Chapitre 36 : Aveux - Partie 1

5 minutes de lecture

  Michael ne bougeait pas. Assis sur le canapé du salon et les bras croisés sur sa poitrine, il avait écouté mon récit sans m'interrompre une seule fois ou dire un mot, et depuis que j'avais fini, il avait baissé le regard et ne réagissait toujours pas. Les secondes s'égrenèrent, me semblant toutes horriblement plus longues les unes que les autres, puis se changèrent en minutes. Dans ce silence pesant, les battements de mon cœur me parvenaient avec tant de force que j'avais l'impression qu'il cherchait à me rendre sourde ou à jaillir de ma poitrine. Après ce qu'il venait de se passer, j'avais tout raconté à Mike, sans omettre le moindre détail, mais je commençais à me demander si ça avait été une si bonne idée. Est-ce que je n'aurais pas dû me contenter de la régénération accélérée dans un premier temps ? Pour un sceptique du surnaturel comme lui, toutes ces informations étaient sûrement trop difficiles à digérer d'un coup. Ça remettait en question toutes ses croyances, le monde dans lequel il vivait… Allait-il me détester de lui avoir fait ça ? Pourquoi ne réagissait-il pas ? Mes aveux avaient-ils grillé une partie de ses neurones ? Son silence et son manque de réactivité commençait à me rendre vraiment nerveuse.

  N'en pouvant plus, je finis par reprendre la parole.

  –Michael ?

  Il cilla plusieurs fois, comme s'il revenait à la réalité, et leva les yeux vers moi. Un instant passa, puis il lâcha une profonde expiration en fronçant les sourcils. Les traits crispés, il posa les coudes sur ses genoux et enfouit son visage derrière ses genoux.

  –As-tu quelque chose à boire ? marmonna-t-il dans ses paumes.

  Je bondis sur mes pieds et courus dans la cuisine récupérer le reste de Vodka que j'avais planqué avec les produits ménagers. Seul rescapé de la beuverie d'Ashley. Vu la quantité d’alcool qu’elle contenait encore, je ne m'embarrassai pas d'un verre et la lui ramenai. Mike en but la moitié d'une traite, puis la reposa sur la table basse. Son regard se planta dans le mien.

  –Très bien, laisse-moi résumer. Ton médecin a des yeux qui sont de véritables scanners médicaux et grâce à lui tu as découvert que : tes yeux à toi changent de couleur, que tu peux soigner les autres en les touchant mais qu'après tu tombes dans les pommes pendant des plombes, que tu guéris beaucoup, beaucoup plus vite que la norme, et que tu es capable de voir les... fantômes.

  –Je ne savais pas pour les yeux avant que tu me le dises, rectifiai-je, mais sinon, c'est ça... Je t'avais dit que les spectres existaient, ajoutai-je avec un sourire timide.

  Michael se laissa retomber au fond du dossier en passant ses mains dans ses cheveux et jurant. Il resta ainsi plusieurs secondes, puis se repencha d'un coup vers moi.

  –C'est une blague ?

  –Une blague ? répétai-je, ahurie. Comment peux-tu imaginer une chose pareille après ce qu'il vient de se passer ?

  Je joignis le geste à la parole et levai ma main encore couverte de sang. Son regard glissa vers elle et il grimaça.

  –Désolé, soupira-t-il en appuyant son front contre les siennes. C'est juste...

  Il ne termina pas sa phrase mais il n'en avait pas besoin pour que j'en comprenne le sens. Mes épaules retombèrent et je posai une main sur son genou.

  –Je comprends que ce soit difficile à accepter. J'ai moi-même encore du mal à croire que tout ça m'arrive, alors que j'ai toujours été ouverte en ce qui concerne le surnaturel. Donc pour quelqu'un comme toi qui n'y a jamais cru...

  Il se massa les tempes avant de vider le reste de la bouteille.

  –Tu as autre chose ?

  Les lèvres pincées, je secouai la tête.

  –Ce n'est peut-être pas plus mal, soupira-t-il en la reposant sur la table. J'aurais été capable de boire jusqu'à ne plus pouvoir réfléchir.

  Un silence suivit cet aveu. Pendant toute sa durée, Michael regarda la bouteille, comme s'il espérait qu'elle puisse se remplir à nouveau, puis il finit par se tourner vers moi. Toujours sans un mot, il me prit la main gauche, celle que je m'étais tailladée, et examina mes doigts avec attention.

  –Même en ayant assister à leur guérison, mon cerveau a du mal à accepter ce que j'ai vu, avoua-t-il.

  –Tu veux... que je me coupe à nouveau ?

  –Non ! refusa-t-il immédiatement. Surtout pas. Je ne remets pas en question ce qu'il s'est passé, mais je me demande si suis en train de rêver, si je me fais des idées ou si j'ai exagéré les choses en t'entendant hurler.

  Cette réponse me soulagea. Je ne m'étais jamais automutilée et je préférais ne jamais commencer.

  –C'est normal d’essayer de de trouver une explication rationnelle ou de se raccrocher à quelque chose qu'on connaît, le rassurai-je. On le fait tous. Pour ma part, je pensais devenir folle, donc ce n'était pas mieux.

  Le coin de ses lèvres se souleva imperceptiblement. Il s'attarda encore un temps sur mes doigts avant de relever la tête vers moi. Tout comme une tempête assombrissait les flots de la mer, le doute troublait le bleu marine de ses yeux.

  –Tu viens vraiment de découvrir tout ça ? s'assura-t-il. Ce n'est pas quelque chose que tu savais déjà depuis un moment mais que tu m'avais cachée ?

  –Tu m'as déjà vu blessée plein de fois, Mike, lui rappelai-je avec douceur. Si j'avais eu ces capacités depuis plus longtemps, ça n'aurait pas été le cas.

  Il concéda d'un geste de tête.

  –Et tu comptais me le dire ? poursuivit-il. Ou tu m'en as parlé uniquement à cause de ce qu'il vient de se passer ?

  –Je reconnais qu'au début, je ne savais pas quoi faire. J'avais peur... et j'ai toujours peur, qu'à cause de ça, tu veuilles me quitter. Mais malgré tout, je ne voulais pas te le cacher. Ça n'aurait pas été juste envers toi ; tu as le droit de savoir avec qui tu sors.

  –Alors pourquoi ne m'as-tu pas appelé pour en discuter eu lieu d'attendre aujourd'hui ?

  –Tu m'aurais cru si je t'en avais parler au téléphone ?

  –Non, admit-il dans un soupir.

  Un éclat traversa soudain son regard et ses sourcils se froncèrent.

  –T'es-tu coupée pour que j'ai une preuve ? demanda-t-il, on ne peut plus sérieux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Rodrigue

A tyrannosaurus was strolling in the forest. Somewhere around a claring, he stood and waited, turned left and right, his nostrils up, and piercing eyes daunting his look. He could smell preys, dead, their meats still blood-like, tempting the air around them.
Five trees down, two triceratops were eyeing him, waiting for a timely battle cry. More like a skrieking sound as as always, with one look, the young tyrannosaurus would know which skull he would first crack. Small-fry like those never knew their strength was in the numbers. In which case, five or six from the get-go.
Still, it was not a sensible move to ignore an opponent attacking him from behind. The young tyrannosaurus had a monstrous head that would not turn properly. A wisdom he learned the hard way: one sunny day, a big pterodactyl plunged at him and bitted off a portion of his head, where his covered ear should have been. He was relying on the sound of the footings the two oafs were making behind him and soon, he pinpointed their exact niche. He turned around quickly, teeths grinding, throat noisily roaring a storm of sounds, reeking of steam and slobber. The air trembled as the sound, hale and rough, frightened everything living nearby. The two oafs could not utter a sound. This explosion was a claim, an answer to their already planned attack, no, a hint of power they could not face. This surge of fierce behavior was messing with their wariness. They cared staying absolutely still, their horns at the ready, true fight in their blood. Flies would turn up merely magic in the air as their eyes weren't allowed to blink. A melee, a hard battle, a clash to the death they naturally had in sight. Only the leaves were their friends: they would hiss if the tyrannosaur made a move toward them. The triceratops were ready.
What dit it smell like ? Was it paper ? Hard knock tree bark ? An oxygen-deprived crust ? Meat distinguised from the leaves by only movement or a subtle swirl behind the trees ? Another one appeared they didn't hear. Another tyrannosaurus. Tall and more robust than the first one which travelled thin and slender. Their meeting would not have happened, had the two triceratops kept a far sight. Fake predators are native this way: naive and impulsive. They thought they could take on a lone tyrannosaurus. Suddenly they were outnumbered to one. Their bones would be crushed and their insides torn appart. It was time to act. Survival was of the essence. The two triceratops begun charging: their front feet were pushing dirt, brushwood and undergrowth, their horn were bent and directed at the tyrannosaurus. They would gain to at least fight.
A tyrannosaurus is an itinerant. A lone and powerful itinerant. It was the first time in a long roam, the young tyrannosaurus met a female. Their kind was prone to wrestle against each other everytime they met. He had to control her, put his phallus between her tail. Why ? His pent up sperm was cristallizing. Looking at the two obstacle before him, he begun groaning at his new partner, while frowning and evading the first triceratop's' charge. Her eyes were tilting at him. He crushed the first triceratop with his sharp teeths in a flash. Like it was nothing. They began looking right at each other. The female tyrannosaurus also begun groaning, growing her stance and closing her jaws until the young tyrannosaurus swiftly approached her. His blood soaked fangs museled her neck to no hurt. She was keeping an eye on the other triceratop for both of them. The other triceratop was still watching them. An unscrupulous spectator. A look kept him at bay. One thing happened that would change the dynamic. She turned toward her mate, teeths blazing straight ferocious anger when one of his unsupervised tooth scratched her front arm: he was trying to get behind her, to fuck her. But he was clumsy.
It wasn't a long deliberation of survival after that. The other tryceratops would not have been able to do much: his kin was already dead and he was scared. He started sprinting. The two tyrannosaur didn't even mind. They were busy making love, in their own ruthless way. The female tyrannosaurus made a huge vibrant screams as her mate plunged in her anus.


.
2
7
32
3
Défi
Marc BerRac

 La cristallisation répondait aux échos d'une toute autre résonnance. Trois miettes d'amphore, de ses anses galvanisées à la strie sinueuse de l'éclatement sanguignolent, gisaient éparpillées çà et là. Son contenu, le vin, régurgitant le flot liquoreux de rouges paillettes à la lueur du feu, se mêlait paresseusement au porphyre pourpre du plancher. Sur cette jarre fracassée, entre deux morceaux aléatoirement brisés, on reconnaissait un éphèbe munit de son panache héroique et son glaive au poing. La cisaille lui traçait une ligne vis-à-vis du torse, des côtes au pectoral gauche. Désunifié, le reste de son corps devait s'épandre ailleurs dans la mare, englouti. Précipitée dans la projection, plus loin sur la roche granitique en nervures marbrées, la rondeur de la plus grosse portion de l'amphore s'érigeait comme un rempart au liquide visqueux, retenant une partie de la rivière avant qu'elle ne se précipite à la rambarde de l'escalier. Sur le piédestal massif, le drap rouge de la nappe déviait de sa hauteur, s'étirant vers le sol pour venir s'abreuver d'un peu d'alcool, élevant une lueur plus sombre à la mesure de ses gorgées capillaires. Dans l'ombre des lueurs orangées, juste au bout et tout en hauteur, la tête grise du chat conquérant s'éveillait au bout de la table pour observer la grâce de son méfait, tel le vainqueur des éleuthériennes sur son destrier décontenancé.
3
7
7
1
Défi
phillechat
Quelques rencontres réelles ou imaginaires
26
10
0
3

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0