Chapitre 16 : Le Golden Glass - Partie 1

4 minutes de lecture

  Ashley ne m'avait pas donné de nouvelles depuis une semaine. J'aurais dû me méfier de ce silence autant que du calme avant une tempête – ça indiquait souvent qu'elle magouillait quelque chose – mais j'avais été tellement occupée ces derniers jours que ça m'était sorti de l'esprit. Je m'en rappelai seulement quand elle débarqua chez moi, à treize heures du matin. Oui, cet horaire existe quand on vit la nuit, surtout le week-end.

  –Debout là-dedans !

  Je grognai et rabattis la couette sur ma tête. Pourquoi faillait-il qu'elle déboule aussi tôt ? Et pourquoi ne m'étais-je pas couchée tout de suite après le départ de Judith ? Cette femme était un vrai moulin à parole alors comme d'habitude, on avait discuté pendant des heures. Mon réveil, les Oscars, sa première petite-fille née durant mon coma, ses dernières créations... Tous les sujets possibles et inimaginables avaient été abordés pendant qu'elle prenait mes mesures et réalisait quelques croquis. Après m'avoir ordonné de ne pas prendre un gramme d'ici la cérémonie, elle avait quitté mon appartement à quatre heures du matin en me promettant qu'elle ferait de moi une déesse. Qu’avait-elle précisé à ce sujet ? … Ah, oui : que tous ceux présent ne se rendraient pas compte de la chance qu’ils auraient de regarder et immortaliser une telle divinité. Ses mots pas, les miens.

  Et évidemment au lieu d'aller au lit tout de suite après, j'avais regardé deux films et m'étais glissée sous les draps à neuf heures du matin.

  Ça m'apprendra...

  –Allez, Marmotte, réveille-toi, insista Ash en secouant mon épaule.

  –Si tu veux ma peluche marmotte, elle est en bas sur le canapé, marmonnai-je, le visage enfoui dans l'oreiller.

  –Oui, je sais, je l'ai vue... D'ailleurs, si tu veux la récupérer vivante, je te conseille de descendre maintenant. Liam te l'a piquée.

  –Quoi ?!

  Je sortis du lit en trombe, puis manquai de me faire un croche-patte en quittant la chambre comme une furie. Je me rattrapai de justesse à la rambarde du palier, trop occupée à scruter le salon en contrebas.

  Personne. Il n'y avait personne.

  Le rire cristallin d'Ashley s'éleva derrière moi tandis que je maudissais ma stupidité. J'aurais dû me douter qu'il s'agissait d'un piège : si mes neveux avaient été dans l'appartement, ça se serait entendu tout de suite. Je m'étais faite avoir comme une bleue.

  –La vengeance est un plat qui se mange froid, la mis-je en garde avant de disparaître dans la salle de bain pour me préparer.

  –Je t'attends dans le hall de l'immeuble, lança-t-elle. Et habille-toi bien, on sort !

  Adieu journée sur le canapé à rattraper Lucifer ; le diable le plus sexy de l'histoire de la télé allait devoir patienter. Dommage.

  Pour ne pas faire attendre Ashley trop longtemps, je me contentai d'une toilette rapide, puis appliquai une fine couche de mascara et mon rouge à lèvres préféré. J'enfilai ensuite une robe patineuse aux manches trois-quarts bleu turquoise, deux paires de collant en laine, un bon manteau, des petites bottines bien rembourrées, une cape doublée de fausse fourrure et enfin, mon énorme écharpe. À présent, j'étais fin prête pour affronter le froid polaire qui soufflait sur New York depuis la veille. Si le temps ne s'améliorait pas d'ici les Oscars, j'allais rappeler Judith et lui demander une doudoune à la place de ma robe.

  Lorsque les portes de l'ascenseur s'ouvrirent dans l'entrée, un sourire s'étendit sur les lèvres de ma sœur. Elle jeta un œil à sa montre.

  –Vingt minutes ? Félicitations ! tu les as bien méritées.

  Méritées quoi ?

  Perdue, je la vis sortir un jeu de clefs de son sac à main. Ma mâchoire se décrocha.

  –Je sais que Kat ne veut pas que tu conduises et elle a tout à fait raison ; tu es encore en convalescence. Mais j'ai préféré te la ramener pour que tu aies un moyen de te déplacer en cas d'urgence. Et seulement en cas d'urgence, insista-t-elle. Compris ?

  –Reçu cinq sur cinq ! confirmai-je, surexcitée.

  Elle me remit enfin mes clefs ; je sortis de l'immeuble en courant. Même le vent digne d'un blizzard sibérien ne parvint à souffler ma joie. Mon regard balaya le trottoir.

  –Elle est là-bas.

  Je suivis la direction qu'Ash m'indiquait et mes yeux se posèrent enfin sur mon Audi. Je me jetai dans au cou de ma sœur.

  –Merci, merci, merci !

  Jamais je n'aurais pensé qu'elle fasse une chose pareille ! C'était la meilleure !

  –C'est suffisant pour excuser le réveil en fanfare ?

  Je secouai la tête.

  –Désolée, mais tu ne t'en tireras pas à un si bon compte.

  –Alors on va voir si la suite y parvient !

  Sur ces mots, elle glissa son bras sous le mien, puis m'entraîna vers une Rolls Royce dont le moteur tournait. Le froid avait fini par traverser mes vêtements en chemin et c'est avec soulagement que j'entrais dans l'habitacle chauffé. Kyle et les enfants nous y attendaient.

  –Ana ! crièrent ces derniers.

  –Salut les Affreux, vous allez bien ?

  Ils hochèrent la tête de concert.

  –Vingt minutes ? s'étonna mon beau-frère. C'est un nouveau record.

  –Nyanyanya, j'étais déjà réveillée.

  Ashley se tourna vers moi, consternée.

  –Menteuse !

  Je lui tirai la langue, déclenchant le rire de Kyle. Après qu'il se fut inséré dans la circulation et eut augmenté le son de la radio, je passai les bras autour des épaules d'Adam et Liam pour les rapprocher de moi. Il était temps de préparer ma vengeance et je comptai bien les impliquer. Ce serait cent fois plus drôle.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

rabbithydee
Un texte témoignant de l'abandon du corps face au désir pasionnel.
7
13
22
1
Défi
Darzel
Attention, âmes sensibles s'abstenir. C'est violent.
Je suis sérieux. Si t'es une âme sensible, va-t'en.

Désolé pour la longueur, je me suis un peu emporté.
15
52
37
11
Claire Beauchamp

O ma douce folie, tu es mon harmonie.
O ma meilleure ennemie, que j’aime ta mélancolie.
O ma belle endormie, tu constitues une part de ma vie.
 Ma folie s’empare de moi, aussitôt que ton âme s’en mêle.

Mon ennemie tu es, tu ne me causes que trop de maux, vas t’en, ma belle.
Mon âme endormie ne cesse de t’appeler, mes mots ne sont que ribambelles.
 J’affronte mes envies tel un conflit, toi seule peut me soulager, faire la paix.

Je ne suis que mélancolie depuis son départ, mais tu arrives à soigner mes plaies.
Je ne suis que spectatrice de ma vie, toi seule a le pouvoir de me faire parler.
 Je ne sais comment penser.

Je ne sais comment aimer.
Je ne sais comment t’apprivoiser.
Je ne sais comment t’aimer.


0
1
0
1

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0