Chapitre 9 : ... ou vrais problèmes ? - Partie 2

6 minutes de lecture

  Je fus tellement surprise de la revoir que je ne réagis pas assez vite, elle remarqua tout de suite ce que j'avais en main et son regard s'assombrit.

  –Qui te l’a donné ? Me demanda-t-elle froidement.

  Je ne voulais pas apporter de problème à Ash alors qu'elle n'avait fait que m'aider. Je ne répondis pas. Mais ma mère était loin d'être idiote.

  –La police ne l'aurait rendu qu'à un membre de la famille. Et puisque ce n'est ni ton père, ni moi, il ne reste qu'Ashley.

  –Elle voulait juste me rendre service.

  –Tu n'en avais pas besoin.

  –Bien sûr que si ! Je suis coincée ici, Maman. Tu ne laisses personne venir me voir, à part Celia, qui n'a pas décroché un mot depuis qu'elle s'occupe de moi. Je n'ai pas le droit d'avoir d'ordinateur, tu ne peux pas non plus...

  –J'empêche les paparazzis de venir jusqu'à toi, me coupa-t-elle sèchement. J'empêche la photo de ma fille à l'hôpital de faire la une des tabloïds.

  –Alors fais-moi sortir. Je vais bien !

  –Si c'est vraiment ce que tu penses, alors explique-moi pourquoi je viens de passer trois jours avec une dizaine de cardiologues.

  J'eus un mouvement de recul. Des cardiologues ? Pourquoi ? Et puis, depuis quand avait-elle autant de temps à m'accorder ? Elle me détestait.

  Ma mère me jeta au visage les feuilles qu'elle avait en main ; beaucoup se répartirent autour de moi, d'autres par terre, sous mon lit... J'en pris une et tentai de déchiffrer le charabia médical qui était tapé en noir dessus. Je n'insistai pas bien longtemps.

  –Je ne suis pas docteur, je ne comprends rien.

  –Et bien nous non plus. À moins que tous les monitorings auxquels on te relie soient tous défectueux, ton cœur s'arrête toutes les nuits.

  Bon, OK, ça, c'était pas top. Mais il ne fallait pas être sorcier pour savoir que c'était impossible.

  –Je ne serais pas aussi en forme si c'était le cas, marmonnai-je.

  –Non, en effet, et les examens qu'on t'a fait passer ne nous apprennent rien. Comme personne n'avait d'explication ou même d'hypothèse, j'ai passé toute la journée à éplucher mon répertoire afin de trouver quelqu'un qui pourrait résoudre le problème.

  –Et ?

  Si ma sortie dépendait de ce quelqu'un, je préférai le voir rapidement.

  –Le docteur Caïn Wilson devrait arriver demain. En attendant...

  Elle s'approcha de moi et tendit la main. Je n'essayai même pas de négocier, je savais que c'était perdu d'avance. J'éteignis mon portable afin qu'elle ne puisse pas fouiller à l'intérieur et voir que j'avais passé ma journée avec Michael, puis, à contrecœur, je lui remis. Elle sortit de la chambre sans ajouter un mot.

  Ce Caïn Wilson avait intérêt à avoir la réponse à ce que j'avais, sinon, je n'étais pas prête de revoir l'extérieur de l'hôpital.

  Renfrognée, je me recouchai et croisai les bras sur ma poitrine. J'avais envie d'arracher les capteurs que j'avais sur la poitrine et au pouce. Au moins, cette fois, on saurait pourquoi le monitoring enregistrerait un plat.

  Attendez deux secondes...

  Et si c'était en fait ça, la réponse au problème. J'avais le sommeil très agité, Michael n'arrêtait pas de me taquiner à ce sujet. Alors est-ce que, par le plus grand des hasards, en gesticulant comme une idiote je ne décrochais pas malencontreusement une partie des capteurs, puis en bougeant à nouveau, ils retrouvaient leur position ? Si ma mère n'était pas aussi froide avec moi, je lui aurais fait part de ma petite théorie. Parce que même si c'était complètement tiré par les cheveux, c'était toujours plus probable que le fait d'avoir un arrêt cardiaque chaque nuit. Je détiendrais probablement le record du nombre de morts pour une même personne si c'était le cas.... Est-ce que je pouvais proposer ce record au Guiness Book ? En ce qui concerne ma mère, elle balayerait ma théorie d'un geste de la main ou me ferait interner. Au choix. Quoique... elle me menaçait tellement de m'envoyer en cure de désintox que je finirais probablement là-bas.

  Je passai le reste de la soirée devant la télé, à zapper entre les différentes chaînes. Je me serais bien matée une série, mais à cause de mon sommeil prolongé, j'avais du retard dans tout et il n'était pas question que je me spoile !

  J'avais fini par me rabattre sur un documentaire animalier sur les créatures dangereuses vivant en eau douce – oui, je me faisais vraiment chier –, quand quelqu'un entra à nouveau dans ma chambre. Je me crispai. Etait-ce de nouveau ma mère ? Avait-elle réussi à cracker mon téléphone et vu que j'avais passé la journée avec Michael ?

  Mes muscles se détendirent immédiatement dès qu’Ash apparut, suivie de Sinéad et Blodwyn ! Je me redressai d'un coup alors que meilleure amie traversait la pièce en courant. Elle se jeta dans mes bras et je tombai à la renverse, morte de rire. Ashley était vraiment géniale, pour avoir réussi à les faire venir en douce, sous les yeux de ma mère. Surtout qu'elle était loin d'être une grande fan de Boldwyn, à cause du métier qu'elle exerçait. Elle n'avait aucune considération pour la médecine traditionnelle. Elle était bien trop pragmatique pour ça.

  –Sinéad, calme-toi un peu, la reprit sa mère.

  Ma meilleure amie se redressa et m'aida à faire de même.

  –Alors, les cours ? La taquinai-je.

  –Sérieusement Ana, tu ne penses qu'aux cours depuis ton premier message.

  –C'est seulement pour t'embêter.

  Elle leva les yeux au ciel.

  Comme toutes les personnes qui me rendaient visite, je pris le temps de l'observer. Alors qu'avant, ils atteignaient seulement ses épaules, ses cheveux tombaient maintenant sur sa poitrine et semblaient encore plus indomptables. Et puis, qu'est-ce qu'elle s'était embellie ! Je l'avais toujours trouvée magnifique, mais là, wahou ! Ses traits étaient fins et délicats, elle avait un joli petit nez concave, des pommettes hautes et soulignées par quelques taches de rousseur discrètes, de grands cils courbes et charbonneux, de beaux yeux noisette, des lèvres rouges pulpeuses, et niveau corporel, elle était tout aussi gâtée. Sa silhouette en sablier la dotait de belles formes féminines, soulignées par une taille fine et de longues jambes. En soi, elle n’avait pratiquement pas changé, mais il se dégageait d’elle un petit je ne sais quoi qui n’était pas là avant... Si elle ne rendait toujours pas fous les mecs qui la croisaient, je ne comprenais plus rien !

  De son côté, Blodwyn, que j'avais toujours considérée comme la plus belle femme du monde – une version plus âgée de Sinéad, ne semblait pas avoir pris une seule ride. Je regardai rapidement par-dessus mes lunettes. Oui, ce n'était pas qu'une impression. Qu'est-ce qu'elle utilisait pour avoir une peau aussi parfaite ? Elle allait fêter ses cinquante ans l'année proch... dans quelques mois, mais tout le monde lui en donnait quinze, voire vingt de moins ! Si ce n'était pas une preuve des bienfaits des médecines traditionnelles, je ne savais pas ce qu'il fallait à ma mère pour être convaincue.

  –Comment vas-tu ? Me demanda-t-elle avec douceur.

  Je n'étais pas étonnée qu'elle ait accompagné sa fille pour venir me rendre visite. Elle avait toujours été là quand j'avais eu besoin d'aide, et je n'avais jamais hésité à me confier à elle. Elle avait plus été une mère pour moi que la mienne.

  –Très bien.

  –Tu es sûre ? Tu me sembles changée... C'est très subtil, mais ton aura est différente d'avant.

  Ah oui, Blodwyn était un peu spéciale et excentrique. Ceux trop étriqués d'esprit, comme ma mère, pouvaient la prendre pour une illuminée à parler d'aura, de karma et de qi. Mais personnellement, j'étais ouverte à la possibilité que de telles choses existent. Après tout, je croyais déjà aux fantômes. Et puis Boldwyn était loin d'être folle.

  Sa petite remarque fit réagir Sinéad, qui se concentra sur moi et tenta de voir la même chose que sa mère. Elle était son modèle et je savais que ma meilleure amie rêvait de devenir comme elle à l'avenir. Mais elle avait encore du travail, car ce qui était flagrant pour l'une ne l'était pas pour l'autre. Je retirai mes lunettes et les lui proposai ; elle haussa un sourcil.

  –T'y verras peut-être plus clair, plaisantai-je.

  –T'es vraiment trop con.

  Boldwyn se racla la gorge, ce qui nous fit rire aux éclats. Pas de gros mots, c'était noté.

  –Plus sérieusement, intervint Ashley. Nous ne sommes pas sûrs, mais Ana pourrait avoir des problèmes cardiaques.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

rabbithydee
Un texte témoignant de l'abandon du corps face au désir pasionnel.
7
13
22
1
Défi
Darzel
Attention, âmes sensibles s'abstenir. C'est violent.
Je suis sérieux. Si t'es une âme sensible, va-t'en.

Désolé pour la longueur, je me suis un peu emporté.
15
52
37
11
Claire Beauchamp

O ma douce folie, tu es mon harmonie.
O ma meilleure ennemie, que j’aime ta mélancolie.
O ma belle endormie, tu constitues une part de ma vie.
 Ma folie s’empare de moi, aussitôt que ton âme s’en mêle.

Mon ennemie tu es, tu ne me causes que trop de maux, vas t’en, ma belle.
Mon âme endormie ne cesse de t’appeler, mes mots ne sont que ribambelles.
 J’affronte mes envies tel un conflit, toi seule peut me soulager, faire la paix.

Je ne suis que mélancolie depuis son départ, mais tu arrives à soigner mes plaies.
Je ne suis que spectatrice de ma vie, toi seule a le pouvoir de me faire parler.
 Je ne sais comment penser.

Je ne sais comment aimer.
Je ne sais comment t’apprivoiser.
Je ne sais comment t’aimer.


0
1
0
1

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0