Chapitre 32 : Rumeurs - Partie 1

5 minutes de lecture

  Merde, merde, merde, merde.

  Qui n'avait pas entendu ses dix réveils ? Bibi. Qui venait seulement d’émerger parce que son chauffeur l'avait appelée après avoir attendu dix minutes dehors ? Bibi. Qui devait se préparer en moins de cinq minutes, montre en main, alors qu'elle avait la tête dans le cul ? Encore bibi ! Le tiercé gagnant !

  J'enfilai les premières fringues qui me tombèrent sous la main, puis descendis les escaliers en trombe. Mon corps de Hobbit noyé sous une énorme doudoune et une écharpe de quinze mètres de long, je plongeai la main dans le sac en tissu sur l'îlot de la cuisine et en sortis des mitaines. L'une des nombreuses paires que j'avais achetées la veille. Qui aurait cru qu’il en existait autant ? Mitaines en cuir style biker, mitaines en laine, mitaines en tissu, mitaines de sport... Il y en avait pour tous les goûts ! Ne voulant pas m'attarder trop longtemps dans les magasins – car quelqu'un qui dissimule son visage sous une écharpe et ses yeux sous des lunettes de soleil en intérieur n'a rien de suspect – je m'étais contentée de prendre tous les types de mitaines proposés par la boutique, soit une dizaine. Si j'étais condamnée à en porter jusqu'à la fin de mes jours, c'était le minimum vital. Enfin, je n'étais toujours sûre de rien. Peut-être que je les avais achetées pour rien. J'allais voir ça aujourd'hui.

  Une fois la paire en laine fourrée dans ma poche, je quittai mon appartement et m'empressai de rejoindre Logan. Il m'ouvrit la portière.

  –Désolée, glissai-je en m'installant sur la banquette arrière.

  –Ce n'est pas moi qui vais être en retard.

  Touché.




  Pour quelqu'un qui avait commencé la journée avec presque une heure de retard, je n'en avais plus que cinq minutes à mon arrivée à Harrington. Un nouveau record ! Pourtant, je ne jubilais pas. Blodwyn ne m'avait toujours pas rappelée alors j'avais espéré parler avec Sinéad avant les cours. Il ne me restait plus qu'à supporter deux heures de torture arithmétiques, suivies d'une aussi longue séance de psychologie à présent.

  Après avoir vérifié une dernière fois que mes mitaines couvraient bien mes paumes, je toquai sur la porte de la salle.

  Les cours furent aussi barbants que prévu et semblèrent s'allonger seconde après seconde. Lorsque la sonnerie retentit enfin, je m'éclipsai en vitesse. À cause du monde présent dans les couloirs, je glissai mes mains dans mes poches. Le test mitaine aurait lieu quand je l'aurais décidé, pas parce que je touchais quelqu'un par inadvertance.

  En arrivant au niveau de mon casier, j'aperçus une belle rousse ouvrir celui voisin du mien. Je sautillai pour la rejoindre.

  –Hey, belle gosse !

  Elle me jeta un rapide coup d'œil. Un sourire amusé fleurit sur ses lèvres.

  –Hey, miss-j'ai-bientôt-vingt-ans-mais-je-ne-sais-toujours-pas-m'habiller.

  –Quoi ?

  Elle agita son doigt devant ma poitrine. Je baissai les yeux et compris enfin ce qui n'allait pas : mon T-Shirt était à l'envers.

  –Évidemment, personne n'a pensé à me prévenir avant toi, soupirai-je.

  Un petit rire lui échappa.

  –Ça t'étonne ?

  –Pas vraiment.

  –Alors... (Elle referma son casier d'un coup de fesses) Grosse migraine, hier ?

  –On peut dire ça, confirmai-je en me dirigeant vers la cantine. D'ailleurs, en parlant d'hier...J'ai essayé de contacter ta mère, mais je n'ai pas réussi à l'avoir et elle ne m'a toujours pas rappelée.

  –Ah oui, désolée. Elle est très occupée en ce moment et je ne crois pas qu'elle ait son téléphone sur elle. Tu veux que je lui transmette un message ? À moins que tu l'aies appelée pour avoir quelque chose contre ta migraine. Si tu me dis de quoi il s'agit, j'irais faire un tour dans sa boutique pour te le chercher.

  Je secouai la tête.

  –Ni l'un ni l'autre. En fait, j'avais quelques questions sur votre don.

  Elle cilla plusieurs fois, surprise.

  –Notre don ? répéta-t-elle.

  –La capacité de voir les auras. Est-ce que vous l’aviez déjà à votre naissance ou vous avez dû vous entraîner pour y parvenir ?

  Sissi pencha la tête sur le côté d'un air interrogateur.

  –Pourquoi ces questions ?

  Quelle était la probabilité qu'elle me demande ça ? Cent pour cent. Avais-je donc préparé ma réponse ? Absolument pas. Je n'étais toujours pas parvenue à me décider. Michael mis à part, je parlais de tout avec Sissi. En plus, elle était la personne la plus ouverte d'esprit que je connaissais avec Blodwyn. Jamais elle ne se moquait de moi quand j'évoquais les fantômes. S'il y avait bien des personnes avec qui je pouvais parler de ce qui m’arrivait, en dehors du docteur Wilson, c'était elles.

  Pourtant, pour une raison que j'ignorais, je préférais en découvrir un peu plus avant de tout lui raconter.

  Je m'éclaircis la voix.

  –Parce qu'à cause de ma migraine, j'ai repensé à la fois où tu as retrouvé mes lunettes grâce à la trace que j'ai laissée dessus, commençai-je. J'ai trouvé ça génial. En fait, à chaque fois que tu me parles de ton don, je trouve ça génial. Alors je me dis que si ce n'est pas héréditaire, tu pourrais m'apprendre.

  Je m'en voulais de lui mentir comme un arracheur de dents mais j'allais jusqu'au bout, ajoutant l'effet « étoiles plein les yeux » à mes mirettes.

  Une légère grimace déforma les lèvres de Sissi.

  –J'aurais aimé t'apprendre, mais je crois bien que c'est héréditaire. Je les voyais déjà toute petite.

  Je lâchai un soupir résigné plus que convainquant.

  –Tant pis pour toi.

  Un sourcil perplexe se haussa sur son front.

  –Pour moi ?

  –Oui. Je vais être obligée de t'embêter chaque fois que je perdrais mes lunettes.

  –N'importe quoi.

  Je battis innocemment des cils avant de reprendre.

  –Et dis-moi, si c'est héréditaire, de qui ta mère tient cette faculté ? Mami Ni'Meallan ou Papi Mac'Meallan ?

  –De ma seanmhair.

  Il me fallut quelques secondes pour me rappeler que ce terme signifiait grand-mère.

  –Et avant ?

  Sinéad haussa les épaules.

  –Aucune idée. Je n'ai jamais demandé.

  Mami Ni'Meallan, Blodwyn, Sissi. Le don de voir les auras ne touchait-elle que les femmes de sa famille ? Comme aucune des trois n'avait de frère, je ne pouvais pas en être certaine. En revanche, ma théorie sur l'hérédité semblait vraiment se confirmer. Restait à découvrir si c'était aussi le cas pour mes nouvelles capacités ou celle du docteur Wilson. Dans la mesure où il ne connaissait pas son père, que le mien se trouvait... quelque part sur cette bonne vieille planète Terre, et que ma mère risquait de me faire interner si je me trompais, ça allait être du gâteau.

  En parlant de gâteau...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Deborah Hernould
Mathias et Ruben, deux amis d’enfance originaires de Mons, décident de profiter une dernière fois de leur abonnement à Pairi Daiza avant la fermeture hivernale du domaine. C’est ainsi que, le samedi 4 novembre 2017, ils partent en direction de Cambron-Casteau. Mais, pour l’un d’entre eux, la visite va prendre une tournure… étrange.
1
0
0
10
Chatonne Chatte

La sonnerie sonne lors de la récréation de l'après midi, ma meilleure amie et moi nous nous précipitons dehors.
Nous nous asseyons sur le banc à l'ombre en face des arbres, et nous discutons de tout et de rien.
Quand le bad boy du lycée crie mon prénom:
- Sarah, Sarah!!!!
Je me lève et demande :
- Qu'es ta ?
- Tu veux bien qu'on joue à action et vérité avec tous les autres?
- Attend tu m'a jamais adresser la paroles et la tu veux que je vienne jouer à ton stupide jeu?
- Ho s'il te plait?
- Non, Matheo ne commence pas.
Il n'est pas gêné celui la, il ne m'a jamais parlé il m'a toujours ignoré et la il vient comme une fleur, je me rassoir sur le banc mais ma meilleure amie se lève et se dirige toute joyeuse vert le bad boy.
Je suis complètement ahurie de son comportement mais je reste digne en me bougeant pas.
0
0
0
1
Libellule
Résumé d'un livre pour enfants
3
3
0
1

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0