Chapitre 1

9 minutes de lecture

  

  Pour la... Cinquième fois en dix minutes, peut-être, je regardai mon téléphone. Encore une heure et demie. Excédée, je posai mon front sur la table et soupirai. Ça ne faisait qu'un quart d'heure que le cours avait commencé et j'en avais déjà ma claque. Il faut dire que la voix aussi soporifique qu'un téléfilm du dimanche soir de madame Dixon n'aidait pas à la concentration. Mais en étant tout à fait sincère, elle aurait pu avoir la voix la plus entraînante de la terre, je n'aurais pas été plus concentrée pour autant. Rien ne pouvait rendre la chimie organique intéressante à mes yeux.

  Bon, comme je n'étais plus du tout attentive au cours, autant être un peu productive au lieu de perdre mon temps à jouer avec mon stylo en le faisant tourner sur mes doigts, ou à dessiner des trucs qui ne ressemblent à rien sur mes copies. Je me penchai vers mon sac, farfouillai à l'intérieur – il serait grand temps que je le range – et sortis le scénario du prochain épisode de Manor avec la ferme intention d'apprendre mes répliques.

  Sauf que moins d'une minute plus tard, une petite boulette de papier rebondit sur mon texte. Je me redressai et balayai la salle du regard. Qui me l'avait envoyée ? Je tombai rapidement sur le visage de Sinéad, tournée vers moi et qui me fixait de ses beaux yeux bleus. Je soupirai. Pourquoi s'évertuait-elle à me parler « discrètement » si c'était pour être aussi remarquable après ? Et puis ce n'est pas du tout comme si nous étions à l'ère des téléphones portables et des SMS illimités, c’aurait été encore plus discret. Elle était vraiment irrécupérable, et c'était pour ça que je l'adorais.

  Ses yeux s'agrandirent et son regard glissa sur la boulette pour m'inciter à lire son mot. T'inquiète Boucle de feu, j'avais compris. Un demi-sourire fendit mon visage alors que je dépliai le papier.


Reste concentrée ou tu finiras par avoir ton diplôme à vingt ans.


  C'est vrai que si je ratais mon examen, je devrais de nouveau redoubler. Je récupérai mon stylo et rédigeai une petite réponse bien cinglante :


Tu devrais te réjouir, au moins, tu ne seras pas seule l'année prochaine.


  Je repliai le papier et le renvoyai à Sinéad. Elle leva les yeux au ciel après l'avoir lu alors que je battais innocemment des cils. Se moquer de nos échecs scolaires respectifs était l'une de nos occupations favorites. Sinéad était très intelligente et contrairement à moi, elle travaillait beaucoup, mais bizarrement, ses notes ne suivaient pas. Nous savions déjà qu'elle allait de nouveau devoir se taper sa dernière année de lycée. Quant à bibi, j'avais déjà redoublé il y a trois ans, à cause d'un petit soucis médical. Et plutôt que de se lamenter sur notre sort, on préférait en rire.

  Je reçus un nouveau message de Sinéad. Elle répliquait ne pas vouloir se retrouver dans la même classe que quelqu'un âgé de deux décennies, ce serait trop la honte. C'est à peu près au même moment que Madame Dixon se racla la gorge bruyamment pour nous rappeler à l'ordre. Les bouclettes de la chevelure de feu de ma meilleure amie rebondirent quand elle se tourna vers le tableau afin de suivre à nouveau le cours. J'avisai le tableau quelques secondes. Naaaan. Très peu pour moi. Je me replongeai dans mon script.

  La sonnerie retentit, sonnant à mes oreilles comme celle du salut éternel. ENFIN ! Les cours étaient finis, ce n'était pas trop tôt. J'attendais que ce soit le cas depuis.... depuis que mon réveil avait hurlé à mes oreilles, en fait. Bon, maintenant que j'étais libérée de cette corvée qu'étaient les cours, j'allais enfin pouvoir passer aux choses sérieuses.

  Avant de remballer mes affaires, je jetai un œil à mon agenda. J'avais une séance photo pour la nouvelle ligne de vêtements de chez Ralph Lauren, puis mes cours d'art martiaux. Oh, ce n'était pas aussi chargé que je le pensais. Ce n'était pas plus mal, ça me laisserait le temps de me reposer, pour une fois. Ça devenait de plus en plus rare dernièrement.

  Je rejoignis Sinéad qui m'attendait à la porte. Nous traversâmes les immenses couloirs lumineux d'une propreté digne des publicités télévisées afin d'accéder à nos casiers. Je posai mon pouce sur le détecteur d'empreinte digitale puis ouvris la porte.

  Vous vous demandez probablement pourquoi des lycéennes avaient droit à un détecteur d'empreinte digitale, dernier cri qui plus est, au lieu de ce bon vieux cadenas toujours coincé pour protéger les petits mots cachés au fond de leur casier. Et bien notre lycée, ce cher Harrington High School, était un peu spécial. Comment le dire sans paraître désobligeante... Il était réservé à une certaine... Clientèle, aux personnes très très riches. Autrement dit, les fils et filles à papa ou les célébrités, respectivement les élèves de catégorie 1 et de catégorie 2. Le lycée avait ouvert il y a quelques années pour essayer de combler le fossé entre les gens normaux et les riches et montrer que nous pouvions aussi avoir une scolarité normale. Mais ce n'était pas très réussi… pour ne pas dire complètement raté. Tout ici transpirait le luxe. Nos emplois du temps étaient modulables afin de s'adapter à notre vie professionnelle si nous en avions une – en gros, les professeurs étaient à notre disposition. Des détecteurs d'empreinte digitale verrouillaient nos casiers. De nombreux agents de sécurité parcouraient les couloirs pour repousser et virer les paparazzis qui auraient réussi à s'infiltrer ici. Nous étions à la pointe de la technologie concernant l'enseignement. Nous avions des salles de billard, de musculation, de repos, plusieurs salles de cinéma et même une de massage ! pour aller se détendre après un petit contrôle trop difficile. Notre infirmerie était digne d'un hôpital. Nous avions un parking souterrain qui ressemblait plus à un salon de l'automobile qu'autre chose et même une hélistation sur le toit. S'il y avait eu la place pour un aéroport et un port, je suis sûre qu'ils les auraient construits. Mais bon, en plein New York, c'était difficile.

  Enfin bref, rien n'était normal ici. Résultat, de nombreux lycéens moins voire beaucoup moins fortunés rêvaient de venir étudier ici. Dans l'Eldorado des lycées américains. Car, toujours dans le but de montrer qu'Harrington n'était ni élitiste, ni inaccessible – comme si débourser deux cent mille dollars l'année était donné à tout le monde, du grand n'importe quoi je vous le conçois – dix boursiers étaient accueillis chaque année. Nos petits élèves de catégorie 3. C'était la première étape pour mettre un pied dans notre monde. Certains finissaient par prendre leur marque, d'autres retrouvaient une vie banale après leur diplôme.

  Voilà à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur mon lycée !

  Comme je ne comptais pas réviser de la soirée, je déposai tous mes cours dans mon casier et récupérai mes affaires de sport. Sinéad fit tout le contraire, elle vida son casier dans son sac.

  –Tu ne veux pas faire des pauses de temps en temps ? Lui demandai-je.

  Elle passait ses nuits à réviser. J'aurais déjà craqué depuis longtemps à sa place.

  –Avec les contrôles de la semaine prochaine ? C'est mort !

  Elle prit un dernier classeur qu'elle garda dans ses bras puisque son sac était déjà prêt à exploser et elle claqua la porte d'un petit coup de fesse. Elle s'y adossa.

  –Qu'est-ce que je donnerais pas pour avoir ton cerveau, avoua-t-elle.

  –Crois-moi, vu tout ce qu'il se passe à l'intérieur, c'est mieux d'avoir le tien, rétorquai-je.

  Sinéad explosa de rire, me prit par le bras et m'entraîna avec elle. Nous nous retrouvâmes rapidement emportée dans le flot des autres étudiants qui, comme nous, descendaient au parking pour retrouver leur voiture et leur liberté. Je saluai rapidement Jessica Powell, revenue au lycée pour la fin d'année après une tournée de trois mois en Europe. Je dus me farcir la blague salace de Trevor Shark, beau gosse de service, américain typique et probablement le plus grand chasseur de tout Harrington. Plus de la moitié des filles du lycée avaient dû finir sous ses draps.... Moi incluse. Que voulez-vous, j'étais une demoiselle aux mœurs légères à l'époque. Maintenant, c'était une autre histoire. Alors quand il me proposa de venir avec lui pour aller tester le nouveau loft de ses parents, je déclinai l'invitation. Il n'insista pas et se trouva une autre compagne pour la soirée en l'espace de cinq minutes, Skye Chapman. Moi qui pensais qu'elle ne voudrait plus de lui après que leur liaison eut fini à la une de People alors qu'elle était en couple avec Josh Cowell, jeune star de cinéma, je m'étais visiblement trompée. Après, ce n'était pas mon problème, ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient tant qu'ils étaient tous les deux consentants. Sauf se rouler une pelle devant moi. Sérieusement ? Ils auraient au moins pu attendre d'être dans la voiture.

  Arrivés à l'entrée du parking, plusieurs élèves lancèrent des tracts dans les airs. J'en attrapai un au vol. C'était une invitation à une soirée mousse, demain soir, chez Lucinda Parks. L'arrière-plan de l'invitation ne laissait place à aucun doute quant à la raison de cette fête. C'était une surprise pour sa sœur, qui venait de gagner l'Oscar de la meilleure chanson originale de l'année avec son titre As I live, il y a tout juste une semaine.

  –Tu vas y aller ? Me demanda Sinéad.

  –Humm.

  Pour la fêtarde que j'étais, c'était extrêmement tentant. Il suffisait que j'entende le mot soirée pour que je me transforme en petit toutou bien dressé et m'y rende en suivant la piste, ou les bouteilles du before. En plus de ça, j'étais libre demain soir, probablement la dernière fois avant un bon moment.

  –Sûrement. Toi ?

  Comme je m'en étais doutée, Sinéad rejeta l'invitation d'un mouvement de tête. Mon enthousiasme retomba. Je me renfrognai et croisai les bras sur ma poitrine. Je commençai à en avoir marre de délaisser ma meilleure amie pour des soirées où elle n'était pas là. Boire à n'en plus finir, danser ou plutôt me trémousser sur du dubstep, j'adorais ça. Mais il manquait toujours quelqu'un à mes côtés pour que la soirée soit érigée au rang de « géniale ». Je jetai un œil à Sinéad et en une seconde, ma décision fut prise :

  –OK, demain soir, rendez-vous chez toi, pour réviser et ensuite soirée tranquille devant un film.

  –Ana, je ne voudrais pas te gâcher ta soirée, fit-elle, gênée.

  –Mais tu ne me gâches pas ma soirée, au contraire. (Je passai mon bras par dessus son épaule et l'attirai contre moi). On va bien s'amuser, tu vas voir. Ça va me faire du bien d'être loin de tout ça.

  J’englobai d'un geste théâtral le reste des étudiants. Sinéad ne contesta plus, mais elle posa une condition : je n'avais pas mon mot à dire sur le choix du film. Si c'était ça le prix à payer, j'achète !

  Je libérai ma meilleure amie pour qu'elle puisse monter dans sa voiture. Une magnifique Mercedes Maybach décapotable rouge. Elle s'amusa à faire rugir le moteur avant de partir. Je repris mon chemin vers ma propre voiture, une « simple » Audi. Eh non, même si je n'avais pas un vrai bolide contrairement à la plupart des autres élèves, je n'étais pas boursière. J'appartenais aux deux autres catégories : une fifille avec des parents pleins aux as et une actrice à la carrière en pleine expansion, au grand dam de ma vie privée. Alors pour me déplacer, je préférais avoir une voiture plutôt discrète. Aussi, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant sur ma place de parking une Rolls Royce noire luisante comme un sou neuf et ce gentil Logan Wittmore, mon chauffeur et garde du corps personnel depuis presque six ans. Il m'avait déjà sauvée à plusieurs reprises de paparazzis trop insistants.

  –Mademoiselle, me salua-t-il. Je vous en prie.

  Il ouvrit la portière arrière. Je soupirai et montai.

  –Où est ma voiture ? M'enquis-je alors qu'il s'installait derrière le volant.

  –Dans votre garage. Il y a eu un changement dans votre emploi du temps.

  Je soupirai à nouveau et allumai l'écran sur le dossier en face de moi pour consulter mes messages. Mes cours d'art martiaux avaient été remplacés par le tournage d'une publicité pour le nouveau parfum de chez Dior, puis je devais enregistrer une vidéo pour le casting d'un nouveau film. Dire que je venais tout juste d'en finir un et que la promotion n'allait pas tarder à commencer... Mon manager, Jacob Cannon, ne me laissait pas un instant de répit. J'allais bientôt devoir me transformer en Wonder Woman pour suivre le rythme. En fait ce serait vraiment pas mal, surtout si en plus d'une énergie à toute épreuve, je me retrouvais avec le physique de Gal Gadot.

  Je secouai la tête pour revenir à la réalité. Je retournai sur le menu principal de ma messagerie et ouvris le mail contenant le script de la publicité. Mais finalement, je ne le consultai pas. La nuit risquait d'être longue, autant dormir un peu.

  Je branchai mes écouteurs à mon téléphone, lançai le dernier album d'Ashley, accrochai mes lunettes au col de mon T-Shirt, m'enfonçai dans le siège en cuir et fermai les yeux. Je m'endormis en deux secondes.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Yukishi
Je vous propose une série de poèmes, rédigés par votre humble serviteur.
Le tout bien sûr en total amateurisme, n'ayant pas pratiqué ni lu énormément de grands auteurs.
Juste que, j'entends par là pour ma part comme l'écho d'une douce musique à mes oreilles, alliant images dépeintes métaphoriquement, comme le reflet d'un lyrisme fantasmé.

Voici un poème un peu plus anecdotique, je me suis amusé à faire une constance de sept syllabes à chaque vers.
Pour le prochain, je partirai sur quelque chose avec plus d'implication en comparaison !
3
3
0
0
alain1384

Il y a de cela bien longtemps dans un village d’Afrique
Un enfant se leva de façon brusque de son lit, comme un ressenti très fort qui le conduisait à sortir de sa
chambre
Il se dirigea vers la porte, l’ouvrit et posa son pied à l’extérieur de la maison
A cet instant précis il leva la tête vers le ciel pour contempler cette luminosité il ressentit comme un souffle sur
son visage, un souffle venu de nulle part et se propageant tout autour de lui
Cet enfant commença à avancer dans l obscurité, ses pas les un derrière les autres s’enchaînèrent pour le
conduire
Il alla de village en village et à chacune de ses rencontres les gens lui demandaient ce qu’il faisait ici tout seul
Alors il leur répondit :
Je marche derrière ce vent qui a emporté avec lui mes rêves
Beaucoup de personne furent étonnées de ces mots, et certaines lui donnèrent à manger à boire en lui
souhaitant bonne route
Il traversa ainsi des vallées des montagnes et à chaque fois la même chose il courait derrière ses rêves emportés
par le vent
A chaque village, à chaque contrée il sema ses mots ses espoirs de rêve
Il continua ainsi son périple et les jours les années passèrent tout en continuant à marcher derrière ce vent
porteur de rêves
Il rencontra des milliers de personne et à un moment une personne lui demanda encore :
Pourquoi marches-tu ainsi et pourquoi ce vent t’a volé tes rêves ?
Alors l’enfant devenu adulte lui dit :
ce vent ne m’a rien volé mais bien au contraire il m’a permis d’aller au delà de mes espoirs de me dépasser de
me porter
C est ainsi qu’il parcouru le monde pour ensemencer en chacune des personnes la sagesse le savoir qu’il avait su
recevoir au travers de toutes ses rencontres, il portait en lui un regard autre sur les éléments les coutumes et les
croyances
En ouvrant son cœur il avait laissé s’engouffrer un vent de pensées porteur de magie
Ainsi dans certain village quand le vent souffle on s’attend à voir venir cet enfant porteur de rêves
Alors il m’arrive par moment de dire quand je vois mon fils les larmes au yeux :
Place toi face au vent il viendra sécher tes larmes car ce n’est pas le vent mais bien ce qu’il porte avec lui qui agit
sur tes larmes
Alors intrigué il me demande pourquoi, de là il est facile de lui raconter une histoire qui fera partir ses peines
pour les remplacer par des rêves et ainsi le vent a bien été porteur des rêves de cet enfant
2
1
8
2
Défi
Antoine Delouhans


J'aime mon métier. D'aucuns diront qu'il ne faut pas se respecter pour se vendre. Mais je ne vends pas mon âme, je vends mon temps, et parfois même mon corps, pour le plaisir et le bonheur de mes clients, et souvent même pour le mien !
Cela fait quelques années que j'ai commencé cette activité, d'abord pour tenter de me faire un peu d'argent en plus, puis j'ai vite compris que j'étais fait pour ça. Que mon métier était devenu ma passion ! J'ai abandonné mes études de droit et me suis plongé avec assiduité dans l'étude de l'autre, de ses mœurs, de ses déviances, de ses plaisirs.
Mes seules règlent étaient que je devais toujours pouvoir choisir mes clients, et que toute violence ou humiliation était interdite. Sinon, je pouvais être appelé pour boire un verre en soirée, apparaître au bras d'une célibataire à un gala, dîner au restaurant et parfois, passer une nuit ensemble.
Quand mon téléphone sonna ce soir-là, je savais qu'il se passait quelque chose d'étrange, ma patronne ne m'appelait jamais le dimanche !
— Bonsoir David, j'aurais besoin de tes services ce soir, je sais, c'est dimanche, c'est ton jour de repos, mais je ne t'appellerais pas si ça n'était pas important, et surtout, très intéressant! Nous devons rejoindre un client au George V dans une heure. Tu pourras y être ?
— Nous ?
Oui, nous ! Il nous a demandés tous les deux ! C'est pour 30 000 chacun beau brun, je ne prends rien sur ta part ! C'est plus que le salaire annuel de la plupart des Français, tu sais...
— 30 000 ? Je m'étouffai presque. J'y serai, pas de soucis Meg.
— Merci mon ange, tu es parfait ! Je te revaudrais ça !
Je raccrochai et filai sous la douche Une demi-heure plus tard, j'avais enfilé un costume de haute couture que m'avait offert une Américaine et qui valait une petite fortune ! Mes cheveux bruns étaient mis en arrière, de manière désordonnée, tenus par une cire mat qui donnait un effet décoiffé naturel. Je jetai un œil dans le miroir une dernière fois, mes cils étaient noirs ce soir et faisaient ressortir le bleu grisé de mes yeux. Je pinçai mes lèvres pour en faire ressortir la couleur, et sortis chercher ma voiture.
Mes moyens maintenant me permettaient de rouler au volant d'une Aston Martin v12 Vantage. Le ronflement du moteur n'était pas désagréable. Pour tout avouer, je n'ai jamais été un grand adepte des voitures, mais dans ma profession, cela me permettait de créer des entrées remarquées. Il faut bien emballer le produit.

Je me retrouvais donc légèrement en avance devant les portes du Cinq, illuminé plus par sa notoriété que par les éclairages sophistiqués. J'étais le premier arrivé et j'avais une envie terrible d'allumer une cigarette, mais avant un rendez-vous, je me l'interdisais. J'avais une réputation, et une haleine de tabac pour un client prestigieux, ne ferait pas bonne presse. C'est alors que je commençais à m'impatienter que je vis Meg arriver. Elle était sublime. Une robe de soirée d'une sobriété exquise. Pas de fioriture, pas de dentelle, juste un tissu noir profond qui semblait peint sur sa peau, tant il épousait ses formes parfaites. Le léger décolleté mettait en valeur une poitrine généreuse, mais sans excès, alors que les épaules et le dos étaient nus. Le pan qui descendait jusqu'à ses chevilles était fendu jusqu'au milieu de la cuisse. À chaque pas, une jambe ferme et fine ressortait, hypnotisant toute âme environnante dans un mouvement gracile. Ses talons hauts claquaient, résonnant au rythme dynamique qu'elle avait toujours.
— Ça va ? Demanda-t-elle devant mon air un peu perdu.
Je levais alors les yeux sur son visage presque angélique. Difficile de croire lorsqu'on la voit, qu'elle tient depuis quelques années, l'une des affaires d'Escort les plus florissantes de Paris. Elle avait une renommée mondiale et brassait des millions d'euros. Elle était si jeune, 30 ans au maximum, même si sa pudeur lui imposait la discrétion sur son âge véritable. Ses boucles noires témoignaient d'origines du sud de l'Europe, peut-être même du nord de l'Afrique... Ses yeux sombres étaient hypnotisant et me fixaient en attendant ma réponse.
— David ça va ? Insista-t-elle en pinçant ses lèvres fines dans un rictus inquiet.
— Oui, oui, me repris-je en raclant la gorge ! Tu es splendide ! Je ne t'avais jamais vu apprêtée pour une soirée.
Et en effet, même si elle était toujours parfaitement habillée, elle arborait la plupart du temps une tenue décontractée qui représentait l'âme de cette personne complexe. Je ne la connaissais pas vraiment. Nous ne nous croisions pas souvent, à part lors de notre rendez-vous mensuel pour lui remettre son pourcentage. Elle ne réclamait que 10 pour-cent. En plus d'être une femme charmante, elle était une femme d'affaires honnête et qui tenait à protéger ses employés.
Elle répondit à mon commentaire par un sourire espiègle et une étincelle dans le regard. Cette étincelle que l'on peut voir lorsque le compliment fait mouche.
— Allons-y, il nous attend déjà ! Lança-t-elle en me prenant par le bras.
Nous entrâmes. Quelques personnes se retournèrent sur nous. Notre technique était parfaite. Par notre seule présence, nous inspirions le désir, dans tous les sens du terme. Je me tenais, droit et fier avec un regard mystérieux et froid, alors que Meg offrit un sourire radieux au maître d'hôtel, au moment où il nous accueillit.
— Nous sommes attendus par monsieur Springfield.
Il nous conduisit immédiatement à une table ronde, qui se trouvait au fond de la pièce, légèrement en retrait, sans trop, pour ne pas attirer l'attention ! L'homme qui nous accueillit était d'une beauté époustouflante. Un visage à la symétrie parfaite, un blond faisant penser aux champs de blés dorés, des yeux verts qui nous scrutaient avec une attention exigeante.
Il nous fit signe de nous asseoir et nous débutâmes un dîner en tout point parfait. Notre hôte était d'une compagnie charmante, bien qu'un peu en retrait. Je découvrais Meg dans son jeu de séduction, et elle était maîtresse dans l'art. Jamais vulgaire, toujours dans une classe maîtrisée, mais pas guindée. J'apprenais à la lire, et je découvrais une personne intègre et franche. Notre hôte resta très mystérieux sur ce qu'il attendait de cette soirée, et je me doutais bien que pour la somme qu'il promettait, nous ne nous arrêterions pas à un simple repas...

40
47
148
33

Vous aimez lire Asa No ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0