'état. Il y avait un vrai problème dans leur relation et j'avais bien l'intention de mettre le doigt dessus.

  En me voyant hocher de la tête, les épaules de ma meilleure amie retombèrent et un timide sourire souleva ses lèvres.

  –Merci.

  –C'est normal.

  On sortit de la pièce sans ajouter un mot, puis, toujours en silence, on se rendit à la cantine. Une vilaine tension nous accompagna tout du long. Elle sembla s'atténuer lorsque nous rejoignîmes les autres pour le déjeuner, même disparaître sous nos rires collectifs, mais il n'en était rien. Ce n'était qu'une illusion ; elle était toujours là, tapie dans l'ombre.

  Et jusqu'à la fin de la journée, elle ne nous quitta pas. Sa relation inexpliquée avec Trevor avait instauré une distance insupportable entre nous. Je détestai ça. Sissi et moi nous avions été inséparables dès notre rencontre. Elle était la seconde sœur que je n'avais jamais eue. Jamais, au grand jamais, un gouffre pareil nous avait séparé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Anneh Cerola

Quoi que je fasse
Que je me débatte
Entre les mots et les dates

Où que je me cache
Leitmotivs que je rabâche
Les filets sont trop lâches

Où que je me tienne
Dans la pénombre
Des longues ruelles

Quoi que je rêve
Ou que j'écrive
Les notes sont trop brèves

Habillé de mélodie
Ton souvenir indélébile
Revient nimbé de patchouli
7
9
0
0
Défi
TristesseExistenSyel
L'hiver est froid. La neige tombe. À 18h42 dans un pub, rien de bien intéressant ne se passe. Alors on attend. Et puis d'heure en heure on comprend que bien plus se joue dans la plus profonde lassitude que dans la plus épique des actions. On y fait souvent les choix les plus durs, les plus tristes mais les plus déterminants.

La vie c'est des cycles. Au final on ne fait que tourner en rond. En se rend alors compte qu'au fondement de l'humanité il n'y a pas de grandeur. Il y a seulement de la décadence. Ou alors peu-être est-ce ensemble que ces personnages deviennent grand ? Peu être que leur cœur s'estompe et bat de moins en moins vite mais peu être qu'à 18h42 quelque chose va changer. Une chose qui fait grandir. Une force capable de démarrer une spirale incessante... la vie.
19
21
70
32
Cecile Massalia

La jeune femme dans les bois

Sous le ciel infini et feuillage dansant
Une femme avançait le pas hésitant
Depuis longtemps, dans ce bois abandonné, plus aucune âme n’y était passée
Et nul ne songeait plus au doux murmure des arbres, ni au chant mélodieux des oiseaux

En cette fin d’Octobre, seules les feuilles d’automne recouvraient le terrain boueux de l’allée
Empreintée autrefois par quelques âmes humaines
De leur passage, nulle trace, nul souvenir qui en fasse le récit
De la dernière averse, la terre humide ne cessait de rester muette
Et gardait en secret le profond silence des morts

Perdue dans son imaginaire, désolée par une réalité trop peu passionnée,
La visiteuse inattendue cherchait du regard le chemin vers une terre d’asile
La liberté sans frontières et l’amour sans limites, toujours avaient été sa loi secrète
Vint un instant où l’audace de la pensée la fit redevenir celle d’autrefois

Charme trop souvent éphémère, l’extase fait place aux désillusions
Route tortueuse que celle de l’absolue existence
Le présent et l’avenir s’épient, le réel et l’irréel s’affrontent
La culpabilité humaine embrasse l’innocence de la nature

Eblouissante était-elle devenue, l’espérance au front, le regard chargé de lumière,
Celle qui le matin même n’avait trouvé nul sens au battement de son sang
La création toute entière lui appartenait, à cet instant, à l’infini,
Mille ans la couronnèrent, l’éternité était à sa vue

Passé devenu présent, amour sans fin, renaissance tant désirée
Insouciance enfantine et ardent désir d’une femme éclose
L’espérance passionnée la prenait à la gorge,
Le souvenir des amours d’autrefois l’enveloppa de son parfum

Le bois enchanteur était son confident, silencieuse était sa musique
Demeure d’un instant, elle lui avait pourtant tout dit,
« Je t’observais souvent en secret et n’osais te parler » lui disait-elle
J’étais perdue et tu m’as fait revenir à la terre »

Les jours passèrent et nulle présence ne revint en ce lieu
Où était donc passée la douce créature, amie des bois et forêts ?
« Je ne suis jamais loin de toi » se dit –t-elle quand lui vint l’appel
« Demain, à l’aube, je reviendrai, j’ai tant de questions encore à te poser
Et toi, tu me diras encore qui je suis, et qui je serai ! »
Le cauchemar

A cette heure tardive, le soir devient profondeur
Et l’écriture trop éprouvante ne parvient plus à me garder éveillée
Assoupie à ma table de travail où s’étalent mes dernières pensées,
Je me laisse guider par les songes et découvre des territoires inconnus

Vibrantes sensations dont je ne parviens pas à saisir le sens ni l’origine
Il est trop tôt pour ouvrir les yeux, une force despotique me raccroche à elle
Elle s’impose à moi, me dissous et me fait murmurer des mots incompréhensibles
Moi-même, je ne suis plus, la peur m’étreint et ne me lâche plus

Blessée au cœur, les larmes inondent mon sang, et mes lèvres se mettent à trembler
Un être que je ne connaissais pas à lâché ma main et me voilà plongée dans la nuit
Ma gorge est sèche, sortir de cette obscurité est mon obsession
Mais le jour tarde à se lever, mon impatience me rend folle

Mes membres pendent au poteau du condamné, on veut me les arracher
Un couteau a ouvert ma chair, la plaie est béante mais nul sang ne s’écoule
L’espoir de la résurrection m’a abandonnée, la mort a posé ses mains sur mon visage
Mes yeux se sont éteints et l’univers tout entier semble être tombé dans l’ombre

Dans ce village abandonné, on n’entend plus que les feuilles mortes secouées par le vent
Midi a sonné et pourtant la lumière du jour persiste à demeurer cachée
Ils sont déjà loin les habitants qui hier encore étaient en fête
Ils ont fui des ennemis inconnus et sont partis demander secours au soleil

Restée sur la place vide, ma peau épuisée est à la merci des bourreaux,
Je suis victime et témoin de l’histoire, histoire toujours recommencée
Les morts, témoins du passé, m’appellent de leur demeure lointaine
Bientôt ils me conteront leur douloureuse aventure parmi les hommes

Il y a plusieurs heures déjà que mes rêves m’ont conduite vers le naufrage
Je me suis réveillée au milieu de la nuit, et ne suis plus personne
Mon papier et ma plume n’ont plus de maître, mes yeux s’ouvrent mais ne voient pas
Rien n’a changé autour de moi, et pourtant tout à basculer
Ceci est certain, je ne suis plus la même qu’hier,
Aujourd’hui, je suis seule, aujourd’hui je suis vieille !
Poésie et existence

Sens aigue de l’existence, vie inspirée
Inspiration poétique ou divine
Une ombre, une nuit, un vers d’un poète disparu
Et tout est ressenti, tout est dit

Sentiment fugace, et une seconde vaut bien une année
Il n’y a plus de temps humain, la nuit pourrait être infinie
Et le jour ne jamais se lever
Réflexions et rêveries n’auront pas de fin

Le passé n’est plus, l’avenir est enfoui sous la terre
Jeunesse et beauté semblent ne nous avoir jamais quittés
La douleur n’est plus qu’une invention de l’esprit
Et les épines des jours ne font plus couler de sang

Quand bien même le goût amer des heures reviendrait,
Le vers du poète n’oublierait pas de tendre sa main secourable
Les Romantiques nous doivent bien cela
Tant notre malheur leur inspira des notes délicieuses

Grands connaisseurs des cœurs, ils en appellent à nos sens et nous invitent au repos
Demain encore, leurs mots seront la continuité de nos existences
Souvent plaintif, joyeux parfois, leur chant matinal nous fait retrouver l’universelle destinée

Il nous écoute, celui devant qui nous avons ouvert nos poings fermés
Quelque part, dans un rêve éveillé, la voix du poète fredonne l’hymne des cœurs blessés
Celui-là aussi a souffert d’amour mais la mer ne l’a pas englouti,
Son existence devait rester grande, elle devint alors un air de poésie
La folie du génie ( Camille Claudel )

A Montdevergues, une femme sculpteur regarde à la fenêtre et fixe les fous errants
C’est l’heure de la promenade, les pensionnaires portent leurs ailes blessées
Ca court, ça crie, ça hurle sous le soleil aux rayons brulants
En cette fin d’après-midi de Juillet, l’asile prend des airs de fête sauvage

Elle est demeurée dans cette pièce, celle qui continue d’hurler le nom de Rodin
Chambre vide aux murs jaunis, ni chaleur, ni bonheur ne la traversent
Une lettre, posée à la hâte sur une table de bois, attend d’être achevée
Depuis ce matin, la main si bien habile autrefois se met à trembler

Elle a trop supplié, les mots toujours se ressemblent
Il lui faudrait de la glaise et du marbre, l’infinie douleur la transperce
Comme au temps de la Valse et de la Destinée son esprit est dévasté
Le monde à sa vue n’a plus de regard, le malheur a perdu son odeur

Dans l’atelier où elle régnait dans l’ombre, les élans passionnés avaient toutes les expressions
Amour dévastateur, abandon inéluctable, mélancolie créatrice
Tout était dans ses mains, la nuit était comme le matin, témoin d’une nouvelle création
Et chaque jour était un cri poussé de concert avec l’orage

Le front collé au mur, le vin à dix sous, soutien illusoire pour les heures vident d’inspiration
Les chaînes à la serrure la protègent, la sœur du poète ne veut plus entendre parler des hommes
Une nuit fut plus terrible que les autres, une voix lui fit brandir le couteau
Mille débris sont à ses pieds, tout est à recommencer

Un matin d’hiver, dans un silence attristé, la capture se fit annoncer
Nuages gris toujours plus sombres, et le jour devint la nuit
Une femme enchaînée, jadis muse d’Auguste, hurle à la liberté
C’est l’heure du départ, vers un néant jamais nommé

Treize ans se sont enfouis déjà et le regard martyrisé fixe toujours le ciel endormi
Les nuages blancs dessinent des courbes voluptueuses, souvenirs d’étreintes sculptées
Soudain la mélancolie quitte le cœur blessé, la rage se met à grogner
Une femme de cinquante ans se souvient, l’agitation fait soudain place à l’attente

Sous la terre, en ces jours de notre temps, des os desséchés luttent encore contre l’oubli
Dans ce cimetière des Vosges une femme parle doucement, à voix basse
Et il nous semble entendre un murmure caresser les feuilles d’automne sous la pluie
Nulle tombe, mais une âme tourmentée qui fixe les passants, et marche sans faire de bruit
���
0
0
0
6

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0