Épisode 80

6 minutes de lecture

Pikachu

Deux ans se sont écoulés depuis que je vis à Bekipan Ville avec mon petit ami. La ferme de sa famille s’est beaucoup agrandie depuis que les projets de Milobellus pour reconstruire la ville ont commencé. Le Culte d’Yveltal n’est plus que de l’histoire ancienne, même si on entend parfois parler d’eux en prison. Les survivants de cette horrible nuit vont rester derrière les barreaux longtemps et peut-être même pour le reste de leurs vies.

En ce moment, je me promène au centre-ville afin de vendre quelques articles que nous avons ramassés dans les Donjons du Créateur. Nous ne les appelons plus par leur ancien nom, car nous savons désormais qu’ils nous ont été laissés par Arceus, afin de toujours devenir plus forts et rusés que ses machinations. Roigada est toujours aussi déterminé à percer les mystères laissés par notre Créateur ; ça ne changera jamais. Herbizarre, comme toujours, récolte des données pour lui, lorsque nous explorons ces ruines.

Tippy et moi, on apprend ce que c’est que de vivre en couple. J’avoue, jamais je n’aurais cru tomber amoureux d’un Pokémon mâle, avant de retrouver mes souvenirs d’avant. Quand notre Créateur m’a montré des images de mon passé, je me suis rappelé avoir été attiré par des femelles comme des mâles… et parfois même, des créatures non-binaires ou fluides dans le genre. Ronflex et Lucario pensent que je suis pansexuel. Je trouve ce terme bizarre, mais si c’est ce qui me décrit le mieux, pourquoi pas ?

Peu à peu, mon moi d’avant et celui que je suis devenu me plaisent. J’ai pris beaucoup plus d’assurance, maintenant que j’ai mon propre appartement avec Prinplouf, mon Tippy. Il a évolué quelques semaines plus tôt, en voulant me protéger. Il me dépasse désormais de quarante centimètres, mais cela ne me dérange pas. Quant à moi, je ne sais toujours pas si je vais me servir d’une pierre d’évolution ou si je compte rester un Pikachu pour le reste de mon existence. Tout ce que je sais, c’est que Tippy me rend heureux.

— Je peux vous acheter ça pour cinquante pièces d’or, m’offre une Kecleon qui vient d’évaluer un vieux vase que j’avais trouvé lors de notre dernière aventure.

Au moment où je m’apprête à ramasser la monnaie qu’elle me tend, en échange du vase, elle hésite un instant et me demande :

— Au fait ? Vous ne seriez pas plutôt intéressé par cette Pierre Foudre ? Je vous l’offre pour dix mille pièces d’or, puisque vous êtes un bon client de notre boutique !

— Euh… Mm… Laissez-moi réfléchir, Madame, je dis, pris par surprise. Je ne sais pas si j’ai assez dans mes poches et euh… Mmm…

Aussitôt, la vendeuse lève son visage vers un Pokémon derrière moi et elle recule, effrayée.

— N’essayez pas d’arnaquer mon ami, grogne Lucario. Cette pierre se vend à cinq mille pièces d’or dans tous les bons magasins.

Il s’approche et tape sur la patte de la Kecleon pour faire voler les pièces d’or en l’air. Ensuite, il chope le vieux vase qu’il me tend.

— Il y a de meilleures boutiques en ville, suis-moi, me dit-il.

— Je vous bannis à jamais de ma boutique ! râle la lézarde à mon ami.

— C’est ça, c’est ça. De toute façon, Milobellus va être mise au courant.

Je soupire de soulagement. Normalement, c’est Prinplouf qui vient vendre nos objets de valeur au marché, mais en ce moment, il est occupé, car il prépare le deuxième anniversaire de son petit frère avec Herbizarre et leurs parents. Évidemment, je suis invité parce que je vais bientôt faire partie de la famille. Je comptais acheter un présent d’anniversaire avec ce que j’aurai vendu ici. De toute manière, Artikodin est déjà très gâté par la famille.

— Alors, comment vont les affaires chez Ronflex ? demandé-je à mon ami.

— Ah ? Pas mal. Frex apprend à gérer le resto quand ses parents sont occupés.

Nous nous dirigeons vers la grande fontaine de la ville, celle de Dracolosse qui a survécu à l’attaque des disciples. Durant nos temps libres, notre ami Ronflex travaille pour ses parents. Parfois, Lucario l’aide en tant que serveur ou cuisinier. Tous deux vont hériter du restaurant plus tard, alors ils s’entraînent pour la succession.

— Comptez-vous abandonner la guilde dans ce cas ?

— Moi ? fait le loup. Jamais de la vie ! J’aime trop ma liberté pour ça. Par contre, je crois que Ronflex jongle un peu avec l'idée de faire plaisir à ses parents ou bien de vendre l'entreprise à quelqu’un qui en voudra... si jamais il devait rester.

— Prinplouf comprendra, formulé-je. Après tout, ce casse-croûte est le cœur de notre communauté depuis son ouverture. Tout le monde y va. Du moins, c’est ce que Frex m’a dit.

Et avec raison ! Car on voit toujours des files d’attente à l’extérieur du bâtiment, quand les Ronflex font des promotions sur l’heure du dîner. À la grande demande de Milobellus, ils servent même des fruits de mer dans certaines de leurs options. Bref, si Bekipan Ville a réussi à revivre après ces deux dernières années, c’est surtout grâce à la détermination de nos vendeurs et au travail acharné de nos ouvriers. Même la population a augmenté…

— Au fait, Blues… remarque Lucario. Si tu voulais une Pierre Foudre, tu n’avais qu’à me demander, tu sais ? J’ai une collection de pierres élémentaires chez les Ronflex que je ramasse depuis quelques années déjà.

— Vr… vraiment ? Tu m’en donnerais une, juste comme ça ?

— Bah ouais ? Pour te remercier de tous tes services rendus envers notre équipe. Enfin, tu n’auras plus à grimper sur un tabouret pour embrasser ton petit ami.

Je sens mes joues rougirent, timide.

— En tout cas, je dois te laisser pour le moment, me dit-il avant de mettre une patte sur ma tête. Frex et moi, on viendra faire un tour chez la famille de Tippy, plus tard. Je t’apporterai la pierre, comme ça on pourra célébrer ton évolution tous ensemble.

Je salue celui-ci poliment et me laisse à la fontaine, alors qu’il retourne au restaurant des Ronflex. Je souris alors que je rentre mon vieux vase dans mon petit sac que j’enfile à nouveau sur mon épaule. Non loin de moi, Kecleon me regarde avec des yeux de couteaux. Je ferai mieux de filer avant qu’elle ne me tue…

Ainsi donc, ma vie à Bekipan Ville a changé en mieux, même s’il me reste toujours de nouvelles choses à apprendre. Chaque jour apporte une nouvelle épreuve ou bien une surprise qui rend ma vie toujours aussi excitante qu’avant. Parfois, avant de me coucher, je me surprends à prier Arceus, pour lui remercier de m’avoir donné cette deuxième chance.

Je ne sais pas si ma Dresseuse a continué son voyage initiatique après ma mort, mais j’espère qu’elle ne s’en voudra pas éternellement pour cet accident. Je l’ai sauvée, justement parce qu’elle ne méritait pas de mourir. J’ai fait la paix avec ce qui m’est arrivé. Ça m’a pris beaucoup de séances avec un psy de la ville et tout le support de Prinplouf, pour remonter la pente, mais j’y suis arrivé.

Alors que je me rends chez les parents de mon petit ami et de sa sœur, je me souviens du tout premier jour où je suis arrivé dans ce monde. J’étais perdu, confus, je ne me souvenais plus de qui j’étais et je pensais même être un humain coincé dans un corps de Pokémon… C’est dingue quand même, comment le temps a passé vite.

Aussitôt que j’entre dans la cour où se trouve le chaleureux cottage, je ressens quelque chose me foncer dessus. Je tombe par terre, mon partenaire par-dessus moi qui me donne un baiser sur le front. Nous éclatons de rire, avant qu’il me prenne par la patte et me relève.

— Viens chéri ! formule-t-il, tout sourire. On n’attendait plus que toi !

Fin.

Annotations

Recommandations

Jean-Marc GACHAN
Liban : A Momentary Lapse of Reason.
Liban : Bref épisode d'une guerre sans raison apparente, sauf, selon moi: le mauvais œil...
Sur demande de mon psychiatre : écrire la cause de l'angoisse et de l'obsession et de la paranoïa, précis, concis, le strict minimum...
22
6
0
4
Anaïs Sieffert
Quand on a de l'ambition, on peut toujours atteindre nos objectifs et changer notre destin !
26
0
0
26
Marine Desvoivre
Comment empêcher une future apocalypse lorsqu'on ne croit pas au dieu égyptien et que l'on est une simple mortelle ? Chloé se remémore tout ce qui lui est arrivé depuis le premier jour de son retour chez elle au déclenchement de toutes ses catastrophes. Une histoire tellement inimaginable et effroyable. Mais tout cela n'est rien, comparé à tout ce qui l'attend encore...
22
29
326
73

Vous aimez lire TeddieSage ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0