Chapitre 1

9 minutes de lecture

  

  Pour la... Cinquième fois en dix minutes, peut-être, je regardai mon téléphone. Encore une heure et demie. Excédée, je posai mon front sur la table et soupirai. Ça ne faisait qu'un quart d'heure que le cours avait commencé et j'en avais déjà ma claque. Il faut dire que la voix aussi soporifique qu'un téléfilm du dimanche soir de madame Dixon n'aidait pas à la concentration. Mais en étant tout à fait sincère, elle aurait pu avoir la voix la plus entraînante de la terre, je n'aurais pas été plus concentrée pour autant. Rien ne pouvait rendre la chimie organique intéressante à mes yeux.

  Bon, comme je n'étais plus du tout attentive au cours, autant être un peu productive au lieu de perdre mon temps à jouer avec mon stylo en le faisant tourner sur mes doigts, ou à dessiner des trucs qui ne ressemblent à rien sur mes copies. Je me penchai vers mon sac, farfouillai à l'intérieur – il serait grand temps que je le range – et sortis le scénario du prochain épisode de Manor avec la ferme intention d'apprendre mes répliques.

  Sauf que moins d'une minute plus tard, une petite boulette de papier rebondit sur mon texte. Je me redressai et balayai la salle du regard. Qui me l'avait envoyée ? Je tombai rapidement sur le visage de Sinéad, tournée vers moi et qui me fixait de ses beaux yeux bleus. Je soupirai. Pourquoi s'évertuait-elle à me parler « discrètement » si c'était pour être aussi remarquable après ? Et puis ce n'est pas du tout comme si nous étions à l'ère des téléphones portables et des SMS illimités, c’aurait été encore plus discret. Elle était vraiment irrécupérable, et c'était pour ça que je l'adorais.

  Ses yeux s'agrandirent et son regard glissa sur la boulette pour m'inciter à lire son mot. T'inquiète Boucle de feu, j'avais compris. Un demi-sourire fendit mon visage alors que je dépliai le papier.


Reste concentrée ou tu finiras par avoir ton diplôme à vingt ans.


  C'est vrai que si je ratais mon examen, je devrais de nouveau redoubler. Je récupérai mon stylo et rédigeai une petite réponse bien cinglante :


Tu devrais te réjouir, au moins, tu ne seras pas seule l'année prochaine.


  Je repliai le papier et le renvoyai à Sinéad. Elle leva les yeux au ciel après l'avoir lu alors que je battais innocemment des cils. Se moquer de nos échecs scolaires respectifs était l'une de nos occupations favorites. Sinéad était très intelligente et contrairement à moi, elle travaillait beaucoup, mais bizarrement, ses notes ne suivaient pas. Nous savions déjà qu'elle allait de nouveau devoir se taper sa dernière année de lycée. Quant à bibi, j'avais déjà redoublé il y a trois ans, à cause d'un petit soucis médical. Et plutôt que de se lamenter sur notre sort, on préférait en rire.

  Je reçus un nouveau message de Sinéad. Elle répliquait ne pas vouloir se retrouver dans la même classe que quelqu'un âgé de deux décennies, ce serait trop la honte. C'est à peu près au même moment que Madame Dixon se racla la gorge bruyamment pour nous rappeler à l'ordre. Les bouclettes de la chevelure de feu de ma meilleure amie rebondirent quand elle se tourna vers le tableau afin de suivre à nouveau le cours. J'avisai le tableau quelques secondes. Naaaan. Très peu pour moi. Je me replongeai dans mon script.

  La sonnerie retentit, sonnant à mes oreilles comme celle du salut éternel. ENFIN ! Les cours étaient finis, ce n'était pas trop tôt. J'attendais que ce soit le cas depuis.... depuis que mon réveil avait hurlé à mes oreilles, en fait. Bon, maintenant que j'étais libérée de cette corvée qu'étaient les cours, j'allais enfin pouvoir passer aux choses sérieuses.

  Avant de remballer mes affaires, je jetai un œil à mon agenda. J'avais une séance photo pour la nouvelle ligne de vêtements de chez Ralph Lauren, puis mes cours d'art martiaux. Oh, ce n'était pas aussi chargé que je le pensais. Ce n'était pas plus mal, ça me laisserait le temps de me reposer, pour une fois. Ça devenait de plus en plus rare dernièrement.

  Je rejoignis Sinéad qui m'attendait à la porte. Nous traversâmes les immenses couloirs lumineux d'une propreté digne des publicités télévisées afin d'accéder à nos casiers. Je posai mon pouce sur le détecteur d'empreinte digitale puis ouvris la porte.

  Vous vous demandez probablement pourquoi des lycéennes avaient droit à un détecteur d'empreinte digitale, dernier cri qui plus est, au lieu de ce bon vieux cadenas toujours coincé pour protéger les petits mots cachés au fond de leur casier. Et bien notre lycée, ce cher Harrington High School, était un peu spécial. Comment le dire sans paraître désobligeante... Il était réservé à une certaine... Clientèle, aux personnes très très riches. Autrement dit, les fils et filles à papa ou les célébrités, respectivement les élèves de catégorie 1 et de catégorie 2. Le lycée avait ouvert il y a quelques années pour essayer de combler le fossé entre les gens normaux et les riches et montrer que nous pouvions aussi avoir une scolarité normale. Mais ce n'était pas très réussi… pour ne pas dire complètement raté. Tout ici transpirait le luxe. Nos emplois du temps étaient modulables afin de s'adapter à notre vie professionnelle si nous en avions une – en gros, les professeurs étaient à notre disposition. Des détecteurs d'empreinte digitale verrouillaient nos casiers. De nombreux agents de sécurité parcouraient les couloirs pour repousser et virer les paparazzis qui auraient réussi à s'infiltrer ici. Nous étions à la pointe de la technologie concernant l'enseignement. Nous avions des salles de billard, de musculation, de repos, plusieurs salles de cinéma et même une de massage ! pour aller se détendre après un petit contrôle trop difficile. Notre infirmerie était digne d'un hôpital. Nous avions un parking souterrain qui ressemblait plus à un salon de l'automobile qu'autre chose et même une hélistation sur le toit. S'il y avait eu la place pour un aéroport et un port, je suis sûre qu'ils les auraient construits. Mais bon, en plein New York, c'était difficile.

  Enfin bref, rien n'était normal ici. Résultat, de nombreux lycéens moins voire beaucoup moins fortunés rêvaient de venir étudier ici. Dans l'Eldorado des lycées américains. Car, toujours dans le but de montrer qu'Harrington n'était ni élitiste, ni inaccessible – comme si débourser deux cent mille dollars l'année était donné à tout le monde, du grand n'importe quoi je vous le conçois – dix boursiers étaient accueillis chaque année. Nos petits élèves de catégorie 3. C'était la première étape pour mettre un pied dans notre monde. Certains finissaient par prendre leur marque, d'autres retrouvaient une vie banale après leur diplôme.

  Voilà à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur mon lycée !

  Comme je ne comptais pas réviser de la soirée, je déposai tous mes cours dans mon casier et récupérai mes affaires de sport. Sinéad fit tout le contraire, elle vida son casier dans son sac.

  –Tu ne veux pas faire des pauses de temps en temps ? Lui demandai-je.

  Elle passait ses nuits à réviser. J'aurais déjà craqué depuis longtemps à sa place.

  –Avec les contrôles de la semaine prochaine ? C'est mort !

  Elle prit un dernier classeur qu'elle garda dans ses bras puisque son sac était déjà prêt à exploser et elle claqua la porte d'un petit coup de fesse. Elle s'y adossa.

  –Qu'est-ce que je donnerais pas pour avoir ton cerveau, avoua-t-elle.

  –Crois-moi, vu tout ce qu'il se passe à l'intérieur, c'est mieux d'avoir le tien, rétorquai-je.

  Sinéad explosa de rire, me prit par le bras et m'entraîna avec elle. Nous nous retrouvâmes rapidement emportée dans le flot des autres étudiants qui, comme nous, descendaient au parking pour retrouver leur voiture et leur liberté. Je saluai rapidement Jessica Powell, revenue au lycée pour la fin d'année après une tournée de trois mois en Europe. Je dus me farcir la blague salace de Trevor Shark, beau gosse de service, américain typique et probablement le plus grand chasseur de tout Harrington. Plus de la moitié des filles du lycée avaient dû finir sous ses draps.... Moi incluse. Que voulez-vous, j'étais une demoiselle aux mœurs légères à l'époque. Maintenant, c'était une autre histoire. Alors quand il me proposa de venir avec lui pour aller tester le nouveau loft de ses parents, je déclinai l'invitation. Il n'insista pas et se trouva une autre compagne pour la soirée en l'espace de cinq minutes, Skye Chapman. Moi qui pensais qu'elle ne voudrait plus de lui après que leur liaison eut fini à la une de People alors qu'elle était en couple avec Josh Cowell, jeune star de cinéma, je m'étais visiblement trompée. Après, ce n'était pas mon problème, ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient tant qu'ils étaient tous les deux consentants. Sauf se rouler une pelle devant moi. Sérieusement ? Ils auraient au moins pu attendre d'être dans la voiture.

  Arrivés à l'entrée du parking, plusieurs élèves lancèrent des tracts dans les airs. J'en attrapai un au vol. C'était une invitation à une soirée mousse, demain soir, chez Lucinda Parks. L'arrière-plan de l'invitation ne laissait place à aucun doute quant à la raison de cette fête. C'était une surprise pour sa sœur, qui venait de gagner l'Oscar de la meilleure chanson originale de l'année avec son titre As I live, il y a tout juste une semaine.

  –Tu vas y aller ? Me demanda Sinéad.

  –Humm.

  Pour la fêtarde que j'étais, c'était extrêmement tentant. Il suffisait que j'entende le mot soirée pour que je me transforme en petit toutou bien dressé et m'y rende en suivant la piste, ou les bouteilles du before. En plus de ça, j'étais libre demain soir, probablement la dernière fois avant un bon moment.

  –Sûrement. Toi ?

  Comme je m'en étais doutée, Sinéad rejeta l'invitation d'un mouvement de tête. Mon enthousiasme retomba. Je me renfrognai et croisai les bras sur ma poitrine. Je commençai à en avoir marre de délaisser ma meilleure amie pour des soirées où elle n'était pas là. Boire à n'en plus finir, danser ou plutôt me trémousser sur du dubstep, j'adorais ça. Mais il manquait toujours quelqu'un à mes côtés pour que la soirée soit érigée au rang de « géniale ». Je jetai un œil à Sinéad et en une seconde, ma décision fut prise :

  –OK, demain soir, rendez-vous chez toi, pour réviser et ensuite soirée tranquille devant un film.

  –Ana, je ne voudrais pas te gâcher ta soirée, fit-elle, gênée.

  –Mais tu ne me gâches pas ma soirée, au contraire. (Je passai mon bras par dessus son épaule et l'attirai contre moi). On va bien s'amuser, tu vas voir. Ça va me faire du bien d'être loin de tout ça.

  J’englobai d'un geste théâtral le reste des étudiants. Sinéad ne contesta plus, mais elle posa une condition : je n'avais pas mon mot à dire sur le choix du film. Si c'était ça le prix à payer, j'achète !

  Je libérai ma meilleure amie pour qu'elle puisse monter dans sa voiture. Une magnifique Mercedes Maybach décapotable rouge. Elle s'amusa à faire rugir le moteur avant de partir. Je repris mon chemin vers ma propre voiture, une « simple » Audi. Eh non, même si je n'avais pas un vrai bolide contrairement à la plupart des autres élèves, je n'étais pas boursière. J'appartenais aux deux autres catégories : une fifille avec des parents pleins aux as et une actrice à la carrière en pleine expansion, au grand dam de ma vie privée. Alors pour me déplacer, je préférais avoir une voiture plutôt discrète. Aussi, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant sur ma place de parking une Rolls Royce noire luisante comme un sou neuf et ce gentil Logan Wittmore, mon chauffeur et garde du corps personnel depuis presque six ans. Il m'avait déjà sauvée à plusieurs reprises de paparazzis trop insistants.

  –Mademoiselle, me salua-t-il. Je vous en prie.

  Il ouvrit la portière arrière. Je soupirai et montai.

  –Où est ma voiture ? M'enquis-je alors qu'il s'installait derrière le volant.

  –Dans votre garage. Il y a eu un changement dans votre emploi du temps.

  Je soupirai à nouveau et allumai l'écran sur le dossier en face de moi pour consulter mes messages. Mes cours d'art martiaux avaient été remplacés par le tournage d'une publicité pour le nouveau parfum de chez Dior, puis je devais enregistrer une vidéo pour le casting d'un nouveau film. Dire que je venais tout juste d'en finir un et que la promotion n'allait pas tarder à commencer... Mon manager, Jacob Cannon, ne me laissait pas un instant de répit. J'allais bientôt devoir me transformer en Wonder Woman pour suivre le rythme. En fait ce serait vraiment pas mal, surtout si en plus d'une énergie à toute épreuve, je me retrouvais avec le physique de Gal Gadot.

  Je secouai la tête pour revenir à la réalité. Je retournai sur le menu principal de ma messagerie et ouvris le mail contenant le script de la publicité. Mais finalement, je ne le consultai pas. La nuit risquait d'être longue, autant dormir un peu.

  Je branchai mes écouteurs à mon téléphone, lançai le dernier album d'Ashley, accrochai mes lunettes au col de mon T-Shirt, m'enfonçai dans le siège en cuir et fermai les yeux. Je m'endormis en deux secondes.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Défi
Clo06
En réponse au défi "Jeux d'enfants".
7
15
0
0
Défi
Philippe Larue


Introduction à l'Art de la guerre humoristique
Pourquoi une lettre à ma maladie II? Une année s'est écoulée depuis son diagnostique, bien qu'elle ai 15 ans, avec son burlesque "artistique" médicale qu'elle m'a consacrée. Ce que je vis le plus dur, ce sont les incontinences urinaires que j'essaie de contrôler. Certes, ceci n'est pas poétique comme présentation. Alors pourquoi en parler? Il me semble important de déclarer les gènes que peuvent causer une maladie.
Avec toute la volonté que vous avez, l'information ne parvient pas à la vessie du fait de l'absence de myéline qui protège votre système nerveux central. Imaginez les jeunes filles de quinze ans ou plus, les femmes? Leurs vies sociales et affectives deviennent une équation.
J'ai découvert et vécu "la pornographie médicale" des explorations de ma vessie par le joyeux urètre et les positions anatomiques du kamasoutra? Non, de la gynécologie!
Si le respect féminin me semblait infini auparavant, cette aventure m'a fait prendre conscience de l'inconsidération à laisser souffrir le miracle féminin que nous avons, nous les hommes. Ce respect infini s'est centuplé, voir multiplier sans limite. Quoique parfois...il faut bien les taquiner!
Quand votre corps est sollicité par écartellement ou par l'intensité des décharges électriques qui occillent entre 220v et 700v (j'ai pris du 220 en vrai, donc je connais!), comment réagir? Je suis tombé dans tout l'escalier du métro, et c'est avec une plaie ouverte jusqu'à l'os que j'ai été suivre le cours d'une formation sans rien dire, ni montrer. Mais exposer ou relater toute cette vie ainsi, je devrai dire "Philippe et ses petites contrariétés", n'est pas amusant mais plaintif et je préfère être jouissif, c'est génétique! Je n'ai jamais pleuré car je souhaitais préserver ces larmes en des sourires et rires partagés ultérieurement. Et puis, c'est indéscent! Alors, l'écriture est devenue une évidence, non pour se plaindre mais pour magnifier les douleurs en de truculentes poésies ou dérisions. La musique rock, pour personnaliser les déplacements des neurones par des tappings mélodiques! J'aime taper la non-violence de la musique. La saturation des amplis pour créer des riffs incendiaires qui transcenderaient les douleurs incendiaires.
Alors, on ne demande qu'à en rire! Prenez plaisir à lire ces poésies humoristiques. Ces mots sans maux sont un cadeau.
Prologue
Je souhaite utiliser cette page pour vous présenter la personne qui fera, de l'autre côté, la préface du livre.
Elle est timide et pudique. Elle fait partie des privilégiés de l'aristocratie des maladies. Elle s'est ruinée par ses prodigalités. Elle aurait voulue prolonger cette cohabitation mais nous n'étions même pas pacsés! Elle a un talent pour la ponctuation syntaxique mais elle est une orque qui aurait pu avoir mes jambes. Elle est devenue le prétérit d'une aventure imparfaite d'une mauvaise conjugaison. Elle est enfantine, adolescente, adulte,âgée et...capricieuse. Elle va peut-être même se convertir au protestantisme.
Je ne suis pas de rouille et d'os alors elle sera bientôt une SDF. Elle n'est pas douée pour la prose, alors soyez compréhensif. Je vous demande d'accueillir chaleureusement et je laisse le dernier mot à un jeune enfant, fan du SAV:
Salut, c'est moi, super connasseeeeeeeeeee!
Préface d'une sclérose en plaque
Euh...bonjour,
Merci tout d'abord. Vous êtes nombreuses et nombreux à m'écouter bien que je vous rends malheureux. Mais, je suis peureuse car on m'a envoyée un préavis de congé. En voici la teneur:
"Si tu souhaitais te métamorphoser
Aller dans la lumière, on pourrait scratcher ensemble et slamer.
Slamer tes maux de mauvaises fortunes
Qui ne valent pas une tunes.
J'écris des mots d'Elles pour les mixer à la moëlle de l'Amour
Mais tu préfères la moelle de ma myéline tout autour.
Hitman et Lara Croft se sont infiltrés pour te déloger.
Tu serais virtuelle, Knights pourrait te ressusciter
Mais tu es réelle, alors c'est une guerre héroïque de blessés.
Tes effets visuels et sonores sont les scanners et les IRM
Tu ne regardes même pas mon photoshop des amies que j'aime.
Tiens, même ma petite soeur dit que tu n'es pas une princesse Barbie
Et que tu as une tête de patibulaire comme Klaus Barbie
C'est bientôt mon anniversaire avec mes copines et mes copains préférés
Mais avec toi, c'est l'âge de glace dont je n'ai pas rêvé!
Avoue qu'avec toi, ce n'est pas l'osmose
Même Édith a la voix qui tremble en chantant "La vie en rose"
Voilà, moi aussi, j'ai la voix qui tremble à la lecture de cette lettre
Et je vous avoue que j'aimerai bien devenir comme vous, un être.
Cordialement
Une maladie


ÉLOGE DE L'IMAGINAIRE


Les maladies ne sont pas nées dans une bonne génération
Il y a l'acceptation qui permet l'adoption
Mais étant désagréable, je souhaite ton exclusion
Autant que tu apprennes à te connaître par explorations.
Parce que moi, je te tourne en dérision
Donc, je ne suis pas une bonne accréditation
Je cherche l'expression de la douleur en compassions
Bien que tu sois féminine, je ne cherche pas ta cohabitation
Cupidon m'en promets des délectations.
Avec moi, tu vas subir des flagellations
Mon humour et mes amours sont des impulsions
Qui te donnent une inadaptation
Choisie une autre exposition
Je suis trop rempli de considérations
Tu vas en avoir une indigestion
Tu es déjà à moitié une lyophilisation
De tes lésions transformées en motivations
Mais je t'aime ma maladie, de tes inflexions
Mais mon humour et mon coeur sont remplis de relations
Alors, tu électrises sans cesse mon corps par jubilations
Quand l'intensification de mes cadeaux ne sont qu'une introduction
Tu es sur le chemin de l'inversion
Et moi de l'irrigation de mes sentiments devenus des partitions
Dans plus d'une année, je te remercierai de ta prestation
Et tu découvriras mes talents en prestidigitation
Il y a eu une privation sentimentale sans que tu es prises de précautions
Je me suis gorgé de framboises par perfusions
Cette magie est une totale rénovation
Tu n'auras bientôt plus de réutilisation
Mes poèmes sont écrits par réverbérations
Tu es  déjà sur le chemin de la spéculation
A l'ère des télécommunications, la télépathie féminine est ma vaccination
Tu as été pronostiquée gagnante à 69/1, c'est une abbération
En rock comme en Amours, je suis un fidèle progressif du 69 par adoration
De mon Univers artistique, tu en as fait une profanation
Ton profil, ton contour, tes lignes sont tes proclamations
Tu es rédacteur en chef de ta principicule en circulation
Tes maux me désarticulent et procurent des émotions
Les bolus de corticoïdes m'ont faits grossir par tes adhésions
J'aurai préféré que ce soit par des profiteroles en légions
Tu auras une place dans mon coeur si tu restes élégante en ovations
Distinguée et respectueuse des règles de propreté qui sont ma religion
J'ai écouté les discours préliminaires de tes ablutions
Mais tu ne verras pas mes préliminaires féminins, même par procuration
Crois-tu que je dois laisser à mes enfants tes prélations?
Non, tu vas aller au presbytère des malades sans intentions
J'ai été soumis à ta sournoise étatique imposition
Tu as prélevés et extraits pour tes fonctionnaires sans productions
La génétique divine d'un amour sans malformations
De toi, j'ai gravi la forteresse pour y exhiber de ton coeur en action
Le "prétium doloris" de tes dommages-intérêts accordés sans réactions
Je souhaite que tu ne te présentes à mes Amours qui sont mes addictions
Tu es trop prosaïque et prostituée, ce serait une violation
Ton espièglerie te ferait chercher un prétexte, alors objection!
Les femmes sont une propreté minutieuse d'adorations
Ne troublent pas leurs beautés par tes perversions
Des framboises m'ont sourient, excuse ma confusion dans la préférence de leurs profusions
Ces sourires m'ont progressivement contaminés par leurs progressions
Voici l'acte de prohibition qui t'interdit leurs condamnations
Les prophéties sont des miracles de la création
Les gastronomes aiment les omelettes aux cèpes comme dégustation
Les SEP se soignent par de propices chélations
En proportionnelle, tous mes pourcentages vont aux polissonneries libertines avec délectations
Tu n'auras pas de nouveau bail de prorogation
Le propergol des framboises m'ont fait un coeur à propulsion
Tu as poussées sur mes fibres nerveuses des plantations
Mercure n'est plus dans ma maison mais le soleil des Vénus. Quelles magnifications!
C'est au centuple que mon coeur a ses raisons que la maladie est sans argumentations
Avec toi, j'ai connu les rayons X des désolations
Et toi, l'interprétation des rayons radio-actifs de mon coeur en réflexion
Le dictateur n'est pas celui qui croit y etre en révolutions
Tu  irradies mon corps jours et nuits de douleurs sans réclamations
Sans aucune agressivités, j'ai accepté avec joies mais j'ai des réclamations
Que ces douleurs recomposées en considérations de la création
Soient féminines pour les siècles des siècles sans aucunes violations
Il y a eu une privation sentimentale sans que tu es prises de précautions
L'Amour aime vivre X coquineries dans un grand rayon.
Je me suis gorgé de framboises par perfusions
Cette magie est une totale rénovation
Tu n'auras bientôt plus de réutilisation
Mes poèmes sont écrits comme en musique, avec de la réverbérations
Tu es déjà sur le chemin de la spéculation
A l'ère des télécommunications, la télépathie féminine sont mes vaccinations
Souhaite-moi de gagner le prix littéraire de la poésie
Tu en as été légèrement inspiratrice, j'en reconnais tes perfusions
Les douleurs sont des diamants dans mon corps d'exaltations
Je suis ascète des violences mais frénétique des poésies d'acclimatations
J'ai jeté les akènes qui renfermaient la violence de ta génération
Mais je suis rassuré d'avoir pasteurisé tes violences en émotions
J'ai orpaillé la littérature de tes infractions
Tu as été une jocrisse improvisée sans satisfactions
Tu es un grand de sable sans fécondation
J'ai sonné le glockenspiel pour ton extraction
je suis devenu ton coach en te donnant de l'action
je te raccompagne sur le péron de l'Élysée avec satisfaction
J'ai une larme car tu seras sans domiciliations
Tu auras vécue comme une éruption
Et moi, je retrouverai la joie des grandes érections.
P.S
Je vais parfois au magasin des suicides voir les Tuvache
Alors que je préfèrerai une crêpe remplie de ganache
2
5
0
7

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0