Chapitre 36 : Aveux - Partie 1

5 minutes de lecture

  Michael ne bougeait pas. Assis sur le canapé du salon et les bras croisés sur sa poitrine, il avait écouté mon récit sans m'interrompre une seule fois ou dire un mot, et depuis que j'avais fini, il avait baissé le regard et ne réagissait toujours pas. Les secondes s'égrenèrent, me semblant toutes horriblement plus longues les unes que les autres, puis se changèrent en minutes. Dans ce silence pesant, les battements de mon cœur me parvenaient avec tant de force que j'avais l'impression qu'il cherchait à me rendre sourde ou à jaillir de ma poitrine. Après ce qu'il venait de se passer, j'avais tout raconté à Mike, sans omettre le moindre détail, mais je commençais à me demander si ça avait été une si bonne idée. Est-ce que je n'aurais pas dû me contenter de la régénération accélérée dans un premier temps ? Pour un sceptique du surnaturel comme lui, toutes ces informations étaient sûrement trop difficiles à digérer d'un coup. Ça remettait en question toutes ses croyances, le monde dans lequel il vivait… Allait-il me détester de lui avoir fait ça ? Pourquoi ne réagissait-il pas ? Mes aveux avaient-ils grillé une partie de ses neurones ? Son silence et son manque de réactivité commençait à me rendre vraiment nerveuse.

  N'en pouvant plus, je finis par reprendre la parole.

  –Michael ?

  Il cilla plusieurs fois, comme s'il revenait à la réalité, et leva les yeux vers moi. Un instant passa, puis il lâcha une profonde expiration en fronçant les sourcils. Les traits crispés, il posa les coudes sur ses genoux et enfouit son visage derrière ses genoux.

  –As-tu quelque chose à boire ? marmonna-t-il dans ses paumes.

  Je bondis sur mes pieds et courus dans la cuisine récupérer le reste de Vodka que j'avais planqué avec les produits ménagers. Seul rescapé de la beuverie d'Ashley. Vu la quantité d’alcool qu’elle contenait encore, je ne m'embarrassai pas d'un verre et la lui ramenai. Mike en but la moitié d'une traite, puis la reposa sur la table basse. Son regard se planta dans le mien.

  –Très bien, laisse-moi résumer. Ton médecin a des yeux qui sont de véritables scanners médicaux et grâce à lui tu as découvert que : tes yeux à toi changent de couleur, que tu peux soigner les autres en les touchant mais qu'après tu tombes dans les pommes pendant des plombes, que tu guéris beaucoup, beaucoup plus vite que la norme, et que tu es capable de voir les... fantômes.

  –Je ne savais pas pour les yeux avant que tu me le dises, rectifiai-je, mais sinon, c'est ça... Je t'avais dit que les spectres existaient, ajoutai-je avec un sourire timide.

  Michael se laissa retomber au fond du dossier en passant ses mains dans ses cheveux et jurant. Il resta ainsi plusieurs secondes, puis se repencha d'un coup vers moi.

  –C'est une blague ?

  –Une blague ? répétai-je, ahurie. Comment peux-tu imaginer une chose pareille après ce qu'il vient de se passer ?

  Je joignis le geste à la parole et levai ma main encore couverte de sang. Son regard glissa vers elle et il grimaça.

  –Désolé, soupira-t-il en appuyant son front contre les siennes. C'est juste...

  Il ne termina pas sa phrase mais il n'en avait pas besoin pour que j'en comprenne le sens. Mes épaules retombèrent et je posai une main sur son genou.

  –Je comprends que ce soit difficile à accepter. J'ai moi-même encore du mal à croire que tout ça m'arrive, alors que j'ai toujours été ouverte en ce qui concerne le surnaturel. Donc pour quelqu'un comme toi qui n'y a jamais cru...

  Il se massa les tempes avant de vider le reste de la bouteille.

  –Tu as autre chose ?

  Les lèvres pincées, je secouai la tête.

  –Ce n'est peut-être pas plus mal, soupira-t-il en la reposant sur la table. J'aurais été capable de boire jusqu'à ne plus pouvoir réfléchir.

  Un silence suivit cet aveu. Pendant toute sa durée, Michael regarda la bouteille, comme s'il espérait qu'elle puisse se remplir à nouveau, puis il finit par se tourner vers moi. Toujours sans un mot, il me prit la main gauche, celle que je m'étais tailladée, et examina mes doigts avec attention.

  –Même en ayant assister à leur guérison, mon cerveau a du mal à accepter ce que j'ai vu, avoua-t-il.

  –Tu veux... que je me coupe à nouveau ?

  –Non ! refusa-t-il immédiatement. Surtout pas. Je ne remets pas en question ce qu'il s'est passé, mais je me demande si suis en train de rêver, si je me fais des idées ou si j'ai exagéré les choses en t'entendant hurler.

  Cette réponse me soulagea. Je ne m'étais jamais automutilée et je préférais ne jamais commencer.

  –C'est normal d’essayer de de trouver une explication rationnelle ou de se raccrocher à quelque chose qu'on connaît, le rassurai-je. On le fait tous. Pour ma part, je pensais devenir folle, donc ce n'était pas mieux.

  Le coin de ses lèvres se souleva imperceptiblement. Il s'attarda encore un temps sur mes doigts avant de relever la tête vers moi. Tout comme une tempête assombrissait les flots de la mer, le doute troublait le bleu marine de ses yeux.

  –Tu viens vraiment de découvrir tout ça ? s'assura-t-il. Ce n'est pas quelque chose que tu savais déjà depuis un moment mais que tu m'avais cachée ?

  –Tu m'as déjà vu blessée plein de fois, Mike, lui rappelai-je avec douceur. Si j'avais eu ces capacités depuis plus longtemps, ça n'aurait pas été le cas.

  Il concéda d'un geste de tête.

  –Et tu comptais me le dire ? poursuivit-il. Ou tu m'en as parlé uniquement à cause de ce qu'il vient de se passer ?

  –Je reconnais qu'au début, je ne savais pas quoi faire. J'avais peur... et j'ai toujours peur, qu'à cause de ça, tu veuilles me quitter. Mais malgré tout, je ne voulais pas te le cacher. Ça n'aurait pas été juste envers toi ; tu as le droit de savoir avec qui tu sors.

  –Alors pourquoi ne m'as-tu pas appelé pour en discuter eu lieu d'attendre aujourd'hui ?

  –Tu m'aurais cru si je t'en avais parler au téléphone ?

  –Non, admit-il dans un soupir.

  Un éclat traversa soudain son regard et ses sourcils se froncèrent.

  –T'es-tu coupée pour que j'ai une preuve ? demanda-t-il, on ne peut plus sérieux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

_Glimmer_
Glimmer se réveille dans un monde qu'elle ne connait pas et auquel elle ne comprend rien. Pourtant, tous ne cessent de lui répéter qu'elle en fait bien partie. Peut-être ont-ils raison ? D'autant qu'elle ne se souvient de rien. Malgré ses interrogations, elle va devoir s'adapter à cet univers étrange tant hiérarchisé si elle veut se fondre dans le moule. La voilà flanquée d'un Double, comme tout le monde les appellent, et à la recherche de la vérité. Et si son Double était une arme du pouvoir chargée de la surveiller et de l'espionner ? A qui faire confiance quand le mystère et les mensonges sont présents chez tout le monde ? Pas le temps d'y réfléchir, car une guerre d'un nouveau genre se prépare et Glimmer sera à la première place.
3
5
28
9
Défi
Mille Milles
La politique municipale, c'est pas beau. Élections clef en main, copinage, joyeuses magouilles. Les années soixante, au Québec, la fin de la période noire de Duplessis, où le clergé dansait le rigodon avec les politiciens. On a appelé ça la Révolution tranquille. Quant à savoir si le pays est sorti de cette grande noirceur, l'histoire qui suit ne le précise pas. Mais comme on dit chez nous : le bon Dieu le sait, pis le diable s'en doute. Le texte est en bonne partie en québécois. Je répondrai aux questions avec plaisir.
2
5
1
3
Défi
phillechat

Des années
Passées
Des années

Effacées
A écouter
Lavilliers

Révolte
Adolescente
Révolte

Formatée
Révolte
Vinyl

Révolte
Juste écouter
Lavilliers

Chanter
Les barbares
Les bagarres

Récits troublants
Pour bourgeois
Adolescents

Aux mythes ouvriers
Au chaud ma foi
Et bien protégés

Et dans la réalité
Le grand père
Ouvrier

Bien cabossé
Au front populaire
Continuait

A rêver
Et la radio
Déversait

Les mots
D un Lavilliers
Bien rangé

Aux firmaments
Faciles
Aux boniments

Dociles
Et les machines
Usées

Et les machines
Trop anciennes
Trop parisiennes

Allaient s arrêter
Et Lavilliers
De continuer

A versifier
Les morts
Les aurores

De l expansion
Et la nuit des chômeurs
Mai était passé

Illusions réveillées
Vite balayées
Par des politiciens rusés

Et les chômeurs
De se multiplier
La docilité

Allait régner
Et Charlie
De s amuser

Il allait fermer
Puis revenir
Puis mourir

Charlie
Je l ai toujours été
Et la mosquée

De la rue de Tanger
Je passais
A côté

Sans m en soucier
C était le quartier
Il restait

Quelques ouvriers
Oubliés
Peu concernés

Par Lavilliers
Et la cgt
N avait pas déménagé

Et des adolescentes
Troublantes
Se laissaient caresser

En chantant
Doucement
N appartiens

Jamais à personne
Tes seins
Qui frissonnent

En écoutant
Tout le temps
Lavilliers

Un passé
Vidé
Usé

Un passé
Renié
Refoulé

Et Mitterrand
Qui ment
Une révolution

De salon
L Utopia
Est là

Le soumis
Se renie
L argent

A gagné
Le temps
A passé

Et les shootées
Désespérées
De la vallée

Se sont mariées
Sans rechigner
Et seule la musique

Amplifiée
La musique
Magnifiée

Par le cd
Continue de planer
Les accords secrets

Petit minet
La musique
Qui se retire

La musique
Qui chavire
La musique

Des années
Passées
Des années

Effacées
A écouter
Lavilliers
54
18
0
19

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0