Chapitre 30 : Révélations - Partie 1

3 minutes de lecture

  Le feu repassa au vert. La voiture devant nous eut le temps de traverser le carrefour et celle de derrière de klaxonner deux fois avant que je me décide à refermer la porte, les yeux toujours fixés sur le profil tiré du docteur.

  –C'est à dire ? demandai-je. Je croyais que vous ne pouviez pas voir Finn.

  –Je ne vous ai pas menti, assura-t-il en appuyant sur l'accélérateur. Depuis son décès, je ne l'ai plus jamais vu.

  –Vous soignez aussi les gens en les touchant ?

  –Non plus.

  –Alors quoi ?! m'impatientai-je.

  Il se gratta nerveusement l'arrière de la tête.

  –Je peux connaître l'état de santé d'une personne d’un simple regard.

  Mes sourcils se froncèrent.

  Comment ça ?

  –Son anatomie, son rythme cardiaque, sa température ; si elle a de la fièvre, une fracture en train de se ressouder, une maladie ; si une femme est enceinte, même de quelques jours... Je ne sais toujours pas comment ça fonctionne, mais il suffit que je fixe une personne pendant trente à soixante secondes pour l'ausculter dans les moindres détails.

  Trente à soixante secondes ?

  Toutes les fois où il m'avait observée bizarrement à l'hôpital, où j'avais trouvé son regard inhumain, comme s'il m'analysait au peigne fin, me revinrent en tête. Ça avait toujours duré une trentaine de secondes ! Et quand je lui avais demandé comment il avait trouvé si vite ce que j'avais, que m'avait-il répondu ?

  « Un regard différent. »

  Différent ? Putain ! C'était loin d'être juste différent !

  Je m'affalai sur mon siège et passai une main dans mes cheveux, hébétée.

  –Si je résume bien... Vous avez des putains de supers scanners médicaux à la place des yeux.

  –J'imagine qu'on peut dire ça.

  –Et vous pouvez voir à travers les vêtements ?

  Je croisai les bras sur ma poitrine en lui lançant un regard mauvais. S'il pouvait faire ça, c'était le pouvoir le plus pervers du monde.

  –Quoi ? Non, non. Pas du tout, rétorqua-t-il dans la seconde. Je ne vois pas à travers les vêtements, enfin, pas dans le sens auquel vous penser. Ils ne constituent simplement pas d'obstacle si je veux examiner quelqu'un en le regardant.

  Mes bras retombèrent le long de mon corps et je poussai un profond soupir.

  –Moi qui pensait être mal à l'aise à cause de vos yeux rouges à l'hôpital, marmonnai-je. Vous m'avez scannée à plusieurs reprises, pas vrai ? C'est comme ça que vous avez trouvé ce qui n'allait pas chez moi ?

  Il opina.

  Je m'affalai encore plus, puis massai mes paupières closes. Étais-je en train de rêver ? Je me pinçai les joues au point de me faire mal. Non. J’étais bien réveillée.

  Bon sang, quand le docteur Wilson m'avait appris que Finn était un fantôme, je n'aurais jamais pensé que ma vie plongerait autant dans le paranormal ! J'étais visiblement capable de voir les revenants et de soigner ceux qui en avaient besoin, et lui devait être bien meilleur que tous les autres médecins grâce à ses yeux détecteurs de maladies ou de blessures. D'ailleurs comment fonctionnait son regard ?

  –Quand vous scannez quelqu'un comme Cami, est-ce vous voyez directement : cancer en phase quatre ?

  –Non, pas exactement, je dois interpréter les signes. Mais quand il y a quelque chose qui ne va pas, ça déclenche une sorte d'alerte dans mon esprit et ça attire mon attention.

  Même si ça manquait de clarté, c’était déjà pas mal.

  Une seconde passa, puis je me redressai brusquement sur mon siège et me tournai vers lui.

  –Qu'est-ce que ça fait de nous ? m'enquis-je. Des X-Men ? Des Tomorrow People ? La prochaine étape de l'évolution ? On est nombreux ? Vous saviez que j'étais comme vous avant de venir me voir et vous êtes venu pour me recruter pour rejoindre votre confrérie de super-héros ?

  Ça se trouve, il était en train de m'y emmener en ce moment même !

  Les épaules du docteur se détendirent et il secoua la tête, dépassé par ma réaction.

  –On ne vous a jamais dit que vous regardiez trop de films ?

  –Je travaille dans le milieu du cinéma donc, non. Et de toute façon, on ne pourra jamais regarder trop de film. Mais on s'éloigne du sujet.

  Il se mit à pianoter sur le volant.

  –Alors, je ne sais pas ce que ça fait de nous, avoua-t-il. Et non, je ne suis pas venu vous chercher pour rejoindre une confrérie. Je ne sais pas non plus si nous sommes nombreux. Avant de vous rencontrer, je n'ai jamais eu l'occasion de parler avec des personnes qui sortent de l'ordinaire.

  –Mais vous en avez déjà vu, déduisis-je.

  Il confirma d'un hochement de tête.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

EMMALIA
Il y a près d'une décennie, nous avons décidé d'aller vivre dans le pays de nos vacances. Soleil toute l'année, plages de sable fin, palmiers, thé à la menthe... la réalité s'est avérée beaucoup plus drôle qu'idyllique ! Dans ce pays où tout est possible mais où rien n'est certain, il ne se passe pas une journée sans une anecdote amusante (voire hilarante), insolite (ou même franchement bizarre), parfois choquante (si ce n'est indécente). Société, bestiaire, nature, gastronomie, magie... il y en aura pour tous les goûts.
103
152
25
19
Cécile POMMEREAU
Fred n’est pas un loup-garou, ni un ange gardien. Il n’est pas de ces pâles suceurs de sang qui font tomber comme des mouches des lycéennes au brushing impeccable. D’ailleurs, tout le monde sait que ces bestioles-là n’existent pas. Fred a un physique banal et les poches trouées. Il n’arrive pas à garder une fille plus de trois semaines et sort de prison. Pour couronner le tout, c’est le jour où il essaie de se foutre en l’air qu’il apprend qu’il est immortel. Fred n’a pas de chance.

Jean, lui, est flic. Il pensait avoir tout vu après trente ans passés a la Crim’. Mais voilà qu’un beau jour, un de ses cadavres se paye le luxe de se tirer de la scène de crime. Pour lui c’en est trop et il est bien décidé à le retrouver. Il ne manquerait plus qu’il parte en retraite avec une affaire non élucidée...
15
4
0
10
Orchidoclaste
Un poème récent, en vers libres
11
14
0
0

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0