Chapitre 27 : Résultats - Partie 1

7 minutes de lecture

  Incapable de rester sans rien faire, j'étais sortie de mon appartement pour attendre le docteur au pied de l'immeuble. Mais ça faisait maintenant un quarante-cinq minutes que j'étais assise sur les marches et il n'était toujours pas arrivé. Les énormes flocons cotonneux me couvraient de plus en plus, me transformant progressivement en bonhomme de neige. Il en tombait tant que les rues étaient désertes pour cette fin de journée. Seules les grosses voitures ou les chasse-neiges se risquaient à traverser la ville, ainsi que quelques piétons suicidaires. On ne voyait rien à plus de dix mètres.

  Recommençant à ne plus sentir mes mains, je les sortis de mes manches, puis tentai de les réchauffer avec mon souffle. De gros nuages de buées s'élevèrent devant moi et vinrent flouter mes lunettes.

  Qu'est-ce qui prenait autant de temps au docteur ? Il n'avait quand même pas eu un accident sur le trajet. Avec un temps pareil...

  –Baskerville ?

  Je poussai un hurlement de surprise et bondis sur mes pieds. Ça ne manqua pas : le gauche glissa sur la poudreuse et, sans Logan pour me rattraper, je me rétamai. Une vive douleur se déclencha lorsque mon séant rencontra la marche. L'énorme manteau blanc n'atténua en rien l'impact.

  –Pu.... tain !

  –Vous allez bien ?

  –Je crois que je me suis cassée le coccyx, répondis-je en me frottant l'arrière-train.

  –Je n'en serais pas si sûr, rétorqua le docteur après une dizaine de secondes.

  Je coulai un regard sur le côté et compris enfin pourquoi je ne l'avais pas vu arriver. Entre ses vêtements noirs comme la nuit, et sa peau et ses cheveux encore plus blancs que la neige, il se fondait complètement dans ce paysage hivernal nocturne. Seuls ses yeux rouge sang ressortaient au milieu de ce tableau monochrome. Quand il me tendit la main pour m'aider à me redresser, je ne fis pas ma forte tête et acceptai.

  –Vous avez les résultats ?

  –Oui. (Mon cœur eut un battement puissant.) Mais si ça ne vous dérange pas, on devrait en parler à l'intérieur.

  –Oh, oui bien sûr.

  Dans mon empressement, je manquai de me casser à nouveau la gueule. Une litanie de jurons m'échappa. Me rappelant la présence d'un certain albinos, je m'éclaircis la voix pour retrouver bonne contenance, puis déverrouillai la porte.

  La montée d'ascenseur fut longue et silencieuse. Je me mordis les lèvres tout du long et ne cessai de lorgner sur la sacoche du docteur. À l'intérieur se trouvaient les résultats que j'avais tant attendus. J'avais envie de la lui arracher pour découvrir ce qu'elle recelait.

  Lorsqu’on sortit de la cabine, l’albinos haussa un sourcil en découvrant mon appartement ouvert à tous les vents.

  –Je sais que ce ne sont pas mes affaires. Mais vous devriez peut-être éviter de laisser votre porte ouverte. New York n'est pas connu pour son faible tôt de criminalité.

  –Je n'ai pas eu le temps de la fermer hier soir parce que je me suis évanouie avant. Et là, j'étais devant l'immeuble ; j'aurais pu voir qui entrait s'il y avait eu quelqu'un. Et puis, c'est pas si important, il n'y a rien à voler ici.

  On entra chez moi et le regard qu'il passa sur l'ensemble du salon exprima le fond de sa pensée.

  –Bon, d'accord, il y a peut-être deux-trois trucs qui pourraient intéresser des voleurs, admis-je. Mais ce n'est pas comme si je ne pouvais pas m'en racheter et je suis juste tellement stressée que...

  –Baskerville ? me coupa-t-il. Respirez.

Je pris une profonde inspiration et expirai lentement. Je dus reconnaître que ça me fit du bien.

  –Vous voulez du café ? proposai-je, plus calme. Vous semblez fatigué.

  De légers cernes obscurcissaient sa peau diaphane.

  –Volontiers, je n'ai pas beaucoup dormi depuis hier.

  C'est bien ce que je me disais.

  –Faites comme chez vous, je reviens.

  Je sautillai jusqu'à la cuisine et choisis une capsule estampillé « café corsé ». Le temps que la tasse se remplisse, mon stress grimpa en flèche. Je n'avais d'ailleurs jamais été aussi stressée de toute ma vie, même pour les Emmys. Je pris à nouveau une profonde inspiration, récupérai la tasse, puis rejoignis mon médecin dans le salon.

  –Merci bien.

  Il souffla dessus, puis la posa sur la table basse. En le voyant glisser la main dans son sac, mes muscles se bandèrent. Le temps des réponses était enfin arrivé !

  Contre toute attente, il sortit un petit objet qu'il plaça au-dessus de son café. Je fronçai les sourcils et le regardai faire d'un drôle d'œil. Il s'agissait d'un thermomètre. Après avoir lu la température qu'il indiquait– soixante-dix-sept degré Celsius –, le docteur le posa à côté de la tasse.

  –Qu'est-ce que c'était que ça ? demandai-je, de plus en plus perdue.

  Il sembla se rappeler que j'étais là.

  –Ah, euh... (Il se gratta l'arrière de la tête, mal à l'aise.) C'est pour éviter que je me brûle. Je ne peux pas sentir la chaleur. Enfin, si, je sais quand c'est chaud, mais je ne peux pas savoir quand c'est trop chaud... J'ai de l'analgésie congénitale, finit-il par lâcher.

  –De la quoi ?

  Il poussa un soupir.

  –De l'analgésie congénitale, répéta-t-il. Je ne ressens pas la douleur, ce qui inclut les brûlures.

  Quoi ?

  –Attendez deux secondes, en plus d'être albinos, hypermnésique et gigantesque, vous ne sentez pas la douleur ? résumai-je. (Il opina.) Comment est-ce possible ?

  C'était la première fois que j'entendais parler de quelqu'un qui accumulait autant de maladies rares à lui-seul.

  –Après ce que je vais vous dire, ça sera probablement la chose la plus normale que vous aurez entendu de la soirée, contra-t-il.

  Je me tendis à nouveau. Ça n'annonçait rien de bon.

  Il replongea la main dans sa sacoche et, cette fois, il en sortit un dossier. Je dus me faire violence pour ne pas lui arracher des mains.

  –Premièrement, le sang, débuta-t-il en sortant un fin paquet de feuilles de sa chemise cartonnée. Je n'avais pas l'ADN de votre neveu pour le comparer avec celui du sang, alors je l'ai fait avec celui de votre sœur, que j'ai eu en récupérant un cheveu dans son bureau.

  –Et ? m'impatientai-je.

  –L'ADN du sang appartient à un homme et la moitié correspond à celui de votre sœur, c'est donc celui d'un de ses fils.

  Mon souffle se coupa. Mes connaissances en biologie étaient limitées, mais quand le docteur me donna les résultats, j'en analysai chaque ligne, peu importe si je n'y comprenais rien. Mon regard s'attarda de longues secondes sur la conclusion finale, celle qui annonçaient que l'ADN inconnu était lié à celui de référence.

  –Je le savais, murmurai-je encore sous le choc de cette confirmation. J'étais sûre que Liam avait saigné. Je l'ai senti dès que j'ai glissé la main sous sa tête... (Je relevai les yeux vers le docteur.) Mais alors pourquoi Ash et les urgentistes n'ont trouvé aucune plaie quand ils l'ont examiné ? Pourquoi est-ce que Liam n'avait rien, pas même un bleu ?

  Il me fit signe de patienter et posa de nouvelles feuilles de son dossier sur la table basse. Des radios de colonne vertébrale, tout ce qu'il y a de plus normal. Quel était le rapport avec le sang de Liam ?

  –J'ai eu un peu de mal à avoir cette information, mais ce matin, une certaine Grace Silver s'est rendue chez son médecin traitant.

  –Qu'est-ce qu'elle a ? m'inquiétai-je.

  –Rien du tout, elle va bien, même plus que bien.

  Il sortit un second jeu de radio qu'il posa à côté des premières. Cette fois-ci, ce qui n'allait pas me sauta aux yeux : toutes les vertèbres n'étaient pas alignées. La ligne régulière se brisait vers le bas de l'échine.

  –Madame Silver a survécu un terrible accident de voiture mais lors de l'impact, sa colonne vertébrale s'est rompue entre T12 et L1, m'expliqua-t-il en pointant du doigt le décalage que j'avais remarqué. C'était il y a six mois. À moins de nouveaux progrès médicaux dans ce domaine, elle aurait dû rester en fauteuil pour le reste de sa vie. Pourtant, ce matin, elle pouvait à nouveau bouger les jambes.

  –Mais... Elle est paraplégique.

  –Elle ne l'est plus.

  Il tapota les premières radios.

  –Ces radios, ce sont aussi les siennes. Elles datent de ce matin. Son médecin lui a obtenu un rendez-vous éclair pour les faire lorsqu'elle s'est présentée à son cabinet et lui a montré ce dont elle était de nouveau capable. Elle est guérie, Baskerville, complètement guérie. C'est comme si l'accident n'avait jamais eu lieu. Tout ce qu'il lui reste à faire à présent, c'est un peu de rééducation pour pouvoir de nouveau marcher sur ses deux jambes sans appuis.

  Hébétée, je fis glisser mon regard des radios, aux résultats de comparaison ADN, aux escaliers, pour revenir aux feuilles sur la table.

  –Je... Je ne comprends pas... Comment est-ce possible ?

  –J'ai une théorie, mais j'ai encore une chose à vous montrer avant.

  Il me remit une nouvelle feuille de sa pochette. Celle-ci était plié en trois mais la partie supérieure me suffisait. Dès que mes yeux se posèrent dessus, mon cœur s'arrêta, littéralement. Je portai une main à mes lèvres.

  La photo d'un petit garçon y était imprimée. Un petit brun aux grands yeux café que je ne connaissais que trop bien. Il était plus en chair sur ce cliché que lorsque je l'avais vu, mais c'était Finn, mon petit coureur. Après plusieurs secondes, je réussis à décrocher mon attention de son visage pour observer le reste de la feuille. Si j'avais encore eu le moindre doute sur son identité, il se serait envolé à cet instant. Cette fiche appartenait au dossier médical de Finn Campbell. Je n'en revenais pas. Il existait vraiment ? Je ne l'avais pas inventé ?

  –C'est bien lui, le garçon avec lequel vous discutiez au moment où je suis arrivé, dimanche ? demanda le docteur.

  –Je... Oui... C'est lui.... Mais pourquoi la secrétaire n'a pas trouvé son dossier quand elle l'a cherché ?

  Il y avait le bordereau du Romanovitch Hospital, l'hôpital où j'avais croisé Finn.

  Le docteur baissa les yeux un instant, puis récupéra le document.

  –Parce que Finn Campbell ne se trouve plus à l'hôpital depuis douze jours. (Il déplia la feuille.) Il est décédé le huit février.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Anneh Cerola

Quoi que je fasse
Que je me débatte
Entre les mots et les dates

Où que je me cache
Leitmotivs que je rabâche
Les filets sont trop lâches

Où que je me tienne
Dans la pénombre
Des longues ruelles

Quoi que je rêve
Ou que j'écrive
Les notes sont trop brèves

Habillé de mélodie
Ton souvenir indélébile
Revient nimbé de patchouli
7
9
0
0
Défi
TristesseExistenSyel
L'hiver est froid. La neige tombe. À 18h42 dans un pub, rien de bien intéressant ne se passe. Alors on attend. Et puis d'heure en heure on comprend que bien plus se joue dans la plus profonde lassitude que dans la plus épique des actions. On y fait souvent les choix les plus durs, les plus tristes mais les plus déterminants.

La vie c'est des cycles. Au final on ne fait que tourner en rond. En se rend alors compte qu'au fondement de l'humanité il n'y a pas de grandeur. Il y a seulement de la décadence. Ou alors peu-être est-ce ensemble que ces personnages deviennent grand ? Peu être que leur cœur s'estompe et bat de moins en moins vite mais peu être qu'à 18h42 quelque chose va changer. Une chose qui fait grandir. Une force capable de démarrer une spirale incessante... la vie.
19
21
70
32
Cecile Massalia

La jeune femme dans les bois

Sous le ciel infini et feuillage dansant
Une femme avançait le pas hésitant
Depuis longtemps, dans ce bois abandonné, plus aucune âme n’y était passée
Et nul ne songeait plus au doux murmure des arbres, ni au chant mélodieux des oiseaux

En cette fin d’Octobre, seules les feuilles d’automne recouvraient le terrain boueux de l’allée
Empreintée autrefois par quelques âmes humaines
De leur passage, nulle trace, nul souvenir qui en fasse le récit
De la dernière averse, la terre humide ne cessait de rester muette
Et gardait en secret le profond silence des morts

Perdue dans son imaginaire, désolée par une réalité trop peu passionnée,
La visiteuse inattendue cherchait du regard le chemin vers une terre d’asile
La liberté sans frontières et l’amour sans limites, toujours avaient été sa loi secrète
Vint un instant où l’audace de la pensée la fit redevenir celle d’autrefois

Charme trop souvent éphémère, l’extase fait place aux désillusions
Route tortueuse que celle de l’absolue existence
Le présent et l’avenir s’épient, le réel et l’irréel s’affrontent
La culpabilité humaine embrasse l’innocence de la nature

Eblouissante était-elle devenue, l’espérance au front, le regard chargé de lumière,
Celle qui le matin même n’avait trouvé nul sens au battement de son sang
La création toute entière lui appartenait, à cet instant, à l’infini,
Mille ans la couronnèrent, l’éternité était à sa vue

Passé devenu présent, amour sans fin, renaissance tant désirée
Insouciance enfantine et ardent désir d’une femme éclose
L’espérance passionnée la prenait à la gorge,
Le souvenir des amours d’autrefois l’enveloppa de son parfum

Le bois enchanteur était son confident, silencieuse était sa musique
Demeure d’un instant, elle lui avait pourtant tout dit,
« Je t’observais souvent en secret et n’osais te parler » lui disait-elle
J’étais perdue et tu m’as fait revenir à la terre »

Les jours passèrent et nulle présence ne revint en ce lieu
Où était donc passée la douce créature, amie des bois et forêts ?
« Je ne suis jamais loin de toi » se dit –t-elle quand lui vint l’appel
« Demain, à l’aube, je reviendrai, j’ai tant de questions encore à te poser
Et toi, tu me diras encore qui je suis, et qui je serai ! »
Le cauchemar

A cette heure tardive, le soir devient profondeur
Et l’écriture trop éprouvante ne parvient plus à me garder éveillée
Assoupie à ma table de travail où s’étalent mes dernières pensées,
Je me laisse guider par les songes et découvre des territoires inconnus

Vibrantes sensations dont je ne parviens pas à saisir le sens ni l’origine
Il est trop tôt pour ouvrir les yeux, une force despotique me raccroche à elle
Elle s’impose à moi, me dissous et me fait murmurer des mots incompréhensibles
Moi-même, je ne suis plus, la peur m’étreint et ne me lâche plus

Blessée au cœur, les larmes inondent mon sang, et mes lèvres se mettent à trembler
Un être que je ne connaissais pas à lâché ma main et me voilà plongée dans la nuit
Ma gorge est sèche, sortir de cette obscurité est mon obsession
Mais le jour tarde à se lever, mon impatience me rend folle

Mes membres pendent au poteau du condamné, on veut me les arracher
Un couteau a ouvert ma chair, la plaie est béante mais nul sang ne s’écoule
L’espoir de la résurrection m’a abandonnée, la mort a posé ses mains sur mon visage
Mes yeux se sont éteints et l’univers tout entier semble être tombé dans l’ombre

Dans ce village abandonné, on n’entend plus que les feuilles mortes secouées par le vent
Midi a sonné et pourtant la lumière du jour persiste à demeurer cachée
Ils sont déjà loin les habitants qui hier encore étaient en fête
Ils ont fui des ennemis inconnus et sont partis demander secours au soleil

Restée sur la place vide, ma peau épuisée est à la merci des bourreaux,
Je suis victime et témoin de l’histoire, histoire toujours recommencée
Les morts, témoins du passé, m’appellent de leur demeure lointaine
Bientôt ils me conteront leur douloureuse aventure parmi les hommes

Il y a plusieurs heures déjà que mes rêves m’ont conduite vers le naufrage
Je me suis réveillée au milieu de la nuit, et ne suis plus personne
Mon papier et ma plume n’ont plus de maître, mes yeux s’ouvrent mais ne voient pas
Rien n’a changé autour de moi, et pourtant tout à basculer
Ceci est certain, je ne suis plus la même qu’hier,
Aujourd’hui, je suis seule, aujourd’hui je suis vieille !
Poésie et existence

Sens aigue de l’existence, vie inspirée
Inspiration poétique ou divine
Une ombre, une nuit, un vers d’un poète disparu
Et tout est ressenti, tout est dit

Sentiment fugace, et une seconde vaut bien une année
Il n’y a plus de temps humain, la nuit pourrait être infinie
Et le jour ne jamais se lever
Réflexions et rêveries n’auront pas de fin

Le passé n’est plus, l’avenir est enfoui sous la terre
Jeunesse et beauté semblent ne nous avoir jamais quittés
La douleur n’est plus qu’une invention de l’esprit
Et les épines des jours ne font plus couler de sang

Quand bien même le goût amer des heures reviendrait,
Le vers du poète n’oublierait pas de tendre sa main secourable
Les Romantiques nous doivent bien cela
Tant notre malheur leur inspira des notes délicieuses

Grands connaisseurs des cœurs, ils en appellent à nos sens et nous invitent au repos
Demain encore, leurs mots seront la continuité de nos existences
Souvent plaintif, joyeux parfois, leur chant matinal nous fait retrouver l’universelle destinée

Il nous écoute, celui devant qui nous avons ouvert nos poings fermés
Quelque part, dans un rêve éveillé, la voix du poète fredonne l’hymne des cœurs blessés
Celui-là aussi a souffert d’amour mais la mer ne l’a pas englouti,
Son existence devait rester grande, elle devint alors un air de poésie
La folie du génie ( Camille Claudel )

A Montdevergues, une femme sculpteur regarde à la fenêtre et fixe les fous errants
C’est l’heure de la promenade, les pensionnaires portent leurs ailes blessées
Ca court, ça crie, ça hurle sous le soleil aux rayons brulants
En cette fin d’après-midi de Juillet, l’asile prend des airs de fête sauvage

Elle est demeurée dans cette pièce, celle qui continue d’hurler le nom de Rodin
Chambre vide aux murs jaunis, ni chaleur, ni bonheur ne la traversent
Une lettre, posée à la hâte sur une table de bois, attend d’être achevée
Depuis ce matin, la main si bien habile autrefois se met à trembler

Elle a trop supplié, les mots toujours se ressemblent
Il lui faudrait de la glaise et du marbre, l’infinie douleur la transperce
Comme au temps de la Valse et de la Destinée son esprit est dévasté
Le monde à sa vue n’a plus de regard, le malheur a perdu son odeur

Dans l’atelier où elle régnait dans l’ombre, les élans passionnés avaient toutes les expressions
Amour dévastateur, abandon inéluctable, mélancolie créatrice
Tout était dans ses mains, la nuit était comme le matin, témoin d’une nouvelle création
Et chaque jour était un cri poussé de concert avec l’orage

Le front collé au mur, le vin à dix sous, soutien illusoire pour les heures vident d’inspiration
Les chaînes à la serrure la protègent, la sœur du poète ne veut plus entendre parler des hommes
Une nuit fut plus terrible que les autres, une voix lui fit brandir le couteau
Mille débris sont à ses pieds, tout est à recommencer

Un matin d’hiver, dans un silence attristé, la capture se fit annoncer
Nuages gris toujours plus sombres, et le jour devint la nuit
Une femme enchaînée, jadis muse d’Auguste, hurle à la liberté
C’est l’heure du départ, vers un néant jamais nommé

Treize ans se sont enfouis déjà et le regard martyrisé fixe toujours le ciel endormi
Les nuages blancs dessinent des courbes voluptueuses, souvenirs d’étreintes sculptées
Soudain la mélancolie quitte le cœur blessé, la rage se met à grogner
Une femme de cinquante ans se souvient, l’agitation fait soudain place à l’attente

Sous la terre, en ces jours de notre temps, des os desséchés luttent encore contre l’oubli
Dans ce cimetière des Vosges une femme parle doucement, à voix basse
Et il nous semble entendre un murmure caresser les feuilles d’automne sous la pluie
Nulle tombe, mais une âme tourmentée qui fixe les passants, et marche sans faire de bruit
���
0
0
0
6

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0