Chapitre 9 : ... ou vrais problèmes ? - Partie 3

4 minutes de lecture

  Le regard des deux rousses se durcit.

  –Pourquoi vous n'en êtes pas sûrs ?

  –Il pourrait y avoir des erreurs dues aux machines. Mais un spécialiste va venir demain pour l'examiner. On sera fixé.

  –Tu voudrais que j'y jette un œil, Ana ? Me proposa Blodwyn.

  –Peu importe ce que tu trouverais, maman n'y accorderait aucune importance. Mais c'est gentil de le proposer, merci.

  –Tu es sûre ? S'assura Sinéad.

  J'opinai et pour changer de sujet, parce qu'elle pouvait être presque aussi têtue que moi, je leur demandai de me raconter ce qu'elles avaient fait durant ces dix derniers mois.

  Elles repartirent sur les coups de minuit, pour me laisser le temps de me reposer – alors que je ne foutais strictement rien de la journée, et me promirent de repasser prochainement si je n'étais pas sortie. Avant leur départ, j'enlaçai une dernière fois ma meilleure amie et lui demandai de prévenir Michael que je ne pourrais pas lui parler pendant quelques jours puisque je n'avais plus de téléphone. Comme elle pensait toujours qu'il était mon meilleur ami, elle ne se posa pas de question. Ashley les raccompagna jusqu'à la sortie de l'hôpital puis revint me voir.

  –Tu le connais, ce Caïn Wilson ? Lui demandai-je dès qu'elle s'assit à mes côtés.

  –Non, pas du tout. C'est un contact de Kat qui lui a donné son nom. On n’a pratiquement trouvé aucune information à son sujet, mais a priori, c'est un vrai génie.

  –Maman se tient pourtant au courant de tous les génies en médecine.

  –Oui, mais seulement ceux aux Etats-Unis. Même elle n'a pas d’yeux partout dans le monde.

  OK, donc le doc était étranger. Je n'eus pas besoin de poser la question que j'avais en tête qu'Ash y répondit. Si ça, ce n'était pas de la connexion sororale !

  –Il vient d'Islande. J'étais avec Kat quand elle l'a eu au téléphone, il a tout de suite accepté d'étudier ton dossier. Tu avais l'air de beaucoup l'intriguer.

  –Je vais devenir le rat de laboratoire d'un scientifique complètement barjot.

  –Mais non, idiote. Je ne comprendrai jamais où tu vas chercher ça...

  Je ne pouvais pas lui en vouloir. J'avais l'imagination un peu trop débordante. C'était l'un de mes nombreux défauts, avec le sarcasme, la paresse, la gourmandise, l'impulsivité, la.... Ouais, bon, je n'allais pas continuer, sinon, bonjour l'image !

  –Et si ça peut rassurer ton esprit divagant, on sera là, avec Kat.

  J'aurais préféré que ma mère soit absente. Mais en présence d'Ashley et d'un parfait inconnu, je pouvais être persuadée qu'il ne se passerait rien. Elle serait juste aussi froide que d'habitude.

  Pour m'aider à faire passer le temps, Ashley avait gentiment fait un détour par la maison pour aller dans ma chambre récupérer une demi-douzaine de livres. J'étais une grosse lectrice. Et pourtant, parmi mon énorme collection, elle avait réussi à trouver mes préférés et m'en avait même offert deux nouveaux, sortis pendant mon coma. Cette fois, ma mère ne risquait pas de me les confisquer, à moins qu'elle ne veuille vraiment me punir jusqu’au bout.

  Me plonger dans un livre, même si je l'avais déjà lu plusieurs fois, fut une véritable bouffée d'air frais. Enfin je retrouvais un peu de mon quotidien habituel. Il ne me restait plus qu'à avoir un script à ma gauche et mes cours à ma droite, ainsi qu'une petite playlist de musiques de film en fond sonore pour simuler une soirée tranquille dans mon lit. J'étais tellement prise par mon travail qu'elles étaient assez rares, mais ça ne les rendait que plus appréciables. Surtout quand ma mère n'était pas à la maison et que je n'avais pas à la craindre.

  Ash n'aurait peut-être pas dû m'en amener autant, car je passai ma nuit dessus. Même apercevoir le début du jour ne me dissuada pas de continuer. J'avais plus ou moins végété pendant une semaine, en plus de tout le temps que j'avais passé dans le coma ; mes batteries étaient chargées à bloc. J'aurais pu tenir plusieurs jours, nourrie uniquement de lecture. Mais pour une raison inconnue, vers sept heures et demi, je m'écroulai d'un coup, en plein milieu d'un chapitre. L'horreur...

  J'émergeai sur les coups de midi, un peu groggy, et me renfrognai peu de temps après, Celia entra. J'en étais arrivée à un point où je ne la remerciais même plus quand elle me donnait mon repas. Ce n'était pas très poli, mais j'en avais juste marre. Comme le respect, la politesse se mérite et qu'elle me snobe autant ne me donnait plus envie de faire d’efforts. Tout en reprenant ma lecture, j'entamai mon déjeuner.

  Ashley arriva en milieu d'après-midi, en tenue de ville et je fus plus que surprise de la voir encore emmitouflée dans son manteau.

  –Tu ne travaillais pas aujourd'hui ?

  –Non, j'ai pris ma journée. Comme ça, je suis sûre de ne pas être appelée en urgence au moment où le docteur Wilson viendrait te voir.

  –Il est là ?

  –Oui, je crois bien qu'il est avec Kat, ils ne devraient plus tarder. Pas trop stressée ?

  –Stressée ? Non, pourquoi ?

  –Ta sortie dépend un peu de lui.

  –Oui, mais je sais pas... j'ai un bon pressentiment.

  Ou bien, je refusais de croire à la possibilité qu'il ne trouve rien et que mon séjour ici s'allonge pour une durée indéterminée. Ce qui serait vraiment horrible et déprimant.

  Comme l'avait prévu Ash, ma mère arriva moins de cinq minutes plus tard et l'homme qui la suivit me choqua tellement que je me figeai.

  Je ne m'étais attendue à personne en particulier, mais certainement pas à un albinos géant de plus de deux mètres.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0