Chapitre 18 : 1h47 - Partie 3

4 minutes de lecture

  Assise sur le canapé, la tête appuyée contre sa paume pour l'empêcher de tomber et de vilains cernes sous les yeux, Ashley somnolait à moitié tandis que sur le lit, Adam et Liam jouaient sur une tablette en riant aux éclats, parfaitement réveillés. La tension qui m'écrasait depuis l'accident s'envola et je me sentis respirer à nouveau. Liam allait bien. Il allait vraiment bien !

  –Ana ? Mais que fais-tu déjà là ?

  Ashley avait rouvert... ou plutôt entrouvert les yeux. Elle était crevée.

  –Il fallait que je le voie.

  –Je savais qu'on aurait dû te chercher, soupira-t-elle. Tu n'as pas dormi ?

  Mon sourire crispé répondit pour moi. Elle soupira à nouveau et tapota le canapé. Je m'installai à ses côtés et posai la tête sur son épaule.

  –Ça va mieux ? demanda-t-elle.

  –Maintenant oui.

  –Tu aurais dû venir tout de suite.

  –Je suis une grande fille, lui rappelai-je. J'ai essayé de gérer ça comme une grande.

  –Grande fille ? Je ne te trouve pas si grande que ça.

  Je lui donnai un coup de coude dans les côtes qui la fit rire. Mes muscles se détendirent encore plus. Je n'étais pas petite à proprement parlé – mon mètre soixante-et-un était juste en-dessous de la moyenne – mais j'avais espéré m'approcher un peu plus de la taille d'Ashley, un bon mètre soixante-dix. Malheureusement mes vœux n'avaient pas été exaucés et j'avais arrêté de pousser depuis mes quinze ans.

  –N'oublie pas que tout ce qui est petit est mignon.

  –Et tout ce qui est grand est con, ajoutai-je avec enthousiasme.

  Cette fois-ci, c'est elle qui me donna un coup de coude et on rigola ensemble. Kyle arriva peu de temps après avec deux longs Starbuck.

  –Si j'avais su que tu viendrais si tôt, je t'en aurais pris un, s'excusa-t-il en me voyant.

  –C'est bon, j'ai mangé avant de venir.

  Et puis le café et moi, ce n'était pas une grande histoire d'amour.

  Lorsque mon beau-frère donna le sien à ma sœur, je me concentrai sur les deux Affreux, toujours à fond sur leur tablette.

  –Combien de temps va-t-il rester à l'hôpital ? m'enquis-je.

  –Quelques heures, répondit Ash. Il sortira après le déjeuner. Il y a eu bien plus de peur que de mal, hier soir.

  –À qui le dis-tu...

  Il y avait toujours pleins de choses que je n'arrivais pas à comprendre et qui me perturbaient au plus haut point, mais je ne pouvais nier ce que j'avais sous les yeux : Liam allait parfaitement bien.

  –Tu devrais peut-être rester chez toi pour te reposer, aujourd'hui, me conseilla ma sœur. Tu as une petite mine.

  –Elle n'en a pas besoin, trancha une voix autoritaire.

  Un frisson dévala mes vertèbres. Je me tournai vers l'entrée de la chambre et croisai le regard glacial de ma mère.

  –Ana est fatiguée et elle a besoin de s'en remettre, répliqua Ashley.

  –Justement, aller au lycée va lui permettre de se changer les idées. Maintenant, viens avec moi.

  Crispée par l'appréhension, je me levai et suivis ma mère hors de la chambre. On remonta le couloir dans un silence oppressant jusqu'à une salle d'auscultation. Elle m'ordonna d'y entrer, puis referma derrière moi. Je portai une main à mes lèvres pour cacher un bâillement ; ma mère ne manqua pas de le remarquer.

  –Je vois que la culpabilité t'a empêché de dormir. Ça prouve au moins que tu as du remord.

  –Je...

  Elle me gifla.

  Le coup fut si violent que le son se répercuta sur les murs de la pièce et que ma tête pivota sur le côté. Pétrifiée, il me fallut plusieurs secondes pour oser la ramener dans le bon axe. Ma mère me toisait de haut, le regard brûlant de colère.

  –Je ne veux pas entendre tes pathétiques excuses, cracha-t-elle d'une voix glaciale. Ashley m'a raconté ce qu'il s'était passé. Tu n'as peut-être pas poussé Liam, mais ne te fais pas d'illusion, Anastasia, ce qui est arrivé est entièrement ta faute. Leur proposer de choisir une peluche.... À quel point es-tu stupide ? C'était certain qu'ils allaient se disputer. Tu es autant responsable de cet accident que de la mort d'Ilya.

  Ce fut plus fort que moi Incapable de repousser la culpabilité que ses paroles insinuaient en moi, je baissai les yeux.

  –Ton père t'a couverte pour le meurtre de ton frère parce que tu n'avais que dix ans, mais tu ne pourras pas t'en sortir aussi facilement la prochaine fois.

  –Je suis désolée...

  –Liam aurait pu mourir. Aucune excuse ne sera suffisante pour te faire pardonner. Maintenant va t'asseoir sur cette chaise et attends l'arrivée du Docteur Wilson.

  –Mon rendez-vous est à dix-heure et demi, lui rappelai-je dans un murmure presque inaudible.

  Je n'allais pas rester deux heures dans cette pièce à ne rien faire.

  –Et ? Ça te laisse le temps de réfléchir aux conséquences de tes actes, lâcha-t-elle froidement.

  Puis elle quitta la pièce sans m'accorder le moindre regard. La porte calqua violemment derrière elle.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Martin Gagnon

Sur Smorgue il y a une infirmière qui s'appelle Catherine
qui voudrais avoir un bouquin pour en faire des tas de
copies pour que les étudiants qui porte le polo pour lire
et écrire des bout de texte.

Et ce bouquin s'appelle Les Tableaux de Laurel que Martin
tavarès garde dans une armoire à son appartement et qui
habite avec Maggie son ex fiancée et Laurel la blonde qui
peint des tableaux et qui porte le polo, la robe de cocktail
et l'imperméable et la redingote.
Et sur Smorgue dans le palais du Roi.

Catherine si je t'ai demander de venir, c'est pour te demander de retourner sur terre et ramener ma fille Karine pour qu'elle retourne en classe pour étudier.
Altesse votre fille à épouser un terrien parce ce qu'elle m'a envoyez cette carte où elle a écris ceci.

Chère Catherine je ne voulais pas t'envoyez dans les arbres pour sauvée ce Tavarès que nous avion garder en captivité dans la grotte des chutes de st Ursule et aussi je voudrais que tu dise à mon père que j'ai épouser un terrain.
Elle a épouser un terrien ma fille.
Oui Altesse.

Tu va prendre un de nos vaisseau de l'espace et allez sur terre et la ramener ici sur Smorgue pour poursuivre ses études.
Oui Altesse.

Et le vaisseau s'envola dans l'espace et attérissait sur terre près du terrain de soccer et descendit de ce vaisseau de l'espace c'était Catherine la blonde infirmière qui se rendait en classe pour causée avec Karine qui était mariée à Julien.

Bonjour Karine qui m'a pousser dans les arbres aux chutes de st Ursule.
Qu'est-ce que tu fais ici.
Je suis ici pour te ramener sur Smorgue pour poursuivre tes études ma chérie.
Et pour voler le bouquin des Tableaux de Laurel pour le ramener sur Smorgue et en faire des tas de copies pour l'envoyez dans une de nos bibliothèque pour que nos étudiants écrivent des textes, mettre des dessins, photos avec texte, paysage avec texte et lire les histoires qu'il y a dedans Karine...

Et tu voudrais que j'irai chez le détective Tavarès pour le voler pour que je le ramène sur Smorgue.
Oui Karine et si tu ne le fais pas.
Je vais prendre possession de ton
corps pour lui voler.

Tu ne va pas me piquer avec ta
seringue pour avoir mon corps.
Oui si tu ne veut pas allez chez ce
Tavarès pour lui voler ce bouquin
des Tableaux de Laurel...
Très bien je vais allez chez mon ex mari et lui demander de me donner le bouquin des Tableaux de Laurel Catherine.

Et si il ne veut pas te le donner tu va l'embrasser et essayer de lui voler.
Non je vais revenir en classe pour poursuivre mes études.
Je vais prendre possession de ton corps si tu ne reviens pas avec le bouquin des Tableaux de Laurel.

Très bien je vais te l'amener ce bouquin mais il me faudrait ta seringue pour le piquer mon ex-mari et après je vais lui voler ce bouquin des Tableaux de Laurel avec des textes, dessins avec texte et photographies, des histoires des voitures de Caroline, Phrases à poursuivre, Paysages avec texte et Sliders la fuite de Milou.
Et Karine se rendait chez son ex pour lui demander de lui donner le bouquin des Tableaux de Laurel pour écrire un texte.

Karine tu voudrais que je te donne le bouquin des Tableaux de Laurel pour écrire un texte.
Oui et après je te le ramènerai ici et tu va pouvoir y mettre d'autres images dedans.
Non Karine je le garde ce bouquin.

Si tu me le donne pas je dirai à Maggie et sa copine de Laurel que nous avons fais l'amour et du sexe dans la caverne des chutes de st Ursule et que nous avons fumer du cannabis.
Vous avez fais l'amour fumer du cannabis et tu as eu une fille avec la blonde de Floraline.
Oui Maggie mais assez causer tu me donne ce bouquin où je dois le voler pour le donner à
Catherine.

Catherine est ici sur terre Karine...
Où est-elle cette infirmière Karine.
Dans une classe du collège et si
je ne lui amène pas ce bouquin des
Tableaux de Laurel
elle va prendre possession de mon
corps avec sa seringue, Maggie.
Je ne te donnerai pas ce bouquin,
Karine...
Très bien je vais te le voler.
Elle alluma une cigarette et
la jeta par terre et la cigarette
faisait des tas de boucane et
Karine vola le bouquin et
s’enfuira avec pour le ramener
à sa gouvernante.
0
0
0
3
Défi
Rose d'Orange
Pour le marathon cette semaine, je n'ai pris aucun risque: je me suis inspirée des clichés de Ralph Louzon, souvent en noir et blanc www.ralphlouzon.me
14
23
0
0
Défi
Little Artemis


Ils passent comme des saisons...
J'ai envie d'en parler, mais je ne peux pas.
Ils me pèse comme un poison dont je ne peux pas me séparer.
On m'a souvent dit que seul le temps réparera mon coeur briser.
Je n'ai plus envie de sourire. On m'y oblige.
Ils disent qu'il comprennent, mais n'en on rien a faire, tout ce qu'ils veulent,
C'est me briser encore une fois jusqu'à que je craque...
Petit a petit je sombre dans la dépression.
A qui pourrai-je me confier si personne me m'écoute ?
Je ne suis qu'un petit poisson dans une mer de requin.
La douleur de mon corps ne me fais mal.
Je ne peux pas me permettre de montrer mes émotions,
Je ne peux pas me permettre d'etre faible.
On m'a assez briser.
Mon coeur connaitra t'il le repos un jour ?
J'ai bien peur que la réponse sois non...
On ne peux pas me soigner.
J'en ai assez des préscriptions des médecins qui me croyent folle.
Et si je l'étais vraiment ?
Si je l'accepter ?
Cela changeras quelque chose ?
Pourquoi ne suis-je pas comme les autres ?
Pourquoi je ne ressent pas la faim, la joie... ?
Et seulement la douleur et la tristesse ?
Pouvoir écrire me permet de m'échapper de se monde cruel.
J'aimerais pouvoir être comme les autres, et qu'on me laisse vivre pour celle que je suis.
Je ne veux pas avoir a me cacher parce que je suis "folle".
Peut être un jour j'arriveras a faire l'impossible :
Soigner ma douleur qui me dévore de l'interieur.
3
3
0
1

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0