Chapitre 7 : Séjour à l'hôpital : Partie 2

8 minutes de lecture

  Je me figeai. Je me risquai seulement à jeter un coup d'œil vers elle. Son sourire avait complètement disparu et son regard avait retrouvé tout son indifférence à mon égard. Lentement, je ramenai mes jambes sur le matelas et les glissai sous le drap que je ramenai ensuite jusqu'à ma poitrine.

  Ma mère posa une main sur sa hanche et me toisa de haut.

  –Que les choses soient bien claires, Anastasia. Tu sortiras de cette chambre seulement quand je l'aurai décidé. Si je te vois dans les couloirs sans personnel médical, je t'envoie directement en cure de désintoxication. Me suis-je bien fait comprendre ?

  –Ekat...

  Sans me quitter des yeux, elle coupa Ash d'un geste sec.

  –Pas cette fois, Ashley. C'est entre elle et moi. Me suis-je bien fait comprendre, Anastasia ?

  –Oui.

  –Et à partir de maintenant, chaque semaine, tu auras une prise de sang.

  Ma mâchoire se décrocha.

  –Non ! Protestai-je.

  J'y avais déjà eu droit après ma première overdose, c'était plus ou moins justifié ce moment-là, car j'avais été en partie responsable. Mais pas cette fois ! Ce n'était pas ma faute si je venais de passer dix mois dans le coma ! Ce n'était pas juste, pourquoi voulait-elle de nouveau m'infliger ça ?! Elle savait très bien que ça me fatiguait au bout de quelques semaines.

  Le regard de ma mère ne changea pas.

  –Ce n'est pas négociable.

  Sur ces mots, elle récupéra son sac à main et sortit de la pièce. Je fermai les yeux quand la porte claqua.

  Dix longues secondes passèrent avant qu'Ashley ose reprendre la parole.

  –C'était quelque chose.

  –M'en parle pas....

  Et si elle était arrivée plus tard, ça aurait pu être bien pire.

  Elle jeta un dernier coup d'œil vers la porte et passa une main dans ses cheveux désormais courts avant de reporter son attention sur moi.

  –Je vais discuter avec elle, pour essayer d'alléger tes prises de sang.

  –Merci.

  –Mais tu dois aussi comprendre son point de vue. Il y avait de nouveau de la morphine dans ton sang, comme la première fois, et la police n'en a trouvé aucune trace chez les Parks. À part des restes de cannabis, il n'y avait aucune autre drogue ou stupéfiant.

  –La police a enquêté ? M'étonnai-je.

  –Bien sûr. Kat voulait savoir ce qu’il s’était passé, et comme elle a des amis bien placé, il y a eu une enquête non-officielle.

Oh… Je vois.

  Ash retourna à ses affaires et récupéra sa sacoche. Elle revint à mes côtés.

  –Je t'ai ramené ton ordi pour que tu puisses t'occuper comme tu l'entends, si tu ne veux pas regarder la télé. Et si tu as des questions, n'hésite pas. J'ai posé mon après-midi pour être avec toi.

  Des questions ? Sur quoi ? Je n'avais aucune idée de ce qui avait pu se passer au cours de ces dix derniers mois. Quels événements importants avais-je manqués ? De quoi devais-je être au courant ? Arriverai-je à rattraper assez de choses d'ici ma sortie de l'hôpital ? Je m'imaginais déjà perdue dans les conversations, ne comprenant pas un mot de ce que les autres diraient. Ça allait être vachement sympa. Youpi.

  Ashley m'enlaça tendrement avant de me laisser. Je pris une profonde inspiration après son départ et allumai mon ordinateur. Si je ne voulais pas avoir l'air complètement débile dans les prochaines semaines, j'avais du pain sur la planche.

  Alors, que s'était-il passé pendant que je dormais ?

  Je venais de passer trois heures sur des centaines de sites quand une infirmière arriva avec mon plateau repas contenant de nouveau des aliments broyés. Je ne mis que cinq minutes à tout engloutir et c'était loin de me rassasier. J'avais encore faim. Je le signalai à l'infirmière et elle alla me chercher une nouvelle compote de pommes. J'aurais bien opté pour quelque chose de plus consistant, mais je ne fis pas ma forte tête et pris mon temps pour la manger et n'en laisser aucune trace. Dès qu'elle repartit, je retournai à mes recherches.

  J'avais beau regarder ce qu'il s'était passé au cours des derniers mois, j'avais toujours des propositions pour les articles les plus récents, et ils étaient principalement à propos de mon réveil. Comme ce matin, je les fermai tous, jusqu'à ce que j'en ouvre un par accident. Et merde. J’allais la fermer quand je remarquai le contenu : une vidéo des Golden Globes. Intriguée, je la lançai.

  Comme l'année précédente, c'était Jimmy Fallon qui présidait la cérémonie. Il appela Neil Patrick Harris et Chris Wood pour la prochaine catégorie. Ils arrivèrent sous un tonnerre d'applaudissements. Nick garda l'enveloppe dorée contenant le nom du vainqueur en main pendant que Chris présentait la catégorie : Meilleure actrice dans un film. J'étais face à des monstres de l'industrie du cinéma. Jennifer Lawrence, Emma Watson, Tatiana Maslany...

  –Ainsi que Anastasia Baskerville, conclut Chris, qui n'a malheureusement pas pu être ici aujourd'hui.

  La caméra montra ma famille au complet, Ash avec Kyle, son mari, ma mère et même mon père étaient présents. Tous sur leur trente-et-un.

  Neil reprit la parole.

  –Et le Gloden Globes de la Meilleure actrice dans une série est... (il ouvrit l'enveloppe et Chris l'annonça avec lui)... Anastasia Baskerville.

  La caméra retourna sur ma famille. Ma mère glissa un mot à une Ashley submergée par l'émotion mais qui se leva et se dirigea vers l'estrade. Elle avait une magnifique robe rouge fendue sur sa cuisse gauche qui lui allait divinement bien et pourvue d'un décolleté plongeant qui dévoilait toute la beauté de son dos. Neil et Chris lui firent la bise, lui remirent le Golden Globes et lui laissèrent la place devant le micro. Ashley l'adapta à sa hauteur.

  –Ma sœur... (Elle se tut quelques instants, pour se reprendre). Ma sœur aurait adoré être ici, ce soir avec nous, continua-t-elle d'une voix tremblante. Elle aurait sûrement réussi à casser son talon, comme elle l'avait fait aux Emmys l'année dernière.

  L'audience rigola à cette petite anecdote embarrassante et je ne pus m'empêcher de faire de même. Je me souvenais encore parfaitement de ma chute sur la scène. Je n'avais vraiment pas eu de chance sur le coup, mais ça avait déclenché un tel fou rire que ce petit incident restait un très bon souvenir. Surtout que ça m'avait permis de finir la cérémonie pieds nus, ce qui était beaucoup plus agréable que sur des échasses de quinze centimètres.

  –Elle aurait aussi raconté un tas de bêtise et eu un petit problème de diction, comme elle en a toujours quand elle essaye de se montrer plus intelligente qu'elle ne l'est réellement. (Nouveaux rires). Bref, elle vous aurait fait un beau discours signé Anastasia, mais elle n'est pas là, alors vous allez devoir vous contenter de moi.

  Elle prit une profonde inspiration.

  –Elle aurait remercié Jacob Canon, son producteur qui ne répond jamais au téléphone mais qu'elle adore. Toute l'équipe du film. Même si elle vous en a fait voir de toutes les couleurs, elle a énormément apprécié chaque seconde du temps qu'elle a passé en votre compagnie. Je me souviens l'avoir trouvée enfermée dans sa chambre, à faire une petite dépression en dévorant des Monster Munch à son retour à la maison. (Encore des rires). Sa famille, pour la soutenir dans ses choix, aussi fous soient-ils. Et pour finir, l'Hollywood Foreign Press Association pour cette récompense. Anastasia a beau être dans le métier depuis sept ans, elle doute encore parfois d'elle. Alors la connaissant, elle n'aurait jamais pensé gagner, surtout face à des concurrentes telles que vous, précisa Ashley, en regardant tour à tour les femmes de ma catégorie. Mais elle devrait savoir depuis le temps qu'elle est aussi une très grande actrice.... J'espère vraiment qu'elle se réveillera bientôt, afin qu'on puisse lui remettre ce prix qu'elle mérite amplement et qu'elle puisse de nouveau nous faire les quatre cents coups, conclut-elle, une larme sur la joue et un sourire triste sur les lèvres. Merci beaucoup.

  Les applaudissements retentirent alors qu'elle descendait de scène et retournait à sa place. Sur le chemin, plusieurs personnes lui parlèrent. Elle leur offrit quelques sourires et accepta leurs mots de soutien. Mais une fois arrivée devant notre père, elle lui remit le Golden Globes et se dirigea vers la sortie. Kyle se leva pour la suivre. Le plan revint sur Jimmy Fallon et la vidéo s'arrêta.

  J'avais une boule au fond de la gorge et un trente-huit tonnes sur le cœur qui ne se gênait pas pour rouler dessus encore et encore. Je n'avais jamais pensé que je serais aussi touchée par le discours d'Ashley.

  –Si tu veux tout savoir...

  Surprise, je bondis et relevai la tête, la main sur le cœur. Ma sœur était là, appuyée contre le mur. J'avais été tellement prise par la vidéo que je ne l'avais même pas entendue arriver. Il y aurait pu y avoir un tremblement de terre que je ne m'en serais pas rendu compte. Amusée, elle se tut et ses lèvres s'étirèrent. Puis elle vint s'asseoir sur le matelas.

  –Si tu veux tout savoir, après ça, j'ai pleuré pendant dix minutes sur l'épaule de Kyle. Des mois que tu luttais pour ta survie au lieu de vivre ta vie, rire, jouer ou monter sur cette scène pour recevoir ton prix. À notre retour à New York, je suis immédiatement venue te voir.

  Je fermai mon ordinateur et posai ma main sur la sienne.

  –Je vais bien, assurai-je en la regardant droit dans les yeux.

  –Oui, je sais. Mais si tu savais à quel point j'ai eu peur. On a déjà perdu Ilya, je ne pouvais pas te perdre également.

  Elle me serra la main. Dans mon esprit, il ne s'était passé qu'une journée entre le moment où je m'étais endormie et celui où je m'étais réveillée. Mais Ash avait vécu des centaines de jours, à se demander si je finirais par revenir auprès d'elle ou si je rejoindrais mon jumeau. Je n'étais absolument pas coupable de ce qu'il m'était arrivé – ça m'était tombé dessus alors que je n'avais rien demandé – mais je me détestais de lui avoir fait traverser ça.

  –Je suis désolée.

  Elle releva ses yeux vers moi et me prit dans ses bras. Je me blottis contre elle et fermai les paupières. Une fois apaisée, elle me libéra et resta avec moi tout l'après-midi.

  Elle subit tous mes états : de mon hystérie lorsque je découvris que Michael avait également été nommé aux Oscars dans la catégorie Meilleure chanson originale de l'année, à mon coup de gueule quand j'appris que j'avais été sélectionnée pour le rôle de Katy, mais qu'à cause de mon coma, il avait été attribué à Mary Eastern, une actrice que je détestais. Une vraie mijaurée qui prenait tout le monde de haut. OK, elle était talentueuse et jolie fille, mais entre sa tête et ses chevilles gonflées à bloc, je me demandais bien comment elle faisait pour tenir debout. Ashley rigola beaucoup à cause de ma réaction disproportionnée. Emportée, je me lançai dans un long débat pour lui expliquer mon ressenti par rapport à Mary, preuve à l'appui ! Bon, je n'en avais aucune pour les promotions canapé et encore heureux, mais ça, personne dans le milieu ne l'ignorait.

  Sérieusement, pourquoi les producteurs lui avaient donné le rôle ? Il y avait d'autres actrices qui auraient bien mieux incarné Katy...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

EMMALIA
Il y a près d'une décennie, nous avons décidé d'aller vivre dans le pays de nos vacances. Soleil toute l'année, plages de sable fin, palmiers, thé à la menthe... la réalité s'est avérée beaucoup plus drôle qu'idyllique ! Dans ce pays où tout est possible mais où rien n'est certain, il ne se passe pas une journée sans une anecdote amusante (voire hilarante), insolite (ou même franchement bizarre), parfois choquante (si ce n'est indécente). Société, bestiaire, nature, gastronomie, magie... il y en aura pour tous les goûts.
103
152
25
19
Cécile POMMEREAU
Fred n’est pas un loup-garou, ni un ange gardien. Il n’est pas de ces pâles suceurs de sang qui font tomber comme des mouches des lycéennes au brushing impeccable. D’ailleurs, tout le monde sait que ces bestioles-là n’existent pas. Fred a un physique banal et les poches trouées. Il n’arrive pas à garder une fille plus de trois semaines et sort de prison. Pour couronner le tout, c’est le jour où il essaie de se foutre en l’air qu’il apprend qu’il est immortel. Fred n’a pas de chance.

Jean, lui, est flic. Il pensait avoir tout vu après trente ans passés a la Crim’. Mais voilà qu’un beau jour, un de ses cadavres se paye le luxe de se tirer de la scène de crime. Pour lui c’en est trop et il est bien décidé à le retrouver. Il ne manquerait plus qu’il parte en retraite avec une affaire non élucidée...
15
4
0
10
Orchidoclaste
Un poème récent, en vers libres
11
14
0
0

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0